Interviews du label - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 13/08/2009, 20h42   #1
Gérald
trouve Cyril beau :D
Oui Oui de l'Ombre
 
Avatar de Gérald
 
Date d'inscription: juillet 2007
Messages: 10 054
Par défaut Interviews du label

http://www.obskure.com

http://www.lesacteursdelombre.net
__________________
Electric Wizard : Witchcult Today - un bon coup de pied occulte au culte !
Philoxera
Gérald est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 21/08/2009, 03h04   #2
Gérald
trouve Cyril beau :D
Oui Oui de l'Ombre
 
Avatar de Gérald
 
Date d'inscription: juillet 2007
Messages: 10 054
Par défaut

http://www.noise-web.com
__________________
Electric Wizard : Witchcult Today - un bon coup de pied occulte au culte !
Philoxera
Gérald est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 13/02/2013, 15h12   #3
Gérald
trouve Cyril beau :D
Oui Oui de l'Ombre
 
Avatar de Gérald
 
Date d'inscription: juillet 2007
Messages: 10 054
Par défaut

http://pestwebzine.com/index/les_act...ductions/0-713
__________________
Electric Wizard : Witchcult Today - un bon coup de pied occulte au culte !
Philoxera
Gérald est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 12/03/2013, 22h18   #4
Gérald
trouve Cyril beau :D
Oui Oui de l'Ombre
 
Avatar de Gérald
 
Date d'inscription: juillet 2007
Messages: 10 054
Par défaut

http://www.avenoctum.com/2013/03/int...o-productions/
__________________
Electric Wizard : Witchcult Today - un bon coup de pied occulte au culte !
Philoxera
Gérald est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 28/03/2013, 19h52   #5
Karen
sans statut
Guerrier de l'Obscurité
 
Avatar de Karen
 
Date d'inscription: février 2013
Messages: 184
Par défaut

Émission spéciale de 2h consacrée au Label, avec Gérald en interview, diffusée vendredi 29 mars à partir de 21h30 dans l'émission "KATHARSIS" sur JET FM à Nantes.

La playlist :
http://www.jetfm.asso.fr/site/Kathar...mars-2013.html

Le podcast :
http://www.jetfm.asso.fr/site/stocka...sis_130329.mp3
Karen est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/05/2013, 14h29   #6
Karen
sans statut
Guerrier de l'Obscurité
 
Avatar de Karen
 
Date d'inscription: février 2013
Messages: 184
Par défaut

Interview de Gérald par phoner dans l'émission "Tapage nocturne" sur CANAL FM (59-Nord), le mardi 30 avril 2013.

Le podcast :
http://www.mixcloud.com/tapagenoctur...-canalfm-n460/

L'interview commence au bout d'1h04 d'émission et est suivie par 3 morceaux :

REGARDE LES HOMMES TOMBER "Wanderer of eternity"
WAY TO END "La figure dansante de l’incompréhension"
PENSÉES NOCTURNES "Le choeur des valseurs"
Karen est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/10/2013, 19h54   #7
Gérald
trouve Cyril beau :D
Oui Oui de l'Ombre
 
Avatar de Gérald
 
Date d'inscription: juillet 2007
Messages: 10 054
Par défaut

Les ténèbres se sont abattues sur la terre, c'est la fin du monde. Gérald Milani a trouvé une place dans le Metal Bunker et a pris 3 disques avec lui. Lesquels ? Réponse tout de suite en cliquant sur Play.

-----------------------------------

Gérald Milani est à l'origine de l'association Les Acteurs de l'Ombre. Outre l'organisation de concerts, de festivals (Black metal is Rising, Cerunnos...), la gestion d'un webzine et d'un fanzine dont il s'est occupé pendant plusieurs années, Gérald se concentre aujourd'hui sur le label de l'asso qui compte en ses rangs des groupes comme The Great Old Ones, Regarde les Hommes Tomber, Cult of Erinyes ou Pensées Nocturnes.

http://metalbunker.podomatic.com/ent...23_00_00-07_00
__________________
Electric Wizard : Witchcult Today - un bon coup de pied occulte au culte !
Philoxera
Gérald est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/03/2016, 16h02   #8
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Confliktarts
http://www.confliktarts.com/fr/blog/...o#.Vtg9TuZdAyu

"Nous produisons très peu de groupes chaque année alors nous essayons de choisir avec notre cœur"

Les Acteurs De l'Ombre portent formidablement bien leur nom. S'ils sont fort (re)connus des amateurs de black metal, il y a cependant fort à parier que les fans de disco ou de slam n'aient jamais entendu parler de cette clique qui pousse le bénévolat très loin aux frontières du professionalisme. Quelles que soient les musiques qui nous inspirent donc, il y a bien des choses à (ap)prendre du fonctionnement de "LADLO", entre bon temps entre amis et implication redoutable auprès des groupes qu'ils défendent. Comme ils sont du genre à penser à tout, ils vous proposent même la bande-originale de l'interview, et des albums à gagner en fin d'article. Yiha !


Salut Gérald, peux-tu te présenter et nous dire qui se cache donc derrière Les Acteurs de l'Ombre s'il te plait ?
Tout a commencé en 2001, lorsque j’ai créée l’association les Acteurs De l’Ombre avec deux amis. A la base nous étions un webzine, puis rapidement, j’ai organisé des concerts sur Paris, dont 3 festivals annuels : Black Metal, Pagan Metal et Doom Metal pendant une dixaine d’années. L’équipe s’est étoffée rapidement et nous totalisons une centaine de concerts pour plus de 500 groupes passés entre nos mains. J’organisais des concerts depuis 1996 pour les groupes de Black Metal dans lesquels je chantais. Aujourd’hui, seul le Cernunnos Pagan fest existe toujours et le webzine vivote. J’ai quitté la présidence de l’association suite à une mutation professionnelle en 2009, et c’est à ce moment là que j’ai proposé de monter le label pour notre asso. J’ai commencé seul, les coups de main de la part de potes se sont enchaînés, et aujourd’hui nous sommes une équipe de bénévoles soudés et stables.


En terme de style musical, vous commencez où et vous arrêtez où ? Sur quel genre de groupes portez-vous votre dévolu ?

Les Acteurs De L'Ombre Productions est un label Black Metal. De ce fait, les groupes avec lesquels nous travaillons évoluent dans ce style, mais il est important pour nous que chacun ait son propre univers et des influences autres. Aujourd’hui, pour choisir un artiste, il va de soit que nous avons certaines doléances. Avant tout, il faut savoir que nous avons créé l'année dernière une division du label qui nous permet de différencier nos sorties. « EMANATIONS » visent à faire découvrir des groupes totalement inconnus grâce à des éditions limités sur support cassette et cd ; le stade de la démo en somme. Pour une signature sur « LADLO » (Les Acteurs De L’Ombre) le groupe doit avoir un certain potentiel et avant tout plaire à une grande majorité de l’équipe. Nous avons des gouts variés et chacun à son mot à dire. Comme tu peux le voir sur notre roster, nos groupes bien qu’évoluant dans l’univers du Black Metal ont tous une identité propre, et une approche différente, voir personnelle, du style. Nous ne pourrions signer un groupe de Black Metal classique, il doit être unique.

Ensuite le contact doit être facile avec le groupe et doit avoir la même optique que la notre. Nous voyons chaque collaboration comme un travail en équipe, une émulation collective et attendons une implication totale de la part du groupe. Le concept artistique du groupe doit être cohérent en terme d’artwork, de musique, de concept et l’ensemble ne doit souffrir d’aucune faiblesse (en tout cas, à nos yeux et nos oreilles). Nous appuyons nos groupes dans tous leurs choix. Nous produisons très peu de groupes chaque année alors nous essayons de choisir avec notre cœur. Et enfin, nous préférons les groupes qui ont une certaine activité live car le nom circule d’autant plus.


Vous distribuez, produisez, promouvez... Quel est le secret pour bien gérer tout ça à la fois mais aussi pour perdurer ?
J’ai commencé seul, mais aujourd’hui nous sommes 7 actifs avec des taches bien définis. Nous avons amélioré notre organisation interne au fur et à mesure des années. Du fait que nous soyons tous bénévoles, cela nous permet d’investir tous les bénéfices dans la production, le merchandising et la promotion, ce qui est un avantage. Il est important pour nous de proposer des produits de qualité et assurer une promotion conséquente en termes d’investissement personnel et monétaire, bien évidemment en fonction de nos capacités limitées. Peu de labels aujourd’hui envoient des cds physiques aux médias et prennent des publicités. Nous le faisons pour nous donner le maximum de chance de faire connaître et grossir nos groupes, et le label suit dans cette évolution. Je présume que cela, associé à nos choix artistiques dans lesquels un certain public se retrouve, contribue à crédibiliser le label et gagner la confiance des gens. Malheureusement, il y a certains continent comme l’Asie et l’Amérique du Sud où nous avons plus de mal à promouvoir et distribuer nos groupes.







Qu'est ce que tu penses être le plus complexe dans le fait de gérer un label ?
Organisation : Tenir un label, c’est un combat au quotidien. Les difficultés sont nombreuses mais la principale est de pouvoir dégager assez de temps pour respecter nos engagements, sans que nos familles et jobs en pâtissent. Le label est tributaire des disponibilités de chacun, et il n’est pas forcement évident de faire coïncider le calendrier du label avec celui de nos vies personnelles.
Budget : Nous programmons les sorties un an à l’avance. Il est toujours assez stressant de se demander si nous aurons assez de rentrée d’argent pour faire ce que nous avons promis au groupe (respect du budget promo, production des différents supports et merchandising, participations aux frais pour le graphisme ou de studio). C’est souvent un casse tête chinois pour programmer les lancements des différentes productions et payer les factures.

Distribution : Jusqu’à présent, pour nous aider à faire rentrer de l’argent rapidement et distribuer nos releases le plus largement possible, le trade était la manière la plus efficace. Mais cela demande un temps faramineux car outre toutes les étapes inhérentes au trade qui sont déjà assez longues, il faut ensuite revendre les cds (tenir les listes à jour, faire les inventaires et classer, préparer et tenir des stands dans les concerts et festival…). On imagine pas mais ça monopolise la moitié de notre temps. Aujourd’hui, nous sommes distribués internationalement par Plastichead et Season Of Mist, nous espérons que cela compensera notre arrêt de la distro. Depuis notre création, je suis à la quête de distributeurs, et il nous a fallu toutes ces années pour enfin avoir une distribution correcte en Europe. Avec un travail acharné, nous avons pu faire nos preuves et prouver que nos groupes étaient de qualité mais il nous reste encore le reste du monde à conquérir.
Promotion : Tout ce qui parait dans la presse papier professionnelle est payant, souvent même les chroniques. Nous sommes un label underground et nous n’avons pas les moyens de prendre des pubs dans tous les magazines. Pour maximiser nos chances, nous envoyons les cds, mais nous avons assez peu de retours. Cependant, chacune de nos sorties totalisent entre 100 et 170 chroniques, ce qui est une vraie performance.




Alors par opposition, qu'est ce qui est le plus simple, ou en tout cas le plus gratifiant ?

Avoir enfin dans les mains l'objet qui nous tourmente depuis des mois est en quelque sorte une première satisfaction, mais en réalité ce n'est qu'une première étape, la plus facile, un petit boost pour la suite. 90% du boulot reste à faire. Bien entendu, lorsque les retours des medias sont enthousiastes, c'est motivant également. Mais un des principaux moteur, outre le plaisir que nous prenons à aider nos groupes qui deviennent d'ailleurs des amis, c'est le soutien de nos fidèles qui reste la chose la plus gratifiante. Sans eux nous ne sommes rien. Que ce soit au niveau du répondant concernant les préventes, mais surtout dans tous les messages d'encouragement que nous recevons et lorsque nous les rencontrons dans les festivals où nous tenons des stands. Ca fait vraiment chaud au cœur. On prend également beaucoup de plaisir à rassembler nos groupes lors de concerts que nous organisons de temps en temps, histoire de resserrer encore un peu plus les liens entre nous tous.

Un dernier petit plaisir, c’est pour nous une motivation supplémentaire de travailler avec les groupes sur des projets complémentaires tel que des box limités. Cela nous change de l’ordinaire et permet de diversifier et exprimer nos envies créatives. C’est beaucoup de boulot pour imaginer, conceptualiser, dessiner, faire fabriquer au 4 coins du monde et assembler les différents éléments. Mais c’est très gratifiant de proposer aux groupes et fidèles des produits artisanaux, limités, qualitatifs et abordables.



Et y a-t-il des choses que vous ne faites pas encore aujourd'hui et que vous aimeriez faire ?

On est déjà au maximum de notre capacité d'action mais peut être qu'un jour nous aurons les moyens financiers et humains d'aider nos groupes à produire des clips ou financer des tournées? Mais dans l'immédiat, nous travaillons sur un rassemblement LADLO absolument privé en Bretagne dans une ferme. Un cadeau que nous faisons à nos fidèles, nos amis (labels, medias, groupes…) en leur proposant un week end de partage/rencontres, découverte du terroir et bien sûr concerts avec 5 de nos groupes. Aucune promo n'est faite sur le net ou sur le terrain. Un vrai concert underground dans un lieu pittoresque!





Acteur de l'ombre dans la lumière. Détente...





Penses-tu, de par l'aspect très communautaire des fans de metal, qu'il soit plus aisé de gérer vos activités dans ce style que dans un autre où les fans potentiels sont plus durs à cibler ?

Je t'avouerais que je n'ai pas vraiment de recul sur la question. Je baigne dans le milieu metal depuis que j'ai 11 ans, je n'écoute que du metal et ca sera probablement le cas jusqu'à la fin de ma vie. Je présume que j'ai eu de la chance de tomber au bon endroit.





Vous êtes basés dans la petite ville de Champtoceaux dans le Maine et Loire, n'est-ce pas une forme de contrainte pour rester à l'affût des prods et de l'actu souvent parisienne ou au moins nichée dans les grandes villes ?

A l'heure du tout numérique, peu importe l'endroit où on réside je crois. Internet est le principal biais de communication. De plus, nous avons un vivier de groupes suffisant pour remplir notre planning, nous prenons les nouveaux groupes au compte goutte. D'autre part, il faut savoir que j'ai résidé à plusieurs endroit depuis la création du label, Paris, Avignon, et maintenant Nantes... et il y avait internet dans chacune de ces villes.





D'Instagram à Twitter, vous êtes sérieusement connectés, est-ce un passage obligé de com ou une réelle envie de s'adonner à ces réseaux ?

Ca me semble des outils qu'il serait dommage de laisser de côté. Ca serait comme se tirer une balle dans le pied. La plus part des gens sont connectés à facebook par exemple, un réseau gigantesque. On espère toujours que nos groupes sortiront du lot et provoqueront assez d'intérêt dans la communauté pour que les gens en parlent. C'est le bouche à oreille d'aujourd'hui.

Bien entendu, il est hors de question de laisser de côté la promotion classique à travers les magazines, radios, webzines et fanzines. C'est d'ailleurs dans cela que nous jetons la majorité de nos forces. Le label est avant tout un outil de promotion, et nous nous y investissons beaucoup humainement et financièrement. Nous voyons la promotion comme une démarche globale: être sur les réseaux sociaux, acheter des publicités dans les médias spécialisés, envoyer des centaines de cds originaux pour chroniques, interviews, concours... Chaque action participe à la promotion de l'album, c'est leur concomitance qui fait une bonne promo et nous permet de rentrer dans nos frais. J'aime utiliser le terme de matraquage promotionnel, car c'est un peu ça. Plus une personne lambda tombera sur le nom du groupe, plus on aura de chance qu'elle y jette une oreille.

Attention, je ne sous-entends surtout pas que plus il y a de promo, mieux un album se vend. Ca serait utopique de penser ca, car une bouse, reste une bouse... Et quelque soit son nombre d’écoutes sur bandcamp, ou youtube, une bouse digitale ne déclenchera pas l'envie d'acheter la même bouse en physique. La qualité intrinsèque de chaque album est donc primordiale. La promo permet juste une meilleure exposition, mais c'est la musique qui reste l’élément déclencheur pour l'achat. C'est elle qui donne aussi envie au fan lambda d'en parler à ses amis ou sur les réseaux sociaux. Le bouche à oreille est une des phases de la promotion, mais elle n'est pas entre nos mains... Elle dépend de la pertinence de notre choix de signature, et aussi beaucoup de chance. Tous les bons groupes ne font pas le buzz.





Si tu pouvais collaborer LADLO avec n'importe quel groupe vivant ou mort, lequel ce serait ?

Pink Floyd naturellement.





Et qu'en serait-il si tu devais t'exiler sur une planète qui ne connait pas la musique avec un seul album ?

Le second album de PENSEES NOCTURNES "Grotesque" reste une de mes plus grande fierté. Quoi de mieux pour faire découvrir aux extraterrestres la musique, que cet album varié empruntant aussi bien au Black Metal, à la musique classique, au jazz ou encore à la musette. Une mixture unique et déconcertante. Le quatrième album "Nom d'une pipe" repoussent les limites encore plus loin, mais je pense que ca serait trop pour ces néophytes du grand art.




Et enfin, quels sont tes deux derniers coups de cœur, sur album et en live ?
Il serait bien dommage de te parler d'autres groupes que ceux de LADLO dans le sens ou ils sont tous des coups de cœur, et même mes plus gros coups de cœur depuis ces dernières années! Certes, je ne suis pas objectif, mais je n'ai pas envie de l'être.

Déjà, parlons de notre dernière recrue WILDERNESSKING, avec laquelle j'étais en contact depuis 3 ans déjà... C'est dire comme je désirais bosser avec eux! Il se trouve que leur nouvelle album dépasse toutes mes espérances et l'ensemble de l'équipe est totalement conquise. WILDERNESSKING est originaire de Cape Town (Afrique du Sud) et nous a surpris en proposant une musique totalement affranchie de la notion figée de genre et se permet d’explorer les sonorités au profit des émotions. Mariant les influences et associant les structures du post-rock aux vocaux écorchés et aux blast-beats empruntés aux black metal, WILDERNESSKING voyage d’un monde à l’autre avec une grande fluidité. Il en résulte un musique progressive, immersive et addictive.

Mon coup de cœur live n'est autre que REGARDE LES HOMMES TOMBER. J'ai pris une aussi grosse claque à notre release party de Septembre que la première fois où je les ai vu en live, leur proposant une signature à leur descente de scène. Pourtant, entre ce dernier concert et ce premier, je les ai vu une bonne dizaine de fois. Mais après un an de silence, ils sont revenus encore plus fort, franchissant encore un nouveau palier en terme de professionnalisme et de puissance scénique, un mastodonte!! Ce sont des bosseurs, et ce qui leur arrive est tout à fait mérité. A titre personnel, je pense qu'aujourd'hui, REGARDE LES HOMMES TOMBER fait partie des meilleurs groupes live français.





Et les nouvelles les plus fraiches ?

Nous sommes très heureux de présenter le premier EP de BARUS qui sort tout juste!! Exceptionnellement, nous sortons de notre style de prédilection car il s'agit d'un projet ayant des membres commun avec MAIEUTISTE dont nous avons produit le premier album en Septembre. Massif, écrasant et brut, Barùs met la technique au service des émotions et délivre un death metal complexe et sincère. Alternant les atmosphères étouffantes et le chaos contrôlé, le groupe entremêle lourdeur et fureur avec une surprenante fluidité au cours de laquelle chaque progression apporte une pierre au monument Barus. Un groupe qui devrait faire parler de lui à l'avenir.





>> SUPERBONUS <<

Si vous souhaitez gagner un des quatre albums de WIDERNESSKING ou un des trois de BARUS, écrivez simplement à cette adresse en mentionnant le titre : "concours CONFLIKTARTS". Les gagnant seront tirés au sort. Merci LADLO !
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/03/2016, 16h02   #9
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Confliktarts
http://www.confliktarts.com/fr/blog/...o#.Vtg9TuZdAyu

"Nous produisons très peu de groupes chaque année alors nous essayons de choisir avec notre cœur"

Les Acteurs De l'Ombre portent formidablement bien leur nom. S'ils sont fort (re)connus des amateurs de black metal, il y a cependant fort à parier que les fans de disco ou de slam n'aient jamais entendu parler de cette clique qui pousse le bénévolat très loin aux frontières du professionalisme. Quelles que soient les musiques qui nous inspirent donc, il y a bien des choses à (ap)prendre du fonctionnement de "LADLO", entre bon temps entre amis et implication redoutable auprès des groupes qu'ils défendent. Comme ils sont du genre à penser à tout, ils vous proposent même la bande-originale de l'interview, et des albums à gagner en fin d'article. Yiha !


Salut Gérald, peux-tu te présenter et nous dire qui se cache donc derrière Les Acteurs de l'Ombre s'il te plait ?
Tout a commencé en 2001, lorsque j’ai créée l’association les Acteurs De l’Ombre avec deux amis. A la base nous étions un webzine, puis rapidement, j’ai organisé des concerts sur Paris, dont 3 festivals annuels : Black Metal, Pagan Metal et Doom Metal pendant une dixaine d’années. L’équipe s’est étoffée rapidement et nous totalisons une centaine de concerts pour plus de 500 groupes passés entre nos mains. J’organisais des concerts depuis 1996 pour les groupes de Black Metal dans lesquels je chantais. Aujourd’hui, seul le Cernunnos Pagan fest existe toujours et le webzine vivote. J’ai quitté la présidence de l’association suite à une mutation professionnelle en 2009, et c’est à ce moment là que j’ai proposé de monter le label pour notre asso. J’ai commencé seul, les coups de main de la part de potes se sont enchaînés, et aujourd’hui nous sommes une équipe de bénévoles soudés et stables.


En terme de style musical, vous commencez où et vous arrêtez où ? Sur quel genre de groupes portez-vous votre dévolu ?

Les Acteurs De L'Ombre Productions est un label Black Metal. De ce fait, les groupes avec lesquels nous travaillons évoluent dans ce style, mais il est important pour nous que chacun ait son propre univers et des influences autres. Aujourd’hui, pour choisir un artiste, il va de soit que nous avons certaines doléances. Avant tout, il faut savoir que nous avons créé l'année dernière une division du label qui nous permet de différencier nos sorties. « EMANATIONS » visent à faire découvrir des groupes totalement inconnus grâce à des éditions limités sur support cassette et cd ; le stade de la démo en somme. Pour une signature sur « LADLO » (Les Acteurs De L’Ombre) le groupe doit avoir un certain potentiel et avant tout plaire à une grande majorité de l’équipe. Nous avons des gouts variés et chacun à son mot à dire. Comme tu peux le voir sur notre roster, nos groupes bien qu’évoluant dans l’univers du Black Metal ont tous une identité propre, et une approche différente, voir personnelle, du style. Nous ne pourrions signer un groupe de Black Metal classique, il doit être unique.

Ensuite le contact doit être facile avec le groupe et doit avoir la même optique que la notre. Nous voyons chaque collaboration comme un travail en équipe, une émulation collective et attendons une implication totale de la part du groupe. Le concept artistique du groupe doit être cohérent en terme d’artwork, de musique, de concept et l’ensemble ne doit souffrir d’aucune faiblesse (en tout cas, à nos yeux et nos oreilles). Nous appuyons nos groupes dans tous leurs choix. Nous produisons très peu de groupes chaque année alors nous essayons de choisir avec notre cœur. Et enfin, nous préférons les groupes qui ont une certaine activité live car le nom circule d’autant plus.


Vous distribuez, produisez, promouvez... Quel est le secret pour bien gérer tout ça à la fois mais aussi pour perdurer ?
J’ai commencé seul, mais aujourd’hui nous sommes 7 actifs avec des taches bien définis. Nous avons amélioré notre organisation interne au fur et à mesure des années. Du fait que nous soyons tous bénévoles, cela nous permet d’investir tous les bénéfices dans la production, le merchandising et la promotion, ce qui est un avantage. Il est important pour nous de proposer des produits de qualité et assurer une promotion conséquente en termes d’investissement personnel et monétaire, bien évidemment en fonction de nos capacités limitées. Peu de labels aujourd’hui envoient des cds physiques aux médias et prennent des publicités. Nous le faisons pour nous donner le maximum de chance de faire connaître et grossir nos groupes, et le label suit dans cette évolution. Je présume que cela, associé à nos choix artistiques dans lesquels un certain public se retrouve, contribue à crédibiliser le label et gagner la confiance des gens. Malheureusement, il y a certains continent comme l’Asie et l’Amérique du Sud où nous avons plus de mal à promouvoir et distribuer nos groupes.







Qu'est ce que tu penses être le plus complexe dans le fait de gérer un label ?
Organisation : Tenir un label, c’est un combat au quotidien. Les difficultés sont nombreuses mais la principale est de pouvoir dégager assez de temps pour respecter nos engagements, sans que nos familles et jobs en pâtissent. Le label est tributaire des disponibilités de chacun, et il n’est pas forcement évident de faire coïncider le calendrier du label avec celui de nos vies personnelles.
Budget : Nous programmons les sorties un an à l’avance. Il est toujours assez stressant de se demander si nous aurons assez de rentrée d’argent pour faire ce que nous avons promis au groupe (respect du budget promo, production des différents supports et merchandising, participations aux frais pour le graphisme ou de studio). C’est souvent un casse tête chinois pour programmer les lancements des différentes productions et payer les factures.

Distribution : Jusqu’à présent, pour nous aider à faire rentrer de l’argent rapidement et distribuer nos releases le plus largement possible, le trade était la manière la plus efficace. Mais cela demande un temps faramineux car outre toutes les étapes inhérentes au trade qui sont déjà assez longues, il faut ensuite revendre les cds (tenir les listes à jour, faire les inventaires et classer, préparer et tenir des stands dans les concerts et festival…). On imagine pas mais ça monopolise la moitié de notre temps. Aujourd’hui, nous sommes distribués internationalement par Plastichead et Season Of Mist, nous espérons que cela compensera notre arrêt de la distro. Depuis notre création, je suis à la quête de distributeurs, et il nous a fallu toutes ces années pour enfin avoir une distribution correcte en Europe. Avec un travail acharné, nous avons pu faire nos preuves et prouver que nos groupes étaient de qualité mais il nous reste encore le reste du monde à conquérir.
Promotion : Tout ce qui parait dans la presse papier professionnelle est payant, souvent même les chroniques. Nous sommes un label underground et nous n’avons pas les moyens de prendre des pubs dans tous les magazines. Pour maximiser nos chances, nous envoyons les cds, mais nous avons assez peu de retours. Cependant, chacune de nos sorties totalisent entre 100 et 170 chroniques, ce qui est une vraie performance.




Alors par opposition, qu'est ce qui est le plus simple, ou en tout cas le plus gratifiant ?

Avoir enfin dans les mains l'objet qui nous tourmente depuis des mois est en quelque sorte une première satisfaction, mais en réalité ce n'est qu'une première étape, la plus facile, un petit boost pour la suite. 90% du boulot reste à faire. Bien entendu, lorsque les retours des medias sont enthousiastes, c'est motivant également. Mais un des principaux moteur, outre le plaisir que nous prenons à aider nos groupes qui deviennent d'ailleurs des amis, c'est le soutien de nos fidèles qui reste la chose la plus gratifiante. Sans eux nous ne sommes rien. Que ce soit au niveau du répondant concernant les préventes, mais surtout dans tous les messages d'encouragement que nous recevons et lorsque nous les rencontrons dans les festivals où nous tenons des stands. Ca fait vraiment chaud au cœur. On prend également beaucoup de plaisir à rassembler nos groupes lors de concerts que nous organisons de temps en temps, histoire de resserrer encore un peu plus les liens entre nous tous.

Un dernier petit plaisir, c’est pour nous une motivation supplémentaire de travailler avec les groupes sur des projets complémentaires tel que des box limités. Cela nous change de l’ordinaire et permet de diversifier et exprimer nos envies créatives. C’est beaucoup de boulot pour imaginer, conceptualiser, dessiner, faire fabriquer au 4 coins du monde et assembler les différents éléments. Mais c’est très gratifiant de proposer aux groupes et fidèles des produits artisanaux, limités, qualitatifs et abordables.



Et y a-t-il des choses que vous ne faites pas encore aujourd'hui et que vous aimeriez faire ?

On est déjà au maximum de notre capacité d'action mais peut être qu'un jour nous aurons les moyens financiers et humains d'aider nos groupes à produire des clips ou financer des tournées? Mais dans l'immédiat, nous travaillons sur un rassemblement LADLO absolument privé en Bretagne dans une ferme. Un cadeau que nous faisons à nos fidèles, nos amis (labels, medias, groupes…) en leur proposant un week end de partage/rencontres, découverte du terroir et bien sûr concerts avec 5 de nos groupes. Aucune promo n'est faite sur le net ou sur le terrain. Un vrai concert underground dans un lieu pittoresque!





Acteur de l'ombre dans la lumière. Détente...





Penses-tu, de par l'aspect très communautaire des fans de metal, qu'il soit plus aisé de gérer vos activités dans ce style que dans un autre où les fans potentiels sont plus durs à cibler ?

Je t'avouerais que je n'ai pas vraiment de recul sur la question. Je baigne dans le milieu metal depuis que j'ai 11 ans, je n'écoute que du metal et ca sera probablement le cas jusqu'à la fin de ma vie. Je présume que j'ai eu de la chance de tomber au bon endroit.





Vous êtes basés dans la petite ville de Champtoceaux dans le Maine et Loire, n'est-ce pas une forme de contrainte pour rester à l'affût des prods et de l'actu souvent parisienne ou au moins nichée dans les grandes villes ?

A l'heure du tout numérique, peu importe l'endroit où on réside je crois. Internet est le principal biais de communication. De plus, nous avons un vivier de groupes suffisant pour remplir notre planning, nous prenons les nouveaux groupes au compte goutte. D'autre part, il faut savoir que j'ai résidé à plusieurs endroit depuis la création du label, Paris, Avignon, et maintenant Nantes... et il y avait internet dans chacune de ces villes.





D'Instagram à Twitter, vous êtes sérieusement connectés, est-ce un passage obligé de com ou une réelle envie de s'adonner à ces réseaux ?

Ca me semble des outils qu'il serait dommage de laisser de côté. Ca serait comme se tirer une balle dans le pied. La plus part des gens sont connectés à facebook par exemple, un réseau gigantesque. On espère toujours que nos groupes sortiront du lot et provoqueront assez d'intérêt dans la communauté pour que les gens en parlent. C'est le bouche à oreille d'aujourd'hui.

Bien entendu, il est hors de question de laisser de côté la promotion classique à travers les magazines, radios, webzines et fanzines. C'est d'ailleurs dans cela que nous jetons la majorité de nos forces. Le label est avant tout un outil de promotion, et nous nous y investissons beaucoup humainement et financièrement. Nous voyons la promotion comme une démarche globale: être sur les réseaux sociaux, acheter des publicités dans les médias spécialisés, envoyer des centaines de cds originaux pour chroniques, interviews, concours... Chaque action participe à la promotion de l'album, c'est leur concomitance qui fait une bonne promo et nous permet de rentrer dans nos frais. J'aime utiliser le terme de matraquage promotionnel, car c'est un peu ça. Plus une personne lambda tombera sur le nom du groupe, plus on aura de chance qu'elle y jette une oreille.

Attention, je ne sous-entends surtout pas que plus il y a de promo, mieux un album se vend. Ca serait utopique de penser ca, car une bouse, reste une bouse... Et quelque soit son nombre d’écoutes sur bandcamp, ou youtube, une bouse digitale ne déclenchera pas l'envie d'acheter la même bouse en physique. La qualité intrinsèque de chaque album est donc primordiale. La promo permet juste une meilleure exposition, mais c'est la musique qui reste l’élément déclencheur pour l'achat. C'est elle qui donne aussi envie au fan lambda d'en parler à ses amis ou sur les réseaux sociaux. Le bouche à oreille est une des phases de la promotion, mais elle n'est pas entre nos mains... Elle dépend de la pertinence de notre choix de signature, et aussi beaucoup de chance. Tous les bons groupes ne font pas le buzz.





Si tu pouvais collaborer LADLO avec n'importe quel groupe vivant ou mort, lequel ce serait ?

Pink Floyd naturellement.





Et qu'en serait-il si tu devais t'exiler sur une planète qui ne connait pas la musique avec un seul album ?

Le second album de PENSEES NOCTURNES "Grotesque" reste une de mes plus grande fierté. Quoi de mieux pour faire découvrir aux extraterrestres la musique, que cet album varié empruntant aussi bien au Black Metal, à la musique classique, au jazz ou encore à la musette. Une mixture unique et déconcertante. Le quatrième album "Nom d'une pipe" repoussent les limites encore plus loin, mais je pense que ca serait trop pour ces néophytes du grand art.




Et enfin, quels sont tes deux derniers coups de cœur, sur album et en live ?
Il serait bien dommage de te parler d'autres groupes que ceux de LADLO dans le sens ou ils sont tous des coups de cœur, et même mes plus gros coups de cœur depuis ces dernières années! Certes, je ne suis pas objectif, mais je n'ai pas envie de l'être.

Déjà, parlons de notre dernière recrue WILDERNESSKING, avec laquelle j'étais en contact depuis 3 ans déjà... C'est dire comme je désirais bosser avec eux! Il se trouve que leur nouvelle album dépasse toutes mes espérances et l'ensemble de l'équipe est totalement conquise. WILDERNESSKING est originaire de Cape Town (Afrique du Sud) et nous a surpris en proposant une musique totalement affranchie de la notion figée de genre et se permet d’explorer les sonorités au profit des émotions. Mariant les influences et associant les structures du post-rock aux vocaux écorchés et aux blast-beats empruntés aux black metal, WILDERNESSKING voyage d’un monde à l’autre avec une grande fluidité. Il en résulte un musique progressive, immersive et addictive.

Mon coup de cœur live n'est autre que REGARDE LES HOMMES TOMBER. J'ai pris une aussi grosse claque à notre release party de Septembre que la première fois où je les ai vu en live, leur proposant une signature à leur descente de scène. Pourtant, entre ce dernier concert et ce premier, je les ai vu une bonne dizaine de fois. Mais après un an de silence, ils sont revenus encore plus fort, franchissant encore un nouveau palier en terme de professionnalisme et de puissance scénique, un mastodonte!! Ce sont des bosseurs, et ce qui leur arrive est tout à fait mérité. A titre personnel, je pense qu'aujourd'hui, REGARDE LES HOMMES TOMBER fait partie des meilleurs groupes live français.





Et les nouvelles les plus fraiches ?

Nous sommes très heureux de présenter le premier EP de BARUS qui sort tout juste!! Exceptionnellement, nous sortons de notre style de prédilection car il s'agit d'un projet ayant des membres commun avec MAIEUTISTE dont nous avons produit le premier album en Septembre. Massif, écrasant et brut, Barùs met la technique au service des émotions et délivre un death metal complexe et sincère. Alternant les atmosphères étouffantes et le chaos contrôlé, le groupe entremêle lourdeur et fureur avec une surprenante fluidité au cours de laquelle chaque progression apporte une pierre au monument Barus. Un groupe qui devrait faire parler de lui à l'avenir.





>> SUPERBONUS <<

Si vous souhaitez gagner un des quatre albums de WIDERNESSKING ou un des trois de BARUS, écrivez simplement à cette adresse en mentionnant le titre : "concours CONFLIKTARTS". Les gagnant seront tirés au sort. Merci LADLO !
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/07/2016, 17h05   #10
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Fanzine japonais End of a journey

Hello Gerald. I’m one of crews who take part in a Japanese Fan-Zine project, “End Of A Journey”. First of all, huge thanks for your kind acceptance to our interview. We’d like to interview with you, about your label, Les Acteurs De L’Omble Productions. This interview contains 18 questions.



1. First, we'd like to know your history, from the beginning until today and what started it.
It all began in 2001 when I decided to create the association Les Acteurs de l’Ombre with two friends of mine. We started off as a webzine then I quickly moved on to organizing shows in Paris, including three yearly festivals dedicated to Black Metal, Pagan Metal and Doom Metal for about ten years. The team got bigger over the years and Les Acteurs de l’Ombre has organized about 100 shows and worked with over 500 bands. I started organizing shows in 1996, mostly for the Black Metal bands in which I was doing vocals. Only the Cernunnos Pagan Fest remains today and the Webzine gets by. I decided to let someone else take the lead of the association in 2009 due to professional reasons, which is when I offered to start a label related to the association. I started by myself and many friends helped along the way. Today, we are a tight and stable team of volunteers.

2. Second. Could you tell us your label's ideal/concept?
Our concept is quite simple, we want to release albums we like, help we bands we believe in and try to offer them as much exposure as we possibly can. We use the label as a promotion tool, which is why we dedicate a lot of time and effort to promote our bands. There is no mystical concept behind the label. The idea is simply to help out bands and to follow our passion.

3. Like Pensées Nocturnes, I guess you tend to contract with black metal artists featured avant-garde /musette essences. What are your deciding factors when you decide to make the contract?
The label started out with PENSÉES NOCTURNES. Vaerhon, the man behind the band, was a member of the association and was helping us organizing shows. I liked his music and it was important to me to work with “family” so to speak. Pensée Nocturnes was the perfect band to start with.
Today, before deciding to work with a band or an artist, there are several aspects that we take into account. This year, we started EMANATIONS, which is a sub-division of the label created to release cassette tapes and CDs of less experimented bands, fresh out of the demo days if you will. In order to work with LADLO (Les Acteurs de l’Ombre) it is necessary that the vast majority of the team enjoy the band’s music. We all have different taste in music and everybody’s opinion matters. Just by looking at our roster, it is pretty obvious that, although all of our bands are influenced by Black Metal, they also have their very own sound, universe and approach of the style. It is also extremely important for us to be able to talk to the band easily and to share similar ideas regarding our future collaborative work. We see each album as a team effort and we expect the band to be completely involved. It is necessary for the artistic concept and artwork to match the music and the final product should be flawless (at least to our eyes and ears). We support the bands in all of their choices. We only release a limited amount of bands every year, which is why quality is extremely important to us. Last but not least, we think it is important for a band to play live shows as it helps the promotional aspect a great deal.

4. Next, about the current black metal scene gets more diversified, and inflated even now. What do you think about this?
I have absolutely no problem with the various influences added to Black Metal and the many musical sub-genres it has spawned. It’s actually the contrary, as I very rarely listen to traditional Black Metal anymore. Music speaks to a wide range of people, depending on their taste and sensitivity. It takes all kinds…

5. And, speaking of black metal, this musical territory has a fatal connection with... Satanism. Could you tell us your attitude towards the principle?
I’m definitely not the right person to give lessons regarding the integrity a band should display or to profess the importance of respecting the true roots of Black Metal for a label or a band. I’m actually far removed from this debate. I simply cannot lie to myself and I lost interest in the satanic aspect of Black Metal pretty quickly. Pretty much when I started playing in bands and organizing shows, actually. Most bands aren’t really into it and this is all for show. Of course, some bands really believe in all of this, but it is a minority. I see Black Metal as an art that allows people to communicate emotions through dark music, regardless of the concept. In a certain way, one can say that we do not release Black Metal albums but Black Metal inspired music.

6. Today, LADLO is one of the quite common underground-labels I think. Then, specifically, where was your turning point towards the chance to make rapid progress?
I started all by myself but today we are 6 active volunteers with well-defined tasks. We got more and more organized over the years. Since we are all volunteers, all profit in reinvested in productions, promotion and merchandise, which is great. It is very important for Les Acteurs de l’Ombre Productions to release quality albums and ensure great promo coverage on a personal and monetary level. It goes without saying that it stays within certain limits since we are not a major. Few labels still send actual CDs to the media or pay for advertisement. This is something we do because it is extremely important for us to go above and beyond for our bands. I can only assume that this type of work ethic combined with artistic choices that speaks to a certain audience has helped the label to gain a certain amount of credibility and trust. Unfortunately, there are still some continents, such as Asia and South America, where we have a really hard time promoting our bands.

7. In underground scene, a selling method with limited number edition is not uncommon. Then, why you produce/sell those limited things? Any clear reasons/thoughts?
As I mentioned earlier, we are guided by our passion and our desire to release quality products. It is extremely motivating for us to work along with the bands on special projects. Besides, it give us the possibility to do something a little different, to shakes things up a bit and to express our own creativity. It requires a lot of work to develop a concept, imagine the artwork and to get everything manufactured in various countries so we can put everything together ourselves, mostly as box sets. Yet, it is extremely gratifying and we are proud to offer great quality, limited edition products to bands and customers.


8. Moreover, how about digital releases? You adopts the way positively, don't you?
Personally, I don’t buy digital albums. I only listen to music using an actual object, unless I am looking for new bands on the Internet. I sometimes feel out of touch with the new generation, I need to hold an object in my hands, to see it and to feel it. As far as the label is concerned, we actually encourage the digital diffusion of albums we’ve released. It seems obvious to us that the more people listen to a band on the Internet the more this band is likely to be known and sell albums. I see it as a promotional tool. We also keep in mind that some of our customers like to purchase digital albums and all the releases from LADLO are available via digital platforms.

9. The next question is about Japan. A year ago, you recruited a man to help out LADLO in Japan. Any special feelings about our country?
Japan felt like it was completely out of reach for us as far as promotion is concerned, so we decided to let our few Japanese customers know that we were looking for someone who could act as some sort of a representative in Japan. Burnn is too expensive for us and it is difficult to find webzines or fanzines over the Internet. Very few Japanese websites offer an English version, which is a pretty big issue for us French people. I really felt it was impossible for us to help underground bands to reach Japan, which is why we are extremely thankful for this interview. Mori was very motivated to help us out. He helped with our Japanese Twitter account, handed out flyers and CDs and met the people from Disc Union. Unfortunately we haven’t had any news from him recently. It requires a large amount of work and it is a lot to ask of someone to handle it all by himself. We are still convinced that there is a real place for our bands in the Japanese Metal scene. We believe our releases will definitely find an audience and really strike a chord with peoples’ taste and sensitivity. It is definitely a dream of mine to think that one of our bands could tour Japan.

10. Then, do you know Japanese black metal artists/scene?
I am knot extremely knowledgeable as regards the Japanese scene; I actually don’t know anybody outside of Shota from Zero Dimensional Records, with whom I did some trade and who re-released THE GREAT OLD ONES’s ‘Tekeli li’ with his other label, Maa Productions. Of course I know Japanese bands such as Gallhammer, Sigh, Sabbath, Abigail or Barbatos. I also had the pleasure to trade some underground bands such as Gnome, Cataplexy, Koozar, Hurusoma, Misfortune or Mïsogi. I am also familiar with some Japanese bands signed on French labels like Cohol, Arkha, Sva, Hakuja, Avsolutized and Kadenzza. Last but not least, I had the pleasure to learn more about the very interesting Japanese scene thanks to fanzines like Infernal Necromancy, Tyrant, Genocide and many more.

11. In managing the label, what are the things you struggled with?
Being at the head of a label is a daily struggle. There are many difficulties but the hardest part is to find the time to respect our commitments without affecting our jobs and families too much. The label works according to every volunteer’s schedule and availability, which means it is not always easy to work around our personal schedules to find time for the label. As for the budget, we start planning releases a year before the actual release date. It is always pretty stressful to wonder if we’ll have enough money coming in so that we can give the bands what we promised (promo budget, various support and merchandise, help out with artwork and studio expenses…). It is often a source of many headaches to make sure everything will be released on time and that all the bills will be covered. Regarding distribution, we did a lot of trade with other labels as it was the most efficient way to cover a wider market. The problem is that it requires a lot of free time. Besides the various steps inherent to the trade system, which are already time consuming, we also have to sell the albums we trade (keep the stock updated, list the stock, keep it clean and in order, go to various festivals and shows with a merch table …). It’s not something most people think about but takes a lot of time. Today, the international distribution for LADLO is handled by Plastichead and Season of Mist and we hope it will be enough to compensate the fact that the label will not do anymore distribution in the future outside of our own releases of course. Ever since I started this label, I have been looking for distribution labels and it took all these years in order to be able to be distributed properly across Europe. It required a lot of work, but we were finally able to show that the label was worth it and that the bands signed on LADLO were great bands. There is still a big part of the world to cover, though … The last thing with managing a label is, of course, promotion. Every add published in a professional magazine costs money, often more than reviews. We are an underground label and we can’t exactly afford advertisement in every single magazine. In order to be as efficient as possible, we send as many CDs as we possibly can but not many magazines get back to us.

12. Are there any meditative releases/artists you involved with? For example, the releases that contributes to your label's name value/activities...
We pick every band very carefully and we are proud to work with every single one of them. We all work hard over a long period of time, which is why it is beneficial for both the band and the label if we work together on several albums. Yet, we don’t sign any type of contract with the bands, they are all free to go somewhere else after the first album. It’s important for us to know that if a band stays with Les Acteurs de l’Ombre Productions it is because they are happy with the work we put into each release. Every album is a new challenge and it motivates us to put extra effort into each release. Each and every band has participated in increasing the reputation of the label, especially PENSÉES NOCTURNES (Musette Black Metal / the band that which started it all), THE GREAT OLD ONES (Lovecraftian Black Metal / absolutely unique sound and universe), PARAMNESIA (Atmospheric Black Metal reminiscent of the US Cascadian scene, a very uncommon type of music in Europe), REGARDE LES HOMMES TOMBER (atmospheric Black Metal with Hardcore influences / a unique way to work with the atmospheres / called album of the year by many media), and DÉLUGE (Atmospheric Black Metal / mixing Black Metal and Post Hardcore influences, a brutal and ethereal album with a very modern sound).

13. When you produce the physical materials, are there any preferred/careful points?
As far as artwork is concerned we are supportive of the bands artistic choices, unless it’s absolutely horrible. They usually know what they want and if we picked these bands it’s because we believe in their artistic vision and we’re not worried about it. We don’t force anything on them, they can also choose if they want our logo to appear on the album or not. The same goes for the different types of support and box sets, we discuss several possibilities depending on the band. As for the technical aspect, we have to be very specific in order to meet the requirements of each manufacturer (all different), provide sound and image files that also meet extremely strict requirements, while taking pressing and shipping time into account and keeping in mind that technical issues as well as various problem can delay the delivery. For example, the MAIEUTISTE box set came out one month after the official release date due to issues with the badge.


14. About the connections/relationships with LADLO artists. You contact them frequently? Or, minimum necessary? We want to know the artist you often contact.
We’re not the type of label that is just going to release an album, send a certain number to the band and leave it there. We work very hard for each release so we are in touch with the bands on an almost daily basis six months before the release and almost a year after. We mostly communicate using emails or Facebook messenger. Although we dedicate a lot of time to the upcoming albums, we never skip on an opportunity to help out one of the bands from our roster, we take care of production, distribution, management and booking.

15. Any artists who you have a special interest these days?
Yes, I am absolutely obsessed by one of our future release right now, WILDERNESSKING, a Black metal / Post Rock band from South Africa. They combine a wide array of influences and give it their very own spin to cover a spectrum of emotions that really speak to me. The release date is set to February 20th, we received the master a couple weeks ago and I listen to it at least twice a day. I’ve been keeping an eye on them since their first album in 2011 and I have been waiting to work with them since.

16. I wonder if you introduce the latest LADLO releases? Specially, I'm lost in Deluge, and Maïeutiste now... Those are so stunning.

-


17. We'd like to know your upcoming actions/plans.
We are currently working on organizing a LADLO show in the country in Bretagne. This is a gift to our customers and friends (labels, media, bands…) by offering them the opportunity to enjoy a weekend meeting people and sharing with them while discovering the region.
As far as releases are concerned, we will be releasing the LP version of the new MOONREICH album and be part of a co-release with Those Opposed Records for the three DARKENHOLD (Medieval Black Metal) albums in LP format. There will also be the MARE COGNITUM (Atmospheric Black Metal from the USA) album in cassette tape box set format. One of our first big even of 2016 will be the release of the first EP of BARUS in CD version in January on EMANATIONS. BARUS features members from MAIEUTISTE and plays a heavy and straightforward Death Metal combining the raw menacing energy of the old school scene with more progressive structures inspired by more modern bands. Of course there will also be WILDERNESKING’s Mystical Future, which we are really looking forward to, to be released in February on LADLO and a new MAIEUTISTE and WILDERNESSKING album should also come out by the end of 2016. We are also working on releasing an LP version of the IN CAUDA VENENUM album (this is the band of Romain, who is in charge of graphic design, website and production for LADLO). This is an excellent album, made up of two twenty minute pieces mixing Black Metal and Post Rock, and rich in various emotions. This is without a doubt the main release on EMANATION in 2016.

18. Thanks for your answers! Lastly, could you say a few words for Japanese maniacs?
I will start by saying that the Japanese Rugby Team kicks ass! Thanks for you support, we really appreciate it. If you want to know more about our bands or listen to everything we have to offer, go to our website: http://www.lesacteursdelombre.net/productions/v2.
All our Japanese customers can enjoy a 20% discount on all of our releases by typing the following password during checkout: wabizabi
Don’t hesitate to share this code with whoever would like to order from our web store or if you’d like to help us out. Thanks a lot for your support.
One last thing, I believe there is an upcoming professional music trade event in Japan, we will be represented by the Norwegian promo agency ‘Miss Fixit Agency’, feel free to stop by.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h13.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013