Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

WelicoRuss, interview du groupe

Envoyer Imprimer PDF

Fier et respectueux de sa culture unique, née au croisement de l’Asie et de l’Occident, le protagoniste du combo Alexey « WelicoRuss » n’hésite pas à sortir des chemins balisés, en proposant depuis 2005 sa vision du paganisme slave de la Grande Sibérie. Les passages symphoniques finement travaillés sont relevés par les airs traditionnels et la brutalité du metal extrême aux solos filigranes. Les titres, chantés en russe, dépoussièrent et réactualisent les légendes et les croyances des peuples de Sibérie. Probablement le groupe qui avait le moins de chances de jouer un jour en France, vu d’où il vient… nous avons questionné ce géant sibérien avant leur date au Klub.

 

Bonjour et merci de répondre à nos questions pour les Acteurs de l'Ombre !
Salut ! Merci de nous avoir donné l’occasion de présenter notre groupe au public français !

Welicoruss a déménagé en République Tchèque en 2013. Pourquoi ce choix ?
Il y avait plusieurs raisons. Tout d’abord depuis quelques temps Welicoruss n’était pas au mieux de sa forme dans son ancien line-up et il était de plus en plus difficile de faire avancer les choses, probablement à cause de la perte de motivation des participants. En fait le groupe a quasiment cessé d’exister - c’était un des déclencheurs de ma décision. En plus je songeais depuis longtemps à cette idée de déménagement du groupe, juste je ne savais pas comment la mettre en œuvre. Il est très difficile de développer le groupe en Russie et surtout en Sibérie – des énormes distances entre les villes ne permettent pas de partir en tournée souvent, l’absence de l’infrastructure pour la musique lourde complique encore plus les choses, il n’y a pas tant que ça de gens qui écoutent le metal, en tout cas beaucoup moins qu’ici, en Tchéquie par exemple. Etant conscient de tout ça et en souhaitant tout de même réussir mon projet artistique, j’ai pris cette décision, bien qu’assez risquée. Le temps montrera si elle était bonne.

Le groupe a également subi récemment un changement de line-up. Pouvez-vous nous présenter les nouveaux membres du groupe et ce que chacun d'eux apportent à Welicoruss ?
Je suis arrivé à Prague seul avec ma femme car les autres membres du groupe n’ont pas voulu me suivre. J’ai donc commencé immédiatement chercher les musiciens sur place. Par pure coïncidence j’ai rencontré mon nouveau bassiste Dmitriy Jihatchevitch quasiment des mon arrivée. Il vient également de la Sibérie et vivait à Prague depuis 5 ans déjà. J’ai rencontré notre guitariste Gojko Maric en cours de la langue Tchèque. Il est Serbe et venu en République Tchèque pour la même raison que moi – monter un groupe et devenir une Rock Star :) Un peu plus tard j’ai trouvé via l’internet notre batteur David Urban qui lui est un Tchèque de souche. Voila brièvement à propos de notre nouveau line-up, au final assez international et éclectique, mais je trouve que c’est plus intéressant comme ça ! Pour le moment seul Gojco Maric, le guitariste, qui s’est impliqué beaucoup dans la réalisation de la musique en réenregistrant presque toutes les parties de la guitare et les solos sur notre nouvel album. Les autres ne participent que dans représentations live pour le moment.

Tous ces changements ont-ils affectés votre musique ? Si oui de quelles façons ?
Si tu veux savoir si ce déménagement a modifié ma manière d’écrire la musique, la réponse est non, ça n’a absolument rien changé et il n’y a pas d’impact sur les nouveaux titres sur lesquels nous travaillons en ce moment. Les changements dans la musique de Welicoruss viennent principalement du changement de mon monde intérieur. Tu peux m’envoyer en Californie – je vais continuer à écrire de la même manière. Par contre il est vrai que si les nouveaux membres s’associent au process artistique – là oui, il y aura des changements. Vous verrez peut être cela sur l’album suivant – plus progressif, lourd et puissant.

La liberté d'expression n'est pas le point fort de la Russie. Comment est perçu le black metal dans ce grand pays ?
Ca ne pose pas vraiment de problème pour la scène local. Si on avait des groupes de black qui ont réellement réussit d’atteindre une notoriété importante, alors là oui, je pense que ça aurait posé un problème. Or il n’y a aucun groupe de ce calibre en Russie et la population en général s’en fiche de la scène undergound, c’est un problème pour personne. Mais quand les stars internationales viennent chez nous (ndr : En Russie), il se passe ce qui s’est passé avec Marylin Manson et Behemoth. Mais je pense que c’est plus de la stratégie, de la pure action politique…
(ndr : il s’agit des concerts de Marylin Manson et Behemoth qui ont été annulés en Russie courant 2014  suites aux actions des activistes religieux)

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre nouvel album « Az Esm » ?
Personnellement je suis très fière de l’album « Az Esm » car j’ai réussit à mettre en œuvre toutes mes idées et ca signifie beaucoup pour moi. Cela a rendu l’album tres conceptuel, personnel et je dirais occulte. Il traite les thématiques du monde intérieur de l’homme, du monde extérieur du point de vue des mécanismes globaux intérieurs qui régient le monde, ça traite aussi la thématique de notre époque - des changements globaux, et ces changements sont si rapides que chaque pensé modifie le future pas que d’une seule personne mais du monde entier. Oui, je crois réellement à tout cela même si ça peut paraitre insensé, mais ça dépend de nous si nous sombrons dans un marécage de la peur ou bien nous allons nous en sortir et en plus nous aiderons aux gens qui nous entourent. Comme je n’aime pas chanter à propos de ce genre de choses de manière directe, j’ai tout masqué avec la thématique un peu fantaisie. Pas mal de textes de l’album ont été écrits par ma femme Anastasia Kriger, elle a réussit à interpréter certains thèmes avec brio. Notez que tout le design du livret c’est également son travail et nous lui sommes tres reconnaissant pour ça !

« Az Esm » est sorti en début d'année mais il était aussi très attendu par votre public, que s'est-il passé pour vous ces quatre dernières années ?
Pas mal de choses – l’album est passé au travers de différents époques de vie du groupe. J’ai commencé a composé les titres encore en 2007 mais ils existent sous leur forme définitive que maintenant. Il y avait pas mal de changement, nous étions devenus plus matures et nous voyons les choses différemment. Nous avions fait quelques tours en Russie, pas mal de vidéos professionnelles officielles, avions commencé le travail sur le DVD, et le plus important – j’ai déménagé en Europe, où la situation avec le metal est beaucoup mieux et en plus j’ai trouvé ici ‘excellents musiciens et des amis.

Quelles sont tes inspirations pour cet album ?
« Az Esm » c’est comme un meulage de mes pensés et des événements de ma vie - c’est ça mon inspiration. Les philosophies orientales sont également les sources d’inspiration très fortes pour moi. Ce qui m’inspire aussi beaucoup c’est les voyages et la découverte du monde. J’apprécie énormément le temps que je passe dans la nature, cela influence énormément sur mon travail.

Quelle est l'histoire païenne la plus populaire en Sibérie:) ?
Difficile à dire. L’histoire de la Sibérie est assez complexe et les russes vivent en Sibérie depuis le 16-ème siècle seulement. La population native est composée de la multitude d’ethnies : les Tatars, les Altaïens, Les Bouriates, Les Khakasses ainsi que beaucoup d’autres. Chaque peuple a beaucoup de légendes bien sur mais vu la multitude il m’est difficile d’en choisir une spéciale. En plus j’ai une nette préférence dans mon art pour notre folklore à nous (ndr : russe) et un peu scandinave.

La tournée européenne fera l'objet d'un DVD sur le groupe, comment cette idée a-t-elle germé dans votre esprit ?
D’où tu sais ça ? :) Nous planifions réaliser notre tout premier DVD pour l’automne 2015 et nous n’avons jamais fait quelques choses dans ce genre !

Vous serez en France le 16 avril pour une date unique au Klub. Quelle image avez-vous de la France et du black métal dans notre pays ?
Honnêtement je ne connais pas très bien la scène black française, par contre j’aime quelques groupes d’autre style comme Gojira par exemple. C’est vraiment un groupe inique et je suppose que vous en êtes très fières ! J’ai découvert ce groupe il n’y a pas si longtemps que ça et ils m’ont impressionné, or ce n’était pas gagné d’avance – aujourd’hui je ne me laisse pas impressionner si facilement que ça !

Merci d'avoir répondu à nos questions, je vous laisse le dernier mot....
Merci beaucoup pour l’interview ! Nous invitons tout le monde à venir à notre concert le 16 avril au Klub. Nous préparons quelques choses d’intéressant et pensons que vous obtiendrez beaucoup d’émotions et d’impressions inoubliables.

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum