Maïeutiste -S/T - Reviews - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 11/09/2015, 13h10   #1
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut Maïeutiste -S/T - Reviews

The Midlandsrocks



http://www.themidlandsrocks.com/maieutiste-st/


Review by Jason Guest

Les Acteurs De L’Ombre Productions: Website; Bandcamp; YouTube; Facebook

Release date: 19 September 2015

Five years in the making, I s’pose 76 minutes isn’t too much to ask of listeners to Maïeutiste’s debut album is it? Ambitious? Of course. Albums around this length too often fall foul of the band’s overzealous efforts to defiantly demonstrate to some imaginary audience how good they are. And though they may be technically adept, tighter than the airlock on a space station, and well-versed in as many styles, genres and subgenres than the most avid and elitist of music collectors can spout in one minute, the music is where they fail. Not so for Maïeutiste’s first full length because somehow they’ve managed to rise far above all those Frankenstein’s monsterworks with an album that is outstanding throughout.

A strangely captivating piece, opener ‘Introductions…’ slowly takes shape over its four minutes and subtly foreshadows what we are to hear. The first of the album’s three sections, entitled ‘Eveil’, the juxtaposition of a melancholic acoustic guitar, distorted melodies and discordancy is subtle, the restraint enough to intrigue before black metal ferocity bursts forth with ‘…in the Mirror…’. Blast beats, trem-picked riffs and scowling vocals, we face a two minute barrage before we are dragged into a torpid maelstrom of agony, torment and suffering. Impressively orchestrated, it’s an imposing track and one that plots an arduous path strewn with as much melody and malevolence as it is might.

‘Reflect / Disappear’ begins with a fairly banal progression and performance and it’s only when the band turn to the dark and the savage that it picks up. So far, so impressive. Closing with some disorientating guitar harmonies, it makes for an apt segue into the brief tumbling drums that open the phenomenal ‘Purgatoire’. A dark place decorated with a haunting chorus, an acoustic guitar and deep resonating strings, here, the album shifts up a notch. Already, Maïeutiste have achieved more than most bands can hope to accomplish on a whole album but before part 2 – ‘Chute’ – begins, the band have set the bar pretty high.

This is the point in those “ambitious” albums where, if they haven’t already, cracks start appearing. So what do Maïeutiste do? They rise to their full height and cast stone after gigantic stone down upon us with ‘The Fall’, its black metal battery shaped and shaded with a number of unconventional twists in its otherwise direct attack. Like ‘Purgatoire’, ‘Absolution’ takes the album in a completely different direction with jazz leading the fray to provide some David Lynch-style headfuckery. At nine minutes, the black metal gallop of ‘The Eye of Maieutic Art’ is ferocious, the use of melody in its last few minutes adding a beautiful texture that heightens the anticipation for part 3, ‘Élévation’.

And just as you think you’ve seen every side of the band, ‘Lifeless Visions’ drags the tempo down for a doom-dominated track of immeasurable heft. ‘Death to Free Thinkers’ ramps up the jazz and experimental stakes for an atmospheric and chillingly captivating piece that on any other album would feel completely out of place. And with the blues-tinged Pink Floyd-esque ‘Annonciation’ to close the three-part set, Maieutiste show us just how good – very good – they are. Adept musicians, tight, focussed, and knowing exactly how to balance the bleak with the blackened, the atmospheric with the melancholic, and the full-on frontal assault with the emotionally deep and complex. Closing track ‘Death to Socrates’ (a reference to their 2007 demo Socratic Black Metal?) is eleven minutes of black barbarity and leaves us utterly floored at such a magnificent album.

An album difficult to find fault with, there are times when it feels flat and drawn out – most songs are between six and eleven minutes long – and so it’s only flaw is its length. 76 minutes is a lot to ask of any listener, but in this case it’s time very well spent. Maïeutiste have crafted an impressive piece of work and so whatever flaws this work may have are far outweighed by its merits. That it’s so long works both for and against it, but whether you imbibe this blackened bile in one sitting or one section at a time, its effect is no less satisfying.

8 out of 10
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 18/09/2015, 11h51   #2
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

toilet ov hell -USA

http://www.toiletovhell.com/mini-rev...-bowl-9-16-15/


To anyone who’s not a huge nerd, long songs and albums can be daunting. Since I’m only slightly a huge nerd, I was hesitant but not unwilling to dive into all 76 minutes of Maieutiste’s self-titled debut on Les Acteurs de l’Ombre Productions. The commitment was well worth it. This is black metal on a grandest of stages, complete with death metal cameos, well-timed moments of eerie stillness, superbly fluid transitional moments, and undeniable creativity. From the cinematic fury of “The Fall” to the headbanging groove of “Death to Socrates,” and the shadowy sauntering of “Absolution” to the jaunting limp of “Death to Free Thinkers,” this album is a complete package that will always offer new things to discover and new ways to inspire. While the styles themselves are quite different, I can’t help but think of the dense, grandiose gestures of Dodecahedron. Get your physical on September 19th here, or get the digital copy here. — Stockhausen
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 19/09/2015, 16h44   #3
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Diabolus Musica - Fr

http://diabolusmusica.canalblog.com/.../32597403.html

Maïeutiste est le premier album du groupe éponyme. L'aspect black metal du projet est plutôt déroutant puisqu'il peut passer de quelque chose de très malsain à des moments bien plus mélodiques agrémentés de voix claires. Les influences extérieures sont également nombreuses dans ces compositions. L'on retrouve tour à tour du jazz, du rock progressif, ainsi que de l'ambient ritualiste. Entre passages énergiques et véritables accalmies introspectives, le groupe a su créer une dynamique intelligente. Du point de vue de la musicalité, cet album est exemplaire et recèle une multitude de détails susceptibles d'éveiller la curiosité. L'inspiration ne faiblit jamais et chaque passage possède un intérêt propre. Maintenant, du point de vue de l'atmosphère, il est évident que les albums plus homogènes nous invitent plus facilement à nous immerger dans leur univers. Maïeutiste a un certain côté hermétique. Pourtant, malgré ma préférence pour les groupes qui dessinent un paysage musical très clair, je ne me lasse pas de cet album. Au fil des écoutes, l'auditeur pourra s'habituer à la personnalité de Maïeutiste et assimiler les soixante-seize minutes que dure ce CD. Un excellent album, à la fois très abouti et sortant des sentiers battus.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 23/09/2015, 12h28   #4
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Voices From the Darkside - De


Review by Alfonso Perez

http://www.voicesfromthedarkside.de/Albums-EPs-Demos/M/MAIEUTISTE--9978.html



MAÏEUTISTE
Maïeutiste
(Les Acteurs De L'Ombre Productions)
76:24min

"Black Metal. Nowadays, that tag encompasses hundreds of variations based on different musical, lyrical and aesthetical approaches. It has become a complex genre in itself. Ergo, finding a band that offers something different became a mission, at least for me. Add to it that I am not a huge Black Metal fan and there you go: my trips into the realm of darkness are far and few in between. Luckily, some bands, like the French outfit, MAÏEUTISTE, have found a way of mixing the concepts mentioned above with other influences. Their self-titled debut album is not a ground breaking release, since musically, they have a solid second generation Black Metal base; "De Mysteriis Dom Sathanas" era MAYHEM is a good reference point. The overall atmosphere is cold, dry and raw. But they add a twist to their music, combining slow and dense passages that evoke Doom / Death Metal trademarks, such as ASPHYX and ESOTERIC (UK). And that alone really caught my attention. There are even Goth elements present, resembling the early works of FUNERAL. Considering that these guys had only a demo tape released back in 2007 (which I haven't heard) and this album was released this year (2015), I wonder if all this time they have been developing their style. Because what the band has accomplished only comes with a lot of work and dedication, in my humble opinion. As for their sound and production, everything checks. The eerie guitar tone with both, melodic and heavy riffing, a round pounding bass tone, great drumming with a lot of character and the vocals that have enough variation to keep up with the interesting compositions. Execution wise, these guys know what they are doing. Clocking at one hour and 15 minutes, "Maïeutiste" is not an easy listening. It will grow on you if you give it the chance. And I strongly recommend you do. Because this is one of those albums that deserves a bunch of spins to appreciate the thing as a whole. You can find all the info on the band either in their facebook page here www.facebook.com/maieutisteofficial or contacting their label here www.lesacteursdelombre.net "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 23/09/2015, 22h13   #5
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Metal France

http://www.metalfrance.net/chronique...ste-maieutiste

Il aura fallu cinq ans au groupe MAÏEUTISTE pour enregistrer son album éponyme.

Né à Lyon en 2006, nanti d’une démo « Socratic Black Metal » crée en 2007, ils ont poussé le perfectionnisme jusqu’à enregistrer cette galette dans de multiples endroits.

Et cela donne un résultat en forme de Patchwork musical, comme autant de pièces qui s’assemblent, s’emboitent, tellement différentes les unes des autres, et donnant pourtant un résultat cohérent.

Un black bourré de blast beat, fielleux comme un sourire acide, extrême qui côtoie de l’ambiant, une tranche de rock folk, du doom et des tas de styles musicaux vraiment surprenants.

Je vous donnerai quelques exemples :

« Purgatoire » : des voix humaines assez flippantes. On se croirait dans un chant liturgique plutôt étrange. Arrivent des guitares acoustiques qu’accompagne un violoncelle.

« The Fall » : une tranche de black tout en blast beat, mélancolie torturée.

“Absolution”. Certainement le morceau le plus éclectique de l’album.

cela commence doucettement. Une basse légère, un tempo lent, deux guitares acoustiques, un peu espagnoles, un peu jazzy qui s’entrelacent tout en notes chaleureuses et réconfortantes. Un peu mélancoliques peut-être. La batterie tricote, et d’un seul coup un riff entre le thrash et le black assez speed explose. Et puis break. Alors jaillie une double grosse caisse et des solos heavy furieux et grinçants. Arrêt : retour au calme avec des instruments à vents (clarinette), et on pare dans une sorte de jazz d’ambiance appuyé par une contrebasse !s’ensuie une voix lointaine un peu étrange.et le black explose, sur fond de riffs speed trash !

Tout s’assemble comme un voyage plein de rivages différents.

Le black règne en maitre, étant toujours le point d’orgue de cette escapade qui dure plus d’une heure.

L’album fini sur « Death to Socrate”, titre de metal noir, qui dure plus de 10 minutes aux multiples variations.

Une petite réussite !

Olivier No Limit
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 25/09/2015, 14h08   #6
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Imperiumi (Finlande) 5,5/6

http://www.imperiumi.net/index.php?act=albums&id=16379

Post-black, doom black ja mitä näitä nyt on. Ranskalainen Maïeutiste pistää lokerointia kampoihin ja näyttää närhen munat mukapakollisille genremääritelmille. Siinä samalla se hukkaa itsensä, tai ainakin ne hyvät biisit studion leikkauspöydälle.

Vajaan vuosikymmenen mittaisen urakan tehnyt Maïeutiste siirtyi vihdoin tänä syksynä albumien pariin. Lopputulosta ei voi millään muotoa pitää vuosien odotuksien arvoisena. Onhan levyllä toki hetkensä, muttei suoraan sanoen yhtään niin hyvää biisiä, että tätä levyä varsinaisesti vapaaehtoisesti kuuntelisi.

Maïeutiste yhdistää levyllä black metalin konventioita doomista lainattuihin ideoihin. Mukaan on liitetty puhtaita lauluosioita ja eräänlaista tuuliajolla harhailua. Onpa mukana jopa ripaus jazzia. Lopputulema on epätavanomainen ja samalla melkoisen ontuva. Parhaimmillaan bändi toimii yksittäisinä riffeinä siellä ja täällä. Biisien puolesta ei voi liputtaa kuin stop-painikkeen käyttöä suosien.

Paikoin tavanomaiselta meloblackilta kuulostava ja paikoin taas näitä määritelmiä kaihtava levy soi orgaanisen kepoisasti. Soundeiltaan levy onkin miellyttävän ilmava. Laulupuolella mennään pääosin keskinkertaisen käheän ärinän parissa, muutamia puhtaita osuuksia unohtamatta. Tuotantopuolta kai voisi kiittää termillä "ihan kiva".

Vaikka Maïeutistella on hetkensä, levynä siitä on vaikea innostua. Keskinkertaisuuden harmaa suo kutsuu myös tätä yrittäjää. Parempi onni ensi kerralla.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 25/09/2015, 17h16   #7
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Daily Rock - suisse 2/5

http://www.daily-rock.com/maieutiste-st

Auteur Vincent Lehmann
Version quelque peu pédante de ‘maïeuticien’, ce nom à consonances louches signifie tout simplement sage-femme (c’est sûr, ça en jette un peu moins, surtout quand on veut se la jouer ‘grand maître’ de l’occulte). L’intitulé de leur démo, ‘Socratic Black Metal’, lève un coin du voile masquant les ambitions de ces bruyants jeunes gens, l’antique philosophe ayant défini la maïeutique comme l’art d’accoucher les esprits. Sanglez vos casques à pointe, ça va voler haut !

Premier titre de leur album éponyme, ‘Introductions…’ (Pourquoi ce pluriel?), c’est une marche funèbre qui rappelle des sonorités et harmonies entendues chez My Dying Bride, sur le tempo traînard qui convient. Elle se jette immédiatement dans la première chanson, ‘…In the Mirror’, qui augmente sérieusement le rythme. Et que je te double-pédale, et que je te blaste à l’occasion, avec un grogneur pas content au micro, dans un registre très classique Black Metal, soit le chant d’amour de la corneille angineuse. Est-ce la faute au mixage, très ‘garage’? Chacun des membres sonne un peu comme s’il jouait dans son coin sans trop se préoccuper des copains. La confusion augmente au moment d’un passage plus lent, où chuchotements, arpèges et riffs s’empilent un peu au petit bonheur, avant que n’interviennent des chœurs à la Bathory (époque Nordland).

‘Reflect – Disappear’ balance un tempo très heavy avant d’accélérer, on se croirait sur les premiers efforts d’Impaled Nazarene, du temps où ils n’avaient pas encore cédé, et avec quel bonheur, à la tentation post-punk. Le son plutôt moyen muselle les efforts du batteur, en particulier quand il cavale sur ses caisses.


Instant sépulcral avec ‘Purgatoire’: roulements de tambour, voix caverneuses de moines bouddhistes convertis au Lucifer des chrétiens, guitare sèche et contrebasse labourant les fonds marins… Incontournable pour vos sacrifices de chats errant ou pour emballer de la goth madame qui termine sa scolarité obligatoire (mais ne dites pas qu’on vous a encouragé à le faire, on ne veut pas d’emmerdes avec vos histoires sordides, nous).

‘The Fall’ fait honneur aux grands canons du genre : triples croches haut perchées, batteur stressé et brailleur oscillant entre le graveleux sourd et le grincement déchiré. Un break agrémenté d’arpèges clairs brise quelques instants la monotonie, s’enlisant rapidement dans le déjà-entendu malgré de louables efforts pour ciseler les mélodies les moins harmoniques possibles (pour évoquer le Mal, l’Enfer, tout ça, voyez ?).

Piste sans doute la plus originale et mémorable du disque, ‘Absolution’ ouvre une page expérimentale plus recherchée, avec inspiration jazzy à la batterie et entrelacs de grattes débranchées… La brutalité revient au fil d’un segment qui aurait aisément trouvé sa place sur une galette studio de Possessed. Elle cède à nouveau la place à la touffeur d’une cave à jazz humide de sueur aigre où délire un dément à qui personne n’ose confisquer le micro, pour s’achever à fonds les ballons, les hurlements se faisant mutuellement écho.

Black Metal à l’ancienne sur ‘The Eye of the Mayeutic Art’, lorgnant du côté de Darkthrone, soutenu par une muraille compacte de riffs de facture classique mais toujours changeants. Doom un peu fatigué avec ‘Lifeless Visions’, qui se voudrait écrasant et n’est que lourdaud, la tentative de chant grégorien n’y changeant rien et l’accélération ravageuse arrivant trop tard.

Le sextet prend congé avec ‘Death to Free Thinker’, à nouveau très Bathoryesque (chœurs virils et batterie tadaga) et qui se conclut dans une veine heavy avec une belle patate.

Bilan ? Un diplomate « Ouais, bon, si vous voulez » paraît s’imposer. On regrette la présence d’un seul titre vraiment audacieux et faisant fi des lassants clichés metaleux. C’est d’autant plus regrettable qu’il est bien plus malsain que ceux qui aspirent à l’être par le biais d’une violence sonore obsolète depuis pas mal d’années.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 27/09/2015, 09h32   #8
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

HMD-République tchèque
(Hard Music Base)

édité le 23.9.2015


http://hardmusicbase.cz/index.php?st...s&id=47709&m=1

MAÏEUTISTE - Maïeutiste (2015)

" cover Bezejmenný debut francouzské hordy MAÏEUTISTE má vcelku pěkný front cover na digipacku. Jen nevím, kdo je ten rohatý, protože mi to připadá jako medvěd. Ale jinak je to působivé a tak mě trochu mrzí lehce zbytečná strohost vnitřních orgánů. Když vynecháme intro a závěrečnou „Death To Sokrates“, tak vidím, že album je rozděleno do tří kapitol o třech skladbách, jenže člověk tak nějak neví proč, když vám chybí jakékoliv vysvětlivky pro debily. Tak řekněme, že je to podstatné pro kapelu a jejich nejortodoxnější fans. Pro nás bude podstatná muzika, která se mi tak trochu jeví jako tuctový nešvar. Jenže i nešvar může mít své kouzlo a toto album jej má. Vynechám tedy opravdu to „Itroductions“, jež je instrumentálkou, a málem mě od pozorného poslechu odradila, ale „… In The Mirror“ z první kapitoly „Eveir“ je již black metalová sypanice jak zákon rohatých káže nám a nic na tom nemění ani temně emotivní, ultra pomalá pasáž i s čistými sborovými vokály někde na hranici pagan metalu. Musím přiznat, že omšelá klišé se kapele nevyhnula a patrně tak trochu i sází na to, že nebude hrát nic nového pod sluncem. On i měsíc v úplňku by se možná zastyděl, kdyby to uměl nad truchlivou hodnotou black metalu při vraždící „Reflexy – Disappear“. Šeď a nuda nehorázného kalibru poslouchatelná před dvaceti lety. Jenže proč ne, když to rohatého baví a tak první kapitolu uzavírá intro „Purgatoire“, které je jak sountrack k fantasy filmu s hororovou tématikou. Další kapitolu „Chute“ otevírá temná akustika „The Fall“, aby navodila sekerážní atmosféru melodické „Absolution“, jež se mi jeví jako klenot alba. Oni se snaží Francouzi MAÏEUTISTE být komunikativní, tak nesázejí na žádný primitivizmus vyhlazování, i když motivy samotné občas primitivní jsou, ale mění tempa a zaměňují atmosféru vraždění za atmosféru vzývání a tak po black metalovém vraždění a doom metalovém rozjímání přijde thrash vyhlazovačka, obdařená spoustou killer chaotických sól. Jenže člověka budí ze sna, jestli ty skladby nejsou zbytečně dlouhé, jako by uměle nastavované. Ono totiž jsou k závěru alba ty skladby čím dál tím delší. A to má poslední písnička druhé kapitoly „The Eye Of Maieutic Art“ pouhých devět minut a ďáblův fous. Fakt dlouhé pro někoho, kdo se neumí položit do atmosféry black metalového alba, které je zlehýnka prošpikováno heavy melodikou. Jenže tu atmosféru trochu kazí zbytečně čistý zvuk a tak by si špinavá kopyta satanášů nemusela zrovna přijít na své. Ale ten zvuk sedí první písničce „Lifelles Vision“ třetí kapitoly „Élévation“. Těžkotonážní, ultra pomalá skladba, jež kypří hlínu na hrobech pro sazeničky macešek po skoro celé své nelichotivé délce. Ono celá ta třetí kapitola se jeví býti pomalou záležitostí, neb „Death To Free Thinkers“ spadá do kategorie epických záležitostí a jen sporadicky v něm zaslechnete nečistý vokál. I když i tato věc se ve svém závěru zvrtne. Závěr třetí kapitoly obstarává jakási instrumentální plouživost, vhodná do báru, za kterou by se nemusel stydět ani Gary Moore. Pěkná to věc, jen mi uniká scénáristický úděl týhle věci. Závěr alba tedy obstarává samostatná jedenáctiminutovka „Death To Sokrates“. Zajímavá, i když přeci jenom trochu dlouhá, záležitost s kořeny v heavy metalu s prolínáním se black metalového vokálu a čistými zpěvy nezpěvy. V tuto danou chvíli hodnotím toto album i přes spoustu výhrad poměrně vysoko, jako dobré, tedy za sedm, protože mě v tuhle chvíli baví. Ale jsem si vědom, že tahle nesvětobornost určitě zapadne prachem. "

note : 7/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/10/2015, 11h22   #9
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Ashladan - belgium 86/100

http://ashladan.be/metal-reviews/ma-eutiste-ma-eutiste

Review door undertaker op 30/09/2015

Het heeft vijf jaar geduurd eer het Franse Maïeutiste zijn eerste full album kon uitbrengen. Nu is het zover. Uitgekomen op 19 september via het Franse label Les Acteurs de l'Ombre Productions, serveert Maïeutiste ons dit gelijknamige album; een speciale soort van extreme metal.

Opgericht in 2006 te Lyon, Frankrijk, en na een demo uit 2007, getiteld Socratic Black Metal, heeft Maïeutiste vijf jaar aan dit album gewerkt. Vijf jaar van verbeteren en finetunen van de songs; en dat hoor je. De basis is furieuze black metal met zijn typische verscheurende riffs en blastbeats, maar vermengd met ambient, rock/folk, doom en nog een heel scala aan verrassende muziekstijlen. Die ga ik je niet verklappen; dat moet je zelf maar ontdekken. En toch, aan het einde van de rit blijkt alles mooi in elkaar te passen. Er wordt gebruik gemaakt van akoestische gitaren, violen en zelfs blaasinstrumenten. Sommige passages klinken jazzy en eclectisch, om dan genadeloos over te gaan in rauwe, soms atmosferische, soms melancholische black metal. Beluister nummers als The Fall, Purgatoire en Absolution maar eens.

En zoals de titel al doet vermoeden ligt het thema van het album en de lyrics bij Socrates en zijn gedachtengang. Aan elke song kan je een eigen betekenis geven. Het album doet je verdwalen en verzinken in je eigen gedachten. Meerdere luisterbeurten zijn nodig, maar niemand heeft gezegd dat black metal makkelijk moet zijn.

Een muzikale, erg interessante ontdekking. Dat geldt zowel voor het album als de band.

Setlist

Introductions ...
... in the Mirror ...
Reflect/Disappear
Purgatoire
The Fall
Absolution
The Eye of Maieutic Art
Lifeless Visions
Death to Free Thinkers
Annonciation
Death to Socrates
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/10/2015, 12h38   #10
Blandine
sans statut
Maître de la Nuit
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 751
Par défaut

Inner war - France

http://inner-war-reviews.blogspot.fr...aieutiste.html

Black metal
Date de sortie: 19 septembre 2015
Label: Les Acteurs de l'Ombre



Tracklist:
1. Introductions...
2. ...in the Mirror...
3. Reflect/Disappear
4. Purgatoire
5. The Fall
6. Absolution
7. The Eye of Maieutic Art
8. Lifeless Visions
9. Death to Free Thinkers
10. Annonciation
11. Death to Socrates

Pas les derniers à dénicher les petites perles du black métal hexagonal, Les Acteurs de l'Ombre, après un excellent Déluge récemment chroniqué remettent le couvert avec une formation originaire cette fois de Saint-Étienne et le projet plus qu'ambitieux qu'est son premier album, j'ai nommé Maïeutiste.

Si une démo, Socratic Black Metal, avait déjà vu le jour en 2007, le groupe s'était jusque là fait plutôt discret mais ces 8 années de "silence" n'en ont probablement été que plus bénéfiques compte tenu de la densité et de la complexité de cet album.
Ambitieux, il l'est très certainement. En fait, et je ne vais pas y aller par quatre chemins, Maïeutiste est typiquement le genre de petit chef-d'œuvre qui me fait dire que le black est le sous-genre de metal qui a le plus évolué, s'ouvrant de plus en plus aux influences extérieures et offrant ainsi une grande diversité devenant lui-même un courant artistique complet.
Maïeutiste en est la symbiose et pioche ainsi aussi bien chez la scène norvégienne des années 90 que dans des types d'expression plus expérimentaux, incorporant riffs pagan, neo-folk, doom ou encore passages jazzy. Les ambiances sont donc très variées et ces changements surprennent plus d'une fois car si l'on pourrait penser, à raison d'ailleurs, que l'exercice est difficile, Maïeutiste parvient sans problème à subjuguer l'auditeur par la fluidité de ses transitions, elles-mêmes apportant leur lot de surprises. Chaque moment est pensé, réfléchi même, dans un véritable souci du détail et contribue à apporter une réelle cohésion au tout.
Entre riffs et blasts destructeurs comme autant de tourbillons de notes étourdissantes, malédictions éructées avec hargne, mélopées incantatoires envoûtantes, passages acoustiques emplis de spleen et bien d'autres choses encore, ces 76 minutes passent finalement bien vite, cette longue durée permettant justement au groupe de développer suffisamment chacune de ces facettes sans jamais se défaire totalement de ses racines black metal. La production, vraiment bonne, aidant, chaque chose est à sa place et ces compositions sonnent comme elles le doivent, froides, agressives et parfois littéralement inquisitrices. Et quand vous croyez avoir fait le tour, Maïeutiste a tôt fait de vous faire réviser votre jugement et se lance ici dans un solo d'une redoutable efficacité, là dans un interlude jazzy trouvant étonnement et parfaitement sa place ou encore là dans un doom d'une pesanteur suffocante. Tout cela sans même évoquer ces quelques pépites groovy où s'entrecroisent cette fois thrash et heavy metal, idéales pour se laisser entraîner juste avant de se prendre le coup fatal, ni le chant dans le ton qui correspond chaque fois qu'il intervient. J'aurais presque envie de me lancer dans une chronique plus détaillée, de passer au peigne fin chaque morceau, chaque riff, ce que j'ai fais pendant mes nombreuses écoutes afin d'en déceler tous les détails dissimulés dans les moindres recoins mais je vais m'en abstenir ici car ce ne serait pas rendre justice à l'album, celui-ci méritant nombres d'autres écoutes et probablement nombres d'autres interprétations et vous laisser, chers lecteurs, plonger vous-mêmes dans cet album regorgeant de subtilités et je conclurai plus sobrement en affirmant que Maïeutiste accouche là d'un monstre imprévisible, indomptable et assoiffé de sang mais particulièrement intelligent, sachant s’affranchir des écueils inhérents à la fois au black metal et au métissage des genres lorsqu’il est poussé à bout comme c’est le cas ici. En résulte une oeuvre théâtrale où le black metal règne malgré tout en maître et dont les actes peuvent être chacun pris à part, ils ont tous une histoire terrifiante à raconter. Une coopération avec les Acteurs de l'Ombre que j'espère fructueuse, il le serait pénible de devoir attendre 8 nouvelles années pour un successeur à ce premier méfait ô combien prometteur témoignant déjà d'une très forte personnalité.
Blandine est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h12.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013