Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mahavatar - Go With The NO!

Envoyer Imprimer PDF
Mahavatar à vu le jour à New York en 1999, de la rencontre entre la guitariste jamaïcaine Karla Williams et de la vocaliste israélienne Lizza Hayson. Après avoir sortie deux démo qui ont rencontré le succès (paraît-il), les deux demoiselles ont signer un deal avec Cruz Del Sur Music, ce qui leur à permis d’enregistrer leurs premier album « Go with the NO! ». Pour cela, les deux comparses ont fait appel à des musiciens de session : T-Bone Motta à la batterie, Szymon Maria Rapacz à la basse et Miko au clavier, je crois que l’ingé son à oublier d’appuyer sur la touche Record du magnéto car il ne m’as pas semblé entendre la moindre note de clavier (je suis mauvaise langue, il y a trois notes de clavier à la fin de « Raw ».) Mahavatar évolue dans un rock tantôt énervé tantôt aérien. La mu sique est assez basique, les riffs sont simplistes et pas des plus percutants. Les compos n’ont pas vraiment d’âme et d’identité propre, elles se ressemblent toutes, surtout au niveau des vocaux. Dès le quatrième morceau, les lignes de chant deviennent familières car elles proposent quasiment tout le temps le même genre de phrasé. De plus, Lizza Hayson à une voix un peu particulière. C’est un mélange entre Nina Hagen et Jeanne Moreaux, Nina pour le ton grave et Jeanne pour le dépouillage de cordes vocales, le tout amplifié par une petite reverbe et autres artifices. De temps en temps, la voix devient un peu plus humaine, sur les passage parler ou murmurer. D’autre fois on atteint vraiment le surréaliste comme sur « Deep Cobble » où les cris sont un peu trop forci. Du côté de la musique, il n’y a pas grand chose à dire de plus que précédemment cité ; pas très rechercher, ni très accrocheur. J’avoue, par contre, que les solis sont passable dans l’ensemble mais pas non plus de quoi crier au génie mais là je critiquerais quand je saurais taper des bêtes de solos et c’est pas demain la veille. « Deep Cobble » possède un riff de guitare très deftonnien, c’est à si méprendre. Il me semble qu’il s’agit du riff de « Shove It » sur « Around The Fur » ; mais bon, il peut s’agir d’une coïncidence, « Deftones » ne donnant pas non plus dans la complexité, cela est fort possible. Cet album se laisse écouter, mais quand même pas en boucle et le mieux est de faire une pause tous les deux morceaux pour l’apprécier. Peut-être que les deux demoiselles devrait songer à inclure des tiers personnes dans le processus de composition pour varier les plaisir. Plus on est de fous, plus on rie, paraît-il.


Tracklist :
1. Cult
2. By The Numbers
3. Raw
4. Open Your Minds
5. Psychos
6. Deep Cobble
7. Anger
8. The Time Has Come
 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum