Regarde Les Hommes Tomber - Exile - Reviews - Page 3 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 03/10/2015, 16h08   #21
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

No clean singing - USA
by Islander

http://www.nocleansinging.com/2015/0...hommes-tomber/
REGARDE LES HOMMES TOMBER – EXILE

Much like the aforementioned Deluge, this French quintet are often tagged with the ambiguous “Post Black Metal” marker, though whereas the former unleash their fury and anguish in gleaming waves of power and pain, Regarde les Hommes Tomber offer up a far earthier, more tactile sound, where the “Post-“ that’s so often attributed to them might as well stand for “Post-Apocalyptic”.

If you’ve been looking for something to provide a similar array of raw and ravaged soundscapes as the late-lamented Altar of Plagues (circa White Tomb/Mammal), then look no further. Regarde les Hommes Tomber have the fix you’ve been craving.

This should be obvious immediately from bleak and emaciated opener “L’Exil”, which begins to build slowly but surely in strength and stature, before erupting in the creeping avalanche of sound and fury that is “A Sheep Among the Wolves”, where venom-drenched guitar lines whirl and whisper amongst a vortex of quaking drums and savage howls of pure anguish.

Again, in a similar manner to their countrymen above, although the negative connotations of the “Post Black Metal” marker might put some people off, there’s never any question in my mind that Regarde les Hommes Tomber are Black Metal to the marrow of their warped and cancerous bones. The sheer blind spite and vitriol of “Embrace the Flames” and the scorched-earth desolation of “Thou Shall Lie Down” are testament enough to that.

And yet the brooding, doom-encrusted layers of atmosphere that shroud the album are just as undeniable. The two-part “They Came… / …To Take Us”, for example, is simultaneously as awe-inspiringly bleak and gloriously powerful as anything I can think of, a roiling cauldron of pure elemental chaos channelled into a singular apocalyptic auditory hallucination.

Even this, though, almost pales when compared to the cataclysmic finale of “The Incandescent March”, where sombre, entropic pseudo-melodies clash up against scalding, distorted riffs and bone-rattling drums in one catastrophic vision of our bleak, forsaken future. It makes for an absolutely riveting climax to the record, and practically leaves you out of breath once it’s finally done having its wicked way with you.

Exile is a profound testament to why you should never underestimate how much a well-crafted sense of atmosphere can add to your record. As furious and undoubtedly heavy as this record is (and it surely is, when Regarde les Hommes Tomber go, they go hard…), it’s made tenfold heavier by the sheer weight of atmosphere and ominous, soul-crushing dread that insinuates itself into every single track.

https://rlht.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/rlhtband
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2015, 16h20   #22
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Metalship - France
http://fr.metalship.org/albums/36554-Exile#4114
Chronique de Exile
Regarde Les Hommes Tomber - Exile (Album)
8 /10
REGARDE LES HOMMES TOMBER a réussi à se faire respecter en l´espace d´un album, ce n´est donc pas étonnant que les Nantais aient continué l´aventure, mais cette fois-ci avec plus de pression. Avec leur premier opus éponyme, ils ont pondu sans aucun doute l´une des plus belles surprises de l´année 2013.

"Exile" reste dans la veine de son grand frère, il ne serait pas choquant de dire qu´il s´agisse d´une suite logique et cohérente. Le groupe n´avait pas d´autre choix que de donner ce qu´on demandait de lui. Néanmoins, c´est désolant de voir le départ du chanteur U.W., qui a décidé de se consacrer à ses projets personnels, comme OTARGOS, tant le chemin avec REGARDE LES HOMMES TOMBER aurait été grandiose avec lui. Enfin, ca c´était avant de poser mes deux oreilles sur la nouvelle galette des gars de Nantes.

L´arrivée de Thomas de WAR INSIDE n´a pas affaibli la bête, le chanteur s´est bien fondu dans la masse et apporte une palette vocale intéressante avec des petites nuances décelables au fur et à mesure qu´on se laisse emporter dans "Exile". Ce deuxième album a la même lourdeur, ce même atmosphère post-apocaliptyque pesant et frénétique que sur "Regarde les Hommes Tomber". Rien à changé, tout est là. C´est également ce qu´on pourrait reprocher à REGARDE LES HOMMES TOMBER. La prise de risque n´a pas été prise, le combo s´est conforté dans ce qu´il fait de mieux. "Exile" apparait plus comme une suite que comme un successeur, l´oeuvre n´était pas fini et le prolongement de l´histoire se doit d´être écrit.

L´intensité n´a jamais aussi bien porté son nom, il y a des moments où on a envie d´exploser tant la musique prend l´emprise sur l´auditeur. L´ambiance est sombre, un vaillant mélange des genres entre post-hardcore et black metal, un hymne pour crier sa colère et son désespoir. Il n´est pas non plus ici question de citer un morceau en particulier, "Exile" est une oeuvre à part entière, qu´on se doit d´écouter de la première à la dernière seconde. Même s´il faut s´avouer que la doublette "They Came..."-"To Take Us" met un point d´anthologie à cette galette.

"Exile", comme vous l´aurez compris, est la suite de "Regarde les Hommes Tomber". Les deux albums forment un ensemble qui pourrait ne pas être encore terminé. Le visuel du combo apportent d´autant plus d´impact à ce que le son prodigue, et les images viennent rapidement en tête. Même si le premier jet était plus surprenant et a mis pas mal de monde sur le cul, "Exile" va continuer la route de REGARDE LES HOMMES TOMBER. Sans la surprise, certes, mais avec l´affirmation d´avoir déjà devant nous un combo qui n´a pas fini de nous émouvoir.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 05/10/2015, 13h37   #23
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Music Waves - France - 4/5

http://www.musicwaves.fr/frmReview.aspx?ID=13080#
par Nestor

Longtemps nous pensions avoir touché le haut du panier en termes de nom de groupe original avec Où Est Le Swimming Pool, voici qu'arrive, Regarde Les Hommes Tomber (RLHT) qui se pose en sérieux challenger.

Ce groupe nantais, dont le patronyme ne peut être qu’inspiré du premier film de Jacques Audiard, est pourtant assez éloigné de l'univers du long métrage. Rien de surprenant, tant il est difficile d’imaginer qu’un film grand public puisse être aussi ténébreux et pesant que la musique pratiquée par RLHT. Le groupe nous emmène en effet dans un voyage qui ne laisse pas beaucoup d’espace à la gaîté et à la lumière.
Son black metal fait la part belle aux ambiances théâtrales et aux passages emphatiques. En totale opposition avec la férocité brute de General Lee, chroniqué récemment, RLHT répand une violence sourde, sombre et insidieuse.

On y retrouve des aspects développés par Emperor, comme cela est flagrant avec 'To Take Us'. "Exile" ayant toutefois, un parti-pris légèrement moins grandiloquent et plus angoissant que ce qu’affectionnaient les Norvégiens. Le lourd et oppressant 'The Incandescent March' illustre bien cette orientation. La lenteur de certains des passages ajoute au côté hypnotique et mystique qui transcende ce morceau. Le déploiement de ces ambiances lourdes prend même parfois l’ascendant sur la brutalité inhérente au black metal. C’est le cas dans le dépouillé et sépulcral 'They Came', qui se déploie tout en ambiance. La musique abandonne alors le registre de la violence, pour se faire atmosphérique, envoûtante. Pour autant, le sentiment qui s’en dégage reste inquiétant et s’apparente à une menace rampante, larvée.

Et c’est là que RLHT se révèle un maître du style. Le groupe démontre un savoir-faire indéniable pour ce qui est de créer et de faire vivre une musique angoissante et malsaine. Tout en tournant le dos aux recettes "in your face", il parvient paradoxalement à proposer un album à l’intensité sans faille. Le tout accompagné d’un charme vraiment prenant, du fait de l’injection d’une finesse et d’une richesse de très bon aloi. A tel point qu’il est probable que, avec ce "Exile", nous n’avons jamais été aussi proche de l’esprit et de la qualité du "Anthems to the Welkin At Dusk" d’Emperor. Ce qui n’est pas un mince exploit.

En faisant la fine bouche, chose que l’on ne peut se permettre que lorsque que notre plaisir est apaisé, on pourrait éventuellement regretter que RLHT n’agrémente pas certain de ses titres de passages beaucoup plus agressifs, de manière à rehausser encore plus la saveur de l’ensemble.

Aux carrefours du black metal, du metal atmosphérique et de l’oraison funèbre, ce digne enfant d’Eros Necropsique et d’Emperor nous sert là un album réjouissant (le mot est savoureux lorsque l’on sait que l’on évoque du black metal) et à la densité remarquable. Une sorte de metal psalmodique et complexe. Un paradoxe de plus pour ce groupe que l’on ne peut plus taxer de prometteur, tant il vient de nous proposer une œuvre aboutie.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/10/2015, 12h34   #24
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

the Black Planet - Portugal - 8/10
http://www.theblackplanet.org/review...-tomber-exile/

Regarde Les Hommes Tomber – Exile
by Mutiilator
After a solid debut album released in 2013, which was well received by both press and fans, Regarde Les Hommes Tomber are back with another pillar of crushing Post-Black / Sludge Doom hymns.
In the same vein as the previous record, “Exile” starts of with a hypnotic introduction that builds up the tension until it all explodes in a chaotic wave of the Black Metal side of Regarde Les Hommes Tomber. One can immediately notice that the production in this album is less clear than its predecessor, but that is not a bad thing as it helps create the necessary atmosphere among the dissonant riffs and pounding drums.
The beginning riffs of “Embrace the Flames” are the kind of melodies that will haunt your mind during the listening experience as time goes by, only to be replaced by the peaceful parts that are carefully written in order to release the stress created by the sound storm that these songs are. “They came…” allows you to take a quick breath before being taken back into the slumber that these French guys generate in the shape of “To Take us”.
The song which finished the record is an epic ending to a frantic journey, filled with hypnotic moments, chaotic waves of sound and peaceful yet brief moments of calm. A step forward in creativity applied to a solid structure that remains untouched.
8 / 10
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/10/2015, 16h48   #25
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

thrashocore (Fr) 8,5/10


http://www.thrashocore.com/chronique...chronique.html


REGARDE LES HOMMES TOMBER
EXILE
Je n'y arrive plus, je vous le dis tout net. Cette fin Septembre 2015 est de loin la période la plus riche vécue pour ma part depuis mon arrivée sur Thrashocore. Entre les sorties de Loma Prieta, Deafheaven, Birds In Row / WAITC, VI, Mgla, Temple Of Baal, Shrine Of Insanabilis, le quadruplé de luxe des Acteurs De L'Ombre comprenant Déluge, Moonreich, Maïeutiste et Regarde Les Hommes Tomber, ainsi que quelques sorties qui ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez type Aosoth, je ne sais carrément plusquoi écouter quand je me lève le matin. Alors imaginez quand en plus, vous avez des chroniques à faire... Alors ça va que je ne suis pas tout seul sur le coup mais je vous avouerais que là, c'est la grosse débandade, ma liste de promos ressemblant de plus en plus au Code du Travail qu'à une simple liste. Donc, Article 2, Alinea 3 : Regarde Les Hommes Tomber.

Je mentirais si je vous disais que j'avais accroché à Regarde Les Hommes Tomber et à leur premier opus éponyme qui avait pourtant remporté l'adhésion des amateurs de Black/Sludge/Hardcore à sa sortie. Il y avait pourtant toutes les saveurs et les inspirations qui me parlaient dans cet album et leur live au Black Metal Is Rising montrait clairement un potentiel gros client de la future scène française cependant je peinais au final à y voir autre chose qu'un patchwork bien agencé de références à Celeste, Amenra ou autres combos dont la réputation n'est plus à faire. Malgré ce petit handicap de départ, j'attendais avec impatience la sortie de leur nouveau disque, étant dans l'expectative d'un groupe qui pourrait repousser les limites qu'il s'était lui-même fixées. Et voilà, j'ai eu raison d'avoir la foi puisque la donne change avec ce « Exile » disponible depuis peu chez Les Acteurs De L'Ombre Productions qui a la décence d'envoyer des promos physiques et qui mérite donc d'être cité deux fois dans cette chronique.

Et l'on est finalement peu surpris au premier abord par « A Sheep Among The Wolves », emboîtant le pas à une courte introduction dénommée « L'exil », puisque tous les ingrédients propres à Regarde Les Hommes Tomber y sont inhérents. Si l'on était en train d'écouter un disque de Rap, on définirait ce premier morceau comme un Banger, dans le sens le plus positif du terme. Une piste efficace, addictive, un hit qui comporte son lot de mélodies tordues, de breaks syncopés et d'accalmies propres à la mise en place d'une ambiance. Tremblez ancêtres du Metal old-school, car le futur arrive et il est composé de Regarde Les Hommes Tomber, PNL et de séries japonaises en 750 épisodes. Oui, « Exile » a le bon goût de ne pas se parer de Thrash, de Death ou de solis Heavy qui auraient sans doute atténués leur aspect crasseux. Cent pour cent next-gen et plongé dans l'ambiance poisseuse du vingt-et-unième siècle, rempli de William Peel dégueulasse, de poubelles dans les rues et de shit mal-coupé acheté à Gallieni, ou chez le cousin du beau-frère de votre meilleur pote.

D'ailleurs, s'il y a une chose que Regarde Les Hommes Tomber peut se targuer d'être sur cet album, c'est bien d'être jusqu'au-boutiste dans sa violence. Si l'on excepte les quelques passages plus posés, comme « They Came... », le groupe prend le soin de toujours attaquer avec la puissance adéquate. Un fait rehaussé par une production parfaitement dosée qui sert à merveille les décharges musicales, notamment grâce à ce son de batterie très organique et rempli de résonance qui ajoute une sonorité caverneuse à l'ensemble. Un aspect direct et rentre-dedans observable sur le très bon « … To Take Us », un titre se donnant pour but de calmer tout le monde en quelques secondes. Il est également impressionnant de noter les finesses des compositions, toujours ballottées entre rythmiques créatives, riffs fouillés et lignes de basse et de chants vraiment utiles. Chaque instrument est correctement mis en valeur et bénéficie d'instants particuliers où il est mis en lumière.

Cependant, résumer Regarde les Hommes Tomber à une horde de brutes sans cervelles serait un poil trop réducteur. On ne peut que se laisser avaler tout cru par la mélancolie suintant par tout les pores de leur musique éhontément dépressive. « The Incandescent March », dernier morceau de l'album précise ici le propos d'une formation qui semble prendre un malin plaisir à masquer ses émotions derrière un mur de son. Malgré ce camouflage, difficile de ne pas remarquer la détresse dans les cordes vocales éraillées de Thomas, nouveau vocaliste du combo Nantais. Au travers de cette pièce plus longue aux allures sincèrement monolithiques on se retrouve projetés dans une vision apocalyptique de l'urbanisme. « Ah si seulement j'étais riche, assis seul sur ma péniche », comme dirait l'autre. Oui, Regarde Les Hommes Tomber semble se plaire à imaginer un futur regrettable qu'il n'a pas fondamentalement envie de vivre mais qui pourtant s'approche à grand pas, sans que l'on puisse l'arrêter. Sans en rajouter indéfiniment, « Exile » est un disque fort, puissant qui pourtant émeut derrière ses aspérités. En somme, une pierre brute qui vous tombe sur la tête et sur laquelle est gravé : " Il vaudrait mieux faire gaffe, à l'avenir".

FleshOvSatan
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/10/2015, 21h32   #26
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut Arte Métal _ Regarde Les Hommes Tomber – “Exile” – 2015 - Les Acteurs de l'Ombre Prod

Arte Métal _ (Do Brazil)

http://blogartemetal.blogspot.com.br...xile-2015.html

by : Vitor Franceschini

" Regarde Les Hommes Tomber – “Exile” – 2015 - Les Acteurs de l'Ombre Productions (Importado)

Em seu primeiro álbum auto-intitulado, os franceses de Nantes do Regarde Les Hommes Tomber já mostraram uma mescla interessante entre o Black Metal e o Sludge. Dois anos depois de seu debut, a banda retorna com “Exile”, um trabalho que mantém suas características, mas que mostra crescimento, além de acrescentar diversos outros elementos.

Com uma aura mais sombria, o novo disco traz evidente evolução técnica e na produção, além de mostrar uma sonoridade mais polida e melódica. Mesmo assim, os temas ora cadenciados ora rápidos continuam sendo o carro chefe, sendo que a banda tem pendido ainda mais para o lado Black Metal da coisa.

Mas, a influência de Sludge mesclada ao Post-Black Metal se encontra principalmente nas guitarras e no baixo distorcido que são os grandes diferenciais do RLHT. O vocalista Thomas continua berrando agonizantemente temáticas líricas que abordam filosofia, divindades e afins.

Um clima melancólico também transborda durante a audição de “Exile”, que possui músicas ora longas, ora mais diretas com destaques para A Sheep Among the Wolves, a angustiante Embrace the Flames e a excelente ...to Take Us. Vale destacar que, com exceção da instrumental They Came..., as outras composições não ficam devendo muito para as citadas.

A produção do trabalho é um dos pontos fortes, já que a banda caprichou e conseguiu tirar um som mais orgânico de seus instrumentos. A realidade é que o RLHT é uma banda que caberia muito bem entre as bandas de Avantguard Metal pela sonoridade e atitude imposta. Algo que é de extremo bom gosto, diga-se de passagem. "

http://regardeleshommestomber.bigcartel.com/
https://www.facebook.com/rlhtband

Note : 8,5
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/10/2015, 08h53   #27
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Brave words

By David Perri

REGARDE LES HOMMES TOMBER - Exile

http://bravewords.com/reviews/regard...s-tomber-exile

" France’s Regarde Les Hommes Tomber (“Watch the men fall”, in English) has entered the shark-infested, post-metal waters for album number two, this band taking the paradigm sutured together by Cult Of Luna more than a decade ago and elevating it to the type of towering heights another ten years of development logically leads to. Which is not to say that Exile is better than, say, Cult Of Luna’s epic and unmatched Vertikal, because it doesn’t possess that album’s level of grandeur.

But what Exile does do exceptionally well is convey the type of melancholy that is the hallmark of so much of metal’s raison d’être, and then drape it in black metal elements that allow this band’s whole to reflect both desolation and so many shards of glass. There’s been a big progression since Regarde Les Hommes Tomber’s self-titled 2013 debut, and Exile represents the work of a band clearly aiming for the summit of its artistic vision. "

Note : 7.5
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/10/2015, 13h58   #28
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

horns up - FR

by dolores

http://www.hornsup.fr/a-12249/chroni...s-tomber-exile

"Après un album éponyme sorti en 2013, nos petits Français de Regarde Les Hommes Tomber reviennent cet automne avec un second opus intitulé "Exile". L'histoire se poursuit, les Hommes sont tombés, ont été châtiés et nous ne sommes que les spectateurs de l'échec de Babel et de l'exil qui s'ensuit. L'heure du départ, de la confusion et de la vengeance sonnait déjà, elle prend à présent forme.

Comment mieux illustrer cette scène qu'en proposant cet artwork où l'inspiration puise autant chez Gustave Doré que John Martin ou Albrecht Dürer ? Rien de nouveau de ce côté-là pour le groupe qui, déjà à travers ses précédents visuels, piochait chez les uns ou les autres en modifiant quelques détails. Je trouve, cette fois-ci, le travail de réappropriation par Fortifem bien plus admirable, en piochant çà et là, recomposant une oeuvre nouvelle et permettant au groupe de se forger sa propre façade et, en ce sens, une identité propre.

Ainsi, la colère de Dieu semble n'être plus rien comparée à la colère des Hommes. Cette tension noire de haine, cette atmosphère chaotique d'une histoire fondatrice que nous comprenons tous ne pouvait pas mieux être exprimée que par le Black / Sludge que le groupe propose. Toujours majestueux, martial, ou angoissant, voire les trois à la fois, cet album reprend pourtant les pistes déjà empruntées lors du précédent. Néanmoins, ces pistes sont ici creusées, retournées dans tous les sens pour chercher leur facette la plus intense. Là où l'éponyme semblait parfois manquer de tripes, de conviction et de réelle profondeur, "Exile" résoud tous ces éléments et les transforme en atouts.

La véritable entrée en matière se fait selon moi à partir de "A Sheep Among The Wolves", s'enchaînant sur "Embrace The Flames" qui font indéniablement partie des meilleures titres que le groupe ait proposé depuis sa genèse (Genèse, tour de Babel, blague, vous suivez?). A l'inverse, l'introduction faite sur "L'Exil" reste un peu bancale, proposant un instrumental qui met du temps à démarrer puis qui se retrouve trop rentre-dedans pour préparer le terrain correctement. Il aurait fallu, selon moi, choisir d'exploser uniquement au début du second titre ou immédiatement annoncer la couleur dès l'introduction. Cela reste tout de même un détail (même si, un détail de 3 minutes), puisque le reste de l'écoute dépasse les espérances, et qu'il marche parfaitement en live par ailleurs.

Si Regarde Les Hommes Tomber finit par se trouver, et fonctionner avec une efficacité sans précédent, il faut avouer que c'est en grande partie grâce à l'arrivée d'un nouveau chanteur que les Nantais connaissent déjà bien puisqu'il s'agit de Thomas, ayant déjà un rôle identique dans la formation War Inside. En tout cas, aucun risque de redite entre les deux groupes qui proposent des compositions tout à fait différentes. Cette nouvelle voix s'est fait sa place dans RLHT assez facilement, grâce à une manière de chanter plus claire et aigue que le précédent chanteur, résonnant différemment, poussant ses cris torturés plus loin, et profitant également d'un mix plus valorisant. Un point qui vaut pour l'ensemble de l'album, largement mieux produit, plus clair et qui permet ainsi une immersion bien plus complète dans le monde très personnel que s'est construit le groupe depuis ces quelques années.

Qu'on y soit réceptif ou non, on ne peut pas nier que RLHT est un groupe qui a de la personnalité. Si le premier album m'a donné l'impression d'arriver un peu comme un cheveu sur la soupe avec un concept déjà tout prêt et un album assez pro, comme sorti de nulle part, le fait d'affirmer ces mêmes choix et de les inscrire dans une continuité est exactement ce qui leur donne une crédibilité et un poids bien plus conséquent. Bien sûr, à cela s'ajoutent des compositions alambiquées et réfléchies. Les influences sont piochées dans le Black et dans le Sludge ainsi que, plus lointainement, du côté du Black/Death, du Doom et du Post-Hardcore, et sont savamment dosées pour donner un ensemble homogène où chaque détail trouve sa place avec une évidence incroyable. Ce sont tous ces atouts cumulés qui font de ce nouvel album une petite perle que, peut-être certains attendaient, mais qui surprend totalement d'autres auditeurs comme c'est par exemple mon cas.

Que dire de ce final sur "The Incandescent March" ? Que dire de cette batterie absolument hallucinante, de ces riffs apocalyptiques se superposant à une basse effrayante, de ces cris malsains au possible, et de cette montée en intensité qui clôture l'album avec une efficacité inattendue ? Je ne suis clairement pas le public visé pour ce type de mélanges de genre, habituellement. Mais je peux vous dire qu'il y a ici tous les éléments pour vous faire plonger comme les autres, les yeux fermés."
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/10/2015, 14h07   #29
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

pavillon666 - FR

http://www.pavillon666.fr/webzine/ch...hp?groupe=9770

Chronique
Regarde les Hommes Tomber - Exile

C’est en mai 2013 que j’ai eu la chance de découvrir REGARDE LES HOMMES TOMBER, alors que le groupe venait de sortir son premier opus, éponyme. Il ne m’a pas fallu beaucoup d’écoutes pour que je réalise l’intensité de mon coup de cœur... Et, après avoir assisté à deux excellents concerts du groupe, j’ai craint un second album décevant, mettant à mal tous mes espoirs en ce groupe qui avait su tant ravir mes oreilles par sa musique et mes yeux par son univers graphique (grâce au talent de Gustave Doré et de Førtifem). Il faut dire que les rares groupes qui réussissent à sortir un premier album d’une très grande qualité supportent la pression d’un groupe déjà bien installé, à savoir celle de démontrer qu’ils peuvent encore davantage progresser et s’affirmer.

Après m’être extasiée de l’artwork d’Exile, j’ai donc lancé cet album le souffle coupé, à la fois inquiétée d’une possible déception et excitée par l’imminence de la découverte des nouvelles compositions du groupe nantais.

Exile, construit sur un schéma similaire au premier opus de Regarde les Hommes Tomber, débute ainsi par un prélude instrumental s’inscrivant dans la lignée directe du premier, tout en établissant l’ambiance étouffante de l’album.

A Sheep Among the Wolves et Embrace the Flames m’ont ensuite rapidement confirmé qu’Exile est à la hauteur de mes espérances. Malgré une production encore plus lourde (qui correspond toutefois parfaitement à la musique), Regarde les Hommes Tomber a réussi à composer deux morceaux, à mon sens, irréprochables. Dévotion, obéissance, supplication, rédemption… l’univers biblique du groupe a aisément repris forme à travers les riffs oppressants des musiciens et leurs mélodies désespérées.

La capacité de Regarde les Hommes Tomber à créer une ambiance d’une grande noirceur semble s’être encore affinée, faisant de cet album une véritable exploration de récits bibliques. Hommes méprisés, manipulés, jugés par des divinités qui se jouent de leurs faiblesses et désirs, Exile est une quête de revanche pour les Hommes chassés du royaume de Dieu.

Le seul bémol de cet album, qui aurait pu être la performance du nouveau chanteur, est peut-celui, finalement, d’une trop grande ressemblance avec le premier opus du groupe, ce qui, forcément, ne me dérange pas – pour l’instant. Si Regarde les Hommes Tomber a su élaborer un second album plus abouti, plus mature, sa recette est à peu de choses près la même : un post-metal/sludge intimement lié à du black metal, offrant opacité et lourdeur à l’auditeur, tantôt avec une grande violence, tantôt par des passages bien plus calmes, comme They Came… bien loin d’offrir un réel apaisement. Il faut donc espérer que Regarde les Hommes Tomber sache, à travers le temps, se renouveler, tout en n’abandonnant pas son identité unique (qui n’est pas évidente à élaborer dans ce style musical).

Le groupe a d’ailleurs quelque peu relevé ce défi, en se révélant plus influencé par le black metal, mais surtout en dévoilant certains riffs et passages mémorables, notamment dans Thou Shall Lie Down et To Take Us….

Exile est donc un album à écouter au plus vite. Et plus d’une fois.

42m24

http://lesacteursdelombre.net/productions/

https://www.facebook.com/rlhtband

http://rlht.bandcamp.com/

Note : 9,5/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/10/2015, 14h34   #30
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

toilet ov hell -USA

http://www.toiletovhell.com/reviewed...hommes-tomber/

'' Review: Exile by Regarde Les Hommes Tomber
by : Dagon

“L’Exil” serves its introductory role with excellence, building up tension with post-rock guitar soundscapes as it slowly increases the intensity of the drums. “A Sheep Among The Wolves” borrows this tribal drumming pattern, interspersed with blast beats. Underneath it the guitars sing, somber and subdued. The vocals kick in, made of pure agony. It is almost as if you can feel them scraping your own throat.

“Embrace The Flames” urges you to endure your upending, to revel in it. It’s hard not to, when it involves such an earworm of an arpeggio. This is one of the most intense songs on the LP, whether it is blasting away with furor or relenting into despondence and lamentation, with sludgier riffs that sound like they’re spiralling out of sanity. The lyrics reveal a biblical inspiration: Cain, son of first men Adam & Eve, receives his mark for the muder of his brother Abel³.

“O son of Adam, be the first man to oppose your fathers
Leave your soul, enter the darkness
You are not alone anymore
Follow me and embrace the world you belong to
Follow me and embrace the world you belong to
Follow me and you will never be alone anymore”

“They came…” “…To Take Us” works as a duo, with the latter developing atop the ambience of the first. The guitars – drenched in reverb – offer a beautiful tremolo riff that is not played in a traditional, fast pace. Instead, it rings more patient and sorrowful. We are toasted to another example of how great Regarde’s rhythm section can be, as it contributes tremendously to this band’s ability to engulf you in their sound.

“Thou Shall Lie Down” starts off slow and brooding. Fans of Neurosis will not be disappointed, as the wails and syncopation are delivered in form akin to the Oakland legends. That is, until a tremolo riff looms on the horizon, announcing a change of pace. The song then explodes into a fast section, providing a breathtaking climax whose tension is kept even after the blast beats have long subsided.

You leave the experience that is Exile in “The Incandescent March”, the finest track of Regarde Les Hommes Tomber’s young career. Everything they stand for musically seems to be cristallized in this 11 minute opus, with the addition of elements unfound in other songs. Namely, an armored black stallion of a galloping rhythm that is a throwback to more anthemic, fist-pumping black metal. Fitting, for the lyrics of this song represents a march towards affirmation. A struggle that extends beyond the religious imagery of Exile well into many aspects of our lives. A march to claim agency and authority over one’s own fate.

“The primitive philosophy of a tyrannic group of cowards
Will never rule on this pure and fragile place we call earth
The time of slavery must end right now
This time of tyranny must be the last
We will crush the weaver, he will taste the bitter
And on this unreachable fortress we call Heaven
He will taste the anger of the gods we are
We will sit on this throne
And the fallen god, the exiled one
Will rest in a place we call Inferno
We will sit on this throne
We will sit on this throne
We will sit on this throne
We will sit on this throne”

As much as I thoroughly enjoyed Regarde Les Hommes Tomber, their self-titled debut, Exile has surpassed every expectation I had. It is one of the most compelling LPs I have heard this year, both sonically and thematically. Some albums do not merely deserve a listen; they demand one. This is one of them.

4.5/5 Toilets Ov Hell

As of September 19th, you may stake your claim to sit on the throne. Order your copy of Exile in either LP or digipack formats via Les Acteurs de l’Ombre, or a digital copy via Bandcamp. If you like what you hear/read, be sure to give the band a like on Facebook.

1. Førtifem is a French duo of designers whose catalog – which includes covers for Destroy Judas (best unsigned band in California) and heavyweights like Opeth and Alcest – rubs my eyeballs and brain in all the right places. Check their work on the official website or on Instagram.

2. Regarde Les Hommes Tomber is a 1994 film directed by Jacques Audiard. It depicts the crossing of two stories, of a lonely salesman that seeks to avenge his only friend and of an aging con man and his young protegé.

3. In the Bible’s Book Of Genesis, Cain and Abel are shown as two sons of Adam and Eve. Cain was the first human to be born, whereas Abel was the first human to die; by the hands of his older brother, nonetheless. For his crime, Cain received a “mark” or a “curse”, to roam the Earth as a fugitive and a vagabond. ''
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 08/10/2015 à 14h36.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h33.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013