Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Yyrkoon - Dying Sun

Envoyer Imprimer PDF
Yyrkoon nous propose ce deuxième album en 2002 sous le label Anvil Corp et s'oriente vers un heavy black péchu. Au menu de ce "Dying Sun" ; des mélodies très convaincantes, des mouvements musicaux hyper structurés et un sens inouï du rythme. Cet opus est certainement le produit le plus abouti et le plus mature du groupe tant il recèle d'ingéniosités sonores. Les influences au sein de ce "Dying Sun" sont multiples: Yyrkoon puise dans ce qu'il y de mieux dans chaque style (heavy, thrash, black, symphonique) se l'approprie et il en ressort une pure merveille. On peut ainsi penser à du Nevermore, à du Motorhead, ou à un groupe de black mais cela sonne Yyrkoon tout simplement. Après l'intro très atmo de "Idols are burning", le réel premier titre affiche la couleur sonore. Rapidité d'exécution, refrains décisifs, rythmique énergique sont de circonstance. Puis vient "Flight of the Titan" et ses soli guitare tonitruants, et l'album se poursuit avec la même intensité dans ces 10 titres accrocheurs. La voix de Stéphane Souteyrand est expressive et forme un complément idéal à la diversité musicale qu'explore Yyrkoon (vocaux clairs puis death selon les mouvements musicaux). On perçoit maints éléments sur cet album à même de nous tirer de notre léthargie hivernale: transitions soignées et guitares appliquées sur l'instrumental ("Gods of Silver"), le "thrashy/black rules" de "Back to the cave", breaks tranchants et moments subtils du clavier sur "dying sun", "Screamer" et re-"back to the cave". Ce quintette nous délivre un album audacieux et énergique. La maîtrise des musiciens est certaine, forte d'une création artistique qui tend à sublimer chaque composition. Yyrkoon ne se focalise pas sur un mouvement musical unique mais se permet nombres d'excentricités sonores et allie par la même des genres assez dissemblables. Ils ne sont pas les premiers à s'orienter dans cette diversité des style toutefois ils le font bien ; et ça c'est une denrée plus rare. La production d'Anvil Corp n'est sûrement pas étrangère à la qualité de la galette (son clair et dynamique) et la pochette de Thierry Demarez ajoute également à la perfection du produit.

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum