Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mylidian - Birth Of The Prophet

Envoyer Imprimer PDF
Mon dieu que cette année 2006 aura été bonne pour la scène française... Gojira perce à l’étranger plus qu’aucun groupe français n’aura réussi, des groupes de Heavy Métal français comme Manigance et Falkirk nous auront sorti leur meilleur album et enfin arrive un des groupes les plus prometteurs que la France ait vu naître… Mylidian est un groupe qui a effectivement beaucoup de choses pour lui, un très bon sens de la composition et de la mélodie ainsi qu’un professionnalisme impressionnant transparaissent de leur premier album. Et pourtant pas facile de commencer directement par un concept album aussi ambitieux, car « Birth Of The Prophet » n’est en fait que le premier album d’une trilogie intitulée « Rise Of The Cursed Son ». Beaucoup se diront que c’est trop d’ambition pour un groupe qui débute mais ce rendront compte à la première écoute que cela relève plutôt du génie, les musiciens sont très bons, les compositions de qualité et le principal risque des concepts albums, trop s’éparpiller, est évité… Que demander de plus me direz vous… déjà plus de morceaux, parce que quarante-deux petites minutes ça fait pas beaucoup à l’arrivée. Et ensuite une meilleure production qui mettrait plus en valeur les différents instruments et permettrait aux compositions de prendre une dimension différente, mais bien sûr tout le monde ne peut pas se payer la production de Nightwish ou de Metallica (même si après, l’usage peut en être controversé). Dès les premières notes de « Chaos Prophet » il semble que nous ayons affaire à un groupe de qualité avec beaucoup de talent, à noter d’ailleurs le passage en français rappelant Misanthrope ou encore Anorexia Nervosa. Mais combien de fois nous arrive-t-il d’être déçus ,arrivés au quatrième titre, quand on se rend compte que les deux trois morceaux accrocheurs du début ne sont suivis que par des chansons médiocres ? Eh bien bizarrement, pas de déception à part peut être les titres « Lust With Succubus » et « Pleasures Of Pain » qui sont légèrement en dessous du reste de l’album. Je dirais même que les titres - et surtout le titre « The Cursed Son », excellent morceau de dix minutes composé de trois parties - placés à la fin de l’album, sont meilleurs. Dès l’instrumental « Litany », l’enchaînement des titres se fait de façon plus fluide, « Birth Of The Prophet » devient alors autre chose qu’un enchaînement de chansons mais bien une pièce à part entière. A retenir donc l’éclatant « Chaos Prophet », « Monastery Slaughter » et son début Dimmu Borgirien, sans oublier « Prisoner Of My Dreams » que vous maudirez au bout de quelques jours sans pouvoir vous débarrasser des paroles “ No ! Nowhere to run. Nowhere to hope. Nowhere To Die...” incrustées dans votre tête. La difficile étape du premier album passée haut la main, espérons que Mylidian continuera dans cette voie et ne fera que s’améliorer avec le temps.


Tracklist :
1. Chaos Prophet
2. Crystal Angel
3. Lust with succubus
4. Pleasures of pain
5. Litany (Instrumental)
6. Monastery slaughter
7. Prisoner of my dreams
8. The Cursed Son
Part I : Betrayed by the Father
Part II : Forbidden love
Part III : Birth of the Prophet
 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum