Reviews/Interviews Lifestream - Page 6 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 04/07/2016, 14h50   #51
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

metal-impact

http://www.metal-impact.com/index.ph...ontent&id=6740

"LIFESTREAM (FRA) - Post Ecstatic Experience (2015)






Label : Les Acteurs de l'Ombre Productions
Sortie du Scud : 15 décembre 2015
Pays : France
Genre : Black Metal
Type : Album
Playtime : 9 Titres - 63 Mins




Après consultation, il semblerait que ce jeune groupe français se soit directement lancé dans le grand bain du LP sans passer par la case démo. Fait assez rare dans le BM pour être souligné, d'autant plus que les musiciens composant l'entité ne sont pas vraiment des références dans le milieu. On apprend qu'ils proviennent de l'univers du Death, et notamment de DEMENTED, groupe à l'unique album assez classique dans la forme et le fond.

Mais peu importe le passé, seuls comptent le présent et l'avenir, et ces perspectives sont donc représentées aujourd'hui par ce premier album, sorti dans un premier temps au format cassette, que le BM et le Hardcore semblent être les seuls styles à encore affectionner. Mais ce qui est certain, malgré ce choix somme toute vintage, c'est que la musique de LIFESTREAM ne trouve en aucun cas écho dans les arcanes de la nostalgie instrumentale. Leur musique est d'époque, la notre, contemporaine, bien qu'elle échappe quelque peu à toute datation trop précise par ses partis pris de composition et d'interprétation assez flous.
Flous, mais séduisants. Si les morceaux de Post Ecstatic Experience sont tous emprunts d'une ambivalence évidente entre mélancolie sombre et agressivité inspiré du Raw Black, ils n'en demeurent pas moins d'assez fascinants témoignages d'une musique brutale bien campée sur ses positions présentes.

Une fois de plus repérés par les hyperactifs Acteurs de l'Ombre, les LIFESTREAM n'auraient pu rêver meilleur distributeur que ce label, dont le nom même définit à merveille les contours de leur musique. Cette opposition constante entre ténèbres et lumière est un vecteur commun à l'oeuvre globale, qui tout en se reposant sur une base BM très prononcée, n'hésite pas à aller chercher son inspiration dans le Post Psychédélique, le Doom presque Funeral, mais aussi le Raw Black des origines dans ses instants les plus foncièrement et ouvertement brutaux.
Il en résulte un premier LP qui étonne par sa maîtrise et sa maturité, et qui montre un groupe sur de lui, de ses influences parfaitement assimilées, et de ses choix tranchés.
Si la grandiloquence se taille la part du lion, elle le fait au travers de l'ambition artistique d'un groupe créatif, et non par l'accumulation de climats surchargés d'arrangements pompeux. Halte au galvaudage, LIFESTREAM n'est pas encore au niveau d'un EMPEROR, bien que certaines de ses idées pourraient effectivement faire penser à une assimilation globale des réflexes de ce groupe intégrés à une base très primitive et abrasive.

Proposer neuf morceaux pour plus d'une heure de musique sur un album qui représente une carrière embryonnaire et à peine née est un pari risqué. La redite menace en effet de polluer une bonne partie des titres, et la lassitude de guetter l'auditeur à chaque sillon. Mais LIFESTREAM a pris grand soin d'agencer son premier effort de telle façon que sa progression soit un point de focalisation à elle seule, sans pour autant rester fixés sur un thème unique développé au delà de toute raison.
Classicisme, formalisme mais esprit aventureux qui reste encore quelque peu bridé. Voici la recette magique proposée sur Post Ecstatic Experience, qui pourrait de fait s'analyser via son intitulé, qui ne cache en rien les désirs de ses auteurs.

Post bien sur, puisqu'il va plus loin que les simples frontières du BM tel qu'il a été conçu. Extatique, mais pas contemplatif dans cette recherche d'ambiances harmoniques juxtaposées à une violence crue. Et expérimental, dans une certaine mesure, comme le démontrent les morceaux les plus progressifs de l'ensemble, "Parasite Glory" et "Two Faces", qui naviguent dans des eaux tourmentées et nous offrent un voyage long et épique.
D'ailleurs, ces deux titres pourraient se poser en acmé d'une philosophie musicale très personnelle, puisqu'ils synthétisent à eux deux toutes les idées passées, présentes et certainement à venir d'un groupe qui a refusé la facilité sans tomber dans l'excès.
Les guitares se partagent entre litanies d'arpèges mélancoliques et énormes riffs plaqués, le chant garde les mêmes inflexions poétiquement macabres, comme une poésie d'outre tombe récitée le teint livide, et la rythmique quant à elle s'adapte, et brode des textures concassées de double grosse caisse épuisante, et de breaks en mid tempo assez compacts.

Il serait relativement facile de broder autour du thème MAYHEM pour aborder le cas des Français, mais en le nuançant d'un propos OPETH somme toute assez discret, spécialement dans cette recherche constante de panoramas musicaux ombragés mais délicats.
Mais les titres les plus concis savent aussi emprunter des routes au tracé plus linéaire, et "Celestial Scourge Subjugat" de se reposer sur un pas guidé par un riff redondant et acide qui se veut plus facilement assimilable et accrocheur, bien que les arrangements soient toujours aussi présents.
L'utilisation de choeurs désincarnés est aussi une marque de fabrique du groupe, qui les place de ça et là, toujours avec pertinence et jamais gratuitement.

On les retrouve d'ailleurs en introduction du final "Banshee", qui met en parallèle des blasts brutaux et une mélodie de fond très emphatique mais presque "romantique", et qui se pose donc en conclusion parfaite d'un LP cohérent de bout en bout.
Mais certains éléments nous poussent à penser que LIFESTREAM a déjà ouvert quelques portes de sortie, puisque "Lifeless Solace" fait preuve de plus d'efficacité sans pour autant renier les choix précédents, puisque en cette occasion, ces mêmes choeurs sépulcraux semblent se fondre dans une masse BM plus traditionnelle, même si les guitares ne parviennent pas à se départir de cette volonté mélodique omniprésente.

Post Ecstatic Experience, tout en présentant un groupe en place à tous les niveaux, est d'une très grande qualité, eut égard à son statut de première oeuvre. Evidemment, les défauts liés à une trop grande volonté de "bien faire" sont inévitables, mais en l'état, il fait montre d'un potentiel énorme qui ne devrait pas tarder à exploser. Ce qui fera de LIFESTREAM une référence de la scène BM Française, qui décidemment n'en finit plus de se renouveler.

Mais elle est à l'image de la vie elle même, qui suit son cours, et évolue, change, et se métamorphose au fil du courant. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/07/2016, 14h52   #52
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

coreandco
http://www.coreandco.fr/chroniques/l...ence-5443.html


Lifestream - "Post Ecstatic Experience"
chronique Lifestream - Post Ecstatic Experience
6.5/10


CD album CD album (52:44 )
Style musical :
Black Metal
Année :
2015


Tracklist :
Introspective Maze
An Unfathomable Dereliction
Lifeless Solace
Parasite Glory
Celestial Scourge Subjugation
Sad Thoughts Overdose
Two Faces
Beyond the Seventh Heaven
Banshee


Label :
Emanations

groupe Lifestream
Lifestream

Chroniques :
Post Ecstatic Experience (2015)
Dans le même style :
Marduk - Frontschwein

La scène black bordelaise se porte bien et peut désormais compter sur des acteurs solides. Entre les grands anciens Seth, Otargos, The Great Old Ones qui commence à se faire une renommée certaine, voici Lifestream, jeune formation née en 2012, signée pour la sortie de son premier opus chez Émanations (In Cauda Venenum...). Une première version cassette a été publiée au printemps 2015, et voici maintenant la version CD. Dotée de deux titres supplémentaire et d'un tracklisting modifié, Post Ecstatic Experience V.2 correspond plus aux attentes du groupe.



Pratiquant selon ses dires un BM orthodoxe, il se veut dépositaire d'une certaine tradition, d'un savoir-faire, tel un compagnon du tour de France de l'art noir. L'influence des patriarches est très nette, musicalement, on est souvent proche du Ordo Ad Chaos de Mayhem avec ses riffs dissonants, ses accélérations furieuses et ses nombreux changements de rythme. Cette proximité est gage, quoi qu'on en dise, d'une relative modernité, éloignée des canons définis dans les 90's. On retrouve cependant ces derniers à de nombreuses reprises, comme sur le début de « An Unfathomable Dereliction », évoquant les premiers Darkthrone.



La mise en son est elle aussi plutôt tournée vers l'avenir proche de groupes comme Blut Aus Nord. Les guitares manquent de mordant et de puissance par rapport à la batterie, bien mise en valeur et qui joue parfaitement son rôle moteur.



La musique de Lifestream se concentre plus sur la mise en place d'ambiances avec de plages instrumentales que sur l'attaque frontale de riffs en béton armé. Elle se veut sombre et atmosphériques mais le groupe peine à rendre pleinement palpable les sentiments de froideur et de misanthropie. L'exécution et les compositions sont en revanche solides et apportent de la profondeur à ce mélange entre raw et modern BM. Orthodoxe, le groupe l'est peut-être un peu trop, malgré sa sophistication, pour rendre sa musique pleinement aboutie.
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/07/2016, 13h00   #53
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Blood chamber, Germany, 8,5/10

http://www.bloodchamber.de/review/30...xperience.html

LIFESTREAM aus Bordeaux gehören zur kleinen Schar junger französischer Bands, die auf dem Nischenlabel Les Acteurs De L’Ombre mit verschiedenen Abwandlungen des schwarzmetallischen Reinheitsgebotes experimentieren. REGARDE LES HOMMES TOMBER und THE GREAT OLD ONES dürften die bekanntesten Acts dieser illustren Runde sein, aber auch DELUGE oder DARKENHÖLD könnten dem frankophilen Hörer dank hochklassiger Veröffentlichungen bereits untergekommen sein.

LIFESTREAMs Vollwertdebüt „Post Ecstatic Experience“ wirkt in diesem heterogenen Umfeld recht traditionell: Straighter bis unauffälliger Black Metal ohne Schnörkel, dafür mit skandinavischen Wurzeln und immerhin erfreulich klischeefreien Songtiteln. Zum unaufgeregten musikalischen Ersteindruck gesellt sich eine Produktion, die mangels extremer Ausschläge zunächst nach aufgeräumtem Hobbykeller klingt – leicht angestaubt und unheimlich vielleicht, aber doch ohne grobe Schimmelflecken an den Mauern. Der durch typische (Dis-)Harmonien im Gitarrenbereich erweckte postmetallische Eindruck jedenfalls wird hiervon trefflich unterstützt und verleitet vielleicht allzu schnell dazu, die Franzosen mit Geringschätzung zu strafen.
Genau dieser Versuchung sollte man jedoch widerstehen, denn wenn sich die Mischung so um den fünften Durchlauf herum langsam aufdröselt, gibt die post-ekstatische Erfahrung nach und nach ganz offen ihre Klasse und ihre kreativen Haupteinflüsse preis. Erstaunlicherweise sind es SATYRICON zu „Nemesis Divina“-Zeiten, die sich im Verlauf der guten Stunde als einer der wichtigeren Einflüsse herauskristallisieren: Der Wechsel zwischen brütenden Passagen und knirschenden Abfahrten, die gequälten Leadgitarren und vor allem die hymnischen Keyboardtupfer atmen genau den Spirit, den das Erbe der Norweger einst aus jeder Pore spie. Wer das kaum glauben mag, sollte sich „An Unfathomable Dereliction“ oder gleich das 11-Minuten-Monster „Two Faces“ auf die Ohren legen und die nahtlos ineinander übergehenden Stimmungsbilder einfach auf sich wirken lassen – abgesehen vom zeitgemäßen Sound sind die Franzosen in Sachen Komposition und Atmosphäre oftmals unglaublich nah am norwegischen Vorbild.
Dazu kommen eigene Noten wie rhythmusbetontes Riffing über straightem Schlagwerk, das beispielsweise „Lifeless Solace“ so einzigartig macht und später in „Celestial Scourge...“ ein zurückhaltendes Revival erfährt. In solchen Momenten verbinden LIFESTREAM Start-Stop-Routinen mühelos mit verspieltem Drumming und leicht psychedelischen Saitentupfern, um das Ganze urplötzlich für eine halbe Minute Tradition über Bord zu werfen und dem Hörer anschließend mit erhebenden Chören und spinnwebenden Synth-Streichern den Rest zu geben.
Dieser Hang zum aus sich selbst wachsenden, fast automatischen Songwriting erinnert streckenweise gar an EMPEROR, bei denen man ebenfalls oft das Gefühl hat, dass die Kompositionen ihren eigenen verschlungenen Pfaden folgen. Und wenngleich sich LIFESTREAM den kompositorischen Anspruch EMPERORs nicht auf die Fahnen geschrieben haben, ist die Fülle an Details und mitunter ungewöhnlichen Klangkombinationen ein klarer Pluspunkt der Konzeptarbeit zum Thema Ekstase und Kollaps.
In puncto Lyrics (unpeinlich) und Phrasierung lassen sich ebenfalls Parallelen zu oben genannten Bands ziehen, wobei LIFESTREAM vokalseitig einen deutlich hallorientierten Ansatz verfolgen. Das verbindet sie (neben den luftigen Gitarren) letztlich mit der französischen Schule und überzieht den hörbar zurechtgetüftelten Sound mit einem angenehm obskuren Hauch von Räude.

Langes Review, kurze Schlussnote: Wenn euer Herz zwischen zweite-Hälfte-90er-Norwegen und frankokanadischer Moderne gerne mal ein paar Takte zulegt, ist LIFESTREAMs Debüt definitiv eine Scheibe, die ihr dieses Jahr noch antesten solltet. Am besten vielleicht hier:
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 18/10/2016, 15h21   #54
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Pestwebzine

http://pestwebzine.com/index/march_2016/0-1344

Band: LIFESTREAM
Country: France
Title: Post Ecstatic Experience
Label: Emanations
Year: 2015
Style: Black Metal

Review:
I've listened to this album for the past 2 days already and I'm still not convinced if I like it or not, or better said if I found something interesting in it or just used it as background music in my routine activities. The debut album of this French quintet is for sure a good Black Metal effort, but let's start with the bad points: the vocals are way too monotone, some versatility would make things more expressive on the next release, then I'd say the keyboards are on the same level of monotony, although "hidden" in the background I wouldn't say they are building any interest in the atmosphere they create (something a la UK scene at the beginning of the '00's). The good points on this release would be the guitar work, quite complex and fresh, and the compositions in general, an effort that demonstrates this band's potential and even technical skills. The 9 tracks featured here in a bit over an hour of playing time are a good choice if you're into the second wave of Norwegian Black Metal mixed with the UK Black Metal atmospheres as mentioned before, plus a good dose of new (French?) Black Metal (a hint of Post Black) influences, and if I've spinned this album for 2 consecutive days it means in no way this is a bad effort, just a bit puzzling I'd say.
Reviewed by Adrian
Rating: 7/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/12/2016, 12h23   #55
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

EL Corte, #2014 magazine, Chili

Lifestream
Post Ecstatic Experience (FRA)
Formada en 2012 desde el Under Black y Death de la ciudad de Bordeaux, Lifestream lega un Black Metal etéreo, hipnótico; a veces melancólico, a veces lúgubre... Y a mediados de 2017, ya definidos como quinteto, ingresan a estudios para plasmar su debut. Post Ecstatic Experience amplía lo expuesto con diversos enfoques, todos ellos desencadenándose, enraizándose en las correlaciones que transitan entre el éxtasis y el colapso: Una dualidad que se presenta en cada una de las canciones y de la cual -como ya es cuasi obligatorio en estos planos, si ello no sucediera el logro no estaría alcanzado- la luz, la chispa de la vida y la muerte brota de la oscuridad más cerrada; de la locura, del sufrimiento, del ocaso. (7 tracks).
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 28/02/2017, 15h29   #56
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Supportblackmetal.com

http://supportblackmetal.com/latest-...us-lifestream/

Lifestream – Post-Ecstatic Experience


Nearly 2 years ago, French act Lifestream brought their debut album “Post-Ecstatic Experience” to life and rapidly established quite an influencing presence in the extreme metal field. The ideas pieced together in a near flawless manner have ended up being a superb beginning of the band’s hopefully long and fruitful journey through self-discovery under the menacing banners of black metal!

At first glance, what immediately stands out is the striking cover artwork & layout, which is a deed by the mutual collaboration between Manu Pliszke and John A. from Otargos. Therein, beyond the strokes of ink lies the shadowy world of the main protagonist who’s been cast out of the light of the heaven – in damnation evil was ultimately crowned!

“Post-Ecstatic Experience” as a whole combines the beauty of emotion-driven poetry imbued by the darkest shades of black, in a nutshell. Thus, making the temptations, the pain and the perpetual fall in the quest of spiritual rising more than just evident – placing you right into the shoes of the protagonist. A life-like bittersweet introspection of Self.

Speaking of the fundamental ingredient – the music itself, is comprised of multi-layered components flowing together coherently. This is why the tracks sound so natural, musically abundant yet without going over the top. Ambience is the backbone of the album; in particular the eerie chants fading in and out gently, take the instrumental work to a higher level of richness. But that’s not all. It’s impossible to skip the addictive melodic riffage that Lifestream composed the entire track list around. I’d put them on a par with the thought-provoking lyrics, which undoubtedly must be paid their well deserved attention to. Believe me, it makes a huge difference as to how much you will grasp of the album.

Other than that, the instrumentals are firmly rooted in the black metal vein with a pinch of dirtiness in the sound production. Expect a range of blasting mid to fast-paced tempo drumming, masterpiece of guitar work and tortured vocals that carry out the heavy burden of a lost soul.

Lifestream_bandcamp


cd order l facebook
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 28/02/2017 à 15h33.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 22/04/2017, 21h07   #57
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

the black planet

http://www.theblackplanet.org/review...ic-experience/
LIFESTREAM – Post Ecstatic Experience

by Mutilator

Over the past decade, France has become one of the richest goldmines when it comes to Black Metal. The number of emerging bands allied to the high quality standards that these acts have been presenting, makes hunting for new bands an enriching musical experience. Lifestream is one of those pleasant discoveries.

Their debut album entitled “Post Ecstatic Experience” has been released by Emanations, a sub-label of the excellent Les Acteurs de l’Ombre Productions (LADLO). Other great records have seen the light of day with the help if these labels: Barús, In Cauda Venenum, Pénitence Onirique, or the great records by Regarde les Hommes Tomber, Deluge, or The Great Old Ones. So when there’s a new release coming from there, it’s always something good to explore.

This case is no exception. What does Lifestream deliver? A solid, dense and melodically haunting Atmospheric Black Metal record. One has to let himself dive into the swirling atmosphere created by the furious riffing, low volume drums, growling vocals, with the occasional emerging keyboards and synthesizers. There are symphonic elements but don’t let it fool you: they’re great and very well used.

After a droning intro, we are blasted with “II. An Unfathomable Dereliction”. A track which instantly grabs your attention due to the raw, yet melodic riffs embraced by the carefully placed keyboards. Once the growling vocals kick in, it all makes sense and it makes your pulse speed up. Lifestream is not only fast. This album shows great moments where fast and slow meet, where fury meets calmness. A detail which proves that the band can create good transitions.

The crown jewel is the song “Parasite Glory”. After one third into the song, the band takes us on a overwhelming journey. This is a song which passes the 10-minute mark, but we don’t even feel time passing by. The hypnotic lead guitar riffs grab you as the mid-paced drums set the pace while your ears listen from above to the choirs. A truly majestic piece of Atmospheric Black Metal.

The following track “V. Celestial Scourge Subjugation” keeps up the mid-paced speed while we listen to the first riffs that make us remember Dødheimsgard from the end of the 90’s. “VI. Sad Thoughts Overdose” shows that sometimes you don’t need vocals on a song. The instrumental tracks do not feel dull at all, the lead guitar speaks highly. “VII Two Faces” reminds of the slow recent Satyricon work until the growling and tremolo picking starts.

The overall feeling of this album is that, even though the production is lo-fi enough, this band can sound big while still maintaining an underground sonority. First, the lead riffs drive you, then the keyboards end up filling the gaps here and there, leaving no gut feeling of emptiness. And let’s remember that this is their debut record, so we will keep an eye on what will come next from this band from Bordeaux, France. Presentation-wise, the band keeps anonymous, and presents an orthodox imagery, judging by the album’s artwork.

If some composition flaws are improved allied to a better and more haunting less-lo-fi production, the next record will be huge. And we will be here, waiting.
7/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 22/04/2017 à 21h10.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h25.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013