Reviews/Interviews Aezh Morvarc’h - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 10/04/2015, 13h31   #1
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut Reviews/Interviews Aezh Morvarc’h

toiletovhell


http://www.toiletovhell.com/beneath-...om-emanations/


You may be familiar with Les Acteurs de l’Ombre Productions, the excellent underground French label that hosts The Great Old Ones. But are you aware that this underground label went even further underground to run limited releases of emerging black metal bands under the production name Emanations? The French have a phrase for this sort of trveness that I probably did but definitely did not make up just now: tres bord. Don’t look up the translation, take my word for it, and listen to these new albums.


It takes a lot of integrity to commit to underground metal, and Les Acteurs de l’Ombre does it in style. A quick browsing of their Bandcamp page shows the sort of quality they put out; album after album of dark, heavy, and ponderous (aka French) black metal await your ears. They decided to push that integrity one step further by establishing Emanations, a sort of sub-label to host smaller outputs of physical and digital releases from emerging bands. Today they released four excellent albums by bands I had never heard of/can’t pronounce. Granted, this sort of release won’t garner these bands instant fame, but man all of these albums are excellent and they need to see the grim light of the moon (not the light of day, you poser).


Aezh Morvarc’h creates a swirling atmosphere of dark, brooding black metal with an impressive tonal expanse and nasty, raspy vocals. Pick up a physical copy (if you like tapes) of Mare Humorum or the digital album here.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 27/04/2015, 22h38   #2
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Occult Black Metal Zine

http://occultblackmetalzine.blogspot...tions2015.html


Aezh Morvarc'h/Mare Humorum/Emanations/2015 Cassette Review

Aezh Morvar'ch are a band from France that plays a melodic form of black metal and this is a review of their 2015 cassette "Mare Humorum" which was released by Emanations.

Avant garde sounds start off the cassette along with some spoken word parts a few seconds later which leads up to a more raw and melodic black metal direction that also uses grim screams and blast beats and the songs also bring in a great mixture of slow, mid paced and fast parts and clean singing vocals and chants can be heard

Synths can be heard in some parts of the songs and they give the music more of an epic feeling and the vocals also get very deep at times while some of the melodic vocals have a pagan feeling to them and some of the tracks are long and epic in length and the solos and leads the band uses are very melodic sounding and the last track is all instrumental and has an ambient feeling.

Aezh Morvar'ch plays a style of black metal that is very melodic, raw, atmospheric and epic sounding, the production sound s very dark and raw while the lyrics are written in French and cover the legend of Morvar'ch.

Aezh Morvar'ch plays a style of black metal that is very raw, melodic, epic and atmospheric sounding and if you are a fan of this musical genre, you should check out this cassette. RECOMMENDED TRACKS INCLUDE "BESTL - Mor Toullgofet" and "GWAD - Talm Karn An Dour". 8 out of 10.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 07/05/2015, 11h39   #3
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Violanoir

http://violanoir.com/music/aezh-morvarch-mare-humorum


Aezh Morvarc’h свою музыку позиционирует как True Breton Black Metal, с лирикой на бретонском языке соответственно. Дебютный альбом Mare Humorum – это атмосферный эпичный тетраптих, который начинается со зловещего, агрессивного, можно сказать, ортодоксального black-metal трека BESTL — Ar Mor Toullgofet, переходит в крайне мелодичный, с ярко выраженной pagan и folk эстетикой KRAOST — Vita Incognita. GWAD — Talm Karn An Dour подчеркивает всю эпичность релиза, я назвала бы этот трек кульминацией альбома, в то время как ATRABESTL — Geun Ar Glac’har является достойной развязкой.

У Mare Humorum мощный концепт, который базируется на бретонском фольклоре, а для такого жанра, как black metal это всегда плюс. Именно за счет этого, а также общей динамики релиза и его грамотного исполнения и подачи Aezh Morvarc’h интригует своим музыкальным материалом. 7/10
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 11/05/2015, 14h39   #4
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Wonderboxmetal


https://wonderboxmetal.wordpress.com...umorum-review/

Aezh Morvarc’h – Mare Humorum (Review)
Aezh Morvarc'hAezh Morvarc’h are a Black Metal band from France and this is their latest EP.

This is sharp and frosty Black Metal that carries a melodic edge with its raw delivery.

Dark screams and ghostly clean-chants populate the musical landscape and recall Mayhem at their esoteric best.

The songs have their atmospheric moments but for the most part it’s a grim assault that the band undertake. Melodic riffing softens the effect though and the inclusion of so many heroic-sounding cleans further distils the rawness factor. This is all a plus point as it gives the band their own character compared to countless other bands playing underground Black Metal.

The speed of the songs is enticing, but it’s the mystical melodies that really do the trick here.

Aezh Morvarc’h have taken their Classic Metal heritage seriously too, and Mare Humorum has more than its fair share of real Metal riffs mixed into the Black Metal. This is a welcome aspect of their style and combined with the clean vocals really gives the band an epic/heroic streak to their sound.

I enjoyed this. For a band that is ostensibly an underground Black Metal group, this release offers the listener something a little different.

A recommended listen.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 21/05/2015, 16h54   #5
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Les Acteurs De L'Ombre Webzine

http://www.lesacteursdelombre.net/we...l&Itemid=6



ezh Morvarc’h, patronyme obscur au premier abord mais qui en dit déjà bien long. Il annonce en effet un farouche attachement à la langue bretonne et l’importance des légendes puisque référence directe au destrier du roi Gradlon le Grand. En germe depuis 1996, Aezh Morvarc'h ne s'est incarné pour la première fois qu'en 2013 avec la sortie de Mare Humorum. Son récent tirage en cassettes sous l’égide d’Emanations, division des Acteurs de l’Ombre Productions spécialisée dans les groupes émergents, est l’occasion de (re)découvrir ce premier EP.

Mare Humorum ouvre une voie, propose une véritable progression. Tout comme la durée des morceaux s’allonge, ceux-ci se bonifient, s’approfondissent et façonnent avec toujours plus de finesse une atmosphère où pulsent des forces primaires.

BESTL . Mor Toullgofet est gorgé d’une puissance tellurique incarnée par un chant âpre et riche auquel se superposent des chœurs en chant clair que la production ne met malheureusement pas beaucoup en valeur. Toutefois, que l’auditeur ne s’impatiente point, leur cohabitation se muera en une véritable union dans GWAD . Talm Karn An Dour.
La force souterraine d'ores et déjà bouillonnante perce la surface en un irrépressible geyser avec KRAOST . Vita Incognita. L’auditeur enfourche pour de bon la croupe de Morvarc’h qui s’élance dans une explosion black épique, ses sabots martelant le sol et les mers au son des grondements intimidants de batterie.
Tous les titres commencent par de courtes parties atmosphériques assez similaires, quoiqu’il soit difficile d’identifier avec certitude ce qu’on y entend. Néanmoins, c’est celle de GWAD . Talm Karn An Dour qui cristallise l’impression angoissante d’être prisonnier d’une grande masse d’eau, si ce n’est déjà noyé ou broyé par son poids. Cependant, la beauté sauvage des parties de guitares en symbiose parfaite avec le chant ainsi qu’une structure inspirée estompent cette terreur primale et marquent une nouvelle étape de la trajectoire ascendante que trace Mare Humorum.
ATRABESTL . Geun Ar Glac’har se démarque quelque peu des morceaux précédents : placée sous le signe aérien plutôt qu’aquatique, cette instrumentale se déploie sur un rythme assez lent au regard du reste de l’album. Partagée en moitiés bien distinctes, elle est d’abord dévolue à une guitare lancinante qui laisse la place aux claviers, profondément apaisants, avant de s’achever avec quiétude sur un souffle de vent.

L’EP constitue la plupart du temps le premier jet d’un groupe qui y fait ainsi ses armes, un essai parfois plein de promesses qui nécessiteront cependant encore du temps pour se concrétiser. Néanmoins, Aezh Morvarc’h livre ici des compositions d’une telle qualité et d’une telle profondeur qu’il serait sacrilège de n’y voir qu’une simple esquisse. L’opus forme un cheminement qui provoque les réactions les plus viscérales tout en nous poussant à les dépasser et à nous élever. Une première création magnifique et singulière qui attise l’impatience de pouvoir écouter Lacus Oblivionis, second EP d’Aezh Morvarc’h.

Tracklist :
01 - BESTL . Mor Toullgofet 05 : 53
02 - KRAOST . Vita Incognita 07 : 47
03 - GWAD . Talm Karn An Dour 08 : 48
04 - ATRABESTL . Geun Ar Glac’har 08 : 32

Line-up :
Arnev : chant, instruments
Mornoz (musicien de session) : batterie, bruitages, chant

Bandcamp : https://ladlo.bandcamp.com/album/mare-humorum
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 21/05/2015, 17h01   #6
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Interview Les Acteurs De l'Ombre webzine

http://www.lesacteursdelombre.net/we...&Itemid=26


Groupe de True Breton Black Metal, Aezh Morvarc’h est la création d’un seul homme : Arnev. Une recherche Internet suffit pour constater que le sieur a jusqu’ici entouré son travail d’une aura de mystère qui s’accorde avec l’hermétisme de ses textes en breton. À l’occasion de la sortie de Mare Humorum, son premier EP, au format tape chez Emanation, Arnev nous en apprend un peu plus sur sa musique, ses projets et la langue bretonne dans cette interview-fleuve passionnée et passionnante.

Bonjour et merci de répondre à ces questions pour Les Acteurs de l’Ombre.

Pas de compte Facebook, rien sur les bases de données habituelles, un bandcamp minimaliste, juste une courte biographie sur le site de notre label, Aezh Morvarc’h est un groupe assez mystérieux. Pouvez-vous nous conter son histoire et présenter ses membres ?


L'histoire d'Aezh Morvarc'h ne commence pas par celle d'un groupe mais d'un projet solo. À un âge où on cherche à dire « Merde » aux adultes et au système parce qu'on sent que tout va « a-dreuz »*, où on cherche à s'évader et se rendre inutile, je dépoussiérai un piano sur lequel, quelques années auparavant, ma mère tentait vainement de m'enseigner le B-A-BA du solfège à coup de « frère Jacques ». Depuis, je milite CONTRE les méthodes de torture musicale infantile et POUR l'éducation des oreilles adultes grâce à la découverte du Métal : entre le classique « frère Jacques » et la « souris verte » d'Ultra Vomit, 'y a pas photo. Le piano avait sûrement dû souffrir autant que moi, ce qui explique qu'il nous a fallu 5 ans pour nous en remettre et recommencer à se parler. Au même moment, je découvris la langue bretonne et qu'elle avait aussi souffert (« frère Jacques » ayant été courageusement traduit par un.e anonyme toujours en cavale). Je découvris également sa littérature, son architecture et une omniprésence du surnaturel et du diabolique. Je m'attachai donc à dire « Merde » à la société dominante en faisant grincer mes touches d'ivoire désaccordées aux couleurs du Gwenn-ha-du. L'achat de mon premier synthétiseur me permit ensuite d'enregistrer pendant 4 ans des compositions qui sont encore au réfrigérateur ou dans une épave au fond de la baie des Trépassés. Fin 90, début 2000 furent les années les plus productives de ma vie musicale ; tout ce travail accumulé viendra nourrir les futurs albums d'Aezh Morvarc'h.

Vint ma première guitare, tout aussi désaccordée que mon premier piano (braderie oblige), qui créa chez moi une accoutumance.et me fit rechercher un autre mode d'accordage, plus typé et cohérent par rapport à l'univers celtique musical que j'essayais de m'approprier ; c'est alors que je pris mes premiers cours de guitare celtique en DADGAD avec un élève de Dom Duff.

Quelques amis musiciens ont croisé mon sillage, ont suggéré son nom à force de répéter que les images que leur inspirait ma musique était la mer et les chevaux : Aezh Morvarc'h était né. Je décidai de finaliser seul l'enregistrement des instruments, la batterie mise à part. C'est à Melbourne que je rencontrai Mornoz qui accepta l'année suivante d'y participer jusqu'à l'écriture de son point final. L'éloignement ne pouvait faire de lui qu'un musicien de session. Je m'arrêterai là en ce qui concerne le line-up actuel qui n'est pas celui de la sortie Tape de Mare Humorum. Ce qui est certain c'est qu'il sera amené à s'étoffer. Nous en reparlerons à la sortie du second EP prévu fin 2016.

*bretonnisme en usage du côté de Brest et signifiant « de travers » ; ami.es Brestois.es, salut !

Que signifie « Aezh Morvarc’h » ?

Aezh Morvarc'h est une construction génitive qui indique la possession et en même temps la provenance de vapeur, « Aezh », émanant du cheval marin « Morvarc'h ». Cette vapeur représente iconographiquement son expiration et musicalement mon inspiration.
Au-delà de ce commentaire lexical, ayant le goût des téléscopages de sens et de formes, j'ai voulu y associer des références homophones, tantôt au personnage féminin de la légende de la ville d'Ys appelée Dahud mais également Ahès, tantôt à mon identité civile dont les initiales sonnent comme ces deux syllabes : A-S. Derrière ce simple titre s'amalgament ou s'imbriquent un ensemble d'éléments qui font partie du même terreau où je puise toute une symbolique à laquelle les paroles des chansons font écho.

Ce nom a été inspiré par Morvarc’h, destrier du roi Gradlon le Grand, dont on peut encore voir la statue fièrement dressée entre les flèches de la cathédrale Saint-Corentin, à Quimper. Pourquoi ce choix ?

C'est un personnage animal, non-humain, ambivalent, dont la source littéraire est inconnue, obscure, qui se noie dans la nuit des temps. Il représente ce que mes chansons véhiculent : l'évocation nébuleuse d'une source de puissance primordiale accessible en ce monde et non pas sur ce monde, une harmonie organique et élémentale mêlant le féminin, le lunaire et l'aquatique, en bref, le pré-chrétien diabolisé.

Tous vos textes sont écrits en breton, pourquoi cette décision ?

Parce que l'énergie qui se meut en moi et qui requiert tout mon potentiel vital dans mon effort de composition s'apparente à celle de la victime rebelle. C'est cette énergie que j'essaie de cristalliser dans ma musique à toutes les étapes : du choc à la résignation, du charnel au spirituel, de la fatalité à l'espoir, dans un mouvement de spirale perpétuelle. Le cheval incarne cette énergie, à la fois proie des prédateurs et outil de conquête pour l'Homme civilisateur.

Le breton est pour moi la voix de mon cœur et de ma dignité. C'est par cette langue que j'ai repris goût à la vie, cette langue qui, pour plusieurs générations de stigmatisés, a représenté la honte d'une identité négative à laquelle je me suis identifié mais qui est la seule par laquelle on m'ait appris à m'interroger au lieu d'accepter de se voir emplir la tête de réponses futiles, moyen pour le maître de ne pas laisser d'espace critique à ses esclaves intellectuellement lestés. Le breton, c'est une démarche personnelle vers une reconquête de liberté universelle à inventer, l'énergie d'un vieil et sage esprit dans un corps jeune revigoré. Aezh Morvarc'h est la bulle d'air qui me remonte, suffoquant, à la surface.

De nombreux auditeurs ne le parlent pas et le contenu des paroles est donc assez hermétique. Pouvez-vous expliquer quels y sont les sujets abordés ?

Les textes seront publiés et traduits bientôt sur le site du groupe pour l'instant en chantier mais voici ce que je peux vous en dire d'ores et déjà : la magie de Morvarc'h est de pouvoir parcourir terre et mer mais on ne sait où a commencé son périple. Le sujet par lequel Aezh Morvarc'h est entré en scène est donc la révélation de sa naissance depuis les profondeurs abyssales où le cœur magmatique de la terre en fusion rencontre la robe des eaux glaciales de l'océan primordial et de quelle manière ce choc originel résonne dans nos chairs. C'est un voyage civilisateur où l'Humain apprend à le devenir à la condition de ne pas s'y limiter. Il y est question de génération et de regénération, des épreuves que l'on traverse et de notre capacité à invoquer des figures mythiques telles Morvarc'h, clé des énergies vitales primaires qui sommeillent en chacun, comme autant d'exemples dont nous pouvons adopter les postures afin de faire levier sur le destin et, par là, de le faire basculer de l'échec à la victoire.

Envisagez-vous un jour d’écrire et de chanter en français, même ponctuellement ?

Pas dans le cadre d'Aezh Morvarc'h qui est une œuvre exclusivement dédié au génie breton. En revanche, il m'est arrivé de prêter ma voix en français à certains projets comme HORROR FREAK pour son album à sortir « Le Théâtre Des Monstres ».

Aezh Morvarc’h existe depuis 1996 mais Mare Humorum n’a vu le jour que bien des années plus tard. Comment s’est déroulée la composition des morceaux ?

J'ai commencé à composer en 1996 mais le concept Aezh Morvarc'h ne date que de 2008. C'est sous cette bannière que toutes mes musiques sont désormais retravaillées. Les morceaux figurant sur Mare Humorum et sur l'EP suivant ont donc été pensés et composés entre 2008 et 2010 de manière discontinue. Sans que je puisse me l'expliquer, j'ai consacré mes dernières compositions en date aux premières sorties officielles du projet.

Où a eu lieu l’enregistrement ? Comment s’est-il passé ? Qui s’est chargé de la production ?

Ces 2 EPS ont été enregistrés à la maison familiale pour les guitares, à l'aide d'un tracker, tout comme le faisait Valfar de Windir, et ce à la veille de mon premier départ pour l'Australie en octobre 2010. J'y ai consacré des journées entières de 8 à 10 heures, oubliant souvent de me nourrir et même de boire. C'est dans la sueur, de manière artisanale, sous les combles, que Mare Humorum et sa suite ont été immortalisés. Pour moi, c'est ça la musique extrême, une expérience qui porte jusqu'aux limites d'abstraction de la fatigue physique, tant le travail de finalisation est obsédant.

C'est Justin « Mornoz » MIN, bassiste et chanteur actuel d'Oligarch, qui s'est chargé de la production, du mixage et du mastering. C'est à Melbourne que j'ai fait sa connaissance, il connaissait pas mal de groupes français de Black Metal qu'il appréciait et s'est montré très enthousiaste et personnellement impliqué du début à la fin de notre collaboration. C'est chez lui que les parties vocales et les lignes de batterie ont été enregistrées, entre mai et juillet 2012, deux ans après que les guitares aient été enregistrées et presque quatre ans après le début du processus de composition ; mais ce qui me permet de tenir la route malgré des échéances lointaines et des sessions de travail très éloignées les unes des autres est l'extrême détermination qui m'anime et la netteté de l'image à laquelle mon travail doit ressembler au final et ce, dès les premières étapes.

Cherchiez-vous à obtenir une atmosphère bien particulière ou s’est-elle mise en place naturellement au fil de l’écriture et de l’enregistrement ?

Ma boussole est l'instinct. J'ai voulu qu'Aezh Morvarc'h transpire un feeling chargé de subconscient, quelque chose qui vous fasse traverser un paysage où la même vague sonore est omniprésente, mais où le développement mélodique non répétitif berce le sentiment d'avoir parcouru du chemin au travers de mers démontées et vers des rivages déchirés.

Comment le public a-t-il accueilli ce premier EP ?

Mare Humorum n'a joui que d'une distribution microscopique et tout le monde ne s'exprime pas nécessairement. Mais les quelques chroniques parues, si tant est qu'elles traduisent un avis collectif, témoignent d'une sensibilité à la démarche.

Mare Humorum est disponible depuis peu au format cassette. Qu’est-ce qui vous a séduit chez ce support que la plupart ont enterré depuis bien longtemps à une époque où le CD peine déjà à survivre ?

Le choix du type de support ne m'a pas été proposé. C'est LADLO qui en a décidé mais j'ai accepté de rentrer par cette fenêtre étroite qu'est la Tape pour avoir gardé un bon souvenir qui sent la madeleine de mes premiers achats Métal dans ce format, au début des années 90.

Cette cassette est d’ailleurs le fruit de votre collaboration avec Emanations, la jeune division de LADLO Productions. Comment en êtes-vous venu à travailler avec elle ?

C'est Romain « Ictus » Lupino d'In Cauda Venenum qui, travaillant pour LADLO et me connaissant, a pensé que faire partie de la première sortie Tape d'Emanations pouvait m'intéresser. J'ai accueilli cette coïncidence comme un signe du destin.

L’EP et la cassette sont parés de très beaux artworks réalisés conjointement avec Romain Lupino. Comment s’est déroulée leur élaboration ?

Étant un grand fan de l'artwork Death Metal du début des années 90, avec des « copier-coller » grossiers mais foisonnants de détails et sémantiquement riches, je lui ai demandé de me filer un coup de main technique pour utiliser directement une matière première numérique. Nous les avons travaillés ensemble et son savoir-faire technique a servi à polir les contours de mes idées pour aboutir au rendu actuel dont la finition est très fidèle au style et aux prétentions d'Aezh Morvarc'h.

On peut lire sur votre bandcamp que vous êtes l’auteur du logo du groupe. On y reconnaît bien sûr le cheval au centre, pouvez-vous nous éclairer sur la signification des autres éléments ?

Je ne vois d'éléments nécessitant un éclairage que la frise séparant le titre du blason qui est un élément iconographique de l'édition de 1926 d'un ouvrage de Camille Le Mercier d'Erm, pionnier du nationalisme breton, intitulé « La Chanson Des Siècles Bretons ». On peut lire, en sus de la devise en latin, une devise en breton : « Bepred Breizhad », Breton toujours ; en effet, je suis un ardent défenseur de l'idée qui consiste à nourrir la mémoire et à s'interdire d'oublier, de déprécier la culture locale sous prétexte de l'extension des échanges humains à des ensembles de plus en plus grands. Aezh Morvarc'h n'est pas que la simple fantaisie de remettre au goût du jour un patrimoine artistique d'un autre âge, c'est aussi utiliser un potentiel d'évocation onirique à des fins culturelles dont l'existence des valeurs qui y sont liées est le fruit d'un combat encore quotidien.

Pour le reste, tout est figuratif et le sens des différents éléments se révélera à quiconque s'attardera à en regarder les détails.

Sur le site de LADLO Productions, la page du groupe mentionne un nouvel EP qui devrait sortir prochainement. Pouvez-vous nous révéler quelques informations à ce sujet ?

Le second EP, intitulé Lacus Oblivionis, clôturera le cycle des maturations de Morvarc'h. Comme son nom l'indique, il sera de moins grande envergure mais non moins essentiel. Si Mare Humorum se situe sur la face éclairée de la lune, Lacus Oblivionis en exploitera quant à lui la face cachée, ce qu'il est difficile de s'avouer, consciemment ou pas, et des petites morts à s'imposer permettant de briser les schémas prédictibles ; l'oubli étant l'allégorie bretonne du personnage de l'Ankou il renseigne également sur la condition du fonctionnement de la mémoire : ce qui résiste au temps est le plus important, ce à quoi on revient tôt ou tard.

Les parties de batterie ont été enregistrées par Isarnos (OXXO XOOX, Anus Mundi, Lugnasad, Wormfood). Quel a été le point de départ de votre collaboration ?

La chance. C'est Myrme le Bossu, auteur du clip de PESTE NOIRE « Dans ma nuit » et rebaptisé Izelvor pour le travail qu'il s'apprête à réaliser dans le cadre de ce second EP, qui glissa un mot du projet à Isarnos le soir de son anniversaire. Les lignes de batterie sont à ce jour achevées. Je m'estime très chanceux d'avoir pu bénéficier de sa participation car Isarnos est à mes yeux un musicien à part, humble et en même temps extrêmement exigent de lui-même, recherchant sans cesse à se dépasser. J'ai donc apprécié qu'à son initiative il demande à être imprégné de toutes les impressions et descriptions figuratives dont je pouvais lui faire part afin qu'il exprime ce que Lacus Oblivionis contiendra d'énergie sombre.

Le bandcamp du groupe indique que vous êtes à la recherche de nouveaux membres. Une fois le line-up complet, aura-t-on le plaisir de vous voir sur scène ?

Je l'espère, surtout qu'Aezh Morvarc'h ne proposera pas seulement une interprétation live de sa musique mais pensera également ses prestations comme une réelle traversée visuelle des mers celtiques.

Dans le monde du métal français, la Bretagne est notamment connue comme le berceau de Belenos, dont l’album Yen Sonn Gardis est écrit intégralement en breton. Que pensez-vous de la scène bretonne ?

Je pense que Belenos a pris une sage décision en décidant de faire traduire ses textes en breton par des gens instruits, car jusqu'alors nous n'avions droit qu'à du plaquage de mots bretons sur de la grammaire française par des personnes qui avaient plus le souci du vernis que de la profondeur ; en témoignent des traductions maladroites comme Beleg Eus Fall (le groupe a splité, il y a donc prescription). Je ne citerai pas d'autres groupes du même acabit car je ne veux pas prendre cette interview en otage pour témoigner de ma déception au sujet de démarches très superficielles qui réduisent le Black Metal à un style musical finalement très facile d'accès dans lequel l'hermétisme est souvent l'alibi de la coquille vide. Au niveau de la démarche générale, le Black Métal est pour moi une expérience alchimique qui requiert d'évoluer à chaque étape et pour cela, demande de s'instruire. Si l'auteur d'une œuvre ne s'est pas servi de l'occasion de la produire pour se transformer intérieurement, que peut-il avoir la prétention de communiquer ou de transmettre ? Utiliser des mots d'une langue dont on ne sait rien est comme poser pour une photo, une épée à la main, sans connaître l'art de s'en servir ; c'est typique de l'orgueil du paresseux et du parasitisme culturel : prendre des raccourcis pour flatter l'ego sans effort. Si vous êtes saturé.e.s de ce genre de sous-produits marketing, un geste à faire : faites péter un bon Sadistik Exekution ou un vieux Carpathian Forest et Fuck You All !!!

Que pouvez-vous nous dire sur la place du breton dans le métal ? Avez-vous l’impression qu’il connaît un regain d’intérêt ou Aezh Morvarc’h fait-il figure d’exception ?

Je ne me tiens pas au courant de ce genre d'information. À mon avis, il y aurait matière mais la sauce peine à prendre. Les groupes se comptent toujours sur les doigts de la main car, depuis Operarcane et son live au Mondo Bizarro de Rennes, en passant par Anken, il n'y a guère, à ma connaissance, que Burtul et Belenos qui s'y soient mis. Le groupe Sentinelles en a persillé frileusement ses textes et le chanteur guitariste de Morkelvyz n'a pas encore franchi le pas bien qu'il le parle, tout comme Corven de Nehëmah (tout du moins jusqu'à il y a 20 ans). Je suis d'ailleurs toujours à la recherche de musicien.nes bretonnant.es... visiblement très très discrets. J'espère que les quelques albums qu'Aezh Morvarc'h fera paraître dans les années à venir seront autant de coups de pied au cul des consciences métalleuses en Bretagne et qu'elles s'intéresseront de plus en plus à la défense de cette belle langue voire iront s'inscrire en cours du soir ou en formation intensive.

De votre point de vue, quelle est la situation du breton en Bretagne ?

On est dans la situation contradictoire, d'une part de sa présence croissante dans la vie publique, d'une reconnaissance assumée et positivement connotée, fruit du combat quotidien de tous les gens qui se mobilisent pour elle et, d'autre part, d'une baisse proportionnelle de ses locuteurs. Parallèlement à cela, le gouvernement français aidé de Bretons gagnés à sa cause, loin d'avoir changé son fusil d'épaule, déguise sa politique d'éradication des langues de son territoire autre que le français de Paris, héritée de la Révolution, par une offre publique dans les écoles, qui est trop faible pour être autre chose que de la poudre aux yeux et assurer une relève de bilingues.

Ma position à ce sujet est que je laisse aux analystes de faire des pronostics sur sa survie. Ce qui m'importe à mon échelle est de faire du breton une langue de mon quotidien, ici et maintenant, et d'incarner ainsi le changement que j'aimerais voir à l'échelle de mon pays ; c'est-à-dire ne pas attendre que les choses se fassent. Il faut se responsabiliser en prenant des décisions concrètes et choisir la vie qu'on veut mener sans attendre quoi que ce soit de nos représentants légaux qui sont à maints égards non légitimes et travaillent pour leurs carrières.

Croyez-vous qu’il y ait un lien privilégié entre la scène black et les « langues régionales » en général ?

Je pense par exemple à des groupes comme Numen, qui chante en basque. Il n'y a de lien que ceux qu'on crée. C'est encore notre liberté que de l'inventer. Le Black Métal exprime pour moi, par ses sonorités, cette énergie de défense agressive primaire qui force une stratégie tyrannique à relativiser son omnipotence fasse à l'imminence d'un danger physique inattendu. Le Black Metal reste une arme pour qui sait l'employer. Je mets celui d'Aezh Morvarc'h au service de valeurs ancestrales : cultiver les forces vitales pour protéger et rechercher du savoir authentique pour progresser, contre le conformisme lâche et le formatage asservissant.

Merci d'avoir répondu à ces questions, je vous laisse le dernier mot....

Aezh Morvarc'h a zo True Breton Black Metal !

Ma revr gant an drevadennourien ! Breizh da viken !*

*Aezh Morvarc'h est du True Breton Black Metal !

Colonialistes, je vous emmerde ! La Bretagne à jamais !



Bandcamp : https://ladlo.bandcamp.com/album/mare-humorum

Page sur le label Les Acteurs de l'Ombre Productions : http://www.lesacteursdelombre.net/pr.../?page_id=2692
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/05/2015, 11h39   #7
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

La Grosse Radio


http://www.lagrosseradio.com/metal/w...e-humorum.html


On en rêvait, Les Acteurs de l’Ombre sortent via leur division Emanations, l’EP Mare Humorum datant de 2013. Tout comme un rêve de voir un jour du true corse black metal, Aezh Morvarc'h est un groupe de True Breton Black Metal inspiré d’anciennes légendes bretonnes datant du IVe siècle. Ils arrivent pour nous bousculer, sans concession mais surtout sans biniou ni violon. Du black metal que l’on reçoit en pleine tronche comme les embruns à la Pointe du Raz.

Si vous avez le mal de mer, quittez l’embarcation car Arnev mit Mornoz (Justin MIN d’Oligarch) va vous en mettre plein la vu dès « BESTL - Ar Mor Toullgofet », morceau tourmenté où le travail de la batterie est varié dans ses nuances. L’instrument est mis en avant sans pour autant oublier les riffs déstructurés et complètement barrés avant que les paroles chantées en breton ne se noient dans cette mer noirâtre d’une marré d’équinoxe.

Le cheval hennit, il se cambre (le Morvarc’h, cheval infernal dont la statue érigée en 1854, trône au sommet de la cathédrale Saint-Corentin, à Quimper, en Cornouaille bretonne), il n’a pas l’air facile, l’ambiance est pesante. Nous voici plongés dans un Dark Medieval Time où la voix prend ici un ton plus pagan mais aussi plus sombre. Parfois on ne sait pourquoi, mais il suffit de quelques secondes pour succomber au charme d’un album tant on sent le talent à fleur de peau. Pas besoin de centaines de pistes pour prouver la maîtrise des mélodies, la puissance de la rythmique, la justesse des lignes mélodiques.

« GWAD - Talm Karn An Dour » c’est du robuste, on sent que sous ses airs gentils avec ses premiers accords on va en prendre pour notre grade. Aezh Morvarc'h plante l’ambiance avant que la cavalcade ne débute. Du grand art avec parfois ce soupçon païen qui ne dénature en rien le propos.

Les morceaux vivent d’eux-mêmes, lancés sur leur cap, pas même une déferlante de six mètres de haut ne les feront changer de cap. Ils tirent des bords pour avancer et c’est avec intelligence qu’ils nous raconteront leurs exploits au port. Ici la batterie fait encore des merveilles jouant sur de nombreux registres nous faisant vivre ce feeling au dessus des flots jusqu’à l’accélération finale.

Le dernier morceau « ATRABESTL - Geun Ar Glac’har » nous délivre des impressions, des images, une atmosphère sombre, gluante, épaisse comme un cormoran englué dans le mazout de mauvais souvenir ; en ces moments on pense à Blut aus Nord ou à Deathspell Omega.

Et soudain, ça grimpe crescendo, on est sur le « qui vive », on s’inquiète, la girouette n’indique plus le sens du vent, nous sommes dans le fameux trou noir, anéantis, oubliés à jamais dans les abimes sombres dont on renaitra plus fort…si on s’en sort.

Dans les supermarchés bretons il y a parfois les produits 100% breton, moi je dirais pour Aezh Morvarc'h c'est 100 % talent !

Alors si pendant un détour en Bretagne, il vous viendrait l’idée de vous balader sur la grève pendant une tempête (on sait qu’en Bretagne il ne pleut que sur les cons), Mare Humorum sera votre bande-son…et scrutez bien l’horizon car la légende parle d’un cheval volcanique galopant sur la mer possédé par une reine-sorcière nordique qui va revenir très bientôt pour nous sortir la suite de cet EP.
Lionel / Born 666


P.S. Durant l’hiver 2015, Isarnos (Öxxö Xööx, Anus Mundi, Lugnasad, Vintergeist, Wormfood) a enregistré la batterie pour le second EP à sortir prochainement. Parallèlement, Skornus s’est joint à l’aventure en tant que guitariste permanent. Dès lors, Arnev a pris la décision de se mettre à la recherche d’un line-up durable dans le pays de Rennes. Les cavaliers et cavalières intéressés sont invités à contacter le groupe à arnev.am@gmail.com.

Note de la rédaction : 9/10
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 30/06/2015, 12h21   #8
Karen
sans statut
Guerrier de l'Obscurité
 
Avatar de Karen
 
Date d'inscription: février 2013
Messages: 184
Par défaut

PostChrist

http://www.postchrist.com/chronicle/2716/AEZH+MORVARC%E2%80%99H-Mare+Humorum.html


"AEZH MORVARC'H est une jeune formation bretonne — ça se voit tant que ça ? — qui malgré une certaine confidentialité (l'EP date déjà de 2013 et n'a pas fait grand bruit), mérite qu'on se penche dessus. La réédition récente par une sous-division des Acteurs de l'Ombre est une bonne excuse pour se (re)pencher sur l'affaire.

On se retrouve ici avec EP à la forme assez conventionnelle puisque les trois titres — le quatrième étant une longue outro instrumentale — offrent un BM mélodique plutôt incisif et rythmé, au chant hurlé très marqué. Seule la forte présence des choeurs apporte cette touche pagan singulière, avec quelques samples de Nature également. Même si l'ensemble n'atteint pas des sommets et reste relativement « limité », on apprécie le travail sur les mélodies qui savent se faire enivrantes et dépaysantes. On aimerait juste un peu plus d'ampleur dans le développement puisque certes, l'atmosphère est convaincante (c'est bien le principal) mais il manque un petit quelque chose pour rendre la chose indispensable ou du moins réellement identifiable, et je ne l'ai pas trouvé.

Niveau influences, c'est assez discret. On se surprend à entendre au début de « Kraost » quelques brèves notes de synthé dignes des débuts de SATYRICON ou GODKILLER, mais c'est tout. Sûrement un clin d'oeil à des influences passées, mais qui ne transparaissent pas vraiment sur l'ensemble. Certainement que AEZH MORVARC'H ne cherche pas à « ressembler » ou à « rendre hommage », il cherche surtout à créer son propre univers, à forger son identité, comme il le montre par sa forte utilisation de la langue bretonne ou par un court texte d'explication (en anglais...) dans le livret. Espérons que cet EP ne soit donc qu'un aperçu du talent encore naissant de la formation, puisqu'il laisse bon espoir pour l'avenir.

Un mots sur l'artwork de la tape, forcément limité par le format mais pourtant suffisament évocateur avec de belles photos d'un océan déchainé au bord des côtes bretonnes (je présume), en contraste total avec le calme apparent de l'image de couverture. Ca illustre assez bien la musique en elle-même.

Bref, quatre pistes de qualité et d'un niveau d'inspiration certain, même si l'ensemble n'est pas aussi expressif que l'on aimerait l'entendre. Si le groupe se lâche sur la suite on risque vraiment d'être surpris, donc préparez vous !"

Note moyenne de l'équipe :4/6
Karen est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 24/07/2015, 14h07   #9
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Legacy

AEZH MORVARC`H „Mare Humorum" Tape
(Emanations)

Genre: Breton Black Metal

Ganz neu ist „Mare Humorum" nicht, aber die 2013 in Eigenregie veröffentlichte EP dürfte nicht viele Leute erreicht haben. Und die Tape-Veröffentlichung der L.A.D.L.O. Productions-Subdivision Emanations wird AEZH MORVARC'H eben falls nicht unbedingt aus dem Underground katapultieren, zumal sie auf 70 Stück limitiert ist (35 schwarze und 35 blaue Tapes). Dabei kann sich „Mare Humorum" absolut hören lassen. Thematisch widmen sich Arnev (Texte, Gesang, alle Instrumente) und Mornoz (Drum-Programmierung, Backing-Vocals, Klangland-schaften und Mix) dem Morvarc'h, was „Ross des Meeres" bedeutet und dem Legendenschatz der Bretagne entstammt. Nicht ganz unerwartet also präsentiert sich der Schwarzmetall von AEZH MORVARC'H etwas melodischer und mit folk-loristischen Einsprengseln, das heisere Gekeife wird von Klargesängen ergänzt. Eine dezente Epik zieht sich durch die vier Stücke ,BESTL - Ar Mor Toullgofet', ,KRAOST'- Vita Incognita'„GWAD - Talm Karn An Dour' und ,ATRABESTL - Geun Ar Glac'har', ohne in kitschigen Pathos abzurutschen. Dafür sorgt allein schon die überaus rohe Produktion, in der jedoch alle Instrumente klar herauszuhören sind. Okay, die eine oder andere Gitarrenmelodie wirkt ein Quäntchen neben der Spur, ist aber im atmosphärischen Gesamtsound verschmerzbar. Der AmbientAnteil bewegt sich eher im Hintergrund, und erst am Ende von „Mare Humorum" wird man mittels einer Soundscape in die Nacht entlassen. Geschwindigkeiten von getragen über treibendes Midtempo bis hin zu rasanten Passagen wechseln sich ausgewogen ab und sorgen für Kurzweil. Und - der Drumcomputer fällt bei AEZH MORVARC'H zu keiner Zeit negativ auf. (ES)
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2015, 13h17   #10
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

L'Antre des Damnés

AEZH MORVARC’H
Mare Humorum
Emanations
Comme il est indiqué dans la bio du groupe, Aezh Morvarc’h se définit, comme une formation de true black metal breton, prenant ses racines à travers d’anciennes légendes, datant du IVème siècle après Jésus-Christ. Son concept est basé sur la vie romancée de Morvarc’h, qui est un cheval infernal, dont la statue érigée en 1854, trône au sommet de la cathédrale Saint Corentin à Quimper ! La légende parle d’un cheval volcanique, galopant sur la mer, un cheval breton, possédé par une reine-sorcière nordique !
Et pour mettre cela en musique, les membres d’Aezh Morvarc’h, nous présentent Mare Humorum, leur première réalisation, qui était initialement sortie en 2013 de manière indépendante, et qu’Emanations, la nouvelle sous division du label LADLO Productions, dont on entend souvent parler ces derniers temps, vient de remettre au goût du jour, en l’éditant à nouveau, mais au format cassette cette fois-ci, limitée à 70 exemplaires ! 35 cassettes de couleur noire et 35 de couleur bleue !
Cette réalisation nous délivre 4 morceaux, qui ont la particularité d’être chanté en breton ! Le groupe revendique d’ailleurs ouvertement son combat, afin que le breton, les légendes et l’Histoire de cette région demeurent en vie !
Œuvrant dans un pagan/black metal, les compositions se dévoilent de manière solides et puissantes, tout en nous emportant dans un univers musical rapide et violent, notamment à travers les 3 premiers titres, le dernier étant un instrumental. Les riffs sont élancés, pénétrants, accompagnés de mélodies inspirées et d’un souffle épique qui se fera ressentir sur l’ensemble de cette œuvre.
Les atmosphères jouent également un rôle important ici, et Aezh Morvarc’h sait en créer, comme dans le second morceau par exemple, qui s’ouvrira sur les hennissements de Morvarc’h, un peu comme Bathory sur l’album Blood Fire Death !
Le 4ème titre déversera également son flot de tristesse, même si personnellement, je l’aurais quelque peu écourté sur la première partie. Ceci-étant, on se laissera volontiers absorber par les flammes dansantes devant nos yeux et bercer par le souffle du vent !
En utilisant de nombreux chœurs bien maîtrisés, sans pour autant être envahissants, les âmes noires d’Aezh Morvarc’h, nous emportent dans des compositions mettant en scène et faisant revivre l’esprit de leurs ancêtres !
Ces musiciens ont su apporter assez de variation à cette réalisation, pour que l’on ne s’ennuie pas, et ont également su doser l’ensemble de manière correcte, afin de nous concocter un premier E.P de bonne qualité, que je vous invite à découvrir.
A présent, la suite ne devrait pas tarder, et on va donc espérer que ces bretons, nous reviennent pour enfoncer le clou et confirmer ainsi ces bonnes impressions ! (M)
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 00h03.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013