Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Alice in Neverland - L'Ile aux Trésors

Envoyer Imprimer PDF

 

L'un des aspects que j'aime dans le fait de faire des chroniques d'albums, c'est d'avoir un suivi des groupes, des projets au fil du temps. Or, je suis ravie de retrouver le projet de Vincent Fauche : "Alice in Neverland". Il y a cinq ans environ, j'avais chroniqué le premier album... souvenez-vous, faites une petite recherche sur notre site par le biais de notre moteur...j'avais été agréablement surprise par le côté délicat, sombre et mystérieux de cette musique... et aussi son aspect incontestablement narratif. Vincent s'occupe donc des guitares de la voix et de la programmation, cependant comme sur le précédent opus, il est entouré d'autres musiciens, dont Laura Nicogossian que nous retrouvons, elle était déjà sur le précédent album... elle est au piano et claviers. Et notons la présence de Céline Mace et Mathieu Tamisier, pour des voix sur certains titres...
Ce nouvel opus va-t-il lui aussi nous offrir une balade onirique ? Suivons la carte en direction de cette Ile aux trésors et voyons cela.

 

D'emblée, le premier titre "Arrival" nous plonge d'emblée dans cet aspect narratif, avec les bruits de la mer, les craquements du bateau, le cri des mouettes... tout de suite, nous sommes embarqués - c'est le cas de le dire - dans le récit et nous avons vraiment l'impression d'arriver dans
un port, d'accoster sur une île... le tout sur d'agréables nappes de claviers. Ce titre d'ouverture est purement instrumental, cependant les paroles arrivent au morceau suivant "Visions" et il sera d'autant plus facile de suivre ce fil narratif que les paroles (en anglais) sont retranscrites dans le livret.
Des accords de guitare et de très discrètes percussions en fond, rythmant ce chant célébrant la possibilité d'émergence d'un autre monde, la volonté d'exclure la violence et la cruauté et d'édifier autre chose... tracer une voie vers la liberté. En somme, un titre sombre dépeignant le monde tel qu'il est mais avec l'espoir de le changer... j'ai aimé cette idée, cette ambivalence entre noirceur et optimisme.. Si les paroles étaient chantées par Vincent sur ce titre, sur le suivant "I'm not afraid"c'est Céline Mace qui nous conte à son tour une histoire... le refus d'avoir peur face à la noirceur d'un monde donc, sous la forme d'une balade gothique, délicate dans ses nappes de claviers, sombre dans ses ambiances : un titre que j'ai particulièrement apprécié. Je constate -et c'était aussi le cas dans le précédent album - que nous avons une alternance entre morceaux chantés et ceux purement instrumentaux... ces derniers faisant souvent l'objet de pauses, d'interludes. Des toiles de fond en somme pour continuer progressivement à planter le décor de ces contes oscillant entre noirceur et lumière... C'est donc le cas pour "Le Petit Nuage de Faustine" où la présence de sons d'accordéons adjoint cette note ancienne, traditionnelle qui sied bien à un projet basé dans l'inspiration d'un récit du dix-neuvième siècle évoquant des histoires de pirates.

Notons cependant que le titre du disque, lui met trésors au pluriel ; peut-être il y a-t-il donc encore plus à chercher, à explorer et découvrir... De même de qu'Ile en question sera probablement métaphorique de beaucoup de choses.
Parmi ces titres instrumentaux, il y a aussi "Interlude", plus rapide avec un rythme de batterie en arrière-plan et des nappes de claviers aériennes, intense. Nous y trouvons des bruits de foule, de conversations, l'évocation manifeste de lieux de vie...tout ceci ressemblant donc au décor planté d'un film, d'une pièce...à la mise en scène d'un roman pourrait-on dire. Par contr avec "Angry Seas",
là comme le titre le laisse deviner il est question de faire vivre la sensation d'une mer en colère... les bruits de vagues autant que les claviers distillant des airs sombres et inquiétants y parviennent fort bien.

Et donc, si des pauses instrumentales et bruits d'ambiances alternent les récits, je trouve que tout cela construit un ensemble d'autant plus fluide, cohérent...comme un livre et ses différents chapitres donc, le tout dans la continuité de l'histoire. Revenons-en un peu aux titres avec des paroles : j'ai bien aimé "From the stars", chanson évoquant une sorte d'introspection des sentiments, des sensations... sur fond d'accords de guitare pour ouvrir ce chapitre, puis finalement quelque chose de plus en plus rythmé, de discrètement soutenu par des percussions en arrière-plan. Une étrange balade, entraînante autant que mélancolique...J'ai bien aimé aussi, le côté beaucoup plus folk de "Mantra", rythmée et onirique. Ou bien, surprise avec "I'm sorry", qui a un côté plus un peu plus trip-hop, bien que nous restions dans le côté balade gothique avec la froideur abrasive des atmosphère et le côté sombre, un peu théâtral du clavier. Mais je ne vais pas tout décrire non plus afin de conserver intacte la saveur de la découverte de ce nouveau recueil d'histoire... dans lequel pour ma part j'ai aimé me laisser guider, surprendre.

Au final, voici donc un nouveau concept-album narratif de ce projet français qui, personnellement, me convainc tout à fait. Tout comme un bon roman, on se laisse entraîner par les mots, la musique, les images que cela fait naître en nous... Et j'espère que bientôt un nouveau volume verra le jour, les deux premiers volets de l'univers d'Alice un Neverland me donnant décidément envie de continuer l'aventure avec eux.
Je vous souhaite de bons voyages vers cette Ile recelant des trésors...

Site Web : alice.is.free.fr

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum