Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Ichor - Benthic Horizon

Envoyer Imprimer PDF

Ichor - Benthic HorizonComment ne pas tomber dans le cliché avec un groupe comme Ichor ? Mais comment ne pas reconnaître que les groupes allemands savent comme personne en Europe rivaliser avec la brutalité des formations de Death Metal made in USA ? Ichor ne fait pas exception pour leur deuxième album « Benthic Horizon ». On est ici dans le vrai, sans caricature, ce qui est toujours le risque dans cet exercice. Les groupes latins en font souvent les frais…

Ichor délivre ici une copie sans faute et promet encore de faire parler de lui à l’avenir si la rigueur se lie avec l’envie de longévité. Depuis 2008, date de formation du groupe, ce quintet brutal n’a pas perdu de temps. Après leur premier opus sorti en 2009 « The Siege », ils s’acoquinent sur scène avec des groupes comme All Shall Perish, Aborted, The Black Dahlia Murder ou Despised Icon. Preuve qu’ils n’ont peur de rien en termes de rivalité et je suis sûr qu’ils ont su tenir leur rang. Pour leur second album, ils ont même décidé de s’enfermer dans le fameux Hertz Studio en Pologne, où des groupes comme Vader, Behemoth et Decapitated en sont ressortis avec des galettes bien énervées. Mais le studio ne fait pas tout si on n’a pas les ingrédients pour produire la tuerie sonore que l’on attend.

Chez Ichor, ce sont les guitares qui dictent leur loi. Je dis ça car elles sont (évidemment) omniprésentes, mais on sent aussi que tout tourne autour d’elle. Elle bastonne tout du long leur rythmique furibarde et sérieusement lourde et sèche comme une trique alors que la batterie pilonne tant qu’elle peut en retrait. Dès que la rythmique des six cordes laisse des espaces dans ce mur de son, ces appels d’air ne font qu’augmenter la puissance de feu de ce groupe qui laisse peu de répit à son auditeur. Le growl du chanteur est sans appel et à l’unisson de ses acolytes. Les solos de guitares distillés avec parcimonie offrent de la technicité à l’ensemble de manière très subtils. Des recettes éculées certes mais revisitées avec maestria et efficacité.  Chaque titre délivre son lot de férocité sans jamais lasser. C’est du grand ouvrage ! Rien ne sert de décortiquer chaque titre dans ces cas-là : l’écoute se fait d’un bout à l’autre sans jamais forcer. Je ne saurais dire quel morceau j’ai préféré. « The Deepest blue is Black » pour sa lourdeur ?  Franchement rien à jeter ; on tient là une valeur sûre !

Alors certes ces rejetons de Job for a Cowboy ou Soylent Green n’offre peut-être rien de neuf sous le soleil mais toujours est-il que l’on passe un bon moment entre les oreilles. « Benthic Horizon » délivre ici un Death Metal (déjà) mature de grande qualité tant au niveau des compositions que de la production et qui pourra se frotter aux meilleurs pour assurer (peut-être) encore quelques premières parties qui mettront la pression; avant de les retrouver en haut de l’affiche !

Tracklist:
01- The Gorgon
02- Barotrauma
03- Conquest of Darkness
04- The Wreckage
05- Among the Swarm
06- ...More Victims
07- The Depth Within
08- The Deepest Blue is Black
09- Possesseur of Soil

Line-up:
Eric Kuhnen: Chant
Dirk Maurer: Batterie
Daniel Jacobi: Guitare
Alex Hallet: Guitare
Kim Schulz: Basse


Label
: Bastardized Recordings
Site: www.myspace.com/ichormetal

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum