Regarde Les Hommes Tomber - Exile - Reviews - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 04/09/2015, 13h13   #1
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut Regarde Les Hommes Tomber - Exile - Reviews

Metalorgie


http://www.metalorgie.com/groupe/Reg...-Hommes-Tomber


Exile ( 2015 ) -- 16/20

C'était en 2013 et ces nouveaux venus sur la scène Sludge / Black Metal&co se taillaient une belle part du lion, avec un album à la personnalité déjà forte, des visuels qui en imposent et des premières parties rapidement prestigieuses. Pas évident alors de succéder à un premier album qui a autant fait parler de lui et c'est donc face cette dure tâche que se retrouve confronté Regarde Les Hommes Tomber en 2015 avec entre les mains, leur nouvelle fournée nommée Exile.

Tuons le faux suspens dans l’œuf tout de suite. Le groupe arrive à faire aussi bien qu'en 2013. Aussi bien, mais différemment. Il aurait en effet été aisé pour les nantais de ressortir à deux / trois détails près la même formule qui avait fait leur succès deux ans plus tôt. Sauf que non, les mecs ne l'ont pas décidé ainsi, et livrent en sept titres, un album d'avantage orienté Black Metal que le précédent. Peut-être est-ce l'arrivée du nouveau chanteur Thomas (War Inside) qui a fait évoluer la musique du quintet en ce sens. Dans tous les cas, celui-ci se débrouille fort bien au micro et l'on ne voit que très peu de différence avec les hurlements d'Ulrich. On sent surtout le combo d'avantage accompli nouant les styles qui ont fait sa marque de fabrique à savoir du Sludge, du Postcore et du Black Metal de manière plus aboutie et d'avantage fondue. Désormais ces éléments forment un tout, sont mieux imbriqués les uns aux autres, de manière compacte. Passé l'interlude, le premier titre, A Sheep Among The Wolves témoigne justement de ce nouveau avoir-faire entre blast tempétueux, cordes mélancoliques ou éreintantes, lourdeur sulfureuse et hurlements saisissants. La production aussi manifeste de cette envie d'en faire un disque encore plus compact, noir, asphyxiant, à l'opposée d'une prod clinique et froide, où chaque instrument vit.

On saluera encore une fois le travail de composition qui malgré le genre fait preuve d'énormément de profondeur et de finesse notamment en ce qui concerne de nombreuses lignes mélodiques comme sur Embrace The Flames, To Take Us... ou la moitié de Thou Shall Lie Down et son phrasé spoken word. Les passages chaotiques sont à se faire vriller le cerveau (seconde moitié de Thou Shall Lie Down) la fin de To Take Us... impressionne par sa montée grandiose et certains ralentissements nous enterrent six pieds sous terre avec par exemple la conclusion d'Embrace The Flames ou les riffs casse-nuque de A Sheep Among The Wolves. The Incandescent March qui clôt l'album du haut de ses onze minutes, irradie quant à elle de sa mélancolie et est une pièce aussi longue que passionnante démontrant que le groupe a su développer d'avantage son propos sur l'ensemble d'Exile et n'en demeure pas moins consistant et intéressant.

On peut retourner la chose dans tous les sens, Exile confirme tous les espoirs placés dans cette formation nantaise et prouve également que l'album de 2013 n'était certainement pas un coup de poker habilement joué de leur part. La progression est importante et leur personnalité déjà bien forgée fait qu'on ne peut plus désormais les considérer simplement comme des suiveurs de tel ou tel groupe. Regarde Les Hommes Tomber trace sa propre voie et fera date dans ce type de musique, c'est une certitude.

Pentacle
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 11/09/2015, 17h33   #2
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Traqueur stellaire

http://www.grafipolis.fr/?r=formatio...rmationsqualif


Comment écouter un album de black metal dans de bonnes conditions ? La question, qui m’a été souvent posée avec le plus grand sérieux pour des amis néophytes en matière de musique metal ou extrême, n’est pas si évidente que cela à répondre. Car contrairement aux images préconçues véhiculées par les adversaires du genre, le black metal se veut avant tout une musique exigeante. Non pas pour autant élitiste, mais nécessitant une écoute attentive et patiente, afin de briser le mur séparant le genre des autres styles musicaux et d’apprécier à leur juste valeur les richesses de ses compositions.

Amateur de black metal mélodique et savamment composé, ma récente découverte du label Les Acteurs de L’Ombre Productions au cours du Motocultor 2014 a particulièrement éclairé mon exploration du genre. Les habitués de ce blog se souviennent probablement de ma chronique d’un autre groupe issu de cette maison de talents, The Great Old Ones, dont le dernier opus m’avait fait une très bonne impression. C’est donc avec enthousiasme que je poursuis ma découverte des autres groupes signés sous le label de cette écurie française de black metal, et à commencer par le dernier album de Regarde Les Hommes Tomber, sobrement baptisé « Exile ».

Suite directe du premier LP enregistré par ce groupe nantais, « Exile » emmène l’auditeur dans une quête musicale particulièrement sombre : les Hommes chassés du royaume divin portent en eux la marque de la honte et de la damnation, mais ruminent leur vengeance contre leur Créateur. Leur colère n’a d’égal que leur désespoir ; l’album alterne compositions oppressantes et riffs majestueux, s’élevant au-dessus d’une basse bourdonnante et rythmant les phases de chant torturé. Le groupe s’inspire avec brio des récits bibliques les plus sombres, dans lesquels la marionnette humaine se retrouve manipulée par une divinité et ses créations immortelles aux desseins aussi cruels qu’égoïstes. La facilité avec laquelle le Créateur malmène l’Homme fait à son image est mise en lumière par les compositions rageuses de nos nantais, constamment tiraillés entre mélodies désespérées et riffs vindicateurs.

Enregistré, mixé et masterisé au studio Saint Marthe par Francis Caste (Kickback, Hangman’s Chair, No Return… ), « Exile » marque l’attention de l’auditeur par ses compositions mélodiques, puissamment exécutées, et dont l’écoute esquisse piste après piste une grande fresque mélancolique dans laquelle l’Homme, écrasé par la colère divine, est voué à l’errance et à la duperie. Resurgit de cet album une atmosphère misanthrope, dont la noirceur et la maturité des compositions frappent incontestablement à l’écoute. Avec ce premier album exécuté d’une main de maître, Regarde Les Hommes Tomber s’impose dans la cour des grands comme une nouvelle référence de la scène black metal français. Il ne reste plus qu’à suivre la progression de nos nantais à travers les festivals de la prochaine saison qui, n’en doutons pas, sauront leur faire un excellent accueil !
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 13/09/2015, 17h40   #3
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Pulsomatic


REGARDE
LES HOMMES TOMBER
Le Ferrailleur, Nantes • 44

Depuis sa création en 2011, Regarde les Hommes Tomber (en référence au film d'Audiard de 1994) jouit d'un buzz assez inédit pour un groupe français de black métal. Production impeccable, visuels et scénographie travaillés, des concerts remarquées au Hellfest et lors de premières parties, les Nantais se sont montrés à la hauteur de leur réputation. Il ne manquait qu'un deuxième album qui enfonce le clou pour installer durablement la formation dans le paysage métal. C'est chose faite avec cet Exile, ample et abouti. Composé collectivement – contrairement à son prédécesseur –, le disque présente un groupe plus cohérent à la palette plus large sans pour autant perdre les points forts de RLHT : une propreté du son et de la composition, un travail sur les ambiances et les textures plutôt qu'une démonstration technique. Exile ne sera peut-être pas la bande-son idéale d'une queleuleu volcanique, mais certainement un défouloir de luxe.

[Pierre-François CAILLAUD]

www.lesacteursdelombre.ne
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 13/09/2015, 17h41   #4
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Metal France

http://www.metalfrance.net/chronique...s-tomber-exile


ien que n’étant pas un grand spécialiste de Black metal, c’est toujours avec un certain plaisir que je chronique ce que propose Les Acteurs De L'Ombre Productions, et cela depuis des années, car ses groupes ont toujours un quelque chose d’à part ; ou peut être est ce juste un sentiment « cocorico », ses poulains étant en général français.

Là il s’agit de « REGARDE LES HOMMES TOMBER »et de son nouvel opus « exile ».

Ses musiciens jouent dans un post Black, agrémenté de sludge et de hardcore. Ils viennent tous d’horizons différents, et semblent mettre dans ce groupe leurs affects les plus sombres.

Leur premier album éponyme, sorti en 2013 avait été très bien accueillis par la critique et ce deuxième devrait prendre le même pli.

Nanti d’un nouveau chanteur Thomas, leur musique, cette fois ci semble avoir assimilé leurs différentes influences au profit du black metal. C’est lui qui mène la danse et le sluge et le post core sont à son service, s’y incorpore tout en y mêlant leurs souffles.

Du coup cela donne une musique inquiétante, menaçante, oppressante.

Des riffs répétitifs qui s’enchainent dans une sorte de manteau sonique qui enveloppe vos sens de toute part.

Comment vous dire ?

Alors que la voix est en retrait, c’est comme un metal atmosphérique qui vous assaille. Mais pas atmosphérique au sens de « planant », non, atmosphérique au sens de « emplissant tout l’espace autour de vous » tout en étant puissant et vraiment nourri de riffs black (j’espère que je suis compréhensible).

Un peu comme un ciel d’orage particulièrement noir.

Rajoutez un travail de compositions plutôt bien vu (Embrace The Flames, To Take Us, Thou Shall Lie Down), qui sait mettre en relief des sentiments allant de la mélancolie à une certaine colère désabusée. Des montées dans l’intensité dramatique, des contrastes comme celui du début de « l’exil ».

C’est parfois comme un filet d’eau qui devient fleuve puis rejoint le lit d’une rivière, tout en étant toujours cohérent.

Bref, un second essai réussi, qui devrait plaire à ceux qui aiment le black qui s’extirpe de sentiers battus.

Bravos les Nantais. 4/5

cela sort le 19 septembre.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 15/09/2015, 20h30   #5
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Hrafnulf Webzine


http://hrafnulfrwebzine.com/2015/09/...-tomber-exile/


Pour ceux qui ne connaitraient pas encore, Regarde Les Hommes Tomber est un groupe nantais de Post Black Metal / Sludge. Le groupe voit le jour en 2011 et est composé d’Ulrich (Chant – Otargos), de Jean Jérôme (Guitare), d’Antoine (Guitare), d’Antoine (Basse) et de Romain (Batterie). Leur premier LP, bien nommé Regarde Les Hommes Tomber, sorti en 2013, était déjà un petit bijou. Et cette année, ils reviennent avec un nouvel opus : Exile, qui sortira ce 19 septembre. Et croyez-moi, vous n’allez pas être déçus !

L’album, bien qu’il soit différent du premier opus, est aussi puissant, aussi lourd. Thomas (War Inside), qui a pris la place d’Ulrich, n’a rien à lui envier, loin de là. Le chant est maîtrisé, les hurlements prennent aux tripes. L’album est saisissant, et a pris un tournant résolument plus Black malgré les différentes influences des membres du groupe, qui s’additionnent, se mélangent à merveille. Exile nous balance toute sa noirceur au visage, nous assaille, nous oppresse, nous asphyxie, grâce à un enchaînement maîtrisé de riffs éreintants ou mélancolique, de blast impétueux, d’une noirceur et d’une lourdeur sans pareil.

Regarde Les Hommes Tomber a su trouver sa propre voix, sa propre pâte. Ce second opus a, selon moi, surpassé le premier. Ils ne se sont pas contentés d’une copie améliorée de leur premier album éponyme. Et ça, ça fait du bien. On sent qu’il y a un réel travail, une réelle motivation, une envie, une passion. Le groupe met tout ce qu’il a dans ce deuxième album, et le résultat est là : la carrière de la formation n’est pas prête de s’arrêter, et Regarde Les Hommes Tomber sera très certainement un groupe majeur de la scène Black Metal Française. 17/20
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2015, 11h16   #6
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Musiczine (Belgique)


http://musiczine.lavenir.net/fr/chro...-tomber/exile/

Regarde les Hommes Tomber
Metal/Prog/Noise
Les Acteurs de l’Ombre
Regarde les Hommes Tomber publie son second album studio, « Exile », deux ans après avoir gravé son premier LP éponyme. Peine perdue d’essayer de coller telle ou telle étiquette sur le front à ce groupe nantais : il jette ici dans le feu des ingrédients du Black Metal et du Sludge, pour les faire mijoter dans un bain de nappes atmosphériques apocalyptiques. Une cohérence indéniable entre le patronyme du band, l’artwork de l’opus et les compositions musicales : l’être humain en est arrivé à un tournant de son existence ; au bord d’un précipice il doit emprunter une nouvelle voie s’il veut encore subsister. Un stade où le désespoir et l’angoisse sont poussés à leur paroxysme, entraînant l’humain à un nouveau stade où soit il se dépassera, soit il périra.

Hautement inspiré par les récits bibliques, ce nouveau long playing raconte l’histoire d’un peuple d’hommes débarquant au Monde de Dieux pour finalement s’en faire chasser, brisant ainsi les rêves et projections d’une vie, les poussant à l’exil, et suscitant dès lors un esprit de vengeance sans limite. ‘This reign must end right now, How can we still stare at the stars, How can we listen to the sun, My friends, my men, till the end, Our luminous gladious swords will be our words’ annonce prophétiquement le premier couplet du morceau clôturant cet LP. Pendant un peu plus de quarante minutes, le tout en sept morceaux, les Français dépeignent au sein d’une ambiance lourde, tantôt défaitiste, tantôt anxiogène, la prise de conscience d’un peuple trompé par des Dieux méprisants, hautains et sans pitié. Les parties vocales, refoulées en arrière-plan, relèvent majoritairement de cris d’âmes déchirées, tourmentées de temps à autre par des chuchotements et des envolées plaintives. Empruntant les ficelles du Black Metal, que ce soit pour la voix, certaines rythmiques ou encore certains riffs, Regarde les Hommes Tomber a, en outre, recours massivement à la répétition, au caractère hypnotique et à la lourdeur du Sludge, agissant tel un liant froid et épais entre les différents instruments.

Pour apprécier « Exile » dans les meilleures conditions, il est nécessaire de se poser, de se laisser immerger par sa thématique et ses sonorités. Il relève de l’expérience, où les sentiments et les sensations gagnent nécessairement face à la raison. Telle une cerise sur les restes de ce qu’à dû être un bon gâteau, le digipack bénéficie d’un magnifique artwork, évoquant une colère divine sous les traits d’une sérigraphie, à l’aide d’éclairs frappant les vestiges d’une civilisation. Emportant avec eux ce qui était à portée de main, hommes, femmes et enfants se dirigent à l’avant-plan vers un inconnu, en laissant derrière eux ce en quoi ils avaient cru, leurs prétendus sauveurs habitant les cieux portant à présent le masque de leurs bourreaux.

Les amateurs d’ambiances annonçant le déclin de l’espèce humaine, de lendemains sans horizons et de soleils noirs ne pourront qu’apprécier cette œuvre riche, recherchée et envoûtante. La maîtrise est palpable et la volonté de sortir des sentiers battus en ressort largement gagnante. Une joie non dissimulée à relancer plusieurs fois l’œuvre, non pas uniquement par plaisir auditif mais en grande partie par goût de l’expérimentation de la sensation du déclin transmise par Regarde les Hommes Tomber. Davantage qu’à son écoute, le mélomane est embarqué dans un voyage périlleux.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2015, 11h42   #7
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

the pit of the damned - italie

http://thepitofthedamned.blogspot.it...ber-exile.html

#PER CHI AMA: Black/Postcore/Sludge, Altar of Plagues
C'era una certa attesa per il secondo lavoro dei transalpini Regarde Les Hommes Tomber, che avevano ben impressionato (anche il sottoscritto) con il loro debut album omonimo, uscito per la sempre più attiva Les Acteurs de l'Ombre Productions, ormai focalizzatasi alla ricerca di talentuose band nella scena post black. Li avevamo descritti come una sorta di black contaminato da post metal e sludge, con influenze che sfociavano nel sound torbido di Neurosis e Cult of Luna. 'Exile' ripropone quelle sonorità ma ce le offre corredate di una classe sopraffina che esplode con una certa dirompenza in "A Sheep Among the Wolves", song che mette in scena tutta l'ecletticità dell'ensemble di Nantes: incipit tribale e poi tutta l'adrenalinica furia del quintetto divampa come il peggiore degli incendi. Il sound però ben presto assume un'altra fisionomia e dal black si vira verso lidi più lugubri, prima del post e poi dello sludge. L'arcigna voce di Thomas, che lo scorso anno sostituì U.W., si mostra malefica e carismatica al tempo stesso, e ben si amalgama con la ferocia di fondo dei RLHT. L'impeto dei nostri però non si placa nemmeno nella successiva "Embrace the Flames" dove anzi, la band alza ulteriormente il tiro con un carico di atmosfere nefaste e caustiche ritmiche, che comunque garantiscono una costante melodia di fondo e rendono 'Exile' ancor più appetibile. Un breve intermezzo e si precipita nelle atmosfere sulfuree di "...To Take Us", il pezzo più scuro dell'album, quello che ha più punti di contatto con il claustrofobico sound degli Altar of Plagues. E la sensazione di vertigine da assenza di ossigeno, si manifesta anche nella demoniaca "Thou Shall Lie Down", introversa, ossessiva, malata e con delle velenose sferzate di intima violenza post black che la votano come il mio pezzo preferito di 'Exile'. L'album si chiude con la traccia più estesa del disco, "The Incandescent March", undici minuti che si aprono con tocchi delicati che pian piano vanno crescendo in intensità, per il definitivo colpo di grazia che i Regarde Les Hommes Tomber sono pronti ad inferire in quest'ultimo drammatico brano di 'Exile' che pur evocando lo spettro di Blut Aus Nord e Deathspell Omega, pone seriamente il combo francese tra i candidati più accreditati a raccogliere lo scettro degli Altar of Plagues. Pestilenziali. (Francesco Scarci)

(Les Acteurs de l'Ombre Productions - 2015)
Voto: 80
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 20/09/2015, 15h24   #8
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Noizz Webzine
http://noizzwebzine.blogspot.com.es/...ber-exile.html

"9/10
El debut homónimo de los franceses REGARDE LES HOMMES TOMBER ya auguraba un más que interesante futuro para quienes gustan de sonidos como el Sludge, el Doom, el Post Hardcore y el Black Metal. Así pues con el segundo larga duración del grupo se cumplen todos los pronósticos, dejando una nueva colección de temas jodidamente intensos, épicos, dramáticos y oscuros que se reúnen dentro de esta obra titulada “Exile”, que ahonda más si cabe en el camino emprendido con su primer álbum. Desde el cuidado artwork, en la línea de su predecesor pero mucho más espectacular, hasta el poderoso sonido, con mezcla y masterización de Francis Caste en Sainte Marthe Studio (KICKBACK, HANGMAN’S CHAIR, NO RETURN…), todo encaja a la perfección en la imponente y monumental masa sonora que nos presenta, una vez más, el sello Les Acteurs de l'ombre Productions.

Quienes ya tuviesen ocasión de escuchar el debut de REGARDE LES HOMMES TOMBER en este nuevo disco van a poder disfrutar de una fórmula muy similar, aunque más épica e intensa. Desde el primer corte nos encontramos con sonidos evocadores de atmósferas opresivas y un gran dramatismo interpretativo, de hecho “Exile” es una banda sonora perfecta para el Apocalípsis. Un trabajo que fluye denso y ralentizado como la lava, para de repente agitarnos con una violenta explosión de velocidad y agresividad destructora, todo ello en un ambiente casi hipnótico que hace entrar en una especie de trance al oyente. Para ello la banda utiliza esa sabia combinación de sonidos como el Sludge, el Doom, el Post Hardcore y el Black Metal, en un torbellino que suena tan actual como crudo y oscuro, sin perder la coherencia ni un solo segundo. Pero no solo es el sonido o el estilo lo que diferencia a la banda, es también la interpretación de los temas, con una voz torturada y unos riffs que evocan al abismo, por no mencionar los pesados golpes de bajo y batería, capaces de un dinamismo auténticamente inquietante.

“Exile” es una obra más que recomendable si te gustan sonidos como los citados anteriormente, especialmente por la gran labor de REGARDE LES HOMMES TOMBER a la hora de componer y de tocar. El sonido a su vez está a la altura de la música y aprovecha muy bien las técnicas actuales sin necesidad de sobre-producciones artificiales. Por otro lado tenemos la espectacular presentación gráfica del trabajo, que incluso en la versión regular en digipak es magnífica (imagínate como debe ser en vinilo). Por todo ello no queda más que recomendar este nuevo álbum, especialmente en sus formatos físicos, para disfrutar de la experiencia al máximo."
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 20/09/2015, 16h06   #9
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Braveword - USA/Canada

http://bravewords.com/reviews/regard...s-tomber-exile

"France’s Regarde Les Hommes Tomber (“Watch the men fall”, in English) has entered the shark-infested, post-metal waters for album number two, this band taking the paradigm sutured together by Cult Of Luna more than a decade ago and elevating it to the type of towering heights another ten years of development logically leads to. Which is not to say that Exile is better than, say, Cult Of Luna’s epic and unmatched Vertikal, because it doesn’t possess that album’s level of grandeur.

But what Exile does do exceptionally well is convey the type of melancholy that is the hallmark of so much of metal’s raison d’être, and then drape it in black metal elements that allow this band’s whole to reflect both desolation and so many shards of glass. There’s been a big progression since Regarde Les Hommes Tomber’s self-titled 2013 debut, and Exile represents the work of a band clearly aiming for the summit of its artistic vision."
By David Perri
Rating: 7.5

Dernière modification par Blandine ; 20/09/2015 à 16h13.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 22/09/2015, 15h35   #10
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

The Midlands Rocks - UK

http://www.themidlandsrocks.com/rega...-tomber-exile/

Review by Jason Guest

Les Acteurs De L’Ombre Productions

Release date: 19 September 2015

Another new band to these ears, album number two from France’s Regarde Les Hommes Tomber, Exile, is one of those records that gives you a stern telling off for not having heard of the band before and insists that you must catch up with all that they have released previously. With the tropes of sludge and post-black metal fleshed out with opaque and overpoweringly intense and weighted atmospherics, to say this is a heavy piece of work is a gross understatement.

The three-minute opening instrumental ‘L’Exil’ carves out a dark place before, about a minute or so in, against a cascade of sludge-infused blackened rage, melody after stirring melody continues to cut the air. The riffs crushing, the drums hard, the vocals torn, and the concentrated structure unforgiving, ‘A Sheep Among Wolves’ is a bruising hymn to the emptiness found within the empty promises of religious devotion. Powerful, potent, and punishing, at just over seven minutes it’s an impressive piece that holds you in its grip for the duration. So too ‘Embrace The Flames’. Similar in tone and texture, the track seems to grow out of ‘A Sheep…’, taking the riffs and the atmospherics into darker and more merciless territory. Three tracks in fifteen minutes and Regarde Les Hommes Tomber have dragged us deep into some twisted abyss ruptured by the sheer weight of its own despair and dejection.

As if in awareness of the weight of this burden, the two minute mystic haze that is the instrumental ‘They Came…’ is positioned perfectly at centre of the album. Here, there’s a sense of arrival that is unnervingly foreboding, as if the hollow within which we take respite is preparation for something much bigger than what we’ve been through so far. Enter ‘…To Take Us’ and the band are again slamming us up against the wall of disappointment and disaffection with a torrent of savage riffs, harsh vocals, ruthless and precisely carved drums strewn with mournful and melancholic passages that make the journey a disturbing one. The defiant ‘Thou Shall Lie Down’ drags the tempo down for a suitably colossal six minutes of distorted and contorted ruin, the latter half leaning on the black and the atmospheric before feedback mounts and we are faced to confront the closing track alone.

During the second half of the album, there are times when the album feels like the intensity levels peeked before ‘They Came…’ appeared midway, but with ‘The Incandescent March’, the album finishes on a low so heavy, so bleak, so crushingly commanding that you can’t help but be floored by it. In just over eleven minutes, we get the atmospheric, the melodic, the melancholic, the bleak, the battering and the affecting wrapped up in an array of musical diversity and complexity that when it finally ends, the effect of this album’s journey is fully realised. A stunning piece.

Like their eponymous debut (check it out here), this plots a similar arc and follows a similar structure – an instrumental to open and another (sort of) midway with much as much sonic diversity in the other tracks as on this album – and shows how much the band have refined their sound in the past two years. Whatever flaws it may have – the vocals sometimes feel swamped by the music and the bottom heavy mix detracts from the overall effect – this is an unapologetically heavy album and one worth digging out time and again.

Regarde Les Hommes Tomber –8 out of 10
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h12.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013