Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Memory Lake - Hurricane

Envoyer Imprimer PDF

J’ai découvert le trio francilien composant Memory Lake par le biais de Matthieu, leur bassiste, que je connaissais d’un autre groupe rock. Ici, il va plutôt s’agir de musique plus calme, de plages atmosphériques… à son invitation, je me suis rendue à l’un de leurs concerts parisiens début décembre dernier. En live, j’ai pu apprécier d’autant plus la palette d’émotions subtilement distillée par leurs titres. Cependant, c’est en les ré-écoutant chez moi à tête reposée que j’ai pu m’en imprégner d’avantage, et tenter je l’espère de vous transmettre une chronique qui vous donnera envie de vous familiariser avec l’univers de ces trois artistes.

Tout commence avec « Vibration », un morceau c alme et très cold, sur fond de plage atmosphérique un peu dépouillée semée de bruitages… L’accent semble mis sur la voix, le chant en anglais nimbé de mélancolie mais d’onirisme, aussi. Tout porte à rêver dans cette musique, et à imaginer de nouvelles destinations se dessinant devant nous. Du moins est-ce ainsi que je le ressens : des voyages intérieurs. Une idée soulignée dans le titre « Le Passager » qui lui succède, où l’idée du voyage va naturellement se dévoiler là aussi, de note en note… Au fil des mots, le texte –en français cette fois- nous emmène dans une quête intérieure. J’apprécie l’alternance des chansons en anglais et en français, le groupe s’en sortant du reste haut la main dans les deux cas de figure. La voix de la chanteuse, au timbre velouté mais intense, se prête aussi bien à l’un qu’à l’autre pour nous poser dans cette ambiance trip-hop si habitée, pour faire passer des émotions. Pour conter des histoires mots à maux… « Hurricane » nous fait glisser un peu plus encore dans la nostalgie ; ce morceau doux et froid, commençant avec le chant en anglais sur quelques notes de guitare, assez épurées, va peu à peu monter dans l’émotion. Les atmosphères aux claviers arrivent et la voix de Julie va prendre des inflexions de plus en plus émotionnelles, un enveloppement narratif dans lequel on se sent bien, quoique toujours baigné d’un arrière-goût salé de tristesse, de larmes… enfin, c’est ainsi que je l’ai ressenti en tous cas.

Le chemin continue avec « Vincent », également une chanson en français, nous laissant d’autant plus le loisir d’apprécier la poésie de leurs textes, les subtiles figures de style des paroles. Le tout sur un fond atmosphérique empreint d’une certaine froideur toujours, mais non dénuée de douceur. « Moonlight » nous immerge, pour finir, dans une atmosphère mystérieuse et feutrée où les inflexions de Julie se font tour à tour mélancoliques et chaleureuses. Un rythme délicieusement obsessif nous guide tout au long de cette perle de chanson, lunaire à souhait comme le laisse deviner le titre. Tout appelle au rêve, à laisser les pensées vagabonder… Cet EP nous immerge très bien dans l’univers de ce talentueux trio francilien, et en même temps nous donne envie d’en découvrir plus. Car au fil de ces quelques morceaux, le temps passe vite, bien que la musique nous le fasse oublier. Le temps… noyé dans ces maux poétiques, ces rêves déchus mis en musique…le temps file pourtant, et je reviens à ces morceaux, je les ré-écoute en boucle, m’en imprègne, je savoure tandis que les mots glissent tous seuls de mon clavier, je rêve et me sens inspirée. C’est là toute la saveur un peu frustrante de l’EP, on a une porte ouverte mais le voyage file vite…

Si vite que le désir obsessif qui nous reste, une fois ce beau et court voyage effectué, est de le renouveler. Pour ma part, du moins : car j’ai accroché, et totalement. Un mélange réussi de trip-hop, d’ambiant et de ‘cold’’ que je trouve si justement dosé et original que j’ai envie de dire que Memory Lake est l’une de mes meilleures découvertes franciliennes récentes. J’ai aussi envie d’attendre d’autres EP, voire même un album : d’autres voyages oniriques, en somme. Mais je suis sûre qu’à les attendre patiemment, ils arriveront à point nommé. Pour l’heure, imprégnez-vous du fond de l’âme de ces balades inspirées et inspirantes. Bon voyage…

Tracklist :

1. Vibration
2. Le Passager
3. Hurricane
4. Hammer
5. Vincent
6. Moonlight

https://soundcloud.com/memory-lake

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum