Barús S/t _ EP_ Reviews - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 07/11/2015, 02h36   #1
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut Barús S/t _ EP_ Reviews

Metal Impact

http://www.metal-impact.com/index.ph...ontent&id=6096

(4/5)
""Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt."

Matthieu, 23:4

Citons la bible, car nous avons besoin de miracles. J'en plaisante, mais à moitié, vu la situation globale. Mais je pourrais très bien appliquer cette déduction à mon propre cas, et d'une manière assez pragmatique. Je l'ai déjà dit, je le répète, je ne suis pas fan de Death Metal. Pas franchement réfractaire non plus, mais pour être honnête, lorsque vient le moment de soigner une chronique aux petits oignons, je délaisse soigneusement tous les groupes estampillés "héritage floridien". C'est ainsi.
Alors en ce jour terne, lorsque j'ai parcouru les mails de demande de review reçus de notre cher webmaster, j'aurais pu/du occulter celui de BARUS. Mais je ne sais pas pourquoi, je l'ai quand même lu, et j'ai décidé d'écouter leur EP. Qui avait à la base, tout pour ne pas finir dans mes filets. Et finalement, j'ai bien fait. Parce que cet EP est bon, très bon même.

BARUS, pour situer un peu les débats nous vient de Grenoble, et joue évidemment du Death Metal. Selon leur courte bio, leur musique "exprime un fardeau, une lourdeur, au caractère oppressant, lancinant, monolithique et omniprésent". Et si les accroches "promotionnelles" ressemblent souvent à une accumulation d'épithètes dignes d'une hagiographie, il faut reconnaître que dans le cas des grenoblois, la description est très honnête et fidèle. Car leur musique - qui tire indéniablement son inspiration des codes du Death Metal - est en effet lourde, oppressante, compacte, mais aussi terriblement puissante et même hypnotique. Et si les vingt et quelques minutes passées en leur compagnie ne m'ont pas redonné foi en la vie, les fleurs et les petits oiseaux, elles m'ont en tout cas convaincu de leur potentiel qui me semble assez important.

Quatre titres, c'est peu. Un EP ayant en effet les avantages de ses inconvénients, il faut frapper fort, vite, et convaincre. Pas le temps de finasser, il faut laisser une emprunte durable dans la mémoire des gens pour qu'ils aient par la suite envie d'en entendre plus, d'en voir plus, et de suivre votre carrière. BARUS est resté fidèle à sa ligne de conduite. Adapter un Death old school à des standards modernes, sans trahir l'esprit originel. Et par moments, l'alchimie fonctionne si bien qu'on a le sentiment d'écouter du AUTOPSY repris par MESHUGGAH. Le ton est donné avec "Disillusions", (riff à la Fredrik Thordendal, arythmie, climat oppressant, chant grondant et sourd), qui multiplie les pistes, plombe, dérive vers le progressif, revient vers la brutalité maîtrisée, et disons le, "dépressive", avant de s'évader dans des hauteurs mélodiques embrumées à la DEATH. Créatif, carré, osé, banco.

Dans un genre radicalement différent, le final "Cherub" ne fait aucun cas d'une progression quelconque, et s'appuie pendant presque sept minutes sur la même structure, le même riff, le même tempo (à une variation médium près). Mais loin d'être soporifique, il créé une récurrence malsaine qui appuie sur les tempes, et fascine en se déguisant en CELTIC FROST des temps modernes, manteau glacé et glaçant et litanie lancinante et morbide en guise d'oripeaux. Et le tout sans plagier. Pas facile.

Je laisse aux auditeurs potentiels le soin de découvrir les deux autres pièces de cette première livraison, car il faut quand même garder une part de surprise pour vous donner envie d'en savoir plus. Mais sachez que loin de se contenter de réciter une leçon apprise il y a longtemps, K, J, M, R et A (non, je ne joue pas au "Mot le plus long", ce sont les noms des musiciens) accommodent la poudre à leur canon, et la font bien parler.

Un grain de sable face à l'immensité ? C'est ce que nous sommes en effet. le tout est de l'accepter. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 07/11/2015 à 03h00.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 07/11/2015, 02h38   #2
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Ravage Cérébral _ FR

http://ravage-cerebral.blogspot.fr/2...coute.html?m=1

BARÚS : PREMIER EP DISPONIBLE EN ÉCOUTE INTÉGRALE


" Barús vient de Grenoble et fait du death metal. Mais attention, pas du death petit bras, linéaire et sans contours. Pour leur premier EP éponyme, ces français frappent fort avec quatre morceaux superbement conçus, modelés dans les moindres détails et travaillés jusqu'à l'os. La batterie vrombit, la basse est cinglante, les deux guitares rugissent à l'unisson et on se laisse happer par une voix maniaco-dépressive et parfois mélodique qui enfonce bien le clou. Bref, cet EP un bijou de technicité et de créativité chaudement recommandé. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 07/11/2015, 22h01   #3
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Blackened Death Metal Zine _ FR

http://bringerofdeathzine.blogspot.f...ep-review.html

Barús/Self titled/2015 EP Review

"Barus are a band from France that plays a blackened form of death metal with elements of doom and post metal and this is a review of their self titled and self released 2015 ep.

A very progressive and brutal death metal sound starts off the ep along with some elements of post metal and blast beats which also leads yp to growls and screams becoming a huge part of the recording an d you can also hear a decent amount of melody in the guitar riffing and the songs also bring in a great mixture of slow, mid paced and fast parts.

When solos and leads are utilized they bring even more of a melodic and prog metal sound to the bands musical style and the music can also be very atmospheric at times and you can also hear a small amount of spoken word parts in some of the songs and as the ep progresses clean playing can be heard in certain sections of the recording along with a small amount of melodic vocals and all of the musical instruments have a very powerful sound to them.

Barus takes a progressive style of death metal and mixes it with black, doom and post metal to create a sound of their own, the production sounds very professional for being a self released recording while the lyrics cover philosophical themes.

In my opinion Barus are a very great sounding mixture of black, death, doom, prog and post metal and if you are a fan of those musical genres, you should check out this band. RECOMMENDED TRACKS INCLUDE "Tarot" and "Cherub". "

8 out of 10.
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 07/11/2015, 22h27   #4
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal Franche Comté _ FR

http://www.metal-franche-comte.info/barus-barus-ep/

"Posted By: hieronymus 0 Comment

Groupe grenoblois dont 2 des membres jouent aussi dans Maïeutiste, Barús sort son premier EP.

Barus_Cover_NetChez Barús, on aime la lourdeur du Death Metal, la noirceur du Black Metal, la mélancolie du Doom et tout ça mélangé, ça donne un premier EP fort convaincant. Un gros point fort, la section Basse/Batterie (bon surtout la batterie mais en tant qu’ancien bassiste, je considère que l’un ne va pas sans l’autre !) donne un certain groove aux compos, une singularité, avec un petit coté Gojira d’ailleurs, qui leur permettra je pense de se différencier des autres groupes.

Le titre “Chalice”, avec une atmosphère ritualiste, sombre, où de nombreux types de voix (Parlé, Chœur, Hurlé) se mélangent, est une petite pépite.

Allez si on devait chercher des groupes pour comparer, on pourrait aller vers Bölzer, Behemoth, Temple of Baal (d’ailleurs “Tarot” m’a fait penser à l’album “Traitors to Makind”, la voix surtout m’a rappelé ce bon musicos qu’est Amduscias), …

Espérons que ce Ep aura le droit à une sortie physique, en vinyl se serait parfait, avis aux labels ! "

www.barus.bandcamp.com
www.facebook.com/barusband
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 07/11/2015, 23h21   #5
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

French Metal
http://www.french-metal.com/chroniqu...l#.Vd9t1fntmkp

"

Le groupe
Biographie :

Barús évoque la lourdeur, le fardeau. Il tente de révéler à travers la musique un état : celui d’un grain de sable face à l’immensité, la mise en doute de toute chose, la sensation de mort. Barús joue du death metal. Le groupe grenoblois est composé de : K (chant), J (guitare), M (guitare), R (basse) et A (batterie), et sort son premier EP en Mars 2015.
Discographie :

2015 : "Barús" (EP)


La chronique


Barús est un groupe grenoblois fraîchement formé qui nous délivre déjà un premier EP éponyme, 5 morceaux pour 23 minutes d'un death metal glauque et pesant.

Si la musique du groupe a effectivement les pieds solidement ancrés dans le death, il n'empêche que certaines dissonances ou ambiances flirtent avec le black metal, en particulier avec la mouvance dite orthodoxe. Mais c'est bien la lourdeur du death voire même du doom qui domine ici, les riffs rampants et les growls profonds dominent clairement ces 4 titres. Quelques blasts débarquent de temps en temps apportant une folie supplémentaire, un soupçon de chaos en plus dans un univers qui n'est déjà pas franchement accueillant. Barús vous veut du mal, son but est de broyer ce qu'il vous reste de santé mentale, de vous écraser sous une chape de plomb, et je dois dire que l'exercice est réussi ! Et comme si ça en suffisait pas le groupe s'amuse en plus avec quelques parties déstructurées comme sur "Tarot" ou "Disillusions", histoire de nous perdre encore un peu plus dans ce dédale poisseux. Quelques voix claires viennent même semer le trouble et calmer le jeu quelques secondes, avant que le groupe ne revienne à la charge avec encore plus de fureur. "Chalice" débute quasiment comme du doom, tempo lent, guitares énormes et grasses, dissonances en fond, des textes déclamés plus que chantés ou growlés, bref une fois de plus c'est la fête.

C'est d'ailleurs un des nombreux bons points de cet EP, malgré sa durée relativement courte, il arrive quand même à nous surprendre, à nous tendre des pièges dans lesquels on tombe joyeusement. Techniquement, ces gars-là ne sont clairement pas des manches, ils jonglent avec différents univers, différentes structures et retombent tranquillement sur leurs pattes. Globalement, la musique de Barús donne une impression de chaos contrôlé, on a systématiquement l'impression que ça va partir en vrille mais le groupe sait où il va. Ce n'est pas aussi évident pour celui qui aura le malheur d'avoir laissé traîner ses oreilles par ici, le groupe nous bouscule du début à la fin et fait tout pour qu'on ne sache plus où l'on est. Ces quatre morceaux sont à la fois pesants, gras, glauques voire même hypnotiques, comme ce "drink it" répété tel un mantra à la fin de "Chalice". Pour ce qui est de la production elle est énorme, les guitares sont grasses et puissantes et c'est au final un son en fusion qui vous coule dans les oreilles.

Une première réalisation prometteuse qui nous fait nous dire que 23 minutes c'est trop court et qu'on en veut encore plus, sur un futur premier album peut-être. En attendant, rien ne vous empêche de vous plonger dans ces 4 morceaux, vos tympans vous remercieront.


Murderworks
Mai 2015


Conclusion
Note : 16/20

L'interview : James

Le site officiel : www.barusband.com
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2015, 00h08   #6
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Scholomance Webzine

http://www.scholomance-webzine.com/2...s-ep-2015.html

Chronique | Barús - Barús (EP - 2015)

Barús - Barús (EP - 2015)

Tracklist :

1. Tarot 5:24
2. Disillusions 5:27
3. Chalice 5:41
4. Cherub 6:38

" Nombreux sont les projets de qualité qui ne se voient pas accorder la reconnaissance qu’ils méritent. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre des amateurs du grand M. s’étonner – et à juste titre – que telle ou telle formation ne décolle pas, alors que ses productions apportent à la scène locale une véritable bouffée d’air frais. Nous espérons que ce sentiment finisse par vous habiter en découvrant le groupe dont il est aujourd’hui question : Barús.

Cet énigmatique quintette grenoblois – dont deux membres officient également dans Maïeutiste – sortait son premier EP – éponyme de surcroît – le 9 mars dernier. βαρύς, un adjectif grec aux nombreuses significations et que l’on retrouve dans 6 versets du Nouveau Testament. A ce propos, la formation cite l’apôtre Matthieu :

Matthieu, 23. 4 :

« Ils [les scribes et les pharisiens] lient les fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt ».

βαρύς, c’est le terme qui a été traduit par « pesant » dans les traductions françaises du texte saint. En décryptant le sens du nom de la formation, nous semblons en apercevoir le but, son mot d’ordre. Cette pesanteur énoncée se retrouve d’ailleurs jusque dans la pochette de l’EP, dont l’imposante colonne ne manque pas de nous décontenancer. Un travail mené par la main de maître d’Alexander Brown, que vous connaissez sûrement pour ses collaborations avec le duo suisse de Black Death Metal Bölzer. Chargé de sens et illustré avec brio, cet EP semble à première vue posséder tous les atouts pour séduire les curieux mélomanes que nous sommes.

Si les membres de βαρύς affirment évoluer en tant que groupe de Death Metal, nous n’avons pas ici affaire à une énième formation purement inspirée de la vague suédoise, ou – plus rare en nos contrées – de la scène floridienne. Ceux qui espèrent trouver ici un cousin germain d’Unleashed ou d’Obituary peuvent passer leur chemin. Ceux qui, au contraire, aiment à s’éloigner des formations conventionnelles, seront sûrement ravis.

D’un point de vue rythmique, il est indéniable que Meshuggah a un certain impact sur de nombreuses structures développées par le groupe. Aux suédois, Barús empreinte ce goût pour la lourdeur. Ainsi, l’introduction de « Chalice » n’est pas sans rappeler celle de « I am Colossus », à cette différence près que nos grenoblois ont fait le choix d’un accordage plus grave. Nous retrouverons également chez Barús un penchant pour la polyrythmie, dont les suédois sont friands. Mais si l’on pourrait reprocher aux compositions de ces derniers de rester foncièrement rythmiques, ce « défaut » n’est pas présent chez Barús. Le quintette français nous le prouve d’ailleurs dès l’ouverture de l’EP avec « Tarot », où de simples parties mélodiques viennent ajouter au tout une dimension hypnotique des plus intéressantes.

Si nous devions vulgariser la recette de Barús, c’est sans doute cet alliage qui nous viendrait à l’esprit, celui de rythmes oppressants agrémentés d’aigus oniriques. Cet intelligent dosage transforme chaque écoute en une expérience mystique. Une expérience pleine de surprises, où l’on découvre par deux fois des passages acoustiques, dont celui de « Chalice » est enrichit par les grondements d’une basse légèrement distordue. Ce morceau, nous le voyons comme la pierre angulaire de l’EP. Dans la deuxième partie de ce titre, Barús atteint le sommet de son art. L’utilisation et la superposition des différentes voix – qu’elles soient propres au Death Metal ou bien plus claires –, permettent d’atteindre ce degré de transcendance dont nous parlions, alors qu’elles se rejoignent dans la répétition collégiale et religieuse d’un séduisant leitmotiv : « Drink It ».

Avec cette première production, Barús réussit le pari d’être en accord tant bien sur le fond que sur la forme. Le travail et le traitement du son transmettent bien la volonté de lourdeur affirmée par la formation. Dans la coupe liturgique qui nous est ici tendue, Barús a versé une liqueur enchanteresse, un adorable poison ; il ne nous reste plus qu’à espérer que le prochain breuvage soit mortel. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2015, 00h26   #7
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal Dreams

http://metaldream.soforums.com/t2917...-Titled-EP.htm

Styles Death Metal /Doom/Back


Line up actuel

k. Chant

J. Guitare

M. Guitare

R. basse

A. batterie


" Grenoble la ville du grind.. euh pardon ,il y a aussi d’autres groupes qui balance la sauce dans d’autres styles. Barùs fait dans le death, bon ,le terme est très réducteur cette fois ci ,car leur musique est bien plus complexe que cela.
Déjà ,à la première écoute, ce qui me saute aux oreilles c’est le chant complètement barré (comme la musique), et qui donne une sacré touche d’originalité a cet Ep savamment addictif pour plusieurs raisons.

Les compos me font penser à Atrocity et son album « todessehnschut » à certains moments, ce qui est un point positif dans ma bouche car je suis totalement fou de ce skeud. Ensuite, pour revenir à ce chant a multiples niveaux « disillusions »,et a son originalité probante, je ne peux que tomber sous le charme de cette folie débridé.
Les quatre morceaux sont purement et simplement jouissif car les horizons ne sont pas cloisonnés dans la musique de Barùs et une multitudes de plans « metal » résonnent dans les compos.

L’originalité c’est ça aussi : Oser !!
Le groupe ose et assume ses compos débridés qui prennent le meilleurs de plusieurs styles afin de tout mixer et d’en faire des entités unique.
« chalice « et sa lourdeur débutante qui fait qu’on se demande ce qu’il va nous arriver avant la fin du morceau… il émane un sentiment oppressant de « chalice » , sublimé par ce chant énormissime et inquiétant.

Si je m’attendais à entendre un Ep de cette qualité, je n’aurais pas mis une semaine avant de me jeter dessus, car putain quelle richesse et quelle belle impression je ressens à parcourir et à découvrir les plans imprévus de Barùs.
Un album plutôt impossible à décrire en profondeur, alors ,oui ! , le terme de death est trop réducteur pour une fois, même si il n’est pas usurpé, Barùs vise bien plus fort et bien plus haut qu’une simple musique qui se cantonne à suivre les chemins pré-dessinés qui se profilent devant eux. Ils vont au-delà de ce qu’on peut attendre et ils ont bien raison car la qualité de compo et l’originalité sont belle et bien présente, dans ce qui est une superbe putain de grosse découverte à écouter d’urgence !! Le pied durant 21 minutes !!!!! "


Tracklist :

1. Tarot (5’24)

2. Disillusions (5’37)

3. Chalice (5’41)

4. Cherub (6’38)

__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2015, 00h58   #8
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Wonderbox Metal _ UK

https://wonderboxmetal.wordpress.com...-barus-review/


"
Barús – Barús (Review)
May 25, 2015 by wonderboxmetal

BarusBarús are a Progressive Death Metal band from France and this is their début EP.

The music that Barús play is complex and unforgiving. This is not music for the weak.

The band’s take on Death Metal is one that combines the Technical and Progressive Death Metal sub-genres into something pretty special. There are even some hints at Post-Metal and Black Metal here and there.

The songs evoke complex reinterpretations of bands such as Gorguts, Morbid Angel, Mithras, Nile, Akercocke, etc. – bands that are not content to be constrained by the norm and reach for greater and higher. Barús now join their hallowed ranks.

The dense guitar riffs seem to layer on top of themselves and Barús’ music seems to have levels upon levels of extremity to hide itself in. For all of this though they are also aware that sometimes simpler is better, but even here there’s usually a lot going on.

Sometimes twisted melodies appear to float up out of the chaos to bring an otherworldly element to their already esoteric sound. A great deal of variation exists across these 4 tracks and each song is both self-contained and part of a greater whole.

The vocals are predominantly deep grunts but a whole load of other vocalisations are used too, from semi-clean moans to spoken word to chants and everything in between, including, briefly, actual singing.

I love it when you find a band like Barús who are willing and able to take the standard Death Metal template and experiment with it until it’s mutated into their own personal view of the genre. This EP has a personality and style of its own and these songs are involving and engaging from start.

An extremely promising beginning for Barús. This EP is a strong start to their existence and if they manage to keep up the quality levels then their début album will be fantastic. Here’s hoping."
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 08/11/2015 à 01h53.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2015, 22h22   #9
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal trenches _

http://metaltrenches.com/reviews/form-voltron-51

de Voltron
"Ever wonder what would happen if Meshuggah and Nero di Marte had a baby? Just me? Well the answer to my personal fan fiction is Barús. Throw in a dash of Triptykon and perhaps even a touch of Living Sacrifice's The Hammering Process and you have yourself a recipe for some truly unique progressive death metal. Between the pulsating riffs and unusual melodies, these 4 songs are surely but a taste of what is to come from a promising future.

Let me take a moment to explain the previous references. The riffs of Barús have the same crunchy, groovy qualities known well to Meshuggah. Furthermore, there is an almost industrial quality to certain rhythms. But when this technical drumming joins with the murky, isolated atmosphere; the end result brought to mind Living Sacrifice more than once. Tom G. Warrior could have also made a home in this “Temple of Depression.” Barús keep compositions moving through this aesthetic with tons of hooks that ebb and flow with nary a hiccup to be found. The hauntingly dark patchwork of doomy, post-metal riffs, particularly on “Cherub,” scream Nero di Marte; but it's the way that the drawn-out clean vocals waver on atypical melodies that first brought the comparison to mind.

"But, Flight," you're undoubtedly saying to your screen, "Why should I bother with something that is already done by existing bands?" Well, Dave, let me put it this way. The 9000 series is the most reliable computer ever made. No 9000 computer has ever made a mistake or distorted information. We are all, by any practical definition of the words, foolproof and incapable of error. Sci fi nerd jokes aside, Barús have a sound all their own. Barús is Voltran. It's the death metal Megazord.

When the elements align, the end result is an entirely different beast. Ever had Ben & Jerry's “Half Baked?” If so, I dare you to tell me that eating regular old cookie dough or brownie ice cream is still just as satisfying.

Take, for instance, the core riff of “Tarot.” It certainly has familiar qualities, but both the structure and production lead to something that is still quite fresh. When my iPod is on shuffle, it's something I will hear and immediately say, “f!@# yeah! Barús!” The later portions of “Chalice” also seem to infuse Enslaved's Monumension into Nothing with an outcome that should be a bloody mess...but isn't. Quite to the contrary, it's genius.

On a final note, I'm a frugal person by nature. If I'm going to buy music, I want to know that I'm not buying a carbon copy of something I already own. So take it as high praise that I have listened to most of these bands for over a decade and still had to have this EP.

I implore you to check this out on bandcamp ASAP. As an added incentive, it's a Name Your Price release. Sure, you could download it for free, but I'm sure you could spare at least a dollar or two for some killer progressive metal."
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/11/2015, 22h56   #10
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

No Clean Singing _
http://www.nocleansinging.com/2015/0...t-barus-barus/

SHORT BUT SWEET: BARÚS — “BARÚS”
by Andy Synn


"Ladies and gentlemen, I need you to stop whatever you’re doing and listen to this. This deserves your complete attention. All of it. There will be no exceptions.

Are you listening yet? Good.

Welding the mutated megaton guitar heft of Meshuggah at their slowest and heaviest to a heaving undercurrent of soul-crushing Doom and touches of the sort of hypnotic, almost ritualistic, atmosphere that would make your average occult-obsessed Black Metal band turn green(er) with envy, French Death Metal types Barús have managed to create something with their debut EP that simultaneously embraces and defies convention – something utterly dense and uncompromising, yet surprisingly progressive and introspective in nature.



There’s shades of Nero di Marte and Ion Dissonance in the scuttling, clackering clatter that opens “Tarot” – without being derivative of either – before it slowly transforms into a stuttering, staggering wrecking ball of unstoppable power and momentum, its sinewy riffs bending and flexing in all the right/wrong places beneath a choking miasma of grim atmosphere and raw, guttural vocals.

The juddering crunch of “Disillusions” marries twitching, anxiety-inducing chuggery and complex, enigmatic drum work to a mid-song interlude of gloomy melodic clarity, all patient, proggy ambience and slow-burning clean vocals that eventually collapses under the sheer weight of intense, oppressive Prog-Death which follows.

Though it’s hard to pick a stand-out track on an EP of this quality – there’s nary a wasted moment or misstep to be found on any of the four tracks – my pick for my personal favourite goes with the lead-lined, Triptykon-esque heaviness of “Chalice”, whose monstrous, dirge-like opening lands the song somewhere in the desolate wasteland between Doom and Black Metal, before the track splits open like one of the hideous mutated horrors from The Thing (ask your parents) into a twisted orgy of skittering, multi-limbed riffage and howling, anguished vocals.

A momentary pause in the crippling intensity comes in the shape of the song’s eerie, discomforting, ambient mid-section – abject dissolution staved off by a single grumbling, skin-crawling bass-line — before the song erupts in its contorted, convulsive death throes, aided and abetted by an almost nauseatingly hypnotic final mantra.

The misleadingly named “Cherub” brings the EP to a close, the grim, bone-grinding discordance of its opening bars eventually giving way to a dizzyingly frantic bombardment of twisted, pseudo-thrash riffage and skulking, electrified grooves – somewhat reminiscent of Ulcerate yet delivered with an altogether more focussed sense of malice – over the top of which a baying, bestial cacophony of bellowing, barking vocals swarms and harries, before the track finally breaks down and sinks back into the brooding, dissonant quagmire from whence it came



Simply put it seems like it’s been a fantastic year for the humble EP up to now, and you can add Barús to the list alongside Sanzu’s Painless and Pyrrhon’s Growth Without End as one of the absolute best of the best released in 2015. "



EDITOR’S NOTE: The artwork featured in this post, which is fantastic, was created for the band by the very talented Alexander Brown (https://www.facebook.com/BNB888).

https://barus.bandcamp.com/releases
https://www.facebook.com/barusband
http://www.barusband.com
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h13.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013