DÉLUGE - AEther - Reviews - Page 3 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 06/10/2015, 21h22   #21
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Arte Métal _ (do Brazil )
http://blogartemetal.blogspot.com.br...de-lombre.html

by : Vitor Franceschini

" Arte Metal: Deluge – “Æther” – 2015 - Les Acteurs de l'Ombre Productions (Importado)


Impressiona a qualidade destes franceses com seu Post-Black Metal, estilo que não é de fácil digestão. Este é o primeiro disco do quinteto e logo de cara a arte gráfica do digipack chama atenção por sua diferenciação de cores e atiça mais ainda a curiosidade em ouvir o que ali contém.

Com uma aura que mescla angústia e euforia, o disco começa avassalador com a faixa Avalanche, que faz jus ao nome. Intensa, ela abre uma cratera para que o ouvinte possa descer ladeira abaixo (no bom sentido) e desfrutar de uma sonoridade atípica, mas muito interessante.

Durante as seguintes composições, principalmente Appât e Mélas | Khōlé, a banda mantém o nível, com guitarras ríspidas que se alternam com passagens mais ‘Ambient’ com dedilhados e momentos mais viajantes. A partir da sua metade o disco dá uma acalmada, mas não perde em qualidade, soando apenas mais burocrático.

Como o leitor pôde perceber, a banda opta por cantar em sua língua pátria e os vocais são simplesmente a cereja do bolo do trabalho, já que os berros são insanos mesclando influências de Hardcore com Sludge (ouça a faixa Houle e comprove isso, chega a dar agonia). Destaque também para Hypoxie.

Projetado e produzido pela própria banda, “Æther” possui uma sonoridade de alto nível e ao mesmo tempo orgânica, que se encaixa perfeitamente à proposta do Deluge. Este debut é simplesmente uma das melhores surpresas de 2015, principalmente pra quem procura algo diferente e mais emocional. "

https://www.facebook.com/wearedeluge
http://wearedeluge.bandcamp.com/

Note : 9,0
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 06/10/2015 à 21h27.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 06/10/2015, 21h40   #22
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Zware Metalen _ (Pays-Bas)

http://www.zwaremetalen.com/recensie...ge-AEther.html

by : Yves Pelgrims

Déluge - Æther
Les Acteurs de l’Ombre Productions, 2015

" ’Déluge’, dat staat in het Frans voor zondvloed en op die manier kunnen we het erg knappe artwork dat op ons af komt ook al iets beter kaderen. Deze Franse band, of project aangezien niets bekend is over wie deze muziek schrijft, debuteert op stevige wijze onder Les Acteurs de l’Ombre en doet dat met een mix van atmosferische black, sludge en post-hardcore.

Die mix moet je uiteraard wat liggen, vooral die weemoedige en agressieve hardcore-vocalen drukken een erg typische stempel op Déluge. Het draagt echter nergens de stempel van de ééntonigheid, die soms wel wat eigen is aan (post-)hardcore. Hier komt heerlijk wat diepgang aan bod in atmosferische gitaarlijnen waar de gitaarbends die hier en daar opduiken echt een fijne draai geven aan die donkere stroom. Ook op de sludgy fases klinkt die insteek lekker en aan de hand van deze prima productie lukt het Déluge dan ook om uit te pakken met een overweldigende gelaagdheid. Het is ook wel een fijn gegeven dat Zonnekoning van de Franse ondergrond Neige even zijn stem laat horen op Mélas | Khōlé. Ik ben van mening dat je die man niet zal horen op platen die geen meerwaarde bezitten of waar zijn deelname misplaatst zou zijn.

Niet dat je als fan van Neige dit materiaal aan moet schaffen, dit staat mijlenver af van waar die brave man vandaag mee bezig is. Déluge staat echter wel voor kwaliteit binnen het genre dat aangebracht wordt. Heb je geen problemen met hardcore-vocalen en vind je dat die vocale toevoer een meerwaarde kan vormen op een plaat waar muzikaal toch vrij veel diepgang in schuilt, dan is Déluge ongetwijfeld iets voor jou. "

Band : DELUGE (FR)


Tracklisting: Déluge - Æther

Avalanche
Appât
Mélas | Khōlé
Naufrage
Houle
Klarträumer
Vide
Hypoxie
Bruine

Links:

Déluge Facebook
Déluge Bandcamp
Les Acteurs de l’Ombre

Score: 80/100
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/10/2015, 16h53   #23
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Alternativ News _ France


Chronique : Déluge (FR)-Album: Aether

"Apparus du jour au lendemain sur une page Bandcamp quelconque avec leur EP Mélas | Khölé, Déluge est devenu en 2 ans l'une des révélations de la scène post-metal française, même si les membres du groupe se font discrets. Avec l'aide de leur label Les Acteurs de l'Ombre Productions, la nouvelle valeur sûre du metal français, et avec une communication soignée, ils ont réussi à se faire un nom, leur permettant notamment d'ouvrir pour les illustres Gojira et Céleste. Mais ils avaient encore tout à prouver, et c'est ce qu'a fait le groupe sur Aether, un
premier album impressionnant dans sa production et l'acharnement mis en œuvre pour le concevoir, et éprouvant pour l'auditeur dans sa violence et son homogénéité, même si le ton reste résolument mélodique et transcendant.

Ils ne s'en cachent absolument pas : les membres de Déluge veulent, avec leur groupe, arriver au niveau des pointures du post-black metal américain, tels Ash Borer ou les désormais cultes Deafheaven. Cependant, sans le chaos du premier, et sans le shoegaze acidulé du second. Ce qui est encore plus courageux, c'est d'assumer médiatiquement le fait d'être "untrve", c'est à dire de jouer une musique librement nourrie par le black metal, mais de ne pas avoir une culture BM conséquente. Leur background à eux, c'est majoritairement le punk hardcore et le post-hardcore. Courageux oui, car la scène black metal dans son ensemble est très élitiste et fermée sur ses fondements, il est très difficile de s'y faire une place lorsque l'on renie ses racines où que l'on souhaite y apporter un souffle nouveau. Et pourtant, elle accueille plutôt bien le groupe français pour le moment. Oui, pour le moment, car les réponses du groupe lors de leurs interviews ne sont pas du goût de tout le monde. Trop prétentieux ? Trop ambitieux ? Il s'agit plutôt d'une soif d'accomplissement tardive qui peut être rassasié seulement aujourd'hui par le membre créateur du groupe, qui a trouvé ses pairs pour le suivre avec lui dans cette embarcation chancelante, voguant sur une mer démontée, prête à chavirer à tout moment.

Pour se préparer à l'expédition, le groupe n'a pas lésiné sur l'équipage : enregistrement par Chris Edrisch, mixing et mastering par Joey Sturgis (attends, quoi ?), LE gros producteur de la scène metalcore américaine, participation de Neige (Alcest) qui renoue avec les hurlements sur la ré-interprétation du titre "Mélas | Khölé"... Un name-dropping qui met les choses au clair sur les intentions des français. Mais alors une production assurée en partie par un homme qui ne s'occupe que de musiques calibrées au possible, n'ayant plus grand chose de métal dans leur son, cela n'a-t'il pas dénaturé l'essence de la musique de Déluge ? Eh bien pas du tout, au contraire : tout est clair comme de l'eau de roche, quand bien même nous naviguons sur ce disque en des eaux troubles, le groupe a cherché à obtenir l'équilibre parfait entre chaque instrument, à faire ressortir du mieux que possible les éléments qui constituent leur musique. Amaury Sauvé, Magnus Lindberg et Kurt Ballou n'ont qu'à bien se tenir, un challenger insoupçonné pointe le bout de son nez.

Aether, c'est un dieu grec qui représente l'air, quand le thème principal qui inspire Déluge, c'est le thème maritime. Un contraste intéressant, pour un album qui se veut véritablement être un éther, oui, mais au vitriol. À l'écoute de ce disque, on se rend compte que le nom porte on ne peut mieux son nom : une cascade effrénée de blast beats surpuissants, surplombant un torrent de riffs aussi mélancoliques que violents, et même quelques instants de lourdeur mais toujours sur un ton mélodieux, hérité de la passion du frontman pour le post-hardcore de type Cult Of Luna, entre autres. Mais le déluge se déroule aussi sur les neiges des montagnes, en témoigne le titre d'ouverture "Avalanche", qui là aussi porte bien son nom, nous embarquant d'emblée dans un éboulement de près de 5 minutes : "Alors étanchez vos soifs tant qu'il est encore temps : de l'autre, de vaincre, et d'illusion. Alors abreuvez-vous de cette pluie d'égo, car ici-bas, même les vers vous prendront de haut".

Pour satisfaire sa soif de tournées et de réussite, Déluge aurait pu choisir un chant en anglais, histoire de rendre sa musique universelle... Mais non, c'est avec un chant français que notre frontman s'exprime, qu'il déverse ses flots poétiques et misanthropes, qu'il les fait s'écraser sur une plage froide et sombre, celle de vos instants de laisser-aller, de vos tristesses. "Calme absolu, vide insatiable, aucun repère, rien d'identifiable. Il est beau le large, elle est belle la brume, un océan de marge lourd comme une enclume" ("Vide"). Cet album, c'est un bloc compact de 10 titres qui se complètent les uns les autres sans vraiment se différencier. Ce qui peut rendre très compliqué l'écoute et l'appréciation d'Aether, car jamais la force du courant ne se relâche, elle a même tendance à s'intensifier à partir du titre "Houle", pour devenir un véritable maelstrom jusqu'au titre final, "Bruine". Mention spéciale à l'immense duo "Klartraumer" / "Vide". Si l'on n'arrive pas à suivre dès le premier morceau, c'est fichu, on coule. Il faut prendre le temps de se laisser embarquer, tenir bon, savoir qu'il s'agit ici d'une vogue périlleuse. J'ai moi-même eu du mal à tenir le cap, il m'a fallu une 3ème écoute pour apprécier l'album à sa juste valeur et en saisir les émotions, les paysages et le message qui s'en dégage. Si l'on arrive au terme du voyage sans avoir bu la tasse, c'est que l'on a saisi l'essence et le but de cette quête nautique. Peut-être vois-je plus loin que l'horizon de ce disque, mais je me risque à cette théorie : cet album est un défi lancé à l'Homme. Défier son ennemi premier qui se veut également être son meilleur ami, l'eau. Défier ses craintes, ses démons, sa bêtise, son arrogance. Tout se rejoint, tant sur le fond que la forme. Et c'est en ça, au final, que ce disque est réussi. Comprenez-vous maintenant, la force de ce disque ? Oserez-vous vous jeter à l'eau ?

Jolie coïncidence, il tombe un déluge de pluie, sous un ciel sombre, lorsque je finalise cette chronique. "

Note : 4/5


1. Avalanche
2. Appât
3. Mélas | Khölé
4. Naufrage
5. Houle
6. Klartraumer
7. Vide
8. Hypoxie
9. Bruine
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/10/2015, 13h21   #24
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Lords Of Metal _ (NL)

http://www.lordsofmetal.nl/en/reviews/view/id/30701

Déluge - Æther

Label : Les Acteurs De L’Ombre | Archive under different metal

Release type: Full-length CD

" Marcel H. : Post-hardcore black is on the rise. Déluge from France can also be categorized as such. 'Æther' is their debut album and is really a mix of post-hardcore and black metal with a bit of noisecore thrown in for good measure. The black metal purist, of which many are still around, won’t dig this, but the post-hardcore fan really will. I myself am also not really a fan of this sort of music. The reason for that being that the hardcore vocals make me focus on the vocals and make me forget the music. I would love to come an album such as this with a proper black metal vocalist so it will have more venom to it. Now it all comes across too clinical and sounds as if it’s a trick and I miss real conviction. Which is a pity for the Déluge gentlemen know how to play and do manage to put something musically interesting on tape. "
- See more at: http://www.lordsofmetal.nl/en/review....hAlOatFk.dpuf

Note : 74 / 100
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 12/10/2015, 15h04   #25
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Music Swept Away The Colours _ (Spain)

by K.

[Reseña] Déluge ‘Æther’ (Les Acteurs de l’Ombre, 2015)

https://musicsweptawaythecolours.wor...e-lombre-2015/


" Sin ser fan de su estilo, reconozco que lo de esta gente tiene miga y más importante aún, tiene gancho. Es más, este disco ha fulminado muchos de mis prejuicios en contra del post-black. Desde coordenadas que van desde el blackgaze al post-hardcore pasando incluso por el post-rock, nos llega el tremendo debut de los franceses Déluge.

Más viribles que Deafheaven (ya podéis leer la reseña de su último disco, cortesía de Nui), el último fichaje de LADLO se autodenomina “Untrve French Black Metal”, eso es a lo que yo llamo actitud!

Tremendamente visceral y fabulosamente atmosférico, “Æther” contiene ritmos anabolizantes y riffs mortíferos; melodías que se estiran como la plastilina (“Appât”) y acordes que se quedan flotando en las nuves, creando ambientes sublimes con terribles vistas a las profundidas del océano, pobladas por pobres diablos con las tripas hinchadas.

De la misma forma que existe un nexo conceptual, vemos reflejado en las partes menos agresivas, motivos que se repiten. Reforzando así, el sentido unitario. “Æther” es un término complejo. Podríamos hablar de etimología o de “los cuatro elementos”: El aire -gaseoso del título, el agua – de la lluvia cayendo a cubos sobre el mar, la tierra – de su Lorena natal (cogido con pinzas, lo admito) y el fuego – de sus cuerdas. O incluso el significado del crismón en la mano derecha de la portada. Líquido o gaseoso; Mar o montaña… esto va de poder y pasión, de sentirnos engullidos por una fuerza descomunal, sin oxígeno, moribundos, con las extremidades frías y entumeciadas, pequeños ante la avalancha de su sonido demoledor. Y luego transportados, por suaves caricias, hasta la orilla.

“Æther” es un disco que se sale en todos los sentidos. Primero, por lo que vemos: el diseño de Metastazis (Valnoir), uno de los estudios de diseño más reputados de Francia. Más importante, por lo que escuchamos. Los responsable de la producción son Christophe Edrich (The Ocean, Hacride, Klone…) y Joey Sturgis (Oceano, The Acacia Strain, Born of Osiris…). El resultado es un sonido demoledor, que cede espacio a profundas atmósferas llenas de tonos oscuros. Neige (Alcest) le mete voz en el tercer corte, lástima que la cosa quede aquí, porque es una maravilla.

Pero como organizan todo este caos? Un batería relampago y uniforme, que ya sabemos de que peca este subgénero. Y una forma de rascar cuerdas, simple pero efectiva, logrando una bola densa. Sus dinámicas siguen el movimiento del péndulo. Junto a la borrachera de blasts, la fórmula patentada: ataque de histerismo al cubo seguida de tranquilidad absoluta elevada a la novena potencia, etc… La tormenta después de la calma, o era al revés? Acertadamente, Déluge revisan la estructura a cada tema, para así mantenernos despiertos y atentos. Lo consiguen.

Reservan la calma para los últimos compases, algunos alcanzando una épica desvordante “Houle”, casi al nivel de visualizar “El Raí de la Medusa” de Géricault. Otras como la instrumental “Klarträumer” funcionan al revés. Nueve minutos de ritmos mastodónticos, disonáncias magnéticas y pesadas notas de piano. Esto del teclado se repite en la maravillosa “Hypoxie”. Del 6-8, la parte más inspirada de un disco lleno de buenas ideas.

Atrapados por sus avalanchas de blast, gritos de efervescencia emo-ita, alaridos que se pierden en medio de la tempestad, el horror y la bruma espesa. Intensidad imprimida en cada ataque, Déluge logran melodías fantasmagóricas (“Vide”) y atmósferas sobrenaturales. En este aspecto se salen. Escuchad la parte final de “Klarträumer” con la batería a piñón mientras suenan acordes desvencijados y notas etéreas del cuerpo de un piano. Asombroso.

Lo que menos convence son los tópicos: blasts ametrallando durante minuto y pico, o esos largos pasajes al inicio de “Bruine” que no aportan demasiado ni melódica, ni rítmicamente. Es levantar una muralla para sentirse mayor que el vecino. El resto es un extraordinario ejercicio de intensidad, empuje, mezcla, dinámica y emoción. Una avalancha sónica de un grupo que nos ha masticado, tragado y escupido sobre las arenas de una playa desconocida. Magnífico debut! "

Nota : 8,75/10

K.

Temas recomendados: “Avalanche”, “Appât”, “Mélas-Khōlé”, “Naufrage”, “Klarträumer”, “Vide” y “Hypoxie”.

Grupo: Déluge (Francia).
Título del disco: “Æther”.
Género: Post-Black Metal / Post-Hardcore.
Formato: CD Digipak.
Sello: Les Acteurs de l’Ombre (Francia)


Tracklist

1. Avalanche
2. Appât
3. Mélas-Khōlé
4. Naufrage
5. Houle
6. Klarträumer
7. Vide
8. Hypoxie
9. Bruine

DÉLUGE
https://www.facebook.com/wearedeluge/
http://wearedeluge.bandcamp.com/

LES ACTEURS DE L’OMBRE
http://lesacteursdelombre.net/productions/
https://www.facebook.com/LADLOproductions/
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 12/10/2015, 15h12   #26
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Fetid Dead _ (USA)

by : Crono
Deluge – Æther (2015)

https://fetiddead.wordpress.com/2015...e-aether-2015/


Artist: Deluge (FR)

Album: Æther

Label: Les Acteurs de l’Ombre Productions

" Æther is the debut album from the French band Deluge. Along with the name of the band, they seem to have a water theme going on with their music as well. The entire album pretty much has the sound of rainfall in the background. Sometimes you can’t hear it as well, but when the music slows down or they have a more ambient moment, the rain is there. Another band that did this exact same thing, this year even, is Lluvia, that amazing black metal band that I reviewed just a few weeks ago? Yeah, seems like the theme of the rain in endless fall is pretty popular.

Just like that Lluvia album, the never-ending rain makes the tone of the album decidedly dour. Couple this with the fact that Æther is a pretty decent length, you have a recipe for an album that will still your mind. The interesting thing about Deluge is they actually use quite a bit of piano during their quiet sections, this slow, plodding piano. It isn’t trying to create a melody or anything like that, it is simply providing a sound to accompany the rain. For example, the lengthiest track, the just-under-ten-minutes Klartraumer, spends almost half of its length on rain, piano, and slow guitar notes. Of course, this is meant to lull you into a sense of ease, until finally, the drums and heavier guitar come crashing in. But, as I said before, the rain and the piano never leave. This isn’t a sudden jump from an ambient section to a heavy section; this is them turning their ambient section into the song. I really appreciate this, because it means that they aren’t just thoughtlessly tossing in ambient sections only to allow them to completely fall apart once they want to get back to the crushing riffs. Even when the piano finally disappears on Klartraumer, swallowed by guitars too loud and fast, you still can feel it floating in the background, waiting to make its presence known again.

It would be very difficult to find another band to namedrop that would help you figure out what Deluge sounds like. I mentioned Lluvia above, but the two sound nothing alike. I almost want to relate this band to the post-metal bands of the early 2000s, like Isis and Cult of Luna, but I don’t think that’s quite right. I also want to toss in fellow Frenchmen Celeste, because I feel like their vocal approaches are similar, as well as the tone of their guitar. But of course, Celeste lacks the quiet piano sections and I would say is more aggressive. No, Deluge definitely has a sound that is their own (unless my knowledge is failing me here). Deluge combines heavy, mid-paced drums and clean guitar notes with really fast double-kick-backed walls of strummed electric guitar (although not the standard black metal tremolo), and of course all of this sometimes drops away to simple have a few sparse guitar notes or some slow piano paired with the rain.

Regardless of how I attempt to describe their sound, Deluge has definitely done something interesting on their debut. My only criticism of this album, and it is a half-hearted one, is that the ambient sections can run a little long, occasionally making me think “damn, where’d the metal go?” But then of course it comes crashing back in, so it’s sort of a fake compliant. I really hope Deluge keep at it, because they have a really good sound. "

Note : 8/10

Crono
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 12/10/2015, 15h20   #27
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Inhale The Heavy _ (USA)

http://inhaletheheavy.com/reviews/deluge-aether/

By : Arash Khosronejad(@arashkh)

DELUGE – Æther

"
Home
Reviews
DELUGE – Æther
By Arash Khosronejad

deluge-aether_cover

It seems Deluge is a common name to use as a band name. There are around eight bands the have used this name, from all genres, all around the world. From electronic to minimal ambient, hardcore to alternative rock, dance music to even symphonic black metal musical acts. But the French Deluge has a different sound and story with the band somehow styling their name to all caps D E L U G E.

DELUGE released Mélas | Khōlé back in 2014 as their debut demo and a year later they came back with their first ever full length record Æther. This 55 minutes epic record collects everything’s best in atmospheric/post-black metal with huge touches of post-hardcore, wandering throughout these genres with purpose, thus pushing Æther as one of the best 2015 album nominees. Yes, out of nowhere it happened and this is true. DELUGE and Æther are like a torch-bearer, an excellent example of where European modern black metal scene is going, while they’re defining their own style of music and affecting other continents and countries.

So, when it comes to listen to a perfect record it means you are waiting to listen to a music record full of variety and diversity in songwriting. Æther confronts listeners to such a record like this. With the opener track “Avalanche” band deliver huge attacking tunes of blastbeats-driven black metal, while the band are not so pleased to introduce their album with a two or three minutes instrumental prelude. Just less than two minutes into the album, the band change the tune with an ambient arpeggio-filled interlude joined by sounds of thunder and rain, in typical way. And you guessed it right, the band shifting again to the previous form of music what they opened the album with. “Appats” the second song of the album follows with the same songwriting, while it sounds like “Avalanche” second part.

Same structures are repeating throughout Æther times and times again and the band don’t go too far to experience more new ambient sounds or new instruments, yet it won’t push the album to suffer from monotonous themes and structures while the band’s strong tastes in post-hardcore, sludge and post-metal genres are coming to help the band’s musical direction, turning it to more dynamic one. Clearly listenable atmospheric post-metal influences is where “Naufrage” starts, right before the vocalist jumps in and reshapes the song to a faster, black metal part. Mid-paced post-metal/post-hardcore themes are connecting the DELUGE’s musical parts with their each other while the band mostly-focused musical force is nothing but atmospheric black metal. Mesmerizing fifth track “Houle” can describe it completely. Æther sees a guest appearance of Neige (of Alcest) on the third song “Mélas | Khōlé”.

As long as DELUGE is bounded with the massive usage of thunder and rain sounds in Æther, half of the instrumental song “Klarträumer”, the longest song of album is packed with those sounds effects which it exposes one of the few minor album’s problems. Five minutes of repetitive arpeggios tries to add some post-rock vibes into the album but it fails to somehow a boring piece. The longest song of the album could be more exciting than this. On the other hand the keyboards/piano additions right near the end song brings a little more joy to listeners’ ears.

“Vibe” comes up as probably one of the best pieces of Æther. A slight usage of audio sample of a man who desperately says “I’m not crazy” and outrageously shouts “I don’t care what anybody thinks!” and there’s enough potential that DELUGE go for that emotional part as the highest point of the song to attack. Once again a tremendous mixture of black metal and post-hardcore lays down the track to keep on going with its highest power to the end of the album.

Musicianship in Æther is masterful. Each members of the band have played their own instruments perfectly while the sharp production of the album makes it sounds quite embracing, leveling up the sound of Æther to a higher pureness. After a few first listens, Æther comes out more like a one-song-album divided into nine pieces. Using the same songwriting pattern for each of these nine songs portrays it would be a 55 minutes dark, grieving and melancholic musical journey. Fans of Downfall of Gaia and Der Weg Einer Freiheit would love this album, where there are so many musical influences and similarities.

Æther, one of the best albums of this year, was released on September 19 via Les Acteurs de l’Ombre Productions and can be purchased and heard in its entirety here."
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 12/10/2015, 15h42   #28
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

pavillon666 - (FR)

http://www.pavillon666.fr/webzine/ch...hp?groupe=9794

Chronique Déluge – Æther
by : Blacklakenidstang

" « Le tonnerre gronde au loin. La pluie tombe sans cesse, incisive et impitoyable. Tempête soudaine d’instruments déchaînés puis le calme, le calme absolu. », telle est la présentation faite par Les Acteurs de l’Ombre de l’une de leurs récentes signatures, Déluge.

Originaire de Nancy, j’ai pu découvrir ce groupe sur scène, pour son premier concert – ouvrant déjà pour l’illustre CELESTE. Alors que j’avais plus ou moins oublié cette jeune formation, celle-ci ne m’ayant pas véritablement marquée lors de cette soirée (la faute en partie imputée à un son brouillon), mes yeux ont fini par se poser sur l’artwork du premier album de Déluge, réalisé par le plus que talentueux Valnoir de Metastazis.

Somptueuse et mystérieuse, il fallait que je vérifie si la musique cachée sous cette couverture est à la hauteur de l’art de Valnoir, si mon immense coup de cœur pour cette dernière irait de paire avec un coup de cœur musical…

Avec un espoir immense, j’ai donc écouté ce premier album, nommé Æther en référence, selon la mythologie grecque, à la partie supérieure du ciel qui offre aux Dieux un air pur.

Aspirant entendre un album aérien, pur et sublime, je me suis pourtant retrouvée, comme dans mes souvenirs du concert nancéien, face à un ouragan de blasts et de violence.

Il faut dire que Déluge a choisi de jouer sur le terrain du post-black metal (un de mes domaines de prédilection, grande amatrice de post-metal et de black que je suis). Or, ce genre particulier est touché par le même syndrome que la scène « post » : trop de groupes se ressemblent. Pour se démarquer, il faut donc jouer à l’apprenti chimiste et déterminer une recette des plus parfaites. Au sein du même label, par exemple, Regarde les Hommes Tomber a réussi à en créer une avec brio. A contrario, Déluge ne me semble pas encore avoir tout à fait réussi cet exploit…

Æther est en effet un album qui connaît, à mon sens, des défauts… Trop écrasant et compact, Déluge se perd parfois trop dans sa violence et oublie de faire respirer ses mélodies. Les deux premiers morceaux, Avalanche et Appât, en sont de bons exemples : dans la marée déferlante de blasts brutaux et de hurlements sourds, Déluge se noie dans une lourdeur bien trop oppressante à mon sens. Or, ce défaut est d’autant plus dommage que Déluge a la capacité de se corriger car le groupe sait composer ces mélodies noyées… Les morceaux Klarträumer, Vide ou encore Houle, sonnant à la Downfall of Gaia, sont en effet très bons. La difficulté est donc de définir la balance parfaite entre black et post-metal/post-hardcore…

Le second défaut est lié aux hurlements, trop monotones, qui ne font pas honneur aux paroles du groupe. Rédigées en français, celles-ci sont intéressantes : poétiques, incisives, parfois vulgaires façon CELESTE (Appât), elles méritent une attention particulière que le chant écrase lourdement.

« Si ce n’est l’espoir, ce faux frère, qui t’emporte, te fatigue, te happe. » Cet espoir, je le range alors dans un coin de mon cerveau et je le ressortirai à la sortie du prochain album, souhaitant que Déluge navigue dans un sens plus à mon goût.

Au fond, cet album est plutôt bon, mais il n’aurait peut-être pas dû donner ces places d’honneur à Avalanche et Appât car le reste de l’opus sonne mieux. J’aurais pourtant bien aimé encadrer une sérigraphie de l’artwork de l’album dans mon salon… "

55min. 33


https://www.facebook.com/wearedeluge
http://wearedeluge.bandcamp.com/

http://www.lesacteursdelombre.net/productions/

Note : 7,5/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 12/10/2015 à 15h46.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 16/10/2015, 23h18   #29
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Schlachtenruf _ De

http://schlachtenruf.de/schlachtenruf/?p=3256
by: ABCD

Deluge – Æther

" Einen krassen Mix aus harschem und präzisem Black Metal und Post-Hardcore liefern uns Deluge.
Das Resultat ist sehr atmosphärisch. Und kommt – wie soll man sagen – „erfrischend“ rüber.
Riskiert ein Ohr und/oder ordert die Scheibe gleich hier : "

PRE-ORDER :
http://www.lesacteursdelombre.net/pr...t_type=product
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 16/10/2015, 23h54   #30
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Thrashocore _ FR

http://www.thrashocore.com/chronique...chronique.html
de : FleshOvSatan


Déluge
Æther
" D'aussi loin que je me souvienne, DÉLUGE a toujours eu un fort impact sur moi. Peut-être que la proximité géographique de la formation avec la mienne accentuait un peu ce ressenti mais je me suis toujours retrouvé dans l'ambiance proposée par les Lorrains. Dès mon premier contact avec l'univers visuel du groupe, illustré au départ par le clip de « Mélas | Khôlé » et de « Houle », j'ai retrouvé ce qui me plaît dans le Black Metal et aussi dans le Screamo. Ces plans épileptiques de chaumes vosgiennes et de visages féminins. Je ne sais pas vraiment l'expliquer mais ça parlait avec la langue universelle à mon moi enfoui depuis bien longtemps. Comme si je retrouvais une partie de mes souvenirs d'enfance oubliés.

Si vous voulez tout savoir, il y a d'ailleurs plus qu'une proximité géographique entre moi et DÉLUGE, puisqu'un membre du groupe est une connaissance issue du même village que moi – Le Tholy, que je vais citer juste parce que Le Tholy n'est jamais cité nulle part - et que le photographe qui s'est occupé des photographies du groupe est également une personnalité connue pour moi, exposant souvent au Grattoir de Gérardmer et ami de mon paternel, dont le travail est d'ailleurs plus que recommandable si vous aimez les paysages torturés. Alors, si je dis ça, ce n'est pas pour faire dans le racontar sur la scène Black/Hardcore de toute façon bien assez intestine pour que chacun puisse connaître de loin X ou Y dans telle formation locale. Même si cela fait toujours plaisir d'écrire quelques lignes sur des gens que l'on situe, je crois surtout que cette proximité a joué un rôle conscient dans les atmosphères évoquées au premier paragraphe. Des émotions confirmées à l'écoute de ce premier opus intitulé « Æther‬ » et disponible chez Les Acteurs De L'Ombre.

Pour faire un tant soit peu dans l'objectif et ne pas m'étaler plus sur ma vie personnelle, une chose est simple et vraie à propos de ce disque : DÉLUGE va enterrer sans problème toute la concurrence Black / Atmo / Post de 2015. Enchaîner un disque dans son intégralité des dizaines de fois est une chose qui ne m'était pas arrivé depuis l'album de VI qui officie clairement dans un genre différent (bon Dieu, que ça va être dur de choisir entre les deux pour le titre d'album de l'année). Dans ce type de Black Metal ambiancé, la dernière facilité à l'écoute intégrale d'un disque remonte au « Sunbather » de ceux-dont-on-doit-pas-prononcer-le-nom.

Mais au delà de ces simples constats que n'importe quel amateur du genre sera à même de confirmer, il ne faudrait surtout pas réduire « Æther‬ » à une vulgaire performance. Cet album est tout d'abord un savant cocktail entre une violence faite de réalité crue, d'un marasme ambiant difficilement évitable et qui vient à nous troubler dans l'écoute.

Je me remémore sur les blasts-beats d'« Avalanche » ces jours de pluie dans les forêts vosgiennes, cette odeur de terre trempée et d'humus pourrissant. Ces passages les plus directs font exactement le même effet que les gouttes d'eau heurtant votre visage quand il pleut avec force et que vous faites du vélo/de la mobylette/de la moto. Ces petits piques de douleurs épars qui frappent avec précision vos jambes, vos bras et finissent par vous provoquer des fourmis un peu partout.

Ou encore ce fameux moment ou vous rentrez votre coude dans un coin de meuble pointu et que vous sentez votre bras endolori, comme si l'on avait évacué toute sa force. Telle est la violence contenue dans DÉLUGE, puissante, brève et épidermique.

Mais ce déchaînement de dureté est contre-balancé par des instants de toute beauté. On citera l'incroyable « Klartraumer » ou encore « Appâts » qui possède lui aussi des arguments plus que convaincants. On est alors immédiatement projeté dans une sphère émotionnelle fleurant clairement la mélancolie, la tristesse, la nostalgie. Nous ne sommes pas dans le regret des ancêtres inhérent au Pagan car dans ce cas de figure, nous somme dans la nostalgie et dans son sens le plus noble. Cette sensation du départ, qui vous remue l'intérieur et vous rappelle le goût de l'oseille que vous mâchouilliez gamin, le toucher du meuble en bois massif de votre grand-mère, l'eau du lac de montagne quand vous buviez la tasse, l'odeur de l'herbe coupée voire celle de l'herbe fumée (ça, ça dépend de vous, moi je ne connais pas votre adolescence....).

« Contemplatif », mon mot préféré en ce qui concerne la musique que je qualifie d'émouvante est en droit d'être lâché. On se retrouve dans une ambiance de tristesse rampante, sublimée au cinéma par des films comme « In The Mood For Love », « Adieu ma Concubine » ou « Ivres de Femmes et de Peinture ».

On pourrait continuer longtemps, citer « Shinsekai Yori – From The New World » ou la rudesse de la vie, du viol et des larmes côtoie l'enchantement fantastique. Citer « Hyôka » ou les trépidations d'un jeune lycéen détaché des êtres humains mais pourtant hyper-sensible aux beautés naturelles.

Citer « Colorful » ou les hésitations colorées de la vie après la mort et des familles dissolues. Citer « Mushishi », observer les recoins de nature, mystifier les objets, les âmes. Oui, on voit un peu de tout ça dans « Æther‬ ». Et peu importe, vous y verrez finalement un peu tout ce que vous voulez y voir.

Il serait dommage de résumé DELUGE a une liste de comparaisons musicales aussi justifiées soit-elle. Bien sûr qu'on y entendra du Deafheaven, du Celeste, du Pianos Become The Teeth, du La Dispute, du Envy, du Lantlôs...

L'important n'est pas ce que les Lorrains ont écoutés mais bel et bien ce qu'ils ont produit. On ressort de ce disque avec l'impression d'avoir écouter un disque de Black Metal taillé dans un costume Saint-Laurent. On y retrouve les sensations naturelles et rêveuses présentes dans les prémices du genre mais habillées avec une classe totalement novatrice.

« Æther‬ » est touchant, beau à pleurer, violent, torturé, tour à tour splendide et désespéré. Et surtout, indépendamment d'un feeling régional et paysagé qui est légèrement légion dans cette chronique et dans mon ressenti, je suis prêt à parier que n'importe qui y verra quelque chose de différent. Cette différence d'appréciation sera pourtant le vecteur d'un point commun chez tous les auditeurs, le fait de faire mouche immédiatement et de parler au cœur, plutôt qu'au cerveau. On a coutume de dire qu'après le déluge, il n'y avait plus rien. Et pourtant ce disque nous donne l'envie de clamer : « c'était avant qu'il n'y avait rien ». "

Notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2) 8.5/10
Webzines : (1) 7/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 23h25.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013