Paramnesia "Paramnesia" review - Page 3 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 21/05/2014, 21h03   #21
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Grind On The Road by Bastard in RECENSIONI (Italie)

http://www.grindontheroad.com/2014/05/15/paramnesia-st/

Torniamo in casa Les Acteurs De l’Ombre Productions stavolta per occuparci dei francesi Paramnesia, che avevamo già avuto modo di apprezzare in sede di recensione dello split coi tedeschi Unru e che ora ci propongono il primo full length della loro carriera.

I punti di riferimento principali sono quelli già evidenziati in precedenza, anche se in questo album appaiono più approfonditi e sviluppati data anche la durata importante dei due singoli brani che lo compongono (per onor di cronaca, venti minuti l’uno). Lunghezza che ha permesso ai Paramnesia di dedicarsi più profondamente al lavoro sulle melodie ma che, inevitabilmente, in caso di “bonaccia” diventa un’arma a doppio taglio: così “IV”, il primo brano del lotto, segue fedelmente i passi di “III” (il loro contributo allo split) assestandosi su lidi discreti ma leggermente prevedibili e scontati. “V”, invece, forte di un incipit davvero aggressivo, vorticoso e di influenze che spaziano non solo fra Ash Borer e Addaura, ma che chiamano in causa anche Panopticon, Fell Voices e soprattutto Weakling (i precursori di un certo modo di intendere il genere, spesso e purtroppo dimenticati), riesce a farsi ricordare molto positivamente e a coinvolgere a dovere anche chi magari non è del tutto propenso verso il cascadian black metal.

La prova del nove del full length che auspicavamo nella recensione dello split si può dire essere stata superata ed essere l’ennesima conferma che, nonostante una durata che potrebbe scoraggiare molti e stancare altri, per questo tipo di proposta musicale il formato ideale può essere solo quello dell’album dove il gruppo può approfondire senza alcun timore le proprie influenze e integrarle al meglio all’interno delle proprie composizioni. Per questo, nonostante un primo brano non proprio eccelso, i Paramnesia sorprendono nella seconda parte del disco e meritano un riconoscimento adeguato.
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 21/05/2014, 21h13   #22
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Brutalism by Hollow Lung (Pays-Bas)

http://brutalism.com/content/paramnesia-paramnesia

This is also Paramnesia's first full length release, hailing from France. Some of the best metal bands come out of France hands down. This band is also a one man project Pierre Perichaud who is a drummer. I always love when drummers create an entire studio project and it's simply amazing.

Now for the skin grating spiral that this record encompasses. In "IV", Only distress and sorrow follow us. We will continue to cry out to nothing with little sense of hope. A fragment of light that you have to squint so hard to see you've almost shut your eyes. As the track goes on it's hard to believe he's got more left to give. Although broken and beaten there is still more to bleed out. It's really awesome how the the vocals are a nice mix of regular screaming and DSBM style vocals. The next track "V", totally reminds me of the beginning of the last Deathspell Omega album, Drought. It has that great dismal, bleak and down trodden vibe to it. Just trying to keep moving but barely being able to. The drummer gives the track more dynamics by not blasting the entire time. He switches up the beat through out the 20 minute track enough where it stays fresh and gives it a better textural landscape. Once again the clean parts on this album are simply gorgeous.

If your a fan of that dismal and spiraling down DSBM sound but want something more of its own thing, then Paramnesia is for you. Keep up with this band cause I know I will.
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 23/05/2014, 08h45   #23
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

FFM Rock by Jochen Strubel (Allemagne)


http://ffm-rock.de/reviews-interview...sia-paramnesia


Gerade mal zwei Stücke zieren das Debüt Album der Franzosen, die es aber jeweils auf eine Laufzeit von über 20 Minuten bringen und schlicht „Iv“ und V“ betitelt sind. Teil I und II befindet sich auf der 2013'er EP und Teil III auf der 2014'er Split mit Unru.
So gemächlich und verträumt, wie „IV“ startet, bleibt es aber nicht, nach einer kurzen Zeit kommt hier harrscher Black Metal mit einem sehr starken Drum Sound, nur ist mir der Gesang etwas zu sehr im Hintergrund gehalten. Das Stück lebt von seiner Schnelligkeit und hat nur ab und an mal ein paar melancholische, depressive und Mid Tempo Parts. Auch „V“ ist im Grundgerüst eine schnelle Nummer, die aber vermehrt auf düstere und beklemmende Passagen setzt. Es braucht auch niemand zu fürchten, dass die lange Spielzeit der beiden Stücke Langeweile aufkommen lässt, das ist nicht der Fall, sondern die Franzosen haben hier eine richtig geile Platte erschaffen, die mir 7,8 von 10 Punkten wert ist.
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 23/05/2014, 08h49   #24
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Noizz Webzine (Espagne)

http://noizzwebzine.blogspot.com.es/...mnesia-st.html


Intenso debut en larga duración para esta banda francesa llamada PARAMNESIA que se formó en el año 2005 influenciada por lo que se denomina como Cascadian Black Metal, con exponentes como WEAKLING, LEVIATHAN, FELL VOICES, ASH BORER, YELLOW EYES, etc. El caso es que no fue hasta el pasado año 2013 que por fin tuvieron una demo, titulada “Ce Que Dit La Bouche d’Ombre”, a la que le siguió un par de tours pequeños por Europa. De todas formas a pesar de no haberse prodigado mucho esta demo sirvió para que el sello Les Acteurs de l’Ombre se fijase en ellos para co-producir el split junto a los alemanes UNRU que salió en febrero de 2014, precediendo al esperado debut que aquí nos ocupa y al que no le han puesto título, o simplemente puedes llamarlo como el grupo.

Este trabajo ha salido a la calle en dos formatos físicos, vinilo y CD, del que ha llegado a mis manos el segundo en un lujoso digipack que es una verdadera maravilla oscura gracias al artwork realizado por el propio batería de la banda, Pierre (Businessforsatan), que ha sabido recrear visualmente esa atmósfera negra que tiene el Atmospheric Black Metal de PARAMNESIA. Y es que los dos temas que componen el disco, titulados “IV” y “V” respectivamente, son como una caída al abismo en la que pasaremos por ambientes opresivos, tormentas violentas, ecos depresivos, y también un fascinante paisaje de otro mundo, de esos que solo la música puede mostrar. Que no le engañe a nadie el hecho de que solo haya dos temas ya que cada uno dura algo más de veinte minutos y puedo asegurar que dejan al oyente más que satisfecho.

Brillante, o más bien debería decir oscuro, debut de estos franceses inspirados en los paisajes del noroeste del continente americano de donde procede ese Cascadian Black Metal. Uno de esos discos que si sabes apreciarlos te llevan a un trance muy intenso en el que las sombras se apoderan de los pensamientos para conducirlos por parajes inhóspitos.


NOTE: 8,75/10
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 23/05/2014, 08h54   #25
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Bleeding 4 Metal by Grid (Allemagne)

http://www.bleeding4metal.de/index.p...iew_de&id=6103

PARAMNESIA liefern auf ihrem selbstbetitelten ersten Vollalbum die Songs Nummer vier und fünf des bisherigen künstlerischen Schaffens ab. Praktischerweise geben die Franzosen ihren Liedern keine Titel, sondern beschränken sich auf Nummerierung. Obwohl die Band bereits 2005 gegründet wurde, erschien das erste Lebenszeichen erst im Jahr 2013 in Form der EP "Ce Que Dit La Bouche d'Ombre" mit den ersten beiden Tracks. Auf der im Februar 2014 herausgebrachten Split mit UNRU wurde dann Nummer "III" veröffentlicht, der nun mit immerhin vierzig Minuten Spielzeit die beiden vorliegenden Stücke folgen. Geboten wird atmosphärischer Black Metal, der ganz eng verwandt ist mit dem der Kollegen ASH BORER oder FELL VOICES. Wüsste man nicht um die Herkunft von PARAMNESIA, es wäre ein Leichtes, sie anhand ihrer Musik nach Kaskadien zu verorten.

"IV" bietet einen ruhigen Einstieg, auf den ein sausender aber straighter Lauf durch die Klanglandschaften folgt, der im letzten Viertel des Songs von depressiveren und unheilvollen Gitarrenwänden zunächst gebremst und dann wieder energisch aufgenommen wird. Kunstvolle Breitwandatmosphäre in Schnell und Schwarz. Die wabernden Gitarren dominieren durchgängig und der nicht weiter identifizierbare Schreigesang bleibt lediglich unterstreichend im Hintergrund. Mit dem sicheren Gespür für empfindsame Stimmung komponiert, vergehen auf diese Art und Weise zweimal zwanzig Spielminuten wie ein gefühlter Wimpernschlag. Liebhaber von Kaskadienatmosphäre verfallen leicht PARAMNESIAs Stimmungsbildern, bei denen nicht Melodien mit Wiedererkennnungswert, sondern undurchdringliche und von schwelgerischer Atmosphäre aufgeladene Klangteppiche, im Mittelpunkt stehen.

Durch ansprechendes Artwork heben sich LADLO-Veröffentlichungen immer sehr wohltuend von der Masse ab und auch vorliegende Scheibe macht da keine Ausnahme. Hier hat PARAMNESIAs Drummer Pierre, aka Business for Satan, selbst Hand angelegt und in aktueller Matt/Glanz-Optik die von der Band in ihren Songs transportierte düstere Stimmung zurückhaltend, aber mit viel Liebe zum Detail, visuell umgesetzt.

NOTE: 8/10
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/06/2014, 10h19   #26
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Dagheisha by Divine (Italie)

http://www.dagheisha.com/prod/main/c...6#.U5Anql4YmQs


Nel giro di pochi mesi abbiamo assistito alla collaborazione con Unru ed alla release di queste due tracce che segnano l'esordio ufficiale per l'artista francese devoto al black metal atmosferico di matrice statunitense. I riferimenti a Wolves Of The Throne Room, Leviathan e Feel Voices sono palesi ma sono due gli aspetti fondamentali da sottolineare. Intanto, forse per la prima volta, un esponente della scena transalpina decide per un taglio netto con quella norvegese. Sono in molti i gruppi che in questi anni hanno dimostrato una personalità distintiva in tale settore, tanto da spingere il movimento d'oltralpe a livelli di notorietà inattesi, ma nessuno finora aveva operato una dimarcazione tanto forte. In secondo luogo Pierre Perichaud, attivo come artista visuale e tatuatore nel circolo urbano di Strarburgo, riesce ad infondere ad i suoi stacchi dark ambient e depressive drone un immaginario visivo disarmante. Ascoltando 'IV' e 'V' verrete proiettati nelle foreste più fitte, quando la brina ferisce più di una lama ed il respiro è affannoso. I due episodi durano venti minuto ciascuno e sono stati registrati presso l'Hubrahum di Karlsruhe. I progressi rispetto all'ep 'Ce Que Dit La Bouche D'Ombre' e lo split sono evidenti e si ha la chiara percezione che il progetto stia trovando la propria collocazione in ambito internazionale.
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/06/2014, 10h46   #27
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Sons Of Metal par Metalkouni (France)

http://sons-of-metal.com/tag/paramnesia/



Paramnesia voit le jour en 2005 à Strasbourg. Une démo intitulée Ce que dit la bouche d’ombre sort en 2014. Le groupe évolue sous la forme d’un quatuor et est composé d’Antonin à la guitare, de Thibault au chant, de Pierre à la batterie et de Simon à la basse. L’album bénéficie d’une belle version digipack, sortie chez LADLO.

Deux morceaux composent cet album. Comment ça deux morceaux ? Oui, mais d’une durée de vingt minutes chacun. Une chronique doit rimer avec objectivité, une chronique c’est tenter d’analyser les faits, une chronique c’est faire abstraction de son affectif, enfin, c’est afficher une certaine forme de neutralité. Votre serviteur du jour est donc chargé d’appliquer ces principes pour tout album. Mais votre serviteur doit aussi vous avouer une irrépressible envie de zapper l’œuvre qui lui est proposée. Mais, ce serait trop simple et manquer de respect aux musiciens œuvrant sur cet opus. Même s’il ne faut être binaire et se limiter aux catégories du « bon » et du « moins bon », il est parfois nécessaire de se satisfaire de ces deux seules catégories. Commençons de suite par le « moins bon » : le chant a dû être enregistré en dehors du studio d’enregistrement, tellement il est loin. Il est tellement loin qu’il en est presque absent. Le chant, dans la musique de Paramnesia s’apparente à une longue série de hurlements sans distinction aucune. Et comme il faut toujours voir un bon côté aux choses, de par ce fait, il n’est là nul besoin de trouver des paroles à écrire et encore moins à comprendre. C’est du black metal atmosphérique ? D’accord, mais parfois être privé d’une atmosphère ne serait pas si mal que ça non plus. Pour le côté dit du « bon » maintenant : musicalement, nous avons droit à une certaine ligne mélodique, nous pouvons même dire à une ligne mélodique certaine, avec des passages très calmes. Passages servant de prétextes à un déferlement de riffs répétitifs où l’on perçoit au loin les hurlements précités. Le jeu de batterie se fait intéressant cependant. C’est sombre, désespéré, mortellement noir, c’est beaucoup de choses et chacun ira de son petit commentaire. La production de l’album n’est pas mauvaise mais ne bénéficie pas non plus d’un son exceptionnel. On aime, on déteste, on prend ou on jette. Le mérite consiste quand même à délivrer deux fois vingt minutes, tout le monde n’ose pas mais tout le monde ne le souhaite pas non plus. Et sans vouloir faire offense aux musiciens, loin s’en faut, il est difficile d’extraire quelque chose du magma musical proposé. Mais il est essentiel de respecter le choix musical fait par le groupe.

Paramnesia se montrera plus que déroutant pour les non aficionados du genre, à la limite de l’indigestion. Néanmoins, amis metalleux, la curiosité étant le meilleur des défauts, montrez-vous curieux de cet album. Ne serait-ce que pour le travail effectué par le groupe. Ensuite, c’est votre propre avis qui compte et c’est bien là le droit essentiel de chacun.
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/06/2014, 10h55   #28
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Pest Webzine by Adrian (Roumanie)


http://pestwebzine.com/index/may_2014_page_2/0-874


The look of this CD is simply brilliant, one of the best looking digipacks I've seen lately, complete with an excellent cover artwork and concept; impressing. Unfortunately the music is not as impressing as the look, Paramnesia, what seems to be a one-man-band, walks on Ambient / Shoegaze Black Metal paths, but unfortunately doesn't stand out with anything. Hopefully this is just the beginning of a fantastic journey, but although well-executed and well-thought to combine traditional Black Metal patterns with mesmerizing, hypnotic Shegaze templates, it only manages to do that without adding something of its own, or at least I can't distinguish anything original. Now don't get me wrong, if you're into this kind of music you'll certainly enjoy these 2 tracks (each clocking more than 20 minutes) and the guy behind Paramnesia or the label don't have anything to be ashamed of, it's a nice-flowing, interesting release with probably a strong concept behind it, only not enough to be groundbreaking as one (or at least me) would expect.

NOTE: 7.5/10
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/06/2014, 12h19   #29
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Black Metal and Brews by Ben (U.S.A)

http://blackmetalandbrews.com/2014/0...ia-paramnesia/


It was about this time last year when I first became familiar with French black metal act Paramnesia. They sent me the files for their magnificent release, Ce Que Dit La Bouche D’Ombre, which ultimately became one of my favorite albums of 2013 and still is an album which I visit frequently. When it came to my attention that these fellows had another release under their belts, this time a self-titled album, I knew I had a real treat on my hands. As with last year’s release, these two tracks continue in numerical order, starting with “IV” (as “III” belongs to a recently released split with UNRU, which is also an incredible, worthwhile release), allowing the music to do the speaking, as it were.

With each song stretching just past the twenty minute mark, this is not an album to be taken lightly, nor should one consider it background music. I played this while cooking dinner once, which was enjoyable but I’ll admit that the weight of this album was almost entirely lost on me due to my lack of focus. I strongly urge my readers to either listen through a great sound system or through headphones, as the presence of the listener will greatly impact the depth of this experience, and Paramnesia is an album worth fully experiencing.

“IV” opens with tones that are soft, yet somehow ominous, before diving headfirst into a barrage of glory that shows last year’s promise of strong USBM influences (especially from the likes of Ash Borer or Yellow Eyes) has been fulfilled. The melodic riffing verges more towards textures than actual strum patterns, creating a tapestry of beauty and ferocity so dense it’s nearly suffocating. While this is on the more harmonious side of the black metal spectrum, by no means is this a mellow or even welcoming affair. There are hints of post-black majesty and beauty, but Paramnesia’s approach borders on relentless, due in great part to drums that, when not blasting, are still exploding outward rapidly. My favorite moment comes just around the six minute mark, as the guitars hum in an almost angelic way while shrieks and howls ring out over a perfectly timed blast beat all before dropping out a mere minute later in one of the album’s rare mid-paced segments. This isn’t necessarily rewriting the rules for black metal, but I’d be lying if I said this wasn’t a perfect example of the genre’s strengths. Counterpart “V” spirals in with an even greater urgency, if such a thing is possible. It takes nearly two minutes to get started, but once the song takes hold, it’s both painful and beautiful in every way one would want. After a year of listening to this band obsessively, this is the song that captivates me above all else. I could say so much about this song, but if you have the time, I really urge you to just sit with this song and take it all in over the course of a few serious listens.

Copies of this album can be purchased from Les Acteurs de L’Ombre on both CD & LP, along with shirts and pins featuring art by Business for Satan. Don’t miss out on this, as it’s sure to be another top pick for me, and possibly you.
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/06/2014, 12h36   #30
Nax
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: octobre 2013
Messages: 289
Par défaut

Thrashocore par Greg - AXGXB (France)

http://www.thrashocore.com/membres/m...ur-membre.html



La France à toujours fait preuve d'un vif intérêt envers le Black Metal. Dans les années 90, nombreux étaient déjà les groupes à se plonger corps et âme dans la pratique de cet art noir, faisant émerger au passage quelques groupes aujourd'hui mondialement reconnus (Blut Aus Nord, Deathspell Omega, Peste Noire, Seth...). Il semble alors tout à fait normal qu'en 2014, le pays continue de suivre de très près les mutations d'un genre que certains s'évertuent à réinventer chaque jour.
Après Regarde Les Hommes Tomber et The Great Old Ones, Les Acteurs De l'Ombre récidivent avec la découverte de Paramnesia, groupe français se révélant une fois encore plutôt intéressant. Originaire de Strasbourg et formé en 2005, le groupe vient de sortir en l'espace de quelques semaines seulement un split en compagnie des Allemands d'Unru ainsi qu'un premier album dont nous allons parler ici.

D'emblée, Paramnesia affiche de quoi séduire. L'artwork, tout en mystère et en sobriété, intrigue et pousse inéluctablement à la découverte. Le soin apporté à cette version digipack (gracieusement envoyée par le label - merci à eux) est tout aussi intéressant avec notamment l'usage d'un vernis sélectif pour mettre en relief quelques parties de l'artwork (ce personnage sur la pochette, les quelques empruntes digitales, ces mains à l’intérieur de l’album etc…). Des détails me direz-vous mais des détails souvent révélateurs du soin apporter à la musique elle-même.

Mais l'intérêt de ce premier album de Paramnesia ne réside pas uniquement dans son emballage mais bien évidement dans ses deux titres qui affichent l'un et l'autre un tout petit peu plus de vingt minutes au compteur. L'auditeur aguerri aura très vite compris de quoi il retourne, pour les autres disons que les Strasbourgeois officient dans un Black Metal atmosphérique aussi appelé "Cascadian Black Metal" ou "Post Black Metal". Dénominations plutôt étranges que l'on voit désormais fleurir depuis l'avènement d'un certain Wolves In The Throne Room.
Fidèle à ce que l'on connaît du genre, le groupe ne surprend pas dans la manière qu'il a de construire ses morceaux. Il faut dire que le format de ces compositions impose une certaine mise en forme plutôt systématique, ceci afin de conserver un soupçon d'attention de la part de l'auditeur. Aussi, les séquences se suivent mais ne se ressemblent pas toujours, se mouvant petit à petit, au fur et à mesure que le temps avance. Comme souvent, l'auditeur doit ainsi apprivoiser des titres à géométries variables, des titres qui minute après minute ne cessent d'évoluer pour, de ses multiples parties, ne constituer qu'un tout. Ainsi, aux passages lumineux, mélodiques et contemplatifs succèdent naturellement des séquences beaucoup plus soutenues à grand renfort de blast beat aliénants et de riffs froids et mélancoliques. À ces atmosphères apaisantes et éthérées succèdent également des ambiances beaucoup plus tendues et anxiogènes magnifiées ici par cette voix lointaine, plaintive et en souffrance. Tellement lointaine qu'elle semble complètement hors du tableau, camaïeu de gris, que dresse ici Paramnesia.
Enfin, comment ne pas saluer l'envie de foncer tout simplement tête baissée dans cette interprétation riche en émotions de ce qu'est pour eux le Black Metal? La production toute sèche et naturelle va dans le sens d'une certaine pureté du propos. Sans artifice, sans distraction... Une représentation crue et violente de sentiments sombres, tristes et mélancoliques.

Toujours aussi délicat à appréhender de part son format peu académique, ce premier album devrait néanmoins réussir à convaincre très facilement les amateurs du genre. Paramnesia ne cherche pas ici à surprendre mais plutôt à convaincre par sa capacité à s'approprier les codes régissant aujourd'hui ce qu'est (en partie) le Black Metal atmosphérique. Pour être assimilé et ainsi prendre part à ce voyage douloureux, il faudra faire preuve de détermination et de patience. Un album exigeant et contemplatif, tantôt subtil, tantôt frontal. Un album de paradoxes à la portée de quelques uns seulement.


NOTE: 7/10
Nax est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h17.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013