Barús S/t _ EP_ Reviews - Page 2 - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 08/11/2015, 23h30   #11
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Heavy Sound _ FR

http://heavysound.kazeo.com/chroniqu...,a6816330.html

Barús - Barús
Autoproduction
Style : Death Metal
Origine : France
Sortie : 2015
Site Web : www.facebook.com/barusband
Barús _ Barús


01. Tarot / 02. Disillusions / 03. Chalice / 04. Cherub

Parlons aujourd'hui de musique française, puisque je m'intéresse à Barús, groupe formé en 2015 à Grenoble, et qui partage pour nos oreilles les joyeusetés putrides d'un Death Metal bien de chez nous. Leur premier EP ne se sera pas fait attendre, et c'est donc cette galette éponyme qui va nous intéresser (vous pouvez l'écouter en intégralité, ou le télécharger, sur le bandcamp du groupe ).

Je lance donc l'album, intrigué, et là... ben c'est parfait. On entre tout de suite dans le vif du sujet : des mélodies dissonantes, sans aucune limite, liberté de composition totale, doublées d'un chant caverneux qui, bien que peu original et légèrement linéaire, convient parfaitement à la musique du groupe, on en demande pas forcément plus. Mais le principal intérêt de la musique de Barús, c'est bien sûr ces riffs qui noient technicité et groove dans un océan de tritons et autres riffs malsains et glauques pour un résultat parfois expérimental et hautement efficace, qui distillent le tout avec une ambiance encore plus noire et une lourdeur omniprésente, ce qui nous donne au final un Death Metal qui se démarque pas mal et qui est vraiment très agréable à l'oreille.

Autre bon point que l'on peut constater dès le premier morceau : le groupe n'abuse pas de blast beats. La batterie n'en est pas moins efficace puisqu'elle renforce la puissance des morceaux de manière magistrale, avec des rythmes plus ou moins simples, enrichissants le côté groovy et amplifiants parfaitement la « personnalité » des riffs. Le deuxième morceau est ouvert avec un riff plus influencé Deathcore, avec une ligne de batterie sautillante réellement jouissive, un chant écorché pur, agrémenté d'ajouts de paroles prononcées d'un ton morne et mystérieux, nous plongeant totalement dans l'esprit de la musique. Après un court pont, l'énergie reprend doucement du terrain avec du chant clair qui, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ne casse pas le rythme, ni l'atmosphère.

Le morceau repart (pour de bon cette fois ) très vite, avec une mélodie destructrice et des tourbillons de syncopes, le batteur, là encore, se défoulant magistralement pour le plaisir de nos tympans inquisiteurs. Le groupe continue dans les expérimentations d'éléments Deathcore sur le morceau suivant avec cette introduction aux basses pesantes et au riff assez, voire trop, classique mais qui instaure tout de même une bonne atmosphère, annonçant un morceau lourd et sans concessions, avec une montée de la pression qui aboutit sur des mélodies mid-tempos assez influencées Death Metal old school.

Là encore, les rythmes syncopés sont de la partie, et on retrouve également un autre pont, cette fois plus angoissant, avec une basse assez présente. La montée en puissance est assez brutale, mais en découle un passage intense et fort, plein de violence et de colère. Le final est sublime, rempli à ras-bord de rage et de démesure, juste parfait pour achever un excellent morceau. Pour le dernier morceau qui est, à mes yeux, le meilleur, de part son côté plus émotionnel, plus varié, et comme on va le voir, plus Black, et moi j'aime ça, on part sur un morceau de Doom/Death old school, sombre, désespéré, glauque, basculant vers le... Vous avez deviné... Le désespoir est ici mêlé à une violence infernale et à une lenteur agressive...

Pas pour longtemps, puisque le morceau s'accélère d'un coup, mettant ici les influences Black bien en avant, avec un peu plus de blast beats et un son de guitare froid, tout droit venu de Finlande, Norvège, ou autre pays au climat pas très hawaïen. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que pour une aventure sur les terres étrangères du Black, c'est très réussi : c'est haineux, assassin, glacial, bref, tous les codes qui font le Black pur et classique sont maîtrisés à la perfection, sans pour autant abandonner le Death, avec un tempo changeant régulièrement, entre le rapide et le lent.

Pour conclure, malgré parfois quelques structures de morceaux un peu maladroites et deux, trois autres défauts mineurs, nous avons là un EXCELLENT premier essai. Propre, carré, efficace. Et j'ai beaucoup aimé le batteur, je pense que ça s'est vu (cela dit, tous les musiciens sont bons, et bravo à eux pour leur travail, notamment au niveau des riffs, qui sont « tissés » de manière fine et habile, et, il faut le dire, hyper chiadés). Que dire, à part souhaiter une bonne continuation à Barús ? A noter qu'une sortie physique devrait voir le jour fin 2015. "

Note 8/10
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/11/2015, 00h01   #12
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Soil Chronicles _ Fr

http://www.soilchronicles.fr/chroniques/barus-barus

Chronique de Metalfreak

"Barùs, groupe Grenoblois fondé cette année sur les cendres de Project Jim, nous sort déjà son premier EP de quatre titres pour 23 minutes d’un death metal progressif, légèrement teinté de black, mais d’une grande richesse !
Formé autour de K (alias Keithan) également bassiste chez Cainan Dawn et guitariste / chanteur chez Maïeutiste, J (ou Eihvihnrüdpour les intimes) qu’on peut entendre également en tant que guitariste chez Maïeutiste et bassiste chez Wolflust, M (Marco) aux guitares, A à la batterie et R (Rémi) à la basse, le quintet peut se targuer d’être déjà bien aguerri pour nous pondre quatre titres qui passent à vitesse grand V et qui font un bien fou par où ils passent.

Grosso modo, comme ça, l’air de rien, on pourrait affirmer que le groupe nous sort un bon compromis entre Meshuggah, Gojira et d’autres groupes plus expérimentaux comme peuvent l’être des Triptykon ou Enslaved.
Rien que ça !
Et il n’y a pas d’exagération dans ces propos : Barùs semble effectivement être la réponse hexagonale à ces groupes.
« Seulement » quatre titres certes, mais alors d’une richesse et d’une profondeur abyssale.
Avec un groove de tous les instants, sur un chant caverneux au possible, des rythmiques pesantes et des riffs accordés très bas, la recette de ces cinq Grenoblois fait mouche pour tout amateur de métal extrême !
Glauque au possible, le death metal progressif de Barùs emprunte énormément au black et au doom metal : au black metal par rapport aux nombres incalculables de dissonances propres au genre et au doom par la lourdeur de l’ensemble, malgré une majorité de rythmes totalement déstructurés comme peuvent nous en abreuver les Gojira ou Meshuggah à longueur d’album.
Ambiances morbides en veux-tu en voilà (l’impressionnant « Chalice » et sa première partie en vocaux parlés façon « At war with Satan » de Venom sur fond de riffs doom), rythmiques lancinantes, accélérations brutales mais contrôlées, et surtout, surtout, cette capacité qu’a le groupe à nous prendre à contrepied assez régulièrement par des breaks à nous mettre la nuque en vrac.

En cela, Barùus est une excellente surprise : j’avoue qu’ils ont réussi à me surprendre.
Déjà parce qu’à la base, je ne suis pas le plus grand amateur de ce style de musique, mais là il faut bien reconnaître que Barùs se démarque d’autres formations du genre de par sa capacité à rendre facile d’accès une musique complexe pour peu qu’on arrive à entrer dans leur univers.
La musique de Barùs se doit d’être écoutée plusieurs fois pour bien s’imprégner de toute cette foultitude de petits détails qu’on se surprend à découvrir après plusieurs écoutes simultanées.
En quatre titres tournant autour des 5-6 minutes, Barùs réussit l’exploit de montrer une grande partie de son potentiel avec une marge de progression encore bien grande : on en vient à espérer un album full length bien vite afin de se rendre mieux compte de toute la richesse de leur univers.

Difficile de sortir un titre par rapport à un autre : les quatre morceaux sont autant de singletons formant un tout indissociable, d’une complexité aussi grande que la cohésion qu’il en découle, le tout grâce à une technique des musiciens sans faille.

A se délecter d’urgence et sans modération ! "

Tracklist :

1. Tarot (5:24)
2. Disillusions (5:27)
3. Chalice (5:41)
4. Cherub (6:38)

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Facebook : http://www.facebook.com/barusband
BandCamp : http://barus.bandcamp.com/
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 09/11/2015 à 00h04.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/11/2015, 00h17   #13
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Metal Reviews _ Germany

http://www.metalreviews.com/reviews/album/9224

Reviewed by Goat

" Take it from me; French five-piece Barús are a name to remember in the death metal sphere, on the basis of nothing more than this, their debut self-released EP. Most of the band have experience in various obscure other bands like Cainan Dawn and Project Jim, and you can tell, because this definitely isn't music made by beginners. Barús' Bandcamp page simply states that “Barús plays Death Metal”, and indeed they do, but this is actually quite original for the genre in 2015, something like a combination of Meshuggah and Triptykon, with the heaviness and technicality of one and the grim atmospheric punch of the other. Yet there's also something of the desperate sensuality of Akercocke and their descendant bands, the despairing growls and yearning clean singing, and even prog-tinged riffing, that takes Barús from being very good to something near transcendent.

Opening blast Tarot is the heaviest track present, chaotic and almost grinding before finding structure, turning groovier as it progresses without losing that initial darkness. The hysterical air only grows and grows, turning truly heart-rending towards the end as the lead guitar takes on an almost blackened role behind the upfront heaviness, ending in a technical groovedown – terrific stuff, all. The following Disillusions is possibly even better, opening in a cascade of tech riffage a la Meshuggah, soon turning atmospheric with terrifically spooky spoken vocals and even clean singing, darker and more Akercockeian as the singing turns to snarling and the riffs mount up. Barús are fond of Meshuggah-y technical breakdowns, and it's to their credit that they fit in well with the surrounding moments, even continuing the groovy riffs beneath the atmospheric chaos to great effect towards the end of this track.

Chalice begins in classic 'Shuggah-y fashion, churning riffs with a Barús touch in the Biblical-seeming voiceover that grows heavier as before, but with a proggy interlude for an almost old Opeth-y strummed melody, before turning to full evil-priest mode with repeated exhortations to 'drink it'. After that, the doomy opening to Cherub is a welcome change of pace, the band proving they can handle dynamics well, even with a turn for the speedy and heavy shortly after. There are some rough spots to smooth out, in songwriting and in overall effectiveness. But all in all, this is a terrific first release from a band that I hope to hear much more from. You can hear the entire EP on a 'pay what you want' basis from the Bandcamp link above. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/11/2015, 00h57   #14
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Sputnik Music _ Ru
http://www.sputnikmusic.com/soundoff.php?albumid=187611

"Quite an interesting proposal on behalf of Barus here; Meshuggah's atonal metal gets together with black/blast-beat death/sludge metal, whereas even dubstep style metal has been introduced to the party ("Chalice" brought Burial's "Spaceape" track into mind). The vocal work is beastly and truly adds up to the arrangements, which need a few more nudges, in order to bring the band in front of a truly distinct style.
Favorite track: Tarot. Stream/"name your price"

download: http://barus.bandcamp.com/album/bar-s-ep "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/11/2015, 01h00   #15
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Rate Your Music _ USA
http://rateyourmusic.com/release/ep/barus/barus/

de Nebs, Note : 3.5/5

"Meshuggah-influenced proggy death metal with staccato rhythms, some odd meters and proper big RIFFS. I hesitate to use the word 'djent' (blegh) since it brings to mind, rightly or wrongly, ugly sterile production and horrid Linkin Park-esque choruses.

This has a decent, gritty production job that's fairly raw but not so much so that any of the instruments are lost in the mix.

The music itself is consistently good, mostly peddling in groovy, head-nodding riff patterns, with a couple of clean sections - these were also quite good and broke up the tracks a little bit. The variety in tempos helps as well, mostly typified in closer 'Cherub', which starts and ends in a doomy crawl with various fast-paced section sandwitched in the middle.

The frontman's death-growls/roars sound a bit crazed which I quite like in my extreme metal vocalists, but I was less convinced by some of the clean vocals or the spoken part in the opening of 'Chalice.' It gets a bit silly at the end too.

Quite a nice little EP then, and possibly a name to watch in the future. If they can reign in the more hammy vocals they might be on to something. I think fans of Gojira may well get something out of this. Since it's name your price it's worth a listen or two. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021

Dernière modification par Saltimbank021 ; 09/11/2015 à 01h34.
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/11/2015, 01h36   #16
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

In Extremis (fanzine papier - n°57) _ FR
Note : 4/5
Si en matière de death-metal j'apprécie surtout le son vieille école, parfois j'aime prendre des chemins de traverse. Pas trop non plus, faut que ça garde une certaine brutalité et une noirceur inhérente au style, mais c'est là qu'interviennent ces grenoblois. Car sur une base qui voit copuler le vieux Supuration et une tendance plus thrash moderne à la Meshuggah, le groupe parvient à insuffler sa part d'audace tout en la baignant sans cesse d'une aura mortifère.

L'ambiance que ça m'évoque serait plutôt ce moment flippant qui précède l'arrivée de l'énorme vague d'un tsunami, ce grondement marin qui annonce le déferlement destructeur qui annihilera toute trace de vie à des kilomètres à la ronde. Une leçon de savoir-faire qui commence sur "Tarot" et sa section rythmique tout en cassures et arythmies. La guitare prend des airs dissonants qui rappellent Voïvod, tandis que la voix opte d'abord pour un registre très classique et guttural. Le travail vocal en arrière-plan est super important aussi, dans un registre entre le démoniaque et le bestial, nul doute que ça amène ce qu'il faut de nuances pour ne pas gonfler.
Alors que "Disillusions" prend le relais, rapidement on se dit qu'ils vont explorer toujours plus loin leurs méandres mystérieux, déjà avec cette voix d'abord discrète qui amorce un clin d’œil au grand Mike Patton, sur une base rythmique toujours déstabilisante. Et puis surtout lorsque la voix part sur un chant clair en totale rupture avec ce qu'on est en droit d'attendre d'un groupe de death, n'empêche que ça fonctionne. Déjà parce que toute la force du groupe réside dans ce groove carrément mortel, et puis que couplé à toutes ces dissonances "guitaristiques" on se dit que c'est juste un pas logique de plus vers l'inconnu. "Chalice" est plus rampant, plus lent, avec des vocaux plus sombres, comme psalmodiés par une foule de fanatiques en procession nocturne à travers bois. Des vocaux qui donnent une couleur plus mystique au truc, pendant que le duo basse/batterie prend une allure de Leviathan titubant prêt à s'effondrer. Lourd, très lourd, avec la basse qui gronde à loisirs et ce coté quasi hypnotique qui enveloppe l'auditeur lorsqu'est répété jusqu'à l'abrutissement "drink it, drink it, drink it!". Si au fil des morceaux l'allure ralentit, sur le dernier (Cherub) ça paraissait évident que ça allait tutoyer du doom. Ce qui est effectivement le cas sur le début, mais un death/doom tout sauf statique qui n'hésite pas à partir
sur avec accélération épileptique avec guitares incontrôlables.

C'est là qu'intervient une partie de texte en français, et franchement ça rend super bien, une initiative à retenter dès que possible donc. Début ultra prometteur sans rien à jeter, mais qui requiert un minimum d'ouverture. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 09/11/2015, 01h44   #17
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

Ring Master Reviews _
https://ringmasterreviewintroduces.w...elf-titled-ep/

Barús – Self Titled EP
by RingMaster

" Let us introduce you to Barús, a death metal band from Grenoble in France. There is little more we can offer you about the band except from quoting their bio. “Barús evokes a weight, a burden. Through music, it reveals an introspective state of mind: A grain of sand lost in the vastness…A questioning of all things…Death.” What we can say is that their self-titled debut album is one potential swamped and seriously compelling proposition you should take a look at.

Sometimes you get an inner twinge of something special in the making when being introduced to a band or release and that certainly applies to Barús. Through four rigorously challenging and thickly satisfying tracks, band and release provide a journey through the darkest, hellish climates and depths. They are burdensome, uncompromising songs which are as fearsome as they are imaginative. Tracks which all the time lyrically and musically question thoughts, instincts, and the senses. The band has been labelled as progressive death metal and though you can sense why with the invention fuelling unique songs primarily Barús’ sound is a malevolent cauldron of death voracity with black malice and doom oppressiveness.

The release opens with Tarot and a chaotic tempest of intensity and energy driven ravenous sound. Everything is in rabid turmoil, only settling down a touch with the addition of the grievous tones of the vocals. In time as searing grooves entwine fierce riffs and rhythms, an order as such comes over the track whilst still flirting with a bedlamic soundscape of ideas and textures. Contrastingly the vocals grow more psychotic, emotionally tarred roars bellowing and stalking the senses as the guitars spin a jagged djent seeded violation and seduction through ears. The track is breath-taking, an energy sapping, body staggering onslaught and quite irresistible.

The following Disillusions is equally as tempestuous at heart and in presence but with a more restrained character initially, though that line is blurred with every predatory torrent of riffs and scything swing of rhythms. The listener soon finds itself in an aural coven, one lorded over by savage guitar enterprise and vocal malevolence, but also a landscape which perpetually wrong-foots and fascinates. A mellow embrace midway comes with great clean vocals but it is merely a demonic deceit, the track soon casting a spell of sonic voracity and emotional malefaction. Emulating the first track, it is an exhilarating trespass on the senses and psyche; the two alone making Barús a seriously potent proposition for extreme metallers to check out.

Chalice is simply a stalking of the listener and a continuation of the raw sorcery brewing in its predecessor. Spoken commands and chants swiftly evolve into a ruinous transgression, the music from an initial almost anthemic enticing exploding into a cancerous animus of noise and intent. Again though the band fluidly and impressively disorientates and spellbinds through the merger of extremes and contrasts, the collusion of vitriolic and melodic beauty. This is where those progressive tags are suggested, though Barús offer it in the most barbarous form possible.

The EP closes with Cherub; a doom laded crawl of an incitement which as you may suspect grows and blossoms into a viscerally sonic profanation of sound and air. Though not quite matching the previous three tracks in impact, the track just absorbs attention as it devours the soul to provide a final raw treat to fear and greedily embrace.

Barús have made a mouth-watering entrance upon the extreme metal landscape with their first EP, and if this is the sign of things to come, even without the natural evolution and maturity that assumedly will follow becoming involved, the French band is going to be a major favourite with a great many. "

The Barús EP is available now as a name your price download at the band’s Bandcamp profile.
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/12/2015, 16h42   #18
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Death Metal Advisor 8/8


http://deathmetaladvisor.blogspot.co...t-ep-2015.html




"Please don't tell what I'm and what I'm not"
This release is one of most unclassificable of all time, you can say that this is death metal, of course, but there are a lot of influences from Black Metal, Sludge, Deathcore, Post Metal and God knows what more. Barus are French, and French know very well how sound weired. Deathspell Omega, Blut Aus Nord, Gojira, Celeste are only the few names of a long list. Thier sound is quite close to Morbid Angel's Fatas Formula but with more modern influences. I'm really impressed about the brilliant song writing and the excellent sound quality. These guys deserve your attention. Killer release and in my opinion the best EP of the Year.

Band. Barus
Genre: Deathcore/Death Metal
Country: France
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/01/2016, 18h48   #19
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Decibel Mag

http://decibelmagazine.com/blog/2015...-up-emanations


Barús - EP

If their debut EP (called EP) is a representative indication, Barús are a technically complex death metal quintet that have every intention of destroying, erasing and improving your mental processes and teaching you a new meaning of lifelong pain. A misreading of the above sentence could mislead folks into believing that this is some sort of brootal tech djent... Fuck no! It's a wonderful palate cleanser in the company of the labels blacker leanings, and it totally slays.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 15/01/2016, 17h44   #20
Saltimbank021
hello world!
Staff des Acteurs de l'Ombre
 
Avatar de Saltimbank021
 
Date d'inscription: juillet 2009
Messages: 1 382
Par défaut

thy demons be scribblin

http://www.thydemonsbescribblin.com/...ile-of-priests
"
Barus – Emanations EP
(January/29/16)
Label; Les Acteurs De L'ombre Productions
(country of origin; France)
Labelled as simply 'death' (by some) this release sports literally a diverse mixture of styles combining to produce something sounding so much more complex and full of depth than any number of releases in the aforementioned genre. A definite blanket of doom envelopes this release incorporating clean vocals and blackened shrieks whispers of an Akercocke influence creep in to make itself obvious. Utterly macabre, dark and gothic in nature and I enjoyed every damn moment!
If this EP is a sign of things to come then fans should start lining up now. "
__________________
Saltimbank021
https://twitter.com/saltimbank021
Saltimbank021 est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h24.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013