Reviews/Interviews Profundae Libidines - Les Acteurs de l'Ombre

Les Acteurs de lOmbre

Précédent   Les Acteurs de l'Ombre > LADLO Productions
S'inscrire FAQ Membres Calendrier Chatbox Les Acteurs de l'Ombre Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus

LADLO Productions Les Acteurs de l'Ombre Productions : le label

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 10/04/2015, 13h36   #1
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut Reviews/Interviews Profundae Libidines

Toiletovhell


http://www.toiletovhell.com/beneath-...om-emanations/


You may be familiar with Les Acteurs de l’Ombre Productions, the excellent underground French label that hosts The Great Old Ones. But are you aware that this underground label went even further underground to run limited releases of emerging black metal bands under the production name Emanations? The French have a phrase for this sort of trveness that I probably did but definitely did not make up just now: tres bord. Don’t look up the translation, take my word for it, and listen to these new albums.


It takes a lot of integrity to commit to underground metal, and Les Acteurs de l’Ombre does it in style. A quick browsing of their Bandcamp page shows the sort of quality they put out; album after album of dark, heavy, and ponderous (aka French) black metal await your ears. They decided to push that integrity one step further by establishing Emanations, a sort of sub-label to host smaller outputs of physical and digital releases from emerging bands. Today they released four excellent albums by bands I had never heard of/can’t pronounce. Granted, this sort of release won’t garner these bands instant fame, but man all of these albums are excellent and they need to see the grim light of the moon (not the light of day, you poser).


I can’t yet wrap my head around the fuzzy, mid-driven production style (especially in the kick drum) of El Viaje Definitivo by Profundae Libidines, but I like the unique approach and the seriously odd vocal diversity you see in this one. The cover art may throw you off a bit, but I get the feeling there’s a LOT to be continuously discovered with this one. Pick up the tape or the digital copy here.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 27/04/2015, 15h36   #2
Philoxera
doomeux de l'ombre
Hippocampe de l'ombre
 
Avatar de Philoxera
 
Date d'inscription: juillet 2007
Messages: 3 133
Par défaut

Profundae Libidines are a band from France that plays a very spiritual form of black metal and this is a review of their 2015 album "El Viage Defintivo" which was released by Emanations.

A very dark and distorted sound starts off the album going for more of a black metal direction that is more closer to the depressive side of the genre while the solos and leads have a very melodic post metal vibe to them and the music also brings in a decent amount of blast beats at times and a couple of tracks are very long and epic in length.

When vocals are added into the music they are very grim sounding, high pitched black metal screams while the faster sections have a very raw feeling to them and the songs also bring in a great mixture of slow, mid paced and fast parts and spoken word parts can be heard in certain sections of some of the tracks and some songs bring in a small amount of choirs and violins.

All of the musical instruments on the recording have a very powerful sound to them and some of the songs also bring in a small amount of clean playing and melodic vocals that almost have a goth/death rock feeling to them at times and the music at times also brings in elements of post black metal and towards the end of the album one of the songs also brings in a small amount of death metal growls.

Profunde Libidines plays a style of black metal that is very diverse and original sounding and mixes many different forms of the genre together to create something new, the production sounds very dark and raw while the lyrics are written in French and cover religion, spirituality and history.

In my opinion Profunde Libidines are a very great sounding original and diverse black metal band and if you are a fan of this musical genre, you should check out this album. RECOMMENDED TRACKS INCLUDE "Hi no Kami" "Tenjiku" "Mur de Brume" and "Muerte sin fin". 8 out of 10.

http://occultblackmetalzine.blogspot...sel-viage.html
Philoxera est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 27/04/2015, 22h36   #3
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Occult Black Metal Zine

http://occultblackmetalzine.blogspot...sel-viage.html


Profundae Libidines/El Viage Defintivo/Emanations/2015 Cassette Review

Profundae Libidines are a band from France that plays a very spiritual form of black metal and this is a review of their 2015 album "El Viage Defintivo" which was released by Emanations.

A very dark and distorted sound starts off the album going for more of a black metal direction that is more closer to the depressive side of the genre while the solos and leads have a very melodic post metal vibe to them and the music also brings in a decent amount of blast beats at times and a couple of tracks are very long and epic in length.

When vocals are added into the music they are very grim sounding, high pitched black metal screams while the faster sections have a very raw feeling to them and the songs also bring in a great mixture of slow, mid paced and fast parts and spoken word parts can be heard in certain sections of some of the tracks and some songs bring in a small amount of choirs and violins.

All of the musical instruments on the recording have a very powerful sound to them and some of the songs also bring in a small amount of clean playing and melodic vocals that almost have a goth/death rock feeling to them at times and the music at times also brings in elements of post black metal and towards the end of the album one of the songs also brings in a small amount of death metal growls.

Profunde Libidines plays a style of black metal that is very diverse and original sounding and mixes many different forms of the genre together to create something new, the production sounds very dark and raw while the lyrics are written in French and cover religion, spirituality and history.

In my opinion Profunde Libidines are a very great sounding original and diverse black metal band and if you are a fan of this musical genre, you should check out this album. RECOMMENDED TRACKS INCLUDE "Hi no Kami" "Tenjiku" "Mur de Brume" and "Muerte sin fin". 8 out of 10.
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/05/2015, 14h30   #4
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Metalhead.it


http://www.metalhead.it/?p=45145

(Emanations/Les Acteurs Del’ombre) Di sicuro il black metal francese non è conosciuto per la sua morbidezza, ma per le velocità medie folli che usano i gruppi di questo ormai consolidato fronte musicale. I francesi che qui andiamo a recensire invece vogliono andare controcorrente e se ne escono con un album ben strutturato e con tantissima personalità. L’intro sparata a mille riesce a fuorviare giusto quel che basta per le successive tracce, molto più misurate e lente. Il duo propone un black d’atmosfera un po’ atipico nelle tematiche e nei suoni. Il cantato risulta cupo e profondo, mentre la parte ritmica resta sempre su toni cadenzati. L’aggiunta di strumenti inusuali per il genere quali il pianoforte, il violino e la voce pulita femminile con testi in spagnolo concorrono a formare un platter dal mood inaspettatamente accattivante. Pur restando nell’ambito di una musica scarna tipica del black old style, questo combo merita una medaglia per il piglio con cui ha voluto rinnovare un genere difficile da portare fuori dagli schemi in cui risulta da decenni incastonato. Rivoluzionari.
(Enrico Burzum Pauletto) Voto: 7,5/10
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 13/05/2015, 12h04   #5
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

ViolaNoir


http://violanoir.com/music/profundae...aje-definitivo.


Profundae Libidines удалось в рамках одного релиза объединить несочетаемое – загадочную японскую культуру, обращенную к сиюминутной красоте, и крайне яркую, своеобразную мексиканскую, обращенную в вечность.

Первая часть El Viaje Definitivo пропитана японским мистицизмом, последовательностью и сдержанностью звучания, насколько это возможно в post-black-metal музыке. А вот мексиканская часть получилась на удивление мрачной, тяготеющей к ambient и doom музыке.

Собственно, вполне объясним выбор этих двух концепций. One-man-проект Profundae Libidines всегда придерживался религиозных, оккультных и метафизических тем в своем творчестве. А японская и мексиканская культура всегда была (и есть) далека от культуры европейской. И обе эти культуры замешаны на вещах иррациональных, что пересекается с основным концептом Profundae Libidines.

Резюмирую вышеизложенные мысли — El Viaje Definitive хороший образец «просвещенной» post-black-metal музыки. Свежо и незаезженно – и эти два качества перекрывают возможные недостатки. 7/10
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 20/05/2015, 12h10   #6
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Pavillon 666

http://www.pavillon666.fr/webzine/ch...hp?groupe=9593




PROFUNDAE LIBIDINES est un one-man band parisien conduit par un certain Philoxera. Se traduisant par « le gouffre des passions », ce projet musical s’intéresse aux passions humaines, notamment à la magie blanche et au chamanisme.

Enregistré en 2013, l’album El Viaje Definitivo est récemment sorti via la nouvelle sous-branche du label Les Acteurs de l’Ombre Productions, Emanations, qui n’a surpris personne en révélant au grand jour Profundae Libidines, dans la mesure où il s’agit d’un "black metal ambient" aux accents avant-gardistes.
Il faut dire que l’étonnement est davantage venu de l’artwork plutôt inhabituel dans ce style musical, renforçant l’appréhension d’un black schizophrénique. Si la première écoute s’est révélée confirmer quelque peu ce pressentiment, une écoute plus attentive n’a pu toutefois que me permettre de me plonger toujours davantage dans cet univers étrange…

Mélangeant japonais sur le thème de la magie blanche, espagnol sur le thème du nagual mexicain (être mythologique humain ou divin et animal à la fois) et français, cet opus peut effectivement se montrer déboussolant de prime abord. Pourtant, l’assortiment de langues produit finalement un certain charme, sublimé par les mélodies fascinantes constituant les différents titres de l’album.

El Viaje Definitivo dispose en fait d’un véritable pouvoir hypnotisant, capable alors de captiver l’auditeur dans l’écoute d’un opus insolite, que cet auditeur l’apprécie ou non, pour peu qu’il soit au moins amateur de "black ambient", non réfractaire à la destruction des codes du genre et non dépendant des productions aseptisées…

- See more at: http://www.pavillon666.fr/webzine/ch....FS70NdIZ.dpuf
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 26/05/2015, 11h37   #7
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Interview Guitariste Metal

http://guitariste-metal.fr/interview...dae-libidines/


Philoxera nous présente son one man band à chanteurs invités, PROFUNDAE LIBIDINES, et annonce qu’un nouvel album dénommé “Procès de Sorcellerie” est en cours d’enregistrement.


Salut Philoxera ! Peux-tu présenter PROFUNDAE LIBIDINES à ceux qui ne connaissaient pas encore le groupe ?

Salut à toi ! Le nom « Profundae Libidines » est tiré d’un texte de Cicéron, et pourrait être traduit par “le Gouffre des Passions”. C’est avant tout un projet personnel qui me permet d’exprimer la musique qui me trotte dans la tête, le cœur, les doigts, ou soufflée dans l’oreille par une Muse… mais qui sait comment tout ça fonctionne ?

Comment es-tu tombé dans l’univers de la musique et de la guitare en particulier ?

Jusqu’à mes 13 ou 14 ans, je n’avais pas d’intérêt pour la musique puisque je ne connaissais que ce qui pouvait passer à la télé ou la radio, donc la partie émergée de l’iceberg. Puis un jour, ça devait être vers 92/93, un camarade de classe m’a copié la cassette de Guns n Roses et c’est là que j’ai compris que c’était ce genre de musique qui m’intéressait. C’était l’époque où Guns n’ Roses et Ugly Kid Joe cartonnaient. Ensuite j’ai découvert IRON MAIDEN et CATHEDRAL, puis EMPEROR, etc.

J’ai commencé à jouer de la basse plus tard (vers 19 ou 20 ans) quand j’ai pu rencontrer d’autres personnes qui écoutaient et/ou jouaient ce type de musique. A l’époque j’étais à la fac et on avait un local de répèt gratuit dans lequel on tapait des boeufs. Mais ce n’était pas vraiment des groupes à proprement parler. C’est en intégrant le groupe HOMICIDE que j’ai vraiment appris à jouer de la basse. A l’époque on répétait beaucoup et j’ai énormément progressé en 3 ans de basse dans cette formation de death brutal, notamment en termes de rapidité et d’endurance. J’ai acquis une guitare et un clavier plus tard, afin de pouvoir composer de mon côté, mais mon instrument de prédilection reste la basse. Avec l’expérience, il me semble que c’est l’instrument qui convient le mieux à mon caractère.

Quelles étaient tes influences à l’époque ? Et quelles sont-elles aujourd’hui ?

Difficile de dire ce qui m’influence réellement parmi ce que j’écoute (ou ai écouté). Avec le temps, les trois groupes qui m’ont le plus marqué (et que j’écoute toujours) sont CATHEDRAL, IRON MAIDEN, IN THE WOODS. PROFUNDAE LIBIDINES est plus inspiré par mes lectures que par mes écoutes, je pense.

Tes premiers travaux musicaux commencent en 2003 avec HOMICIDE, en tant que bassiste, puis quelques années avec KREPUSCULE. Es-tu toujours actif dans ces formations ?

J’ai quitté HOMICIDEen 2005 donc ça fait un bail ! Le groupe a entre-temps été renommé en HOMYCYDE (pour des raisons d’homonymie je crois), a pris un virage ultra brutal et cherche à compléter son line-up. D’ailleurs si vous cherchez à intégrer un groupe d’Ile-de-France dans la veine de Origin (sweeping à tout va, gros blasts, etc) n’hésitez pas à les contacter.

Quant à KREPUSCULE le groupe est plus ou moins en standby actuellement.

Certaines personnes ont également pu te voir à des concerts d’EROS NECROPSIQUE. Es-tu encore actif et est-il possible que tu rejoignes la formation à part entière ?

Il faudrait demander à Jeanne et Olivier, ce sont eux qui mènent la barque EROS NECROPSIQUE. Je serai ravi de participer de nouveau à un projet avec Eros, quel qu’il soit.

PROFUNDAE LIBIDINES est un projet solo, où tu es le seul maitre à bord. Est-ce un choix de volonté ou une obligation ?

Les deux ! PROFUNDAE LIBIDINES est avant tout le réceptacle de mes créations musicales, mais j’ouvre régulièrement le projet à des invités afin d’apporter un petit plus aux compositions.

PROFUNDAE LIBIDINES est créé en 2009 et le premier album « Evangelium Secundum Matthaeum » sort en 2011. Peux-tu revenir en arrière et nous en parler ?

Ce premier album est parti d’un simple “gratouillage de riff” vers 2009. Ensuite c’est comme une pelote de laine : quand t’as commencé à tirer sur un bout, tu ne t’arrêtes plus tant que la pelote n’est pas entièrement vidée ! La composition et l’enregistrement des instruments n’a pris que quelques mois, le plus long a été de réunir une dizaine de chanteurs qui se sont chacun approprié les morceaux à leur manière. Et l’emploi du latin n’a pas aidé, la plupart des vocalistes ne sachant pas vraiment prononcer cette langue. Coté artwork, Vestal (Merrimack, Anus Mundi, etc) a dessiné une cover bien dans l’esprit et Teepee (avec qui je joue dans TALES OF BLOOD) s’est chargé de toute l’intégration graphique. Je dois dire qu’ils ont fait du beau boulot !

Si je ne me trompe pas, ce premier album a été autoproduit, est-ce encore une fois un choix ou est-ce devenu une obligation ?

Plutôt une obligation. Ça ne m’amuse pas plus que ça de m’occuper de pressage, promotion, etc. Mais quand on réalise un premier disque de black metal en solo, j’imagine qu’on n’a pas vraiment le choix. J’avais pensé le sortir uniquement en numérique, mais ça aurait été dommage de ne pas avoir d’objet physique après tout ce travail.

Comme tu l’as dit il y a plusieurs chanteurs différents, et selon mes comptes pas moins de 10 chanteurs différents sont présents sur 12 titres, pour ne pas dire 10 titres étant donné que tu as une intro et une outro. Quelle est la raison qui t’a poussé à choisir ce concept ? Comment as-tu sélectionné chaque chanteur pour tel ou tel titre ?

En fait il y a 9 chanteurs puisque Vaerohn de PENSEES NOCTURNES a chanté sur deux titres. La plupart des vocalistes sont des amis ou des connaissances qui ont accepté de m’aider sur le projet. A la base, je ne me sentais pas capable d’enregistrer les voix moi-même, et j’étais curieux de voir comment d’autres personnes allaient s’approprier les titres.

Peux-tu nous expliquer comment les morceaux sont composés dans PROFUNDAE LIBIDINES ? N’est-ce pas trop difficile de composer des titres parfois assez “décousus” pour certaines oreilles ?

Normalement, si je trouve qu’un titre sonne “décousu“, je le modifie ou je le jette à la poubelle. Ceci dit, je peux comprendre qu’un “vrai compositeur” soit décontenancé à l’écoute de PROFUNDAE LIBIDINES : en effet, je n’ai jamais appris le solfège et je n’ai aucune méthode de composition à proprement parler.

En tant que multi instrumentiste pourrais-tu nous dire quel est ton échauffement/entraînement standard ?

Honnêtement je n’ai pas de standard. Avant un concert je vais juste un peu détendre mes doigts dans les loges en jouant quelques riffs, c’est tout. La crampe qui arrive pendant le 2ème morceau du set, ça peut être fatal ! Sinon, comme tous les bassistes, je joue les 2 premières mesures de Pulling Teeth, c’est un TOC de bassiste je pense. Ceci dit, je n’ai pas un gros niveau technique.

Parlons matériel veux-tu. Peux-tu nous dire sur quel matériel tu as débuté et quel est ton matériel actuel ?

J’ai commencé sur une pelle 4 cordes (je ne rappelle plus la marque) achetée 500 francs (70 euros, pour les plus jeunes ! lol) dans une brocante. Je suis passé assez vite sur cinq cordes, ce qui est très utile quand on joue du death metal, par exemple. Ca fait quasiment 10 ans que je joue sur le même matériel : une Schack headless 5 cordes frettée, une Pedulla 5 cordes fretless, une guitare Ibanez 7 cordes sans floyd, et un ampli markbass. Ce matériel couvre tous mes besoins en terme d’accordage et de sonorités, par conséquent je ne vois aucune raison d‘en changer ; je ne suis pas du tout atteint de GAS syndrom. Coté home-studio, j’ai un PC sous linux avec une carte son Maudio et une petite mixette. Tous mes enregistrements sont effectués sous logiciel libre (jack, ardour, hydrogen).

Suite à ton premier album en 2011 tu sors un split Profundae Libidines / Inssect très limité à 100 exemplaires, et en cassette. Est-ce une volonté de démontrer que tu souhaites rester dans une scène relativement underground ?

Pas du tout, à la base avec ces 3 morceaux je voulais faire un split avec Lio mais elle n’était pas dispo. C’est PZF de Inssect qui m’a proposé de gérer cette release, et le label Infernal Kommando s’est proposé pour le sortir. Au final c’est toujours mieux qu’une simple diffusion sur internet et ça convient assez bien au public black metal qui reste attaché à ce genre de format underground.Profundae Libidines El viaje definitivoPuis, tu nous présentes très récemment ta dernière offrande, El viaje definitivo, qui n’est pas un album très simple à approcher du premier abord. Certains titres sont en espagnol, d’autres en japonais et quelques-uns sont mêmes en français. Quel est le concept que tu veux mettre en avant ? Est-ce un concept album ?

En fait, cet album est séparé en 2 parties assez distinctes, que ce soit au niveau du son ou des lyrics. Les 5 premiers titres sont chantés en japonais par PZF (qui a vécu au Japon) et traitent de magie dans le folklore japonais. Les 4 suivants font directement ou indirectement référence à l’oeuvre de Castaneda : deux en français chantés par moi-même et Count D (de Séide) et deux en espagnol chantés par Count D. -qui est hispanophone-, avec des passages narratifs par Fabiola (qui est mexicaine). Le dixième titre est un bonus : une reprise de La Chouanne des excellents FORBIDDEN SITE, avec Boris Doussy au chant, qui est par ailleurs l’artiste ayant dessiné la pochette.

D’ailleurs la pochette est également quelque peu mystique, représentant ce qui semble être un samurai très en couleur et quelque peu déstructuré. Comment a-t-elle été créée et que représente-elle ?

Le défi était de réaliser une pochette qui illustre à la fois le coté japonais et cette chaleur du désert mexicain, et je pense que Boris a parfaitement rempli sa mission ! PROFUNDAE LIBIDINES n’a pas d’autre but que de décrire la bizarrerie de l’univers, et de clamer l’Unique Vérité : IL N’EXISTE PAS DE VERITE. Ce qui est paradoxal je vous l’accorde.

Même si ton premier album était assez osé au niveau du thème et au niveau du choix des chanteurs, ce dernier album n’est en pas moins osé. Il semblerait que tu te sois plus lâché, avec des parties mélodiques, des mid tempos, des blasts et des mesures de raw black metal et même des violons et quelques chants féminins. Les derniers titres semblent même plus « ouverts ». Est-ce le nouveau visage de PROFUNDAE LIBIDINES ?

Sur le premier album, j’ai essayé de rester un minimum proche des standards du black-metal, tout simplement afin de donner des repères aux différents chanteurs et pour garder une certaine homogénéité (pas évident avec 9 chanteurs différents !), et aussi parce que le concept s’y prêtait. PROFUNDAE LIBIDINES a toujours été un projet ouvert, et si je décide un jour qu’inclure de la salsa ou de l’eurodance est une bonne idée, je n’hésiterai pas une seconde.

Comme tu nous en parlais, il y a un bonus en fin d’album, le titre « La chouanne » de FORBIDDEN SITE, qu’avait également repris ANOREXIA NERVOSA par le passé. Pourquoi avoir choisi ce titre comme bonus ?

Tout simplement parce que FORBIDDEN SITE, et son rejeton Varsovie sont des groupes de génie avec une sensibilité énorme. J’en profite d’ailleurs pour remercier Arnault Destal qui m’a donné l’autorisation de faire figurer la reprise sur cet album.

Un autre aspect important pour ce dernier album : tu as rejoint le label Les Acteurs de l’Ombre et ton album est sorti sous leur nouveau label, Emanations. Comment s’est déroulée cette nouvelle association ?

Pour être honnête je suis membre de l’asso les acteurs de l’ombre depuis fin 2004 où j’ai occupé les postes de chroniqueur, intervieweur, organisateur de concerts, webmaster, etc. Donc je suppose que ça a un peu aidé…

L’album est fraichement sorti, en avril 2015 pour être exact. Quels ont été les retours dont tu as pu bénéficier ?

Comme toujours avec PROFUNDAE LIBIDINES , les gens trouvent que la production n’est pas optimale, mais qu’il y a des idées intéressantes et un concept original. Le plus important pour moi, c’est de faire la musique qui me plaît, et que l’Intention soit présente.

Enfin quel est le futur pour PROFUNDAE LIBIDINES ? Une tournée est-elle à envisager ? Projettes-tu un nouvel album ?

Pas de lineup, pas de concerts ! Un nouvel album est déjà entièrement composé (il l’était d’ailleurs même avant El Viaje Definitivo) et quasiment fini d’être enregistré (sauf pour la batterie qui doit remplacer la boite à rythme). Il s’intitulera “Procès de Sorcellerie” et traitera de la sorcellerie dans les campagnes françaises autour du XVème siècle, avec son lot d’absurdités et de passions humaines.

Tes deux albums montrent une certaine ouverture culturelle, bien loin du cliché du black metal clairement orienté sataniste très basique. Considères-tu que la musique a également un devoir de transfert de connaissance ?

Ta question est un peu paradoxale, puisque Lucifer “le porteur de lumière” est celui qui apporte la connaissance aux hommes, non ? Ceci dit je ne considère pas que la musique ait un quelconque devoir. Au départ il n’existe que l’Intention, il appartient à l’artiste d’en faire un objet d’art et à l’auditeur d’en faire ce qu’il veut. Un CD de PROFUNDAE LIBIDINES peut aussi faire un excellent sous-boc, vous savez !

Tu sembles être dans la scène Black Metal et Underground depuis plusieurs années. Que penses-tu de l’évolution de ces deux scènes au sein de la sphère française ?

La scène française a clairement un charme particulier et compte en son sein une myriade de groupes de talent. Le seul truc que je trouve dommage, c’est que beaucoup choisissent de chanter en anglais, y compris ceux qui ont un niveau de langue assez faible, ce qui donne des situations parfois cocasses.

L’interview arrivant à sa fin, si tu as quelque chose à rajouter, c’est le moment…

Merci d’avoir pris le temps de t’intéresser à PROFUNDAE LIBIDINES. Ceux qui sont curieux peuvent télécharger ou “streamer” l’ensemble de la discographie sur le site http://profundae.libidines.free.fr, puisque tous les morceaux sont partagés sous licence creative commons.



Site web : http://profundae.libidines.free.fr
Facebook : https://www.facebook.com/profundaelibidines/timeline

N’hésiter pas à partager cette interview si vous soutenez cet artiste !
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 08/06/2015, 10h57   #8
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Noizzwebzine

http://noizzwebzine.blogspot.com.es/...defintivo.html


7,5/10
Solamente viendo el artwork de este trabajo ya podemos adivinar que el contenido que alberga no va a ser para nada convencional, y es que en este bonito digisleeve que edita el sello Emanations, subsello de Les Acteurs de l’Ombre Productions, los franceses PROFUNDAE LIBIDINES han plasmado un álbum francamente diferente a la mayor parte de cosas que suelen escucharse dentro del Metal extremo. Una obra titulada “El Viaje Definitivo”, que suena totalmente underground y que tiene sus raíces en el Black Metal primitivo y atmosférico, aunque como comprobaremos posteriormente cuando pongamos a sonar el álbum hay matices que los hacen parecer únicos entre el resto de bandas.

Lo primero que llama la atención del disco, aparte de su título en español y el estridente y psicodélico artwork, es que se divide en dos partes, más un bonus. La primera parte, y aquí empiezan las sorpresas, está dedicada a Japón; la segunda a México. Las letras alternan entre lo que parece ser japonés, más luego el francés y español, de esta manera se despachan a gusto relatando lo absurdo de la existencia humana. Además han incluido poemas de José Gorostiza y Juan Ramón Jiménez para hacer dos de los temas de la segunda parte, llevándolos a un terreno totalmente desconocido. Y es que la música de PROFUNDAE LIBIDINES es realmente cruda, deprimente, lóbrega como pocas, así que escuchar poemas tan hermosos como el del tema que da nombre al disco, “El Viaje Definitivo”, con voces deformadas y mórbidas resulta bastante extraño. Cierto que es que a lo largo del disco también hay alguna aparición de voz masculina y femenina más limpia, pero aún así la perturbadora atmósfera que hay en el álbum no mengua.

La conclusión es clara, si te gusta el Black Metal con atmósferas depresivas, crudo y con algunas melodías, siempre en clave underground por supuesto, y además con un punto Avant Garde, este disco te va a interesar. Y es que PROFUNDAE LIBIDINES tienen una manera muy particular de hacer las cosas y cuando menos sorprenden. Seguramente los más ortodoxos no entiendan algunas cosas, incluso los que tienen la mente más abierta, pero en cualquier caso la tormenta bizarra de Black Metal que hay en “El Viaje Definitivo” merece una atenta escucha. Eso sí, si no estás entrenado en este tipo de sonidos extremos y deprimentes, mejor aléjate.

https://www.facebook.com/LADLOproductions
http://lesacteursdelombre.net/productions/
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 12/06/2015, 15h36   #9
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

The Pit Of The Damned


http://thepitofthedamned.blogspot.it...efinitivo.html


#PER CHI AMA: Heavy Psichedelia, Black metal sperimentale
Parlare di puro black metal oggi è sempre più difficile, considerando quanto si sia espanso ed evoluto questo genere negli ultimi anni. Ci sono band che ne rispecchiano attitudine e intenti pur oltrepassandone i confini classici, coniando nuove soluzioni e intrecciando i più disparati suoni con la fiamma nera delle origini; quello che era chiuso e impenetrabile, ora non lo è più e grazie alla fantasia di certi artisti underground, il black dei nostri giorni si mostra sempre più magico ed imprevedibile. Profundae Libidines è una one man band francese al secondo full lenght prodotto dalla Les Acteurs de L'Ombre Productions, che rispecchia in tutto e per tutto quella tipologia di artisti che rifiutano i canoni preimpostati e tutti coloro che possono limitarne il raggio di azione. Transitati da un primo album dai risvolti teatrali ma ancor legato al tipico sound black, la band capitanata da Philoxera si ripresenta al pubblico con un nuovo album dall'artwork splendido e allucinogeno (l'interno potrebbe ben figurare tra le grafiche degli Ozric Tentacles e quelle dei Voivod), come del resto i suoni psichedelici che caratterizzano l'intero lavoro. 'El Viaje Definitivo' è diviso in due parti con testi in lingua francese, giapponese e messicana (che intuisco dai testi del coloratissimo cd); i brani sono ispirati dalla cultura sciamanica e si presentano come uno stupendo ibrido tra metal estremo e psichedelia acida. Provate ad immaginare Mick Farren and the Deviants tornati dai primi anni settanta cosparsi di LSD e con un salto nel futuro si fossero reincarnati ed immolati nel tentativo di suonare come i migliori Satyricon, con una velata adorazione per il gothic rock dei primi magnifici Christian Death. Il tutto risulta malato, ossessivo, lisergico... semplicemente magico! Un'atmosfera surreale che spiazza l'ascoltatore fin dal primo brano. La violenta irruenza del black metal si lascia avvolgere in un alone di malinconica psichedelia, formando cavalcate potenti ed ipnotiche, atipiche e assai coinvolgenti che nascondono una intima ricerca personale occulta, carica di immagini esoteriche, distorte e dilatate, altamente intossicate in un vortice delirante di nera lisergia. La teatralità espressiva dei Peste Noir incontra la follia acida dei primi Vanilla Fudge per donarci uno spettrale ed balzano viaggio allucinogeno. Prelibatezze per cultori dell'avanguardia estrema e della psichedelia più dura, da evitare per i puristi del black metal old school. Un'opera unica, un suono coinvolgente, una profonda libidine... Un album tutto da scoprire! (Bob Stoner)

(LADLO Productions - 2015)
Voto: 80
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 16/07/2015, 11h12   #10
Jean
sans statut
Paragon de Noirceur
 
Date d'inscription: mars 2014
Messages: 376
Par défaut

Les Acteurs de L'Ombre Webzine

http://www.lesacteursdelombre.net/we...#yvComment8508



Surprenant voire agressif au premier abord, l’artwork violemment bariolé d’El Viaje Definitivo n’a rien d’une esbroufe polychrome en mal d’attention au milieu d’une scène black baignant dans l’obscurité. Il reflète fidèlement un travail singulier qui voyage entre le Japon, le Mexique et la France. Plus que géographique et linguistique, la diversité s’avère aussi religieuse et conceptuelle puisque pour ce deuxième album, Philoxera et ses invités s’attaquent à des thèmes originaux et exigeants : la magie blanche japonaise et la voie du nagual, inspirée par l’œuvre de l’anthropologue et écrivain Carlos Castaneda.

Hi No Kami étonne d’emblée par le contraste entre le son revêche des cordes hyper saturées et ses notes apaisantes, assurément mélancolique malgré le souffle granuleux du chant.
Écarteler l’auditeur entre deux pôles contraires semble être un exercice dont se délecte le maître des lieux. Les exemples sont multiples, toutefois, L'Intention du Traqueur et Muerte Sin Fin nous torturent merveilleusement bien. Même au regard du reste de l’opus, les voix du premier se rapprochent plus du chant de loup que de celui de l’homme avec des grognements qui semblent imploser plutôt que de trouver leur chemin hors du gosier du chanteur. Ce qui n’effarouche nullement des parties instrumentales mélodiques et une fin somme toute paisible. Quant au second, une espèce de magma vocal se déversant hors d’une bouche d’ombre cohabite en bonne intelligence avec la délicatesse du violon d’Ana et la douce tristesse, un rien gothique, qui berce la dernière partie.

El Viaje Definitivo, qui n’en est pas à une contradiction près, ne fait pas qu’interpeller l’auditeur à coup de contraires et le plonge également dans la torpeur de parties qui se répètent ou de titres qui se font écho. Le bien nommé Mur de Brume ralentit ainsi le temps et alourdit la respiration. Il en résulte une atmosphère générale particulièrement immersive et l’on se prend à sursauter à la fin de chaque morceau. Si bien balloté entre ces courtes transes et le retour au présent que c’est la réalité qui se teinte finalement d’un sentiment d’étrangeté.

Le rêve éveillé ne se transforme pas pour autant en anesthésie puisque Philoxera essaime dans son travail des éléments rendant chaque titre aisément reconnaissable. Des sonorités synthétiques assez extraterrestres donnent par exemple un cachet certain à Te Wo Awase puis reviennent, cette fois-ci sur un mode carnavalesque déformé à l’extrême, dans Tenjiku, qui ne déparerait pas de la bande-son d’un bon thriller. Fendu par un gouffre sonore qui s’enroule et spirale autour de l’auditeur, Sawagu Chi Mo Kono Koe Kikeba, mérite lui aussi mention.

Malheureusement, ce singulier opus se clôt sur un titre d’une platitude à l’opposé des innombrables strates dont il avait prouvé la richesse. La Chouanne avait vu le jour en 1999 sur Astralgeist, chant du cygne de Forbidden Site, et avait déjà été reprise en 2005 par Anorexia Nervosa sur The September E.P. Cette troisième version n’a ni la conviction de la première, ni le panache de la seconde et pèche, étonnamment, par un chant bien trop faiblard.

Le concept d’El Viaje Definitivo nous promettait moult tribulations et le moins qu’on puisse dire, c’est que le contrat a été très largement rempli. Philoxera livre une œuvre toujours mouvante qui exploite à merveille les possibilités de neuf voix pour entraîner l’auditeur sur une infinité de voies, au gré de l’état d’esprit à chaque écoute. Un opus personnel dont on accueille à bras ouverts la complexité bien éloignée des standards musicaux habituels.

Tracklist :
1. Hi No Kami
2. Sarusawa No Ike No Daija
3. Te Wo Awase
4. Tenjiku
5. Sawagu Chi Mo Kono Koe Kikeba
6. Mur de Brume
7. L'intention du Traqueur
8. El Viaje Definitivo
9. Muerte Sin Fin
10. La Chouanne

Line-up :
Instruments : Philoxera
Violon : Ana
Chant : PZF, Count D, Philoxera, Fabiola, Boris D, Ego
Jean est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 06h55.

Édité par : vBulletin® version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #17 par l'association vBulletin francophone
Les Acteurs de l'ombre - Skin vBulletin réalisé par Vicomte
© Les Acteurs de l'Ombre 2001-2013