Reviews/Interviews Lifestream - Page 3 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 06/02/2016, 02h03   #21
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal is the law

http://www.metalisthelaw.com/?p=3594

"
LIFESTREAM -Post ecstatic experience-

LIFESTREAMGroupe : LIFESTREAM
Titre : Post ecstatic experience
Label : Autproduction/LADLO Productions
Année : 2015

A tous ceux qui souffrent de ne jamais avoir été, à tous ceux qui se languissent de ne pas pouvoir être, voici un album du nouveau millénaire qui vous montrera que l’on peut être sans avoir été et que l’on peut écrire des choses pertinentes en évoluant dans le sombre.
Parce que voici ce que le premier album de LIFESTREAM offre à l’auditeur à travers son black metal, il souffle un vent ténébreux et tétanisant de froideur pour mettre en musique la créativité la plus sombre de son démiurge qui se compose lui-même de cinq entités issues de formations black et death qui ne vous sont certainement pas inconnues…
Et même si ses membres n’ont pas traversé tous les âges de la musique death et black metal, l’on sent aujourd’hui que leur capacité à écrire des chansons qui touchent vraiment celui qui a envie d’écouter autrement qu’en roulant dans sa voiture ou en s’enivrant au point de ne plus rien comprendre, est tout simplement débordante de maturité et impressionnante de professionnalisme quant à son inspiration.

Grâce à « Post ecstatic experience », LIFESTREAM construit une passerelle d’acier galvanisé et sculptée d’une manière oppressante et hostile dans l’univers du black metal qui relie quelque part, beaucoup de traditions scandinaves dans l’agressivité (et certaines parties rapides au côté bien entendu « evil »), au propos actuel qui s’est immiscé dans cette scène depuis quelques années : à savoir la vue moins sectaire que peut avoir le black metal aujourd’hui, bien souvent dans ses atmosphères post-apocalyptiques. Un peu comme si Elend avait pris un chemin plus rapide et agressif pour parvenir à ses fins. Aussi noir, aussi profond, mais violent autant dans sa rapidité que dans sa pensée.

Avec un artwork qui rend hommage sans équivoque au grand Gustave Doré dont même les profanes ont déjà su apprécier les œuvres, en neuf chapitres et plus d’une heure d’écoute, ce premier album de LIFESTREAM déchire et met en pièces l’âme aventureuse de l’auditeur perdu. Il éparpille notre essence parce qu’il possède la classe inébranlable que pouvaient avoir les albums de Limbonic Art dont la facette dramaturgique (et non symphonique comme l’était Limbonic Art) est grandement appuyée ici par des claviers qui angoissent l’auditeur par leur effet suffoquant. Un effet qui sort totalement de son trou sur le quatrième titre « Parasite Glory », où d’ailleurs LIFESTREAM commence vraiment à faire la différence sur l’album entre lui et la multitude de groupes existants aujourd’hui coincés entre deux mondes.

Pourquoi « commencer à faire la différence ? »
Tout simplement parce que si l’introduction du départ, et les deux premiers titres de l’album, sont de bonne consistance et présentent la noirceur et l’anti-matière que LIFESTREAM semble vouloir mettre en avant, ils possèdent au delà de leur vitesse et instinct black metal, juste de quoi subsister par auto-suffisance ; c’est à dire donner à l’auditeur du black metal tant atmosphérique que malsain, mais sans y rajouter un savoir-faire en plus-value.

Tandis qu’à partir de « Parasite Glory », LIFESTREAM prend un envol considérable pour atteindre des sommets vertigineux de prestance.
Si les titres sont tous plus ou moins longs, c’est véritablement celui-ci qui donne à LIFESTREAM une valeur incontestable dans la scène black metal française. Emporté dans une tourmente incessante avec une chanson qui dure dix minutes, l’auditeur se rend compte que les guitares ont évolué et ont pris une autre tournure, cela s’entend juste avant la fin de la première minute. De plus les claviers prennent une ampleur beaucoup plus transcendante pour englober le thème dans un linceul impalpable mais pourtant tellement ressenti.
La fin du titre est magistrale et puissante au point d’en donner des frissons de terreur.
A partir de cette partie de l’album il apparaît évident que l’écoute en devient différente car plus appuyée, plus curieuse, plus attentive, et l’on se rend compte de rien que le début de « Celestial Scourge Subjugation » , on est monté de plusieurs marches, et ce morceau également possédera une majesté et une portée encore plus noire que son prédécesseur grâce à des claviers et des rythmiques de guitares qui plongeront intégralement l’auditeur dans cette mélasse visqueuse et poisseuse. Une mélasse largement mise en avant par une production (Darkened Studio) qui donne à l’album une sensation d’étouffement, une impression de voile tout au long de l’écoute qui au final se calque à merveille sur les thématiques des chansons.

De minutes en minutes et jusqu’à la fin de l’album, on se retrouve à adorer ce que l’on écoute, les accélérations et moments plus atmosphériques de « Sad thoughts overdose » ne font que renforcer cette sensation de béatitude spirituellement « antonymique » où grâce, encore une fois aux claviers et à ces guitares presque religieuses, on s’aperçoit que la pochette de l’album est exactement celle qu’il fallait. Car on fait ce parallèle entre ce que l’on écoute et ce que l’on regarde. Et c’est à ce moment précis de l’album qu’il est important de le faire.
Ce n’est pas pour autant que LIFESTREAM tombe dans le piège du tout grandiloquent puisqu’ils conservent malgré tout ce côté raw et malsain jusqu’à la fin de l’album ; « Two faces » étant là pour le rappeler et remettre sur nos visages satisfaits mais interdits, cette grimace qui nous replace notre sourire dans l’autre sens. Comme le psychopathe au milieu de la foule qui montre son véritable visage et que l’on ne voit pas.
Et jusqu’à la dernière seconde LIFESTREAM mènera sa barque comme le passeur sur le Styx, avec sérénité et froideur, c’est ce qui donnera également à l’album toute sa splendeur.

« Post Ecstatic Experience » est à vivre et à écouter, comme les litanies de Satan de ce bon vieux Charles étaient à lire et à contempler au milieu de toutes ses fleurs…. "

25/02/2016
Arch Gros Barbare
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 02h05   #22
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Noizz webzine

http://noizzwebzine.blogspot.com.es/...xperience.html

LIFESTREAM - Post Ecstatic Experience

Publicado por NOIZZ
Nota : 9/10

" El sello francés Emanations, una ramificación de Les Acteurs de l'Ombre Productions, nos presenta el primer álbum de esta banda llamada LIFESTREAM, la cual se formó en 2012 con gente experimentada dentro de la escena Black Metal y Death Metal. Una experiencia que se nota cuando escuchas las composiciones de este disco, al que han bautizado como “Post Ecstatic Experience”, en las que consiguen que el Black Metal de vieja escuela se sumerja profundamente entre atmósferas etéreas que harán volar al oyente en medio de abismos fascinantes. Siete cortes que invitan a explorar el lado oscuro de la existencia a medio camino entre la épica y el misticismo, algo que sin duda hay que escuchar para poder experimentar como es debido.

“Post Ecstatic Experience” se publicó el pasado año 2015 en formato casete, aunque lo que tengo entre manos es la elegante versión digipack del álbum, que cuenta con la calidad habitual del sello. Además es un trabajo que suena diferente a lo que suele ser el Black Metal actual, estando inspirado claramente por la crudeza de la vieja escuela pero con esos ambientes más actuales cercanos al Post Black Metal o el Avantgarde. En cualquier caso lo más reseñable son las magníficas atmósferas que emanan los temas, generando una sensación siniestra y agradable al mismo tiempo que resulta de lo más adictiva, siendo uno de esos discos que apetece escuchar de principio a fin sin interrupciones. De hecho cuanto más escuchas el álbum más te atrapa en su fascinante caída al abismo.

Las grabaciones, mezclas y masterización realizadas en Darkened Studio han dado un resultado francamente bueno, alcanzando el punto exacto que necesitan los temas de LIFESTREAM para sonar sombríos, crudos y atmosféricos. Por otro lado la presentación del disco es realmente exquisita, con una elegancia oscura que encaja muy bien con el contenido que encierra “Post Ecstatic Experience”. Y aunque el acabado del álbum sea de primera calidad en todos los aspectos, la música tiene esa magia que solo se puede encontrar en el underground más selecto. Así que si te gusta el Black Metal, en su más amplia expresión, deberías hacerte con este trabajo de inmediato. "

http://www.lesacteursdelombre.net
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 02h16   #23
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Schlachtenruf

http://schlachtenruf.de/schlachtenruf/?p=3398

Lifestream – Post Ecstatic Experience
18. Januar 2016
Eingestellt unter: Reviews IJKLM
Lifestream - Post Ecstatic Experience

" Heute landete die CD der französischen Black Metal Band lifestream in meinem Postkasten. Und die ist schwere Kost. Das meine ich nicht negativ, sondern wörtlich.
Bis diese Platte richtig zündet, benötigt ihr ein paar Durchläufe. Zu vielschichtig, mächtig, erhaben und detailliert ist die Musik, als das man ganz entspannt daneben sitzt und Bier trinkt (gut…, geht natürlich auch).
Die Band legt Wert auf Qualität. Und so wirkt alles, wie aus einem Guss. Die Produktion passt zu den lyrics und dem Coverartwork. Und das weiss zu gefallen.

Mit was könnt ihr rechnen? Recht flott, nicht unbedingt rasend, gespielten, düsteren Black Metal der Marke Emperor meets Aeternus. Ich find´s richtig gut. Aber wie gesagt, nichts, was man sich mal so nebenbei anhört. Die Stärken des Albums kommen auch dann, wenn das Gaspedal nicht bis zum Anschlag durchgedrückt wird. Und so darf man bei der doch noch recht jungen Band (Gründung 2012) abwarten, was da noch kommen wird. Kurz und gut: Sehr gelungenes Erstwerk. Rein hören und kaufen! "

Maxat Tormentvras
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 02h17   #24
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal france

http://www.metalfrance.net/chronique...tic-experience

LIFESTREAM - Post Ecstatic Experience
Pochette de l'album Post Ecstatic Experience par LIFESTREAM

Introspective Maze
An Unfathomable Dereliction
Lifeless Solace
Parasite Glory
Celestial Scourge Subjugation
Sad Thoughts Overdose
Two Faces
Beyond the Seventh Heaven
Banshee

LIFESTREAM
Black Metal
Par olivier no limit

Publié le 19/01/2016


" « Post Ecstatic Experience » du groupe français LIFESTREAM. Sorti en 2015, les ACTEURS DE L’OMBRE viennent juste de m’envoyer ce cd, alors je m’y mets de ma petite chronique.

Longues plages musicale, le blast beat présent mais en retrait, la voix black un peu en arriere fond elle ausi, mais qui tout au long de ce cd sait nuancer son propos pour varier les émotions développées.

Ils nous emmènent dans un black assez atmosphérique, qui allie la mélancolie avec quelque chose de beaucoup plus noir, d’occulte.

Alternance de plusieurs paysages musicaux au sein d’un même titre, cette musique se veut prenante, envoutante et bien sûr menaçante et les musiciens y parviennent sans problème.

Sur des plans de guitare répétitifs ils font monter « la sauce », la tension malsaine et désespérée qui est souvent le lot de cette musique.

De la mélodie il y en a dans ce black qui fait passer l’émotion avant la rage alternant parfois moments emportés et instants plus ambiants, pendant que ce clavier « de voix humaines x ajoute une grande profondeur à leur musique (célestial scourge subjugation). Ils peuvent même se payer le luxe de raisonner un peu épique (sad thoughts overdose).

Tu fermes les yeux ou la lumière et tu voyage sans billet (de retour) dans un monde qui aurait pu paraître léger, mais qui est embué de l’empreinte du metal noir.

Cela dure longtemps mais si tu y prends gout tu ne vois pas le temps passer, car pour une première fois, ces musiciens, issus du Black et du death, ont pondu une petite galette vraiment cohérente et entêtante. Inspirées !

Il n’y a pas à dire, le black est vraiment un trip à part….quand c’est bien fait et c’est le cas ici. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 02h35   #25
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

sur radio RJR – Reims par Vladimir

http://www.rjrradio.fr/a-propos

« Lifestream est un groupe de Black Metal français vraiment très prometteur. Si je vous en parle aujourd'hui c'est pour vous conter les louanges de leur album du nom de Post Ecstatic Experience. Et tout de suite on se lance dans les informations sur l'album :
-Post Ecstatic Violence est sorti en 2015 sous le label Emanation, édité dans un premier temps en vinyles, il est ressortit sous format digipack en décembre 2015.
- La pochette de l'album représente un ange qui tombe du ciel, il s'agit probablement d'une représentation de Satan chutant du paradis, cette image est très représentative de la musique...
-Il est composé de 9 morceaux et a une durée totale de 1H environ. Les morceaux sont ainsi très longs à notre plus grand bonheur.
-C'est un album de Black Metal, avec des textes chantés en anglais.
-Enfin, Post Ecstatic Experience est le premier album du groupe.

Désormais penchons-nous un peu sur la musique :

Offrant donc un Black Metal aux tendances Post-Black, il est fort difficile de ne pas penser au mythique In The Nightside Eclipse de Emperor de par les nappes de clavier qui donnent un côté magistrale et hypnotique à une musique alternant violence et extase.

Sur Post Ecstatic Experience on se retrouve plongé dans un univers sombre et dramatique, la contemplation de la souffrance d' un être humain. Cette dualité permanente se ressent notamment dans le chant qui peut être tantôt haineux, tantôt mélancolique.
Cet album possède une forte personnalité, ce qui est tout à fait remarquable. C'est d'autant plus remarquable qu'il s'agit du tout premier album du groupe.
Certains morceaux sortent du lot comme les morceaux Two Faces ou encore Parasite Glory. Le meilleur morceaux de l'album reste néanmoins Two Faces qui, du long de ses 10 minutes, nous plonge dans l'extase d'une chute désespérée et infinie où l'on peut contempler les étoiles.
Don Juan Matus disait : « l'art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un homme avec la merveille d'être un homme ». Si je devais résumer cet opus avec une seule phrase se serait celle-ci.
A la fin de cet album on a l'impression de mettre fin à une expérience mystique et occulte diablement plaisante.
Post-Ecstatic Experience est assurément un très bon album, il faut cependant nuancer ce propos car il faut être un auditeur avertit pour savoir apprécier ce chef d’œuvre musicale qui ne peut pas plaire aux petits metalleux fans de groupes mainstream.
Tout de suite on va s'écouter Two Faces, de Lifestream, sur RJR. »
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 02h42   #26
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

The pit of the damned - Italy

75/100

http://thepitofthedamned.blogspot.it...xperience.html


#PER CHI AMA: Black Atmosferico, Emperor, Dissection
Ancora Francia, ancora Les Acteurs De l’Ombre Productions, nella sublabel Emanations, ancora black metal di classe, questa volta con i malatissimi Lifestream e un sound oscuro come la pece, che non fa prigionieri. Una tempesta di metallo nero che si abbatte sulle nostre teste attraverso nove pezzi che, pur non inventando nulla, colpiscono per quell'insana melodia che i cinque musicisti di Bordeaux sono riusciti a creare e infondere con questo 'Post Ecstatic Experience'. Dicevo nove pezzi per la versione in cd, nella tape ne troverete invece sette. Il disco apre con la mefitica e breve "Introspective Maze" che prepara a "An Unfathomable Dereliction" che irrompe a gamba tesa con un riffing serrato contrappuntato da ottime melodie che potrebbero evocare i fasti di un passato glorioso dello Swedish black dei Dissection unito all'intransigente sound di Deathspell Omega o le estranianti melodie dei Blut Aus Nord. In Francia il black è di casa e ha ormai soppiantato quelle nazioni nordiche che hanno dato le regali origini al genere. I Lifestream sono l'ennesima band partorita dai cugini transalpini, che propongono una nuova rilettura di una musica che non ne vuol sapere di passar di moda. Non stupitevi quindi delle fosche melodie di "Lifeless Solace" che rievocano gli Emperor nelle loro parti più atmosferiche. I cinque galletti sanno quello che fanno e lo fanno davvero bene, segno che la LADLO Productions ha avuto ancora una volta l'occhio lungo. "Parasite Glory" è un pezzo che unisce saggiamente la violenza del black con alcune partiture heavy, e un vocalist che offre una componente vocale più improntata al growl che allo screaming. Gli spettri del sound scandinavo dei primi Dimmu Borgir, di Samoth e compagni, e tutta la combriccola inclusa nella seconda ondata black di metà anni novanta, rivive in questa traccia, in cui rallentamenti doom e suggestioni horror, la identificano come la mia song preferita del disco, soprattutto considerati i suoi lunghi 10 minuti di durata. Se "Celestial Scourge Subjugation" strizza l'occhiolino ai Ved Buense Ende per le sue disarmoniche chitarre, "Sad Thoughts Overdose" colpisce per il malinconico feeling sprigionato dalle sue ancestrali melodie. Il disco scivola via offrendo una certa fierezza nei suoni, interessanti partiture corali, plumbee parti atmosferiche, ipnotiche ritmiche serrate (nella lunga e tortuosa "Two Faces") e talvolta malinconici riff di chitarra a suggellare un'altra bella uscita discografica da parte dei nostri vicini francesi, intelligenti peraltro nel puntare sempre sulle band di casa propria. Lo capissimo anche noi in Italia, e non vedremo certo le nostre più talentuose band migrare verso le grosse etichette indipendenti. Gran bell'album comunque 'Post Ecstatic Experience', la cui unica pecca potrebbe essere identificata nella sua eccessiva durata che va oltre l'ora di musica. (Francesco Scarci)

(Emanations - 2015)
Voto: 75
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 02h48   #27
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

the midlands rocks

http://www.themidlandsrocks.com/inte...es-lifestream/

Interview with J., singer for France’s Lifestream

Keep the grey flame alive!

First released in April 2015 on a limited run of 100 cassettes, Lifestream’s debut album Post Ecstatic Experience (reviewed here) was finally released on CD in December. An accomplished album, it stands as a very impressive introduction to this French black metal mob. Here, vocalist J. talks to MR’s Jason Guest about the band’s formation and their influence’s the debut album and its creation, working with Emanations for its release, live shows, and the relationship between rapture and collapse…

Thank you very much for taking time out for this interview and congratulations on Post Ecstatic Experience. To begin, can you give us some background on the band? Lifestream formed in 2012. What drew you together to form Lifestream?

I think that it is first of all our love for music, black metal in particular that we listen for tens of years now. Many bands were truly inspirational for us, and we wanted to do the same; try expressing our feelings through this style of music, proposing our own vision about it and more generally about world surrounding us.

Who are the bands main influences? And how much of an impact have they had on Lifestream?

We each have our own influences, some out of the metal scene. Personally, if the melody reaches me and makes me feel familiar emotions, no matter the kind of music, it’s fine.

Regarding black metal, I’ve always been attracted by the melodic side, its melancholic mood but also its dark atmosphere. If I had to mention some bands, it would be for example Pantheion, old-Negator, Enslaved, Kvist, Taake, Ascension, Urkaos…

In our first album, I think we can hear these underground emotions, old or newer. So these bands had an impact, maybe unintentionally. And mixed with our other influences apart from metal music, it gives an interesting result, driving our black metal a little more modern. But it’s our first draft, black metal influences are still here, not totally drown yet.

What did you want to achieve with your debut album?

As described above, black metal is our chosen means of expression to develop our emotions, our world’s concept. We wanted to be sincere as possible, and it will always be our line of conduct. We chose a theme that allowed us to approach this existential side which is dear to us.

Did you have an idea of how you wanted the album to sound or did each of the tracks and the whole thing take shape as it was being developed?

Since we formed Lifestream, we decided to play a melodic black metal with darker parts, and not a brutal one, raw and violent.

Regarding the composition, it is rare for us to have a precise idea of a final song before its creation. Nevertheless, the album has an intentional unity. Most of the time, guitar riffs are the base of a song. Then everyone works around it, trying different ideas. When all instruments are fixed, we compose the samples, and finally write the lyrics.

How long were you working on the material and how did it evolve since writing began?


The album was made over two years. Since the beginning, we knew what we wanted to fulfill, what kind of guitar riffs we would play, how would sound our first release. There’s still been an evolution, because of the original line up which changed, and also our taste evolving with time. Some parts of pieces are sounding more elaborate, away from our early influences, like the slow melodic part of “Parasite Glory” that we found almost at the end of the composition’s process.

Can you tell us about the album title, its meaning and how it relates to the music?

Post Ecstatic Experience concept is the correlation between rapture and collapse. Much like the Yin and Yang, two extremes totally opposed, but actually deeply linked. You can find this concept in a lot of very different situations in life, this is what interested us. This duality is the essence of our music, and reflects particularly the album. Some triumphant and epic moments, others depressing or dark.

What are the themes across the album? And what draws you to these themes?

Each song puts in situation this bipolar concept described just before. Without doing a track by track, we start from a positive situation and broach for example loneliness, mourning and its stages, misunderstanding, glory and its decline, blind faith in a lie, disappointment followed by a rebellion… told metaphorically, often with double meanings, double interpretation. Generally all these topics raise existential questions (or questioning), show the result of certain actions and of the fall itself, in good or bad, and the continuity. These themes were inspired by the experience of life, hence the album’s name. To express it can be cathartic… or not.

Lifestream 2016

Can you tell us about the artwork and how it relates to the music?

The artwork comes from an old italian engraving and represents Icarus. This famous myth tells the story of a man who, getting to close to the sun, burns the wax of his made wings, falls into the sea and drowns. I think we could not find a better metaphor for our theme, with all the messages and interpretations it carries, in addition to the obvious duality light/darkness.

How did you come to work with Emanations for the release of the album? And do you plan to stay with them for future releases?

We were lucky to have a positive feedback from the French known label Les Acteurs De L’Ombre, which created at that moment Emanations, a subdivision of their label. They offered us the release of our album on a tape format. It was a great opportunity for us to promote our album, and we already knew their strong investment in the bands they promote and in metal music in general, so we took that chance.

For the CD format, we proposed them a co-production, and they accepted. They really do great work, it is very encouraging for us.

So yes, maybe we will release our second album on Emanations. We don’t have the monopoly over final decision, but it would be great.

The album first appeared as a limited cassette release in April 2015 with the CD being released in December 2015. What took so long for the album to be released on a wider scale?

Actually, we had a plan of release and promotion with another label for September, 2015. But it was postponed in 2016, and we could not wait any longer. So the co-production remained the best option, and the CD Digipak appeared in December on Emanations.

How does the band approach composition? Is it lyrics first, or the music or a melody perhaps?

I answered already a little bit in a previous question. But yes, we very often start with guitar melodies, which are the base of the composition. All the rest comes by following.

Regarding lyrics, I write them only when the song is entirely composed, fixed and finalised. I prefer proceeding like this simply because I can better decide on which parts of the song I speak, the amount of paragraphs, words etc. Whereas with a text written in advance, you can end up with more words than necessary, or the reverse. And I do not like to repeat the same paragraph. No chorus. Like a chapter in a book.

What does the act of making music mean to Lifestream?

Making music is first of all a way of expression. I think the role of an artist is to make people think, think about world, life in general, about their condition, themselves, all this by trying to put into words his own feelings, emotions, outlook. That will necessarily be familiar to someone. And nowadays it’s important that people identify with the artist, to raise his awareness, sometimes to see the invisible, or simply to feel less alone. Music has that power, and we try to use it in this way, while having fun.

Any plans for shows in support of your music?

We’re working on it! We have about fifteen concerts planned in France for this year, but for the time being, nothing abroad.

What would be the ideal setting for a Lifestream performance?

Any place that would showcase the play of light and create a sombrely mesmerizing atmosphere.

What does the future hold for Lifestream? Is there more music on the works?

There will be a second album for sure. We must come to an agreement on the musical direction the band is going to take. We have new guitar riffs, but no composition yet. I think it will be more melodic, more epic, more experimental, less traditional without abandoning the occult side of our music. Only the future will tell !

Thanks again for taking time out for this interview. Do you have any closing words for our readers?

Thank you for your interesting questions, for being so much interested in our project, and thanks to all the people who support us! Keep the grey flame alive!
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/02/2016, 17h13   #28
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

The pit of the damned - Italy

75/100

http://thepitofthedamned.blogspot.it...xperience.html


#PER CHI AMA: Black Atmosferico, Emperor, Dissection
Ancora Francia, ancora Les Acteurs De l’Ombre Productions, nella sublabel Emanations, ancora black metal di classe, questa volta con i malatissimi Lifestream e un sound oscuro come la pece, che non fa prigionieri. Una tempesta di metallo nero che si abbatte sulle nostre teste attraverso nove pezzi che, pur non inventando nulla, colpiscono per quell'insana melodia che i cinque musicisti di Bordeaux sono riusciti a creare e infondere con questo 'Post Ecstatic Experience'. Dicevo nove pezzi per la versione in cd, nella tape ne troverete invece sette. Il disco apre con la mefitica e breve "Introspective Maze" che prepara a "An Unfathomable Dereliction" che irrompe a gamba tesa con un riffing serrato contrappuntato da ottime melodie che potrebbero evocare i fasti di un passato glorioso dello Swedish black dei Dissection unito all'intransigente sound di Deathspell Omega o le estranianti melodie dei Blut Aus Nord. In Francia il black è di casa e ha ormai soppiantato quelle nazioni nordiche che hanno dato le regali origini al genere. I Lifestream sono l'ennesima band partorita dai cugini transalpini, che propongono una nuova rilettura di una musica che non ne vuol sapere di passar di moda. Non stupitevi quindi delle fosche melodie di "Lifeless Solace" che rievocano gli Emperor nelle loro parti più atmosferiche. I cinque galletti sanno quello che fanno e lo fanno davvero bene, segno che la LADLO Productions ha avuto ancora una volta l'occhio lungo. "Parasite Glory" è un pezzo che unisce saggiamente la violenza del black con alcune partiture heavy, e un vocalist che offre una componente vocale più improntata al growl che allo screaming. Gli spettri del sound scandinavo dei primi Dimmu Borgir, di Samoth e compagni, e tutta la combriccola inclusa nella seconda ondata black di metà anni novanta, rivive in questa traccia, in cui rallentamenti doom e suggestioni horror, la identificano come la mia song preferita del disco, soprattutto considerati i suoi lunghi 10 minuti di durata. Se "Celestial Scourge Subjugation" strizza l'occhiolino ai Ved Buense Ende per le sue disarmoniche chitarre, "Sad Thoughts Overdose" colpisce per il malinconico feeling sprigionato dalle sue ancestrali melodie. Il disco scivola via offrendo una certa fierezza nei suoni, interessanti partiture corali, plumbee parti atmosferiche, ipnotiche ritmiche serrate (nella lunga e tortuosa "Two Faces") e talvolta malinconici riff di chitarra a suggellare un'altra bella uscita discografica da parte dei nostri vicini francesi, intelligenti peraltro nel puntare sempre sulle band di casa propria. Lo capissimo anche noi in Italia, e non vedremo certo le nostre più talentuose band migrare verso le grosse etichette indipendenti. Gran bell'album comunque 'Post Ecstatic Experience', la cui unica pecca potrebbe essere identificata nella sua eccessiva durata che va oltre l'ora di musica. (Francesco Scarci)

(Emanations - 2015)
Voto: 75
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/02/2016, 14h08   #29
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Nawakposse

http://nawakposse.com/kroniks/lifestream.html

LIFESTREAM - Post Esctatic Experience:
" Suite à sa version cassette sortie le 9 avril 2015, le premier album de LIFESTREAM, " Post Ecstatic Experience ", est arrivé sur la fin de la même année en CD. Découvrons ce que ce support nous réserve.
En guise d'introduction dans l'univers du groupe, on se retrouve avec " Introspective Maze " à traverser un labyrinthe démarrant calmement, se stoppant, puis repartant de plus belle dans des sonorités toujours plus sombres accompagnées de hurlements peu accueillants. Les longues plages atmosphériques et les passages black plus lourds, mais néanmoins tout aussi froids, s'alternent parfois et s'entremêlent à d'autres moments tout au long du CD. L'ensemble étant doté d'une voix dégageant toujours plus sa douleur et sachant se faire discrète pour mieux revenir et devenir indispensable quand elle l'a décidée.
Entre blasts puissamment délivrés et qui raviront les adeptes de black plutôt classique, LIFESTREAM sait couper court à la potentielle linéarité qui pourrait alors s'installer. " Parasite Glory " en est un bien bel exemple avec davantage qu'un intermède mélodique. Amenant tout d'abord un certain calme, avant d'être rejoint par des vocaux y infusant une ambiance plus dark, afin de retourner vers un froid glacial nous prenant aux tripes. Vous possédez la K7 et vous dites que j'ai écrit n'importe quoi ? Et bien non ! Subtilité de cette version disque compact : un nouvel ordre, de nouvelles chansons, le tout s'établissant sur 9 pistes contre 7 pour la cassette. Pouvant plaire aux aficionados de black classique et à tout féru d'atmosphères bien agencées et il le faut le souligner, carrément ténébreuses, LIFESTREAM n'aura aucun mal à trouver son public CD pour " Post Ecstatic Experience ".
En attendant que je puisse à l'occasion vous chroniquer la K7. "

(Chronique réalisée par Blytch)
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 10/02/2016, 12h03   #30
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Les eternels

http://leseternels.net/chronique.aspx?id=17276
Lifestream - Post Ecstatic Experience
(2015) - black metal - Label : Les Acteurs de l'Ombre Productions

" Lifestream semble émerger de nulle part. Inconnu au bataillon, pas de démo répertoriée au compteur, les indices sont maigres. Tout au plus trouve-t-on que les deux membres (uniques ? principaux ?) travaillent déjà ensemble dans le death metal de Demented. Souvenez-vous, un album de death bien carré, bien fait, totalement maîtrisé techniquement auquel il manquait seulement de l’originalité pour chatouiller le gotha. Lifestream opère dans le black metal. Dans le grand cru bordelais, on connaît Seth. Peut-il y avoir un lien d’une quelconque manière ? C’est surtout un grand saut dans l’inconnu pour l’auditeur qui va devoir accepter la découverte.

Découverte splendide dès le départ. L’intro donne le « la » pour mettre en place l’atmosphère du disque : froideur et grandiloquence. Le son, un poil étouffé mais non dénué de respiration, fait vaguement penser à des réminiscences de Grand Declaration of War, album clivant par excellence. Puisse Post Ecstatic Experience se montrer à sa hauteur. La première composition qui suit va révéler ce qu’est l’album globalement : rapide mais varié, classique mais original, personnel et vindicatif. Tout de suite on retrouve ce qui a fait Demented, à savoir un niveau technique plus qu’appréciable. Ce n’est qu’un détail, mais au vu du style pratiqué par les Bordelais il faut y voir un filet de sécurité. Car leur black metal est fin, racé, recherché et froid. Nous sommes éloignés du post black trop dissonant puisque les références à l’ancien temps sont nombreuses, suintant du Enslaved période Vikingligr Veldi par ses claviers doucereux sur "An Unfathomable Dereliction", ou le début de "Whore" du MayheM de Chimera dans le riff initial de "Parasite Glory". On pourrait également ajouter Dissection version Storm of the Light’s Bane dans cette aisance à marier mélodies et froideur vicieuse. Ou même le premier The Legion, Unseen to Creation, dans l’utilisation des cœurs en arrière-plan pour imposer une grandiloquence conquérante.

Cependant, réduire Lifestream à cette somme d’influences ou de coïncidences c’est bien mal parler du groupe. Tout le monde aura compris que le black proposé se rattache facilement au style plus traditionnel. Pourtant çà et là le groupe se permet de piocher dans la modernité via des dissonances fugaces ou des attouchements post. Les variations nombreuses et maîtrisées rappellent aussi à la réalité : grand cru. Oui, l’analogie vinicole bien vulgaire est trop tentante. Lifestream se hisse sans problème à la hauteur de ses camarades de Seth quinze ans plus tôt sur L’Excellence. Seth apportait la froideur norvégienne et une crudité remplie de raffinement. Lifestream, c’est la maîtrise totale avec l’ambiance épaisse et une personnalité forte. Cette technique propre liée aux longs encarts tremolo et certains riffs peuvent rappeler Krallice (bonjour "Two Faces"). Post Ecstatic Experience est toutefois bien plus que la somme de ses emprunts, mais bien un album fortement cohérent qui peut plaire à un large public de l’art noir. Impeccablement homogène, il maintient la pression d’un bout à l’autre, si bien que si on peut distinguer des moments de génie dans chacun des titres, aucune chanson n’écrase véritablement ses congénères. C’est aussi cela qui rend l’expérience Post Ecstatic Experience si intense et viscérale, l’absence de moment faible.

Album parfait ? Certes non, car on doit toujours se plaindre et la fin baisse un tout petit peu en intensité. Cependant, Lifestream donne un putain de coup de pied dans la fourmilière en cette toute fin d’année 2015. Il prouve qu’il est tout à fait possible d’être original, personnel, talentueux, tout en respectant les codes des grands Anciens. Il suffit d’avoir des idées fraîches et de les mélanger intelligemment à ce qui a déjà été créé. La musique est affaire d’avancées. Certaines sont des ruptures géniales, d’autres sont plus incrémentales. Elles n’en sont pas pour le moins géniales."
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 23h24.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013