Moonreich - Pillars of Detest - Reviews - Page 3 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 16/10/2015, 11h00   #21
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Heavy Sound - webzine FR 7/10

http://heavysound.kazeo.com/chroniqu...,a6906744.html
Voilà un album de Black Metal ! Du Black Metal intense, parfois glauque, emprunt d’une grande mélancolie, froid et torturé. Les morceaux ne sont pas toujours dans la pureté, ni dans l’esthétisme parfait, mais est-ce que l’art se doit d’être beau ? Ils ne laissent pas indifférents en tous cas. Cet album est étrange, intimiste. Parfois on tente de nous brouiller les sens, parfois on retrouve les marques du Black Metal. Parfois, un riff s’envole avec majesté et savoir faire, parfois, on est déstabilisé. "Ad Nauseam", que l’on pourrait qualifier d’introduction à l’album, est plutôt bien sentie. Avec des riffs accrocheurs et déterminés. Puis, "Believe & Behead" et "Long Time Awaited Funeral" sont moins accessibles. Les instruments, les rythmiques et les mélodies partent un peu dans tous les sens. Personnellement, j’ai du mal à me repérer. Par moment, c’est majestueux, un peu « atmo » et lent, parfois les notes se battent et accrochent. Cette musique est noire, opaque, j’ai du mal à me l’approprier ! Elle n’en reste pas moins intense et sale à la fois. Les thèmes sont plutôt guerriers, certains riffs aussi, mais le son reste froid et âpre, on gagne en malaise et on perd en agressivité. Le mixage est très bon ! Le son des guitares évolue sur plusieurs dimensions ! Cet album nous malmène. "Freikorps" est à l’image de ce que j’ai ressenti tout au long de mon écoute : amère, surprenante, profonde, détaillée, travaillée, on s’envole et on prend des virages à 90 °, on est remué, on a froid, faim, la nausée, on s’écroule dans la crasse et on ne sait plus où on est ! "Death Winged Majesty" clôture magistralement l’opus. Riffs accrocheurs et bien trouvés, ambiances sombres et froides. Pour conclure, Pillars Of Detest est un bon album de Black Metal, pas forcément dans la violence ou l’impact, mais dans la torture et la noirceur.

Chronique : Fanny
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 16/10/2015, 12h55   #22
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Pavillon666 _ Fr

http://www.pavillon666.fr/webzine/ch...hp?groupe=9806

Chronique Moonreich – Pillars of Detest

" Créé en 2008, MOONREICH est un groupe de black metal emmené par Weddir, connu pour être également guitariste au sein de la plus renommée formation Glorior Belli.

Récemment signé sur le label montant Les Acteurs de l’Ombre, Moonreich vient de sortir son troisième album, me donnant alors l’occasion de découvrir la musique de ce groupe parisien…

Glauque et malsain, cet album est surtout surprenant à l’écoute lorsque la seule information dont on est en possession est celle selon laquelle le groupe joue du « black metal ». En effet, Moonreich ne nous sert pas là un black metal pur. Au contraire, Moonreich est de ceux qui osent les mélanges, de ceux qui savent se définir un style unique.

De ce point de vue, Pillar of Detest – World Shroud est peut-être le meilleur exemple de l’album car il aurait pu être composé par Meshuggah... Froid, énergique et groovy, ce morceau aurait tout aussi bien pu apparaître sur un album orienté black du groupe suédois.

Quant à Death Winged Majesty, le dernier morceau, il est empli de variations et d’inspirations différentes, en faisant probablement le meilleur de l’album. Riche, lent, sinueux, il dévoile à merveille les talents de composition de Weddir, qui n’hésite pas à user de cris stridents pour faire pousser à son paroxysme la sensation d’oppression se dégageant de Pillars of Detest.

Dans un tout autre style, Sheïtan, le seul morceau instrumental de l’opus, est si ambiant et lancinant qu’il aurait pu être un morceau particulièrement calme de Deathspell Omega.

Mais si les dissonances d’Ad Nauseam sont délicieuses, si Long Time Awaited Funeral hypnotise par sa froideur et si All Born Sick est particulièrement accrocheur, il n’en reste pas moins que l’atmosphère si froide, presque chirurgicale, dans Believe & Behead notamment, laisse de temps à autre l’auditeur quelque peu absent, spectateur d’une musique qui ne se laisse que trop difficilement apprivoisée…

Pillars of Detest est ainsi un bon album ; un de ceux qui se bonifient au fil des écoutes mais surtout qui doit s’écouter de bout en bout car l’ambiance créée s’apprécie, me semble-t-il, bien davantage de cette manière. Et si l’album manque peut-être de « morceaux coups de cœur », il a l’avantage de s’achever sur le plus intéressant des morceaux, laissant flotter en tête pour un moment des riffs plus qu’enivrants… "

49 min. 23

https://www.facebook.com/Moonreich

https://moonreich.bandcamp.com/

http://www.lesacteursdelombre.net/productions/

Note : 7,5/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 16/10/2015, 12h57   #23
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Thrashocore - Fr

http://www.thrashocore.com/chronique...chronique.html

Moonreich
Pillars Of Detest

"Depuis mon arrivée sur Thrashocore, j'avais prévu de parler de Moonreich, à l'époque de leur EP intitulé « Curse Them ». Seulement voilà, on est toujours noyés dans les promos et les différentes sorties qui s'amoncellent et c'est finalement seulement trois ans après que je vais enfin écrire quelque chose sur le combo Parisien. Je n'aimais pas forcément la direction de Moonreich sur ses premiers travaux : un Black direct, cru et sans concessions qui avait le mérite d'être bien fait mais qui ne jouait clairement pas sur ma corde sensible. Mais depuis quelques temps, des soubresauts d'orthodoxie sont apparus dans la clique menée par Weddir, seul membre original rescapé des divers changements de line-up. Je dois bien dire que Moonreich suscitait donc une certaine attente, étant plus friand de la décadence d'Aosoth que de la brutalité guerrière d'un Setherial.

Et « Pillars Of Detest » confirme dès le premier morceau cette kyrielles d'orientations nouvelles, notamment sur la très bonne entame de l'album, intitulée « Ad Nauseam » où l'on retrouve un feeling Deathspell Omega ainsi que quelques réminiscences d'autres groupes : Ascension, le Glorior Belli des débuts (dont Weddir est d'ailleurs guitariste depuis l'année dernière) ou Aosoth en tête. On pourra d'ailleurs faire la même remarque pour d'autres pistes particulièrement marquée par ce sceau du Black théiste. L'instrumentale planante « Sheitan » est incontestablement une réussite dans ce genre, à tel point qu'on pourrait presque la placer au milieu des morceaux du « Drought » de Deathspell Omega. Des similitudes avec le groupe culte français qu'il est franchement difficile d'occulter et qui auraient pu faire figure d'éléments rébarbatifs. Qui a encore l'envie en 2015 d'écouter un groupe rip-off de Deathspell Omega ? Pas grand monde si vous voulez mon avis...

Heureusement la recette est plutôt bien en place et Moonreich arrive ainsi à éviter l’écueil du sous-DsO notamment grâce à des morceaux plus rentre-dedans misant sur un aspect presque progressif. On citera le très bon « Long Time Awaited Funeral » où les guitares se permettent un riff des plus réussis qui fait office de final et nous prouve que Moonreich sait aussi émouvoir avec des caractéristiques qui lui sont propre. Il faut dire que les Français commencent à être un groupe d'expérience avec un petit paquet de sorties au compteur. Et c'est précisément cette ancienneté relative qui porte ses fruits puisque l'on sent le feeling appliqué de Weddir a varier ses compositions pour ne pas perdre en route l'auditeur déjà blasé par le genre. C'est sur les formats les plus longs que « Pillars Of Detest » se montre convaincant puisqu'il arrive alors à mixer ses différents choix musicaux au sein d'un même titre qui s'avère toujours réussi. « Pillar Of Detest – World Shroud » par exemple, se montre comme un très bon mash-up d'influences orthodoxes, brutales et rock'n'roll en ne se refusant même pas un petit jeu sur les rythmiques offrant un final inattendu.

Moonreich livre donc un disque travaillé, à l'ambiance parfois satanique, parfois froide, parfois grisâtre. On notera d'ailleurs un très bon travail sur le rythme avec un batteur qui arrive à apporter de la fraîcheur et des variations aux sempiternels blasts-beats. De même la production de Guillotin apporte une plus-value aux différents instruments avec aisance et sait aussi mettre l'accent sur certains éléments spécifiques, notamment les quelques notes de claviers ou de guitare disséminées à droite à gauche. « Pillars Of Detest » malgré un constat très nettement positif n'est cependant pas exempt de quelques défauts récurrents qui l'empêchent d'atteindre le haut du panier Black Metal, surtout dans une année aussi chargée en la matière. En premier lieu, une certaine récurrence dans la manière d'agencer les différents passages qui conduit parfois à un fort sentiment de lassitude comme sur un « Freikorps » qui peine à captiver et maintenir l'attention de l'auditeur. De même on notera trop de similitudes dans le riffing, ce qui empêche le disque d'atteindre la réussite absolue.

« Pillars of Detest » est un bon album mais malheureusement pas assez pour s'avérer complètement indispensable. Nul doute que le groupe saura ravir les amateurs de Black torturé mais trop de petits défauts épars et mis bouts à bouts empêchent le groupe de remplir complètement son objectif. Malgré une expérience qui suinte par tout les pores du disque et des influences de plus en plus variées et complexes, Moonreich donne l'impression de ne pas aller au bout de son potentiel pourtant bien affirmé. Même si le groupe prend le soin d'éviter consciencieusement le copy-cat en arrangeant intelligemment ses morceaux, on ne peut s'empêcher de penser par instants à un best-of de différentes formations cultes. Allez, la prochaine fois peut-être..."

de : FleshOvSatan
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 20/10/2015, 21h59   #24
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

metal head_ Italy

http://www.metalhead.it/?p=54235

MOONREICH – “Pillars Of Detest”

by : redazione666



(Les Acteurs de l’ombre Productions )
" E ci risiamo… Presente quando una ricetta sarebbe perfetta e vai ad aggiungere quell’ingrediente estraneo che in teoria dovrebbe dare un tocco di classe, ma che in realtà rovina tutto il piatto? Si insinua nel palato, subdolo, per poi rovinarti la cena e lasciarti un saporaccio in bocca. Ecco, i Moonreich avevano avuto una buona intuizione, vale a dire suonare del buon Black ‘N’ Roll furente e pestato… Ma per la miseria, perché un cantato del genere?! Se si isolasse il cantato parrebbe un disco hardcore. Va bene, siamo nel 2015 e le contaminazioni ci stanno… ma prendere degli ingredienti a caso e mischiarli non sempre dà come risultato un composto saporito. Niente da fare… Non basta il lavoro al mix di Andersson (Marduk, tra gli altri) e la indubbia bravura del combo. Un a voce propriamente Black avrebbe alzato la valutazione di almeno due punti tondi. Amatoriali. "

(Enrico Burzum Pauletto)
Voto: 6/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 22/10/2015, 23h33   #25
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal1.info _ DE

http://www.metal1.info/metal-reviews...ars-of-detest/

de : Moritz Grütz

CD-Review: Moonreich - Pillars Of Detest

Veröffentlichung: 2015
Label: Les Acteurs De L'Ombre
Spielart: Black Metal


" Im Jahr 2008 aus der Taufe gehoben, erarbeiteten sich MOONREICH aus Paris seitdem einen ganz stattlichen Backkatalog: Seit ihrer Debüt-EP (2009) veröffentlichten MOONREICH alle zwei Jahre ein Album. So erscheint dieser Tage mit „Pillars Of Detest“ das dritte Full-Length des mittlerweile von Gitarrist und Sänger Weddir im Alleingang betriebenen Projektes.

Mit „Ad Nauseam“ startet das Werk nicht eben legendär, aber zumindest vielversprechend: In sehr modernem, differenziertem Sound, für den auf dem Album in Sachen Mastering niemand Geringeres als Marduk-Gitarrist Magnus “Devo” Andersson verantwortlich zeichnet, entwickelt sich der Song von sinistren Melodien über einen düsteren Break mit Cleangitarren hin zu absoluter Raserei mit rockigem Einschlag. Nicht eben Black Metal, wie man ihn noch nie gehört hat, aber zumindest Black Metal, wie man ihn sich vorstellt. Während „Believe & Behead“ daran mit unterhaltsamen Tempowechseln noch anknüpfen kann, verliert sich „Pillars Of Detest“ im weiteren Verlauf leider immer mehr in Belanglosigkeiten: Gerade in den harten Passagen mangelt es den Riffs an Alleinstellungsmerkmalen, sowie den Songs an Wiedererkennungswert. „Sheitan“ sticht als vergleichsweise ruhiges Instrumental zwar aus dem sonstigen Material hervor, aber auch hier wäre kompositorisch mehr drin gewesen: Zwar beginnt das Stück mit interessanten Harmonien, verliert sich jedoch bald in eher willkürlichen Melodieläufen, bevor es unmotiviert in einen stark modulierten Chor ausfadet. Damit ist das Stück symptomatisch für das gesamte Album: Nette Ansätze finden sich immer wieder mal in der Musik von MOONREICH – wirklich zwingend ist hier jedoch nichts. Vielleicht hätte zu dieser Musik sogar ein etwas verwaschenerer Sound besser gepasst – hätten MOONREICH so doch eventuell mangelnde Kreativität wenigstens durch eine dichte Atmosphäre kaschieren können.

MOONREICH sind ein Paradebeispiel der Black-Metal-Band, die in Zeiten des musikalischen Überflusses nie einen Fuß auf den Boden bekommen wird. Die Gründe dafür sind leicht ausgemacht: MOONREICH verstehen sich zwar recht ordentlich auf ihr Handwerk, schaffen es aber weder, sich mit wirklich außergewöhnlichen Einfällen, noch durch außergewöhnliche Qualität vom Gros der Bands in dem überlaufenen Genre abzuheben. Das Resultat ist absolute Durchschnittsware. "


Bewertung: 5 / 10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/10/2015, 23h49   #26
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Raw and Wild _ Italie

http://www.rawandwild.com/review/rev...p?id=Moonreich

De Simone Laviola


" Moonreich - Pillars of Detest - (Ladlo Productions - 2015)
Nella scorsa recensione dei Deluge avevo parlato della Ladlo come di un’etichetta dedita esclusivamente al post-black metal/post-HC, tuttavia questo disco e il prossimo che recensirò smentiscono o perlomeno arricchiscono questa teoria di nuove prospettive. Tutto ciò per dire che la Ladlo si adopera anche nella produzione di band sulla falsa riga del religious black metal di inizi 2000. I Moonreich sono una creatura alquanto strana: questo perché, a differenza delle varie formazioni religious black metal, sono sì ancorati ai tipiche controtempi intricati e vertiginosi, ma – ahimè – l’atmosfera malata figlia dei Deathspell Omega manca all’appello. Ci sarebbero anche delle ottime aperture melodiche che approfondite ad arte avrebbero dato un maggior senso stilistico a Pillars of Detest, ma i parigini hanno preferito spingere sull’acceleratore all’inverosimile. Non si capisce cosa vogliono fare da grandi e le vocals urlate squisitamente HC, nonostante ben eseguite, rendono il platter ancora più anomalo, perché di anomalia si parla qui. Un album totalmente fuori dagli schemi che non riesce a incastonarsi all’interno di una qualsivoglia etichetta. Qui c’è sicuramente pane per tutti quelli che hanno fatto del BM contaminato la propria bandiera, i reietti come me amanti dell’ignoranza recondita del quattro quarti si troveranno indubbiamente a disagio di fronte a questo ostico ma comunque buon album. "

Voto: 7/10

Contact
www.moonreich.com
www.facebook.com/Moonreich
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 29/10/2015, 23h51   #27
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Métal.de _ Allemagne

http://www.metal.de/black-metal/revi...ars-of-detest/

de Stephan Möller

"Pillars Of Detest
Artikel veröffentlicht am 26.10.2015 | 377 mal gelesen

Orthodoxer Black Metal aus Frankreich steht für hohe Qualität - sei es, dass wir über Bands wie DEATHSPELL OMEGA, ANTAEUS oder AOSOTH reden, oder über Labels wie Norma Evangelium Diaboli oder Osmose Productions. Die Pariser MOONREICH sind auch bereits seit 2008 unterwegs, haben es aber trotz relativ hoher Veröffentlichungsdichte (drei Alben und zwei EPs in sechs Jahren) nicht geschafft, sich in der Nähe oben genannter Größen und Vorreiter der orthodoxen, französischen Black-Metal-Szene einzureihen. Die Gründe dafür liegen beim Genuss des dritten MOONREICH-Albums "Pillars Of Detest" auf der Hand - denn obwohl das Werk definitiv nicht schlecht ist, fehlt es an Klasse, um mit den Vergleichsgrößen auch nur ansatzweise mithalten zu können.

MOONREICH zelebrieren ihren Black Metal (natürlich) finster und morbide, bewegen sich dabei in erster Linie im Mid- und Downtempo-Bereich, sodass "Pillars Of Detest" gewisse Doom-Einflüsse nicht abgesprochen werden können. Des Weiteren bedienen sich die Herren zum Beispiel im Rausschmeißer "Death Winged Majesty" repetetiver Disharmonien, was ähnlich wie bei den Isländern SVARTIDAUÐI zu einem hypnotischen Sog führt, bei MOONREICH jedoch nicht so konsequent auf die Spitze getrieben wird wie bei dem Vierer aus Reykjavík. Hier und dort schauen dann noch krude Melodien wie zum Beispiel auch bei ACHERONTAS vorbei, aber auch hier gilt: Der Ansatz ist nett, die Ausführung haben andere schon besser hinbekommen als MOONREICH.

Damit sollte der große Kritikpunkt an diesem Album klar sein: MOONREICH zitieren auf "Pillars Of Detest" so manche Größe der orthodoxen Black-Metal-Szene, aber sie ziehen keinen der Ansätze rigoros durch. Damit wirkt das Album wie ein Stückwerk, das weder einen roten Faden noch eine wirklich eigene Duftnote hat, und den Hörer zwar immer wieder ob eines interessanten Parts aufhorchen lässt, ihn aber nicht über die volle Albumspiellänge fesselt. "Pillars Of Detest" bietet durchaus den einen oder anderen Höhepunkt, ist aber insgesamt nicht mehr (aber auch nicht weniger) als "ganz nett". "

Note : 5/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 30/10/2015, 00h22   #28
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

The Midlands Rocks _ UK

http://www.themidlandsrocks.com/moon...ars-of-detest/

De Jason Guest
" Moonreich – Pillars Of Detest
Direct and destructive, diverse and damaging…

Les Acteurs De L’Ombre Productions

Release date: 19 September 2015

A band I’ve not heard of until this CD dropped through my letterbox, the first time I played Pillars of Detest through, I knew I’d be coming back to it for further exploration. Suitably grim and darkly atmospheric with an air of dejection coursing through its unforgiving and ruthless bombardment, the third album from Moonreich is a direct and destructive piece of work as diverse as it is damaging.

The gripping discordance of ‘Ad Nauseam’ blasts forth in an unstoppable barrage of blackened beauty, the string-bending riff and the jarring arpeggio from the intro providing a solid foundation upon which mainman Weddir can build the first of many sturdy and menacing compositions. ‘Believe & Behead’, comprised of a bunch of bludgeoning riffs that shift from one end of the extreme spectrum to the other, are augmented by a few atmospheric touches and melancholic melodies stitched into the track.

So far, Weddir’s technique of establishing a solid base to expand upon is exploited to great effect and ‘Long Time Awaited Funeral’ wastes little time in getting to the meat of the matter and further allows Weddir to push his sound even further. The misshapen riff that drives the track winds and finds its way through contortion after contortion and becomes curiously hypnotic in its persistence. And in contradistinction to the barrage that has befallen us so far, the slow instrumental ‘Sheïtan’ revels in atmospheric splendour.

With the blackened bile returning for ‘Pillar Of Detest – World Shroud’, at seven and a half minutes this is the least successful track on the album. Though undeniably ferocious and structurally interesting – the chugging riff section in the closing minute is particularly heavy – it seems to move forward with no clear sense of direction. The four minute salvo ‘All Born Sick’ sees the band going for the throat in the most straightforward track on the album and acts as a welcome burst before the lengthy closing two tracks. ‘Freikorps’ combines the malevolent with the melodic and closes out with subtly sinister atmospherics but is good rather than great. While tracks one, two and four are the best, ‘Death Winged Majesty’ is easily on a par and provides Weddir with another opportunity to show us what he is capable of. Direct in its approach, diverse in its dynamics, and richly textured, it closes the album out on a depressive low that is curiously cathartic and satisfying.

An album that like so many, dips – albeit slightly – in the middle, it has to be said that Weddir is an exceptional musician with keen compositional skills and a distinct desire to push where he can. While not always successful, Pillars Of Detest is an impressive piece of work that takes more chances than most would dare. Given the diversity across the album, Weddir could easily have fallen foul of his ambition but his defiant and daring approach is well rewarded. Well worth your time. "

Moonreich – Pillars Of Detest 2015



Track listing:
Ad Nauseam
Believe & Behead
Long Time Awaited Funeral
Sheïtan
Pillar Of Detest – World Shroud
All Born Sick
Freikorps
Death Winged Majesty

Note : 7.5 out of 10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/11/2015, 23h42   #29
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

music waves _ FR

http://www.musicwaves.fr/frmReview.aspx?ID=13456

MOONREICH: PILLARS OF DETEST (2015)

" Moonreich fait partie de ces groupes que votre serviteur suit depuis le début, le voyant grandir, muter, peaufinant peu à peu un art, forcément noir, de plus en plus robuste. De plus en plus personnel aussi, partant d'un black assez cru sur "Zoon Politikon" pour déboucher sur une matière plus sinistre et reptilienne encore avec "Terribilis Est Locust Iste".

Mais parler de groupe en tant qu'entité n'est pas vraiment pertinent en ce sens qu'il se présente surtout comme la créature du seul Weddir qu'accompagne une formation mouvante, oscillant du trio au quatuor. Ce quatrième méfait a quant à lui été gravé à six mains, celles du chanteur et guitariste donc, d'un nouveau batteur et du bassiste Macabre dont c'est la dernière collaboration avec le maître des lieux, parti depuis biner son jardin secret à lui, l'excellent Mortis Mutilati.

Nous pourrions rajouter à cette joyeuse équipe Devo, l'un des piliers de Marduk, ici derrière la table de mixage car, sans vouloir chercher à lui attribuer un rôle qu'il n'a peut-être pas, force est d'admettre que Moonreich se rapproche de plus en plus de cette chapelle suédoise dont le credo repose sur une science du malsain, du mortifère, autant précise que redoutable. A laquelle les Français injectent une espèce de folie sournoise, une lèpre rampante.

L'opus démarre fort, très fort même, avec 'Ad Nauseam', qui après de sinistres préliminaires qui en annoncent la couleur, noire nécessairement, se met à foncer tête baissée, dératiseur funeste guidé par des guitares aussi polluées que déglinguées. Le ton est donné.

Ce qui suit alterne saillies furieuses (surtout) et coups de boutoir vicieux. Au rang des premières, citons 'All Born Sick', toutefois écartelé par des cassures insidieuses, 'Freikorps', longue pulsation au fond de laquelle sont tapies de perfides ambiances, sans oublier l'éponyme 'Pillar Of Detest - World Shroud', composition sinueuse aux reliefs aussi accidentés que meurtriers.

Quant aux seconds, vers lesquelles tend d'ailleurs notre préférence, ils sont successivement incarnés par l'immense (à tous points de vue) 'Death Winged Majesty', rumination finale de près de dix minutes aux confins du pur black metal dépressif, celui du Forgotten Tomb de "Love's Burial Ground", et par 'Sheïtan', instrumental reptilien suintant une vermine néanmoins belle à pleurer.

Reprenant les choses où les a laissées "Terribilis Est Locust Iste", ce troisième méfait s'en éloigne pourtant par sa complexité qui se conjugue à une brutalité bouillonnante de haine. "


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/moonreich
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/11/2015, 12h59   #30
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal-Cunt _ FR

Maïeutiste - Maïeutiste

http://www.metal-cunt.com/pages/maieutiste-maieutiste

" Après une démo de trois titres autoproduits en 2007, les Stéphanois de Maïeutiste reviennent sur le devant de la scène avec leur dernier album éponyme, sorti le 18 septembre dernier. Eheuje, Keithan, Grey, James, Temüdjin et Jeff nous ont concocté un mélange assez puissant : 76 minutes de son et pas moins de onze titres, dont certains très long comme nous le verrons dans cette chronique. Produit par « les Acteurs de l’Ombre producions », ce nouvel opus contient les titres de leur précédente démo (Socratic Black Metal), ainsi que des nouveautés qui valent largement les 5 ans de travail qu’ont nécessité cet album.



L’opus démarre avec une intro instrumentale très lente lui conférant un style plutôt doom metal ; qui tranche violemment avec le morceau suivant, « In The Mirror » qui commence très rapidement et violemment par un bon scream caverneux comme on les aime ! On constate très vite que chaque instrument est audible, le son est équilibré tout en gardant une texture très légèrement « raw » à la mode du black metal, mais sans tomber dans l’enregistrement de garage. Ce morceau comporte une moitié très rapide et une autre plutôt doom. On a donc une cohabitation entre des blasts effrénés et des riffs lents et plaintifs, avec sur le dernier tiers du morceau des chœurs conférant une petite touche folk à l’ensemble. Cette première chanson semble donc très riche en influence et donne un excellent pressentiment pour la suite ! Dans « Reflect – Disappear », on retrouve un morceau bien violent et pur black metal qui termine de nous faire entrer dans l’univers du groupe. Le titre se termine sur des hurlements inquiétants puis laisse sa place à « Purgatoire », qui est le deuxième titre instrumental de la production. Il y a beaucoup à dire sur ce titre tant il est étrange et inattendu. Il commence par des percussions lentes qui s’accélèrent peu à peu, rejointes par un genre de mantra tibétain, entrecoupé par des coups de toms et de cymbales habilement placés par Jeff. Des voix masculines plus aigues évoquant des prêtres ou des moines et s’exprimant en latin rejoignent l’ensemble, donnant un coté mystique au morceau. Une guitare sèche et un violoncelle finissent par remplacer tout ceci pour une mélodie répétitive à l’effet hypnotique sur laquelle on est envahi par des sensations un peu étranges pour peu que l’on se laisse porter par la musique. Avec un peu d’imagination, on ressent presque la présence d’une quelconque entité pas spécialement amicale dans la pièce. À certains moments, ce morceau pourra évoquer le morceau « Min Hyllest Til Vinterland » des Norvégiens de Satyricon par son côté énigmatique et profond mais relativement dépouillé. Ce titre est une preuve supplémentaire que le black metal recèle des perles de subtilité et d’inventivité. Le morceau se finit par un fadeout, puis par un retour des percussions rapides qui annoncent le morceau imminent.

« The Fall » contraste violemment avec le titre précédent et nous fait l’effet d’un seau d’eau glacée dans la figure en guise de réveil : le rythme reprend son cours soutenu à la sauce black metal, avec toutefois des passages plus lents à la guitare acoustique. Sur « Absolution », la grosse caisse, les cymbales et la basse de Temüdjin nous accueillent sereinement, puis s’ajoutent les guitares sèches de James, Grey et Keithan qui jouent en parallèle pour un effet à la limite du jazzy ! Le grunt de Eheuje fait finalement irruption et on repart sur un black metal saignant à souhait avec riffs violents et blasts à en faire de l’épilepsie. Puis soudain, blanc : reprise lente avec guitares et saxophones qui ne manqueront pas d’évoquer le groupe Norvégien de jazz metal Shining sans toutefois empiéter sur leur registre. Sur les 50 dernières secondes, on repart sur un ambiance black metal jusqu’à une fin nette et propre. Ce titre laisse une drôle d’impression, ce qui le rend assez intrigant. Le morceau suivant, « The Eye Of The Maïeutic Art », démarre sur des sons plutôt heavy avant de virer au black metal. Malgré un titre assez long (neuf minutes sept secondes), les variations de tempo et une succession de passages violents et plus contemplatifs permettent d’éviter la monotonie qu’on rencontre parfois sur des chansons de ce format. En effet, on peut qualifier ce titre d’épique où l’on surprendra un frisson dans son dos : bien pensé, finement exécuté, il passe très vite malgré sa longueur relative.

Dans ce même format, le titre suivant commence sur une ambiance plus doom, ou des voix plaintives cohabitent avec le growl de façon réussie. Certains passages peuvent évoquer le titre « God Of Emptiness » de Morbid Angel. On peut relever un gros travail sur les ambiances, avec des larsens, une batterie qui sait se faire discrète et reprendre d’un coup en blasts effrénés ce qui en fait un titre surprenant et très satisfaisant. Pour le morceau suivant « Death To Free Thinkers », les musiciens ont utilisé la même recette qu’à plusieurs reprises sur cet album : une intro à la batterie et guitare sèche, rejoints par la basse. Lorsque le morceau démarre, un chant clair bientôt soutenu par des chœurs confèrent un ton folk au morceau pour une ambiance épique. « Annonciation » est un autre titre instrumental, relativement doux avec une guitare nonchalante soulignée par la basse pour une ambiance plutôt rock, avec un sympathique solo à la fin. Enfin, le bouquet final et morceau le plus long de la production : « Death To Socrates ». Ces onze minutes de chanson commencent avec des sonorités heavy / thrash pour une intro « Black’n Roll ». On retrouve un chant clean et des chœurs ce qui donne une fois encore un effet folk au morceau, qui ne manquera pas de nous évoquer les géants Suédois de Bathory, pionniers du Black-Folk ou Viking Metal. Grunts, blasts, ce morceau passe très vite malgré sa longueur et l’on n’est pas lassé par les riffs aériens et les complaintes lancées au ciel. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 23h26.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013