Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Maleficentia - Revelation From The Ancestral Whisper

Envoyer Imprimer PDF

Qui a dit qu'il est impossible de faire du black métal original? Voici bien la preuve du contraire! Voici Maleficentia, groupe français de la région parisienne qui nous présente son troisième album: "Revelation From The Ancestral Whisper".

Avant de présenter cette galette, un brin d'historique de la formation s'impose. Maleficentia est donc né en 1998 par des passionnés voulant jouer du black métal sympho, mais black metal tout de même! On notera la présence, dans le line-up originel, de Balrog (genital grinder, aborted, aosoth, balrog, VI) au chant. Line up qui d'ailleurs connaitra des remous apparemment inextricables dont pourtant ressortent à l'heure d'aujourd'hui: Molkhor derrière les futs, Aragoth à la guitare, Daevhorn à l'autre guitare et au chant, Arpad aux synthés, et Ayperos à la basse.

Les amateurs de black sont souvent sceptiques lorsque le mot "symphonique" y est rattaché, et je ne fais pas exception à la règle. Sceptique, ça je l'étais quand j'ai entendu parler de ce groupe la première fois. Car non content de se voir adjoint l'adjectif "symphonique", il y a également la présence de "épique". "Au secours! A l'hérésie!!!".

Si peu de groupes peuvent se vanter d'avoir réussi à doser ce savant mélange, Maleficentia est de ceux qui ont réussi avec brio à le faire mûrir d'album en album jusqu'à celui-ci. Mais à présent, parlons un peu de musique...

C'est donc à un black metal assez mélodique auquel nous avons à faire. Du blast, de la double, soyez rassurés, ô fanatiques de l'extrême: il y en a. Mais pas seulement! Effectivement, Maleficentia n'est pas le genre de groupe qui nous habitue à faire tourner un même riff en boucle pendant 5 minutes voyez-vous! Les compositions sont recherchées, fluides, rien à redire de ce coté. Des soli de guitare sur nappes de clavier envoutantes qui laissent rêveur  (je pense notamment ici à l'excellent "Between Tiffauges Walls") surgissent ici et là, alors qu'une voix tantôt typée black, tantôt typée death couvre le tout de manière magistrale. La basse quant à elle, reste plutôt discrète mais n'est pas (ô miracle!) noyée dans le mix et a tout de même son importance. D'ailleurs, en parlant de mix, la qualité du son est impeccable pour la France (qui est malheureusement loin, trèèès loin d'être une référence en la matière), et ce n'est pas peu dire!

Si certaines influences comme Emperor pointent le bout de leur nez, elles restent discrètes, ne venant pas étouffer la créativité de nos cinq compatriotes qui, ma foi, s'en tirent très bien par eux-mêmes.

 En somme, un excellent album avec un fort goût de "revenez-y". Et on y revient! Plutôt deux fois qu'une d'ailleurs... A quand le prochain?

 

Voir les autres articles de cet auteur

Commentaires (2)
2 Jeudi, 10 Juin 2010 16:20
Celin
Je suis en train de découvrir cet album excellent. Une pure merveille du Black Sympho. Epique, brutal et incisif !
1 Lundi, 05 Octobre 2009 12:56
Lilith79
Je me souviens, je les avais vus au Klub ! j'en garde un excellent souvenir, j'avais beaucoup aimé leur musique. Ta chronique les présente bien, et me donne envie d'acheter cet album.
Merci Simon ! :)
Lilith.
Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum