Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Diktatur - La voie du sang

Envoyer Imprimer PDF

Vu de Paris, le pays basque, c'est la douceur de vivre par excellence, un climat de printemps toute l'année, une gastronomie riche à tous points de vue, des paysages reposants,... Bref, le pays imaginaire et imaginé des Bisounours, sauf que, nonobstant la problématique politique que nous balayons très vite d'un revers de main (s'agirait pas de se fâcher, hein, ménageons les susceptibilités), ce pays à part héberge quelques furieux pris de passion pour le metal extrême. Les bayonnais de Dikatur sont de ceux-là et, depuis 2008, portent en étendard un black metal pas piqué des vers.

Du bon black dans le plus pur style, voilà comment qualifier simplement et sans trop de chichis la musique de Diktatur. Il n'est pas nécessaire, dans leur cas, de faire référence à un sous-genre quelconque ou à des influences plus ou moins audibles ici et là. Les amateurs reconnaîtront aisément une expression artistique à la ressemblance marquée avec de grands noms du black tels Immortal, Marduk, Satyricon, and co. Etayons, toutefois, nos propos avec une radiographie complète de leur premier album, sobrement intitulé « La voie du sang ».
Après la sortie successives de 2 démos, Diktatur se lance dans le grand bain avec un LP dont le contenu s'apparenterait, sans jugement de valeur aucun, à un assemblage des différentes influences citées plus haut, avec des caractéristiques assez classiques pour le genre que ce soit dans les tonalités employées, les tempos, la texture sonore, ou les thèmes abordés. Néanmoins, le groupe basque n'est pas un ersatz de plus de pur black metal : en plus de chanter en français, on retrouve un point de divergence assez marquant, comme une marque de fabrique, à savoir l'hétérogénéité de la construction des morceaux. Nos quatre amis ne sont, en effet, pas avares de breaks, de variations de tempos et de plages plus atmos à l'ambiance sombre et possédée. On pourra leur reprocher une prise de risque minimale en termes de composition et de sonorités doublée d'une prod moyenne mais ces attributs donnent une couleur particulière à cet album. Pa un grand album de black, mais un album qui s'écoute avec plaisir.
Et du plaisir, vous en aurez en vous délectant, notamment, de « Révélation », la première bombe de l'opus et sa mélodie « maidenesque », qui fait suite à une ouverture très martiale. Les pistes étant de qualité égale, et cette cohérence est assez rare pour le noter, il s'avère difficile de ressortir un morceau plus qu'un autre. Notons, toutefois, les très belles saillies black que représentent « Valse macabre », « Dernier soupir », ou encore « Revanche ».

La note, tout en hémoglobine : 70 pur sang.

Tracklist

1. Introduction
2. Révélation
3. Larmes de tranchées
4. Légions
5. Valse macabre
6. Foudroye
7. Hymne à la guerre
8. Dernier soupir
9. La voie du sang
10. Revanche

Label : autoproduction
Web : diktatur.free.fr

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum