DÉLUGE - AEther - Reviews - Page 2 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 25/09/2015, 14h12   #11
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Daily Rock (FR) 4/5

http://www.daily-rock.com/deluge-aether


On avise la pochette lorgnant vers l’esthétique hindouiste, les éléments d’estampe nipponne et on est un chouia intrigué. Pour ceux qui s’attendent à de quoi savourer une ‘cigarette-qui-fait-rire’ en toute sensualité molle, le réveil va être rude, avec une plongée dans un monde où tout n’est que rage et désespoir. Sur son ersatz de site, ce quintet a beau s’amuser discrètement avec l’étiquette ‘Untrue French Black Metal’, achtung les fosses à miel : musicalement, les Monsieurs, ben ils ne sont pas venus pour animer l’annif de la cadette.

Au micro, la ‘gorge-en-chef’ repousse ses limites avec un bel entrain, son organe râpeux cherchant plus l’inspiration du côté hardcore que des croassements usés du ‘blaquemetal’, ce qui est une foutrement bonne chose si vous voulez mon avis, et vous le voulez puisque vous le lisez, coquines ! Derrière les fûts ? Le tapeur a dû s’absenter, ils l’ont remplacé par un de ces accessoires de cuisine très cher, qui vous montent une mayo ou des blancs neige en une minute chrono.

La netteté de la production rend hommage à sa force de frappe et sert aussi des guitares coagulées en mur compact, et qui ne s’arrêtent de gueuler que pour distiller, dans les moments de calme précaire, quelques notes glaciales, épures malades entre deux bombardements soniques. Chaque piste s’ingénie d’ailleurs à multiplier les rythmes et les ambiances. A noter qu’il pleut d’un bout à l’autre des pistes, des fois qu’on n’aurait pas pigé le nom du groupe. (Si Motörhead commençait toutes ses chansons avec une Mustang au démarrage, ça serait peut-être un peu chiant sur le long terme, et oui ça n’a rien à voir).

Une piste emblématique ? ‘Houle’ commence avec une braillée de possédé, vite enrobée d’un mur de grattes vibrantes, avant que la batterie n’embraie sur le tempo hystérique de rigueur. On peine à discerner une mélodie exacte, et c’est sans doute fait exprès. Dans son dernier tiers, la piste impose un tempo lent, sans que les cordes ne ralentissent leur course vers nulle part, pour se combiner en un martelage obsédant, sans pour autant flirter avec le funeral doom proprement dit. Le son est ample, presque dilué, les instruments évoluant comme dans des univers parallèles.

Tout ça est méchant, carré, sans fioritures superflues ni démonstrations de virtuosité desservant la structure des morceaux. Une bouffée d’air humide et transie qui fait un bien fou et contribue à renouveler un genre depuis si longtemps sclérosé, bégayant et auto-parodique qu’on l’avait presque enterré dans la tombe voisine du Nu-Metal. Sortez la bêche et exhumez donc ces braves jeunes gens.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 25/09/2015, 16h39   #12
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Noizz Webzine (Spain)

8,75/10

http://noizzwebzine.blogspot.com.es/...luge-ther.html

Después de su debut el pasado año 2014 con el EP “Mélas | Kholé” los franceses DÉLUGE se estrenan en larga duración con este impactante álbum al que han titulado “Æther” y que han vestido con un llamativo artwork realizado por Valnoir (Metastazis), todo ello en diferentes ediciones con la calidad que al sello Les Acteurs de l'ombre Productions le gusta lucir en sus lanzamientos. Y es que es difícil ponerle pegas al disco ya que todos los aspectos están cuidados al detalle, desde la presentación que comentaba hasta el sonido, esto último gracias al buen trabajo a los mandos de Christophe Edrich (THE OCEAN, HACRIDE, KLONE...) y Joey Sturgis (OCEANO, THE ACACIA STRAIN, ASKING ALEXANDRIA, EMMURE, ATTILA, BORN OF OSIRIS...) quienes han sabido entender a la perfección esa combinación entre el Black Metal y el Post Hardcore que destilan las composiciones del grupo.

Ya en el llamativo artwork que ilustra “Æther” se puede apreciar un fuerte vínculo con el agua, lo cual también aparece en los temas del disco, ya sea por medio de naufragios líricos o por sonidos ambientales de lluvia, de hecho la propia música que hacen DÉLUGE se podría comparar con violentas tormentas que de repente paran en seco dejando un paisaje desolado y hermoso al mismo tiempo. Un trabajo en el que las partes rápidas son verdaderamente rápidas, con notables influencias del Black Metal, y en el que las partes tranquilas son como pasajes ambientales de lo más etéreos. En el medio tenemos algunas melodías repletas de solemnidad trágica que contrastan con los riffs cercanos al Noise de los que el grupo se sirve para generar sus atmósferas acompañados de golpes de batería atronadores. Un disco de contrastes, pero fundamentalmente agresivo y con atmósfera, siendo el Black Metal y el Post Hardcore más actual lo que mejor define el estilo de los franceses. Además también han contado con interesantes colaboraciones en algunos de los temas, como son las de Stéphane 'Neige' Paut de ALCEST con la voz y Vincent Legac de SIELLE con los teclados.

La verdad es que “Æther” es un álbum muy fresco dentro de lo que es la música extrema, aunque no necesariamente aporta ingredientes nuevos, más bien se trata de una buena manera de enlazar el Black Metal con el Hardcore usando una perspectiva contemporánea. Si además le unes la intensidad y el dramatismo que DÉLUGE han sabido plasmar en sus composiciones, además de la intensidad de la interpretación tanto con los instrumentos como con las voces, ya tienes un álbum impactante que te saque de la rutina. Y como decía antes las ediciones del sello Les Acteurs de l'ombre Productions siempre vienen muy cuidadas, y esta no es la excepción, de hecho el digipack desplegable de la edición corriente es una verdadera maravilla, imagínate pues como será tener el vinilo en las manos. Altamente recomendable.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2015, 09h50   #13
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Imperiumi - (Finland)

http://www.imperiumi.net/index.php?act=albums&id=16384

Déluge - Æther

"Viime vuosina etenkin ranskalaiset ovat tuntuneet siirtyneen black metalin saralla uusille harjanteille, tai ainakin siltä vahvasti tuntuu maan uusimpia bänditulokkaita kuunellessa. Yksi näistä uuden aallon black metal -tapauksista, vai pitäisikö jo puhua trendikkään tuttavallisesti post-blackista, on noin parin vuoden ikäinen Déluge, jonka debyyttilevy tönii raja-aitoja nurin vaivihkaisen hienovaraisesti.

Æther on levy, jossa yhdistyvät niin black metalin konventiot kuin toisaalta ne ylittävät piirteet. Yhtyettä onkin kuvailtu muun muassa post-hardcoren ja black metalin sekoitukseksi, mikä ei välttämättä toisaalta anna kaikkein parasta kuvaa itse yhtyeen musiikista. Toisaalla Æther on äärimmäsen maalailevaa instrumentaalista metallia black metalin äänikielellä, toisaalla taas astetta rajumpaa mustaa metallia hyvinkin tavanomaisella räiskyvyydellä. Minimalistisimmillaan yhtye on aaltojen kuohunaa, vähäeleisiä puhepätkiä ja kaiutettua kitaraa. Vastapainoksi taas löytyy suoraviivaista, nopeatempoista ja vihaista black metalia.

Kuten näistä voi päätellä, Æther ei ole kaikkien helpoimmin lokeroitavia tapauksia. Samalla levy kuitenkin tuntuu eheältä ja hyvin laaditulta kokonaisuudelta, joka kestää kuuntelua hyvin. Levynä Æther jää reilusti plussan puolelle, sillä sen tarjoilemat alakuloiset ovat kovin syksyisää kuultavaa. Vastapainoksi on valitettavasti todettava, että levylle mahtuu myös turhan pitkävetisiä suvantokohtia, jotka sinänsä ruostuttavat aivan terävintä kärkeä.

Tuotannollisesti Deluge kulkee jossain hiotun ja terävän sekä toisaalta surisevan treenikämppäpörinän välimaastossa. Äänimassaa levyllä on ehkä vähän liiaksikin ja tämä tekee levystä paikoin vähemmän kireän. Rääkylaulut ovat vihaisuudessaan parempaa keskitasoa, mutteivat missään tapauksessa ikimuistoista tai massasta erottuvaa. Ætherista olisi mukava tykätä hieman enemmänkin, sillä se painelee niin sanotusti täysin oikeita namiskuukkeleita. Samalla kaikessa rehellisyydessä tuotosta on mahdotonta pisteyttää tämän paremmin, sen tiukimman terän lopulta levyltä puuttuessa. "


Déluge
Æther
CD
[ LADLO Productions ]
01. Avalanche
02. Appât
03. Mélas | Kholé
04. Naufrage
05. Houle
06. Klarträumer
07. Vide
08. Hypoxie
09. Bruine

Note : ( 7½ )
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 27/09/2015 à 18h20.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 28/09/2015, 10h38   #14
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Can this even be called music ? - Canada

http://www.canthisevenbecalledmusic.com/deluge-aether/

by Dæv Tremblay

France doesn’t cease to bombard us with incredibly good metal. The newest on the list is Déluge and their debut album Æther.

Musically, it’s a sort of atmospheric post black metal with tidal blast beats and a barrage of distortion. Not that these attributes are uncommon in the genre, but they’re prominent and well-executed here. The axis of Déluge seems to be on the ebb and flow of dissonance in their chordal progressions, like the waves. It’s a really good approach that makes for an always moving portrait that is only rarely immobile, and even then it serves some sort of goal within the song.

The most atmospheric piece here is “Klarträumer”, a 9-minute instrumental piece with plenty of field recordings and emotions. It’s also the longest song on the album and it shows that they don’t need to rely on lyrics to convey feelings, a story. In German, “Klartraum” is a lucid dream, so I believe that this song could be transcribed as “Lucid Dreams”.

The other songs are pretty much alike, constituting a solid monolith. They rarely stray from what they do, but they do it well-enough to keep it enjoyable from beginning to end, if atmospheric or post black metal is your thing. Plus, they certainly have one of the best-looking album artworks I’ve ever seen.
qualitycontrol-deserving

A press copy of the album made this review possible.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/10/2015, 16h07   #15
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

All the time i was listening - UK

http://allthetimeiwaslistening.blogs...-ther.html?m=1

by Eddie Carter

30 September 2015

DÉLUGE - Æther

" (En français) - Bonne journée à vous tous et bienvenue à une autre ronde de couvrir la roulette ! Aujourd'hui, vous remarquerez peut-être que j'ai commencé ce blog en français. Eh bien, la raison de ceci est parce que je suis en train d'examiner un black metal français/Post Hardcore appelée Déluge. Avant d'aller plus loin en avant, je voudrais commencer par souligner que (très évidemment) la langue française n'est pas familière pour moi. Pour être en mesure de traduire ce paragraphe d'ouverture dans la langue maternelle de déluge, j'ai utilisé le Google Translate facility. Afin que toute erreur sont le groupe de travail de ce géant de l'internet sans âme, pas moi. Le reste de l'examen sera en anglais, mais je voulais essayer quelque chose ici en premier. Petite chose et toutes que jazz... L'autre raison est que je ne peux pas savoir beaucoup à propos de déluge. Aucune date de formage, rien de cette nature. Ce que j'ai trouvé est que déluge est l'oeuvre de Christophe Edrich (l'océan, Hacride, séries Klone.…) et Joey Sturgis (Oceano, la souche d'Acacia, né d'Osiris.…). La description de la bande est très poétique, mentionnant les orages, les portes de l'enfer et autres choses du genre. La principale raison de mon intérêt n'était pas la façon dont la bande décrit leur son, mais la couverture de l'album - Æther. Le couvercle est aussi frappant pour moi comme une couverture qui partage un nom très semblable; cet album est par l'American band appelé outil, l'album s'appelle Ænima. Alors que l'outil couvrir semble très craintif et sombre, le Déluge couvrir semble très européen et l'étourdissement. La part de la tempête à venir entouré par un cercle d'ondes est beau, comme je le dis toujours - une bonne couverture est la façon d'attraper un possible nouveau ventilateur. Ainsi, sans plus de pause ou d'hésitation (et dans ma langue maternelle), il est temps de voir si la musique est aussi mémorables que celle des oeuvres.

(In English) - Good day to you all and welcome to another round of cover roulette! Today you may notice I have started this blog in French. Well, the reason for this is because I am reviewing a French Black Metal/Post Hardcore band called DÉLUGE. Before I go any further forward, I would like to start by pointing out that (very obviously) the French language is not familiar to me. To be able to translate this opening paragraph into the native language of DÉLUGE, I have used the Google translate facility. So any errors are the working of that soulless internet giant, not me. The rest of the review will be in English, but I wanted to try something out here first. Small thing and all that jazz.... The other reason is that I cannot find out much about DÉLUGE. No forming date, nothing of that nature. What I have found is that DÉLUGE is the work of Christophe Edrich (The Ocean, Hacride, Klone.…) and Joey Sturgis (Oceano, The Acacia Strain, Born of Osiris.…). The description of the band is very poetic, mentioning thunderstorms, the gates of hell and things of that ilk. The main reason for my interest was not the way the band described their sound, but the cover of the new album - Æther. The cover is as striking to me as a cover that shares a very similar name; that album is by the American band called Tool, the album is called Ænima. Whilst the Tool cover looks very apprehensive and dark, the DÉLUGE cover looks very European and stunning. The hand coming out of the storm surrounded by a circle of waves is beautiful, as I always say - a good cover is the way to catch a possible new fan. So without further pause or hesitation (and in my mother's tongue), it is time to see if the music is as memorable as that art work.

With a sound that I can only akin to thunder being unleashed on the land, the band start this album with "Avalanche" and it feels like hell is being unleashed onto the world. It is a powerful black metal torrent of abuse and destruction, then as if to divert everyone you are given a post-metal lull to calm to soul; but then they charge straight back into the pit and my fucking deity, this is one of the best openings I have heard since "Dream House" by Deafheaven - seriously stunning beginning to this record. "Appât" (which translates to bait) is the second song on the album and there is no iota given once more on this song, much like "Avalanche" it is all out attack from the opening of the song and it is designed to smash the audience into a bloody pulp. As aggressive as anything that I have heard in black metal, its fast pace destructive tone is uncompromising on the audience once more and demands your attention. During the ending which is another ambient metal drone that has the sound of rain in the background, leading the album onto the next song "Mélas|Khōlé" and it features Neige from Alcest. This time the track is not all pedal to the floor black metal, the spaces between with the clear guitars, the ongoing storm (which links all the tracks) and atmospheric pauses give this song a sinister feeling that does not go away once the song has finished playing. It is a brilliant moment to finish the first third of the album.

The fourth track is called "Naufrage" which translates to shipwreck in English. Having translated the lyrics to English, it is a song about a shipwreck and the destructive power of the sea. Musically, it is does not go for full on attack straight away and lets the riffs build up with a powerful, assured style that would make weaker bands piss in their collective pants. Of course they have a full blast of black metal destruction during the song, but it is not the full tune and it makes this song all the more distinctive as it ends with the sound of the storm continuing once more. "Houle" (which means swell in English) is not a happy song, my deity it is a harsh number which wishes destruction and pain upon a former loved one who is no longer in favour and there is no happy ending in sight. The storm is getting louder and the music is matching the mood of the song as well, with howls of pain and anguish from the beginning you are left under no uncertainty that all is not well and you would do well to keep out of the way. It is fierce, damaged and incredibly powerful - it is one of the highlights on this album which is so far looking inspired. The sixth track is called "Klarträumer" which is the longest song of the album. The word Klarträumer is German for lucid dream and this track is an instrumental that focuses more on the dark ambient sound of the band, it does have a brief black metal burst in the middle of the song which was not really needed if I am honest. The track is created in the rain and the storm once more, all the interesting moments are those post metal moments with the piano adding a dark edge to this tune. The pieces in between the noise rule this tune, it is another brilliant piece of music from DÉLUGE.

The final third of the album starts off with "Vide" (which is French for vacuum, but can also mean empty), with the sound of a swirling wind, a brief hint of a spoken word piece as the band limber up for their next for next onslaught on the audience. The words seem to be about the calm after the storm, or about a brief rest bite on the world. The music does not give you that option and it is a slow, brutal number that takes it time. It is more sludge like in nature, with shades of black metal thrown in to the mix. It is a beautiful number, it does not rely on the smash and grab of earlier numbers and it makes another attention grabbing number. The penultimate song of the album is called "Hypoxie" (translates to hypoxia and it means deficiency in the amount of oxygen reaching the tissues), the powerful nature of the band does try to reclaim the mantel once more, that black metal sound with exploded at the beginning of the album; but that is not the nature of this number. It is a suffocating song, the post hardcore/metal moments and dark ambient sections are the parts which make this number thrive the most. It is another lengthy number that you cannot help but be impressed with. Ending the album is "Bruine" which translates to drizzle; there is nothing here to save the band - everything is fucked and they want you to know it as they take you down with them into the abyss that is their rotten souls. This is dark, ladies and gentlemen - this is an incredible dark number where you will get no light, no remorse and hope is to be abandoned at the door. Of course, I love it and as the guitars fade into the rain I am given no relief as the storm still crashes into you even towards the bitter end.

I am so impressed by this album, hands down one of the best finds I have unearthed on cover roulette. I am stunned by the dark beauty of the album, the performance which is equally fierce and fragile in many places; the record is one that should be given higher praise amongst the metal community. For the black metal genre it is another stunning moment and if you have the slightest interest in the genre, then this is an album which you need to have in your life. I hope the French at the beginning of this review is translated correctly, but to summarise this review - Beau, juste incroyablement beau. "

9 out of ten - Almost perfect, almost.....

Top track - Avalanche
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/10/2015, 12h34   #16
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Musiczine - Belgique

http://musiczine.lavenir.net/fr/chro...deluge/aether/

ÉCRIT PAR PIERRE VANGILBERGEN - MERCREDI, 30 SEPTEMBRE 2015


Déluge
Metal/Prog/Noise
Les Acteurs de l’Ombre

Un premier pied dans l’eau, puis le second, une lente immersion jusqu’à la taille, puis jusqu’aux épaules, seule la tête est à présent hors de l’eau. Un dernier regard appuyé vers l’horizon ténébreux avant d’entamer une longue apnée, qui se prolongera pendant un peu moins d’une heure, secourue par de brèves respirations. Tel pourrait être le pitch d’ « Aether », premier album studio des Français de Déluge. Rien que par son titre, « Avalanche », le premier morceau de cet opus annonce la couleur : une grêle de doubles pédales accompagnée d’une lourde guitare viennent directement vous écraser. Sans aucun avertissement au préalable, vous êtes directement rincés. De la tête aux pieds. Le rythme ralentit quelque peu avant que la vague ne revienne à l’assaut, emportant avec elle la voix hurlée au timbre Hardcore de Maxime Febvet, vocaliste du groupe. Les Acteurs de l’Ombre, label du band, présente ici une fois de plus une formation qui ne craint pas de mélanger les substances dans le compost, pour finalement parvenir à une solution dense : une base de Black Metal atmosphérique martelée au fer rouge par d’intenses lignes vocales tirées du registre Hardcore.

Tout au long de ce disque, Déluge prend soin d’instaurer une ambiance de fin du monde, où l’élément eau, qu’il provienne du ciel ou de la terre, aurait décidé d’avoir finalement le dessus sur l’espèce humaine. Une bataille perdue d’avance, où il ne restera plus à l’homme qu’à compter les heures avant de se faire liquéfier. ‘Alors étanchez vos soifs tant qu’il est encore temps, De l’autre, de vaincre et d’illusion, Alors abreuvez-vous, De cette pluie d’Ego’ . Menaçant, « Avalanche » sort vainqueur. Tel un tsunami, Déluge lance à intervalles réguliers des vagues destructrices. Neuf en tout ! Elles emportent tout sur leurs passages, avant de contempler de manière lancinante les dégâts qu’elles ont causés. Une lutte impossible à gagner mais où une mince marge d’espoir est néanmoins laissée à l’espèce, sournoisement, afin d’éteindre petit à petit ce feu de vie et de conclure par « Bruine » : ‘Tout est pourri, que reste-t-il de sain ? Rien’.

Vous l’avez compris, ce premier LP est riche à plus d’un titre. Outre sa construction atypique, le quintet accueille sur sa troisième composition, « Mélas|Khōlé », l’artiste Stéphane Paut, mieux connu sous le pseudonyme de ‘Neige’ responsable du projet solo Alcest. Mais « Aether » est également surprenant par sa présentation. A l’opposé de l’image-type du CD de Black Metal, cette première offensive des Français propose un digipack aux couleurs bleu-outremer, blanc et or, des teintes qui ne sont pas sans rappeler des motifs typiquement helléniques. L’intérieur de l’LP s’ouvre en deux volets et offre à l’auditeur les paroles des morceaux, apport à ne pas négliger si on désire pleinement s’immerger dans l’ambiance de l’oeuvre.

Autant ne pas passer par quatre chemins : Déluge met ici la barre très haute et offre un vent de fraîcheur dans le milieu, où parfois certaines recettes ont tendance à être trop utilisées jusqu’à la nausée. Les Français entretiennent une ambiance lourde, détaillée et dévastatrice, sans pour autant en oublier la face violente et rentre-dedans. Autrement dit : un minutieux équilibre entre une face atmosphérique qu’on pourrait croire tirée d’une B.O. et une rage qu’on aurait canalisée trop longtemps avant qu’elle ne déferle tel un indomptable torrent. Une claque !
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2015, 16h50   #17
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

No clean singing - USA
http://www.nocleansinging.com/2015/0...er/#more-97138
by Islander

DELUGE – ÆTHER

I’ve seen Æther described – in both features and reviews — using the ever-provocative “Post-Black Metal” descriptor, and although this certainly fits them to an extent (as there’s definitely a wealth of gloriously evocative atmospheric parts present on this album), from the moment that the ferocious “Avalanche” kicks in with a veritable torrent of blasting, trem-picked power, it’s clear that, despite what fears and forebodings that term may conjure, Deluge are definitely Black Metal through and through.

As an opener, “Avalanche” serves as a perfect introduction to the band’s sound, a full-force, storm-lashed barrage of blackened vitriol and spectral melody – somewhat reminiscent of underground heroes Der Weg Einer Freiheit at their most ferocious – all wrapped tightly around a void-like core of echoing ambience, and topped off with some astonishingly vicious vocals that eschew the standard cadaverous scream in favour of a more biting, Hardcore-influenced “bark”.

Follow-up “Appats” keeps the energy high, unleashing a deluge (pun firmly intended) of writhing riffs and rippling blasts, laced with hypnotic threads of gleaming melody, while the slow-burn build-up of “Melas I Khole” eventually erupts into a veritable supernova of blazing blackened strife before dropping back into haunted, ethereal ambience for its bleakly beautiful conclusion.

This ebb and flow, between raging fury and chilling, contemplative calm, continues throughout the album’s nine stellar tracks, effortlessly mixing and melding the elemental fury of booming, monolithic riffs, lightning-fast tremolo parts, and thunderous percussive power, with extensive passages of haunting melancholy.

Whether it’s the thrilling dynamic convulsions of “Houle”, or the epic instrumental strains of “Klartraumer”, or the sheer earth-shaking power of “Vide”, every track is a bombardment of scything blackened riffs, crashing chords, and keening, reverb-drenched harmonies, all brought to stunning life by the album’s incredibly powerful, yet crystal-clear production job

Closing out with the deadly beauty of “Hypoxie”, with its near-perfect marriage of metallic power and sorrow-drenched melody (including a gorgeously evocative piano-led mid-section), and the climactic catharsis of “Briune”, Æther is one of those albums that positively demands an instant re-play, just so you can immerse yourself even deeper in the gleaming and glistening waves of pain and anguish that resonate from your speakers as you push play.

And although it certainly bears some elements in common with the cutting-edge, Prog/Black Metal attack of both Agrypnie and Der Weg Einer Freiheit, the pure vitality and near-fanatical fervour the band display allow them to seize hold of their sound and make it completely and undeniably their own, from start to finish, channelling equal parts rage and melancholy into a torrential blackened cascade of quicksilver hooks and raging dynamics.

Chalk this one up as another stunning surprise for me, in a year that just keeps on giving.

https://wearedeluge.bandcamp.com/album/ther
https://www.facebook.com/wearedeluge
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2015, 16h55   #18
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Shoot me again - Belgium
par Guillaume
http://www.shootmeagain.com/chroniqu..._deluge_aether


image DELUGE
Aether
Label : Les Acteurs de l'Ombre
9 titres - 55 minutes
Tags : ambient black metal untrue french black metal post-hardcore France
Date de sortie : 19-09-2015


C’est lors d’un concert estival de Gojira à la Rockhal de Esch au Luxembourg que je fis la connaissance de Déluge. N’ayant jamais entendu parler de ce groupe français, j’avais pris la peine d’aller écouter la démo Mélas | Khōlé sur leur Bandcamp et avait été assez séduit par le rendu compact de leur 'untrue Black Metal', comme ils aiment à le définir. En live, le groupe produit le même effet, un magma sonore prenant et hypnotique, avec pour fil conducteur (paroles, samples, imagerie) l’eau sous toutes ses formes. Ces caractéristiques, ces qualités, on les retrouve dans Aether, ce premier album sorti chez Les Acteurs de L’Ombre, qui a décidément le nez très fin concernant la scène française puisque maison mère des non moins excellents Regarde Les Hommes Tomber (entre autres).

Introduit tel un carnage étourdissant (Avalanche), Aether donne dans un Black de haute voltige, où les blasts sont capables de se muer en une prose plus délicate au sein de parties plus posées très Post-Metal (ou Post-Hardcore, c’est selon). Un genre qui rapproche Déluge de groupes comme Deafheaven, une référence qui risque peut-être lasser les Français, mais qui parait évidente tant l’approche et la manière de faire sonner les compos concordent pour faire exploser le tensiomètre à coups d’assauts ravageurs et de pauses humides.

Mais Déluge est très loin d’être un simple clone de Deafheaven. Fusionnant avec un savoir-faire hors norme sa violence intrinsèque et sa retenue mélodique, il montre comme le groupe a besoin de cette alternance pour mieux exprimer son propos, et, surtout, comme il parvient à créer sa propre atmosphère. En n’hésitant pas à s’appuyer davantage sur l’une ou l’autre de ses deux facettes quand il en a envie ou besoin, voire en s’en détachant à l’occasion de quelques notes ou cris perdus au loin, Déluge met en valeur chaque composant de sa musique : se nourrissant l’un de l’autre, leur impact respectif en ressort décuplé (Naufrage, Houle).

Vocalement, les aboiements féroces contrastent avec cette union noire. Les cris rappellent d’une certaine manière la scène Hardcore, dans un style dont l’effet renforce la portée des paroles déclamées en français. Une dualité qui réussit très bien au groupe, au même titre qu’un Oathbreaker d’ailleurs. La production, elle, se révèle assez fantastique, dotant Déluge du son massif dont il a besoin tout en mettant en valeur brillamment les passages plus calmes ou autres incantations mouillées.

Historiquement, le Post-Hardcore, le Post-Metal, le Post-quelque-chose restaient difficiles à cerner, parfois trop enfermés dans leur époque, parfois trop liés au référentiel de chacun. De nos jours, avec la prolifération de groupes affiliés au Black (Deafheaven, Der Weg einer Freiheit...) mais très éloignés des codes typiques du style, l’appellation de Post-Black Metal parait justifiée et devrait tenir sur la durée. Mais plus que l’appartenance à une étiquette, c’est la réussite du projet Déluge qui mérite d’être soulignée, même si le côté un peu dense, voire répétitif, du pavé n’en facilitera pas la digestion. Un groupe à suivre de très près !
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/10/2015, 17h02   #19
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Raw and wild - italy
http://www.rawandwild.com/review/review.php?id=Deluge
by Simone Laviola

:: Deluge - Aether - (Ladlo Productions - 2015)
Album di debutto per i francesi Deluge questo “Aether”, dischetto dall’artwork mozzafiato fuori per i tipi della Ladlo Productions, etichetta francese che all’interno di questo secolo sempre più privo di qualunque forma di certezza e speranza risulta fra le più attive e prestigiose in ambito post black metal/post HC. Sono difatti queste le premesse entro cui si muove quasi tutto il catalogo Ladlo, cercare di miscelare i due sopracitati generi all’interno di creature di sintesi. Tale impresa riesce agevolmente bene quando si parla di band che insistono maggiormente sulla pesantezza sludge e sull’evocatività del black metal (vedi Regards Les Hommes Tomber, Deuil e The Great Old Ones) ma molto meno dove il post HC figlio di Raised Fist e le atmosfere futuristiche fearfactoryane la fanno da padrone. I Deluge rientrano nella seconda ipotesi. All’interno di un sontuoso pacchetto formato da artwork e produzione geniali si diramano 55 minuti di musica figlia dei Raised fist con un pizzico di evocatività futuristica (vedi Dark Space, Fear Factory) in cui a mo’ di prezzemolo ogni tanto spuntano fuori buchi/stop dove al posto di arpeggi seri troviamo accordi reverberati e synth eccessivamente prolissi, per poi ripartire di mid tempo cadenzati che sono sicuramente violenti ma che hanno indubbiamente un quarto della grandiosità delle ripartenze post/HC come si deve. Un disco dove poteva essere tutto perfetto ma con i Deluge che sembrano non essere riusciti appieno nell’obiettivo che si erano preposti. Non credo tuttavia che i fans del genere rimarranno delusi da questo debut, perché ricordiamolo di un debut si tratta. Una band che deve crescere.
Voto: 7/10
Simone Laviola

Contact
www.facebook.com/wearedeluge
www.lesacteursdelombre.net
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/10/2015, 16h52   #20
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Amboss Mag (All)


http://magazin.amboss-mag.de/dluge-ther-black-metal/



“Æther”
(Black Metal)

Wertung: Empfehlung!

VÖ: 19.09.2015

Label: Les Acteurs De l’Ombre Productions

Webseite: Facebook, Bandcamp

Mit „Æther“ legen DÉLUGE ihr erstes Album vor. Die 5 Franzosen spielen recht interessanten Black Metal. Die Scheibe startet bei „Avalanche“ mit einem Hyperblast um gleich zu zeigen wo es lang geht. Dan nimmt man die Geschwindigkeit etwas raus, nur um mit dem einsetzenden Gesang wieder Vollgas zu geben. Mitten im Lied taucht dann überraschend ein sehr ruhiger, fast psychedelischer Part auf, indem eine cleane Gitarre, mit Hall und Delay belegt, einzelne Töne zu einer schönen Melodie formt. Damit hat schon fast das Prinzip der Band erfasst. Aber eben nur fast. Die Jungs können nicht nur Black Metal auch im drückenden Midtempo kreieren, sondern der Clou kommt wenn Elemente aus dem Post-Hardcore eingewoben werden. Am deutlichsten kommt das ungefähr in der Mitte des Songs „Naufrage“ zum Tragen. Bei der Beschreibung im Infosheet habe ich erst die Stirn gerunzelt, aber das Prinzip funktioniert sehr gut. Da der Sound natürlich kein bisschen verändert wird, bleibt die kalte Atmosphäre irgendwie erhalten. Die immer wieder eingeworfenen sehr ruhigen Passagen, teils mit Regen unterlegt, bilden angenehme Verschnaufpausen zwischen den Blastattacken. Ich bin sehr positiv überrascht von dieser Band und die Scheibe läuft hier momentan auf heavy Rotation!
Der Black Metal Anteil ist ziemlich gut und wer keine Angst vor neuen Einflüssen hat, sollte diese Scheibe unbedingt testen. 2 Daumen hoch! (hendrik)
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h17.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013