Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Sjodogg - Landscapes Of Disease And Decadence

Envoyer Imprimer PDF
Sjodogg fait actuellement figure d’illustre inconnu. De plus, affublé d’un tel patronyme imprononçable, il est encore plus difficile de se souvenir de lui. Pourtant ce nom nous donne une indication sur son origine géographique et son orientation musicale… Et oui, il n’y a que des groupes norvégiens faisant du Black Metal pour porter un tel nom. Mais ne croyons pas pour autant avoir affaire à des novices sortis du fin fond des fjords, car certains membres jouent ou ont joué dans quelques groupes plutôt réputés tels que Crest Of Darkness et The Legion. Cela montre tout de même un certain gage de qualité, même si les récentes productions de Crest Of Darkness laissent présager du contraire. Après plusieurs démos et une récente signature chez Osmose Records, le groupe sort son tout premier album « Landscapes Of Disease And Decadence ». Sjodogg a un héritage Black Metal et compte bien l’exprimer et cela d’une manière assez primitive. Car ici, nuls claviers, nuls chants féminins ni aucun autre artifice inutile. Sjodogg reste très Black Metal dans l’âme. La production assez crue en témoigne. Mais là où la plupart des autres groupes mise sur la brutalité et la rapidité, le quatuor norvégien fait tout le contraire. Il joue plutôt sur la lenteur et les émotions. Le groupe inculque à sa musique une dimension atmosphérique voire Doom Metal. Les riffs sont donc lourds et se répètent sur la longueur. Le chant sépulcral se veut monocorde et colle parfaitement à l’ambiance mortuaire dégagée par l’album. Seule la batterie est en décalage par rapport aux autres instruments et se permet de nombreuses accélérations typiquement Black Metal. Le mélange entre Black Metal et passages Doom est loin d’être une nouveauté. Mais force est de constater que Sjodogg y parvient tout de même avec succès. Mais Sjodogg est loin de devenir la révélation dans le domaine. Sa musique, tout comme son patronyme, aura du mal à marquer les esprits. Cependant, l’album parviendra probablement à intéresser les fans du genre.


Tracklist :
1. A Song Of Plague
2. Inglorious Fever Of Antonius
3. Mahapaatra
4. Brethren Of The Weeping Corpses
5. Sequestra
6. The Asphyxiation
7. Sentinels Of The Severed Flesh
8. Sacrosanct
9. Kiss Of The Blowfly
 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum